AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  Galerie  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand le passé vous rattrape [FINI]

Aller en bas 
AuteurMessage
Nathaniel Mor'wan
~> Dépressif Suicidaire A Vie, Cireur de Bottes de Misky et Grand Amour de Fall <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1352

Citations : Depuis ma naissance et jusqu'au jour de ma mort je n'obéirai qu'a moi même. (ou presque !Hein misky)
Humeur : Dépressif à tendances suicidaires XD

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Neutre - Maléfique
• Race: Hybride - Bis-Fir
• Pouvoirs:

MessageSujet: Quand le passé vous rattrape [FINI]   Dim 2 Déc - 15:11

Même après bientôt deux ans, l’odeur de cendres et de sang persistait. Nath n’avait jamais vu un endroit si lugubre. Mais peut être que son jugement était légèrement altéré par les événements survenus en ce lieu. Nathaniel renifla de dégoût, tentant désespérément de chasser de ses souvenirs les images rattachées à cette odeur si particulière … Jetant un regard aux alentours, de son regard perçant, il cherchait un objet, un morceau d’étoffe, n’importe quoi Lui ayant appartenu. C’était ridicule, il le savait bien. Aucun espoir ne pouvait subsister dans cet endroit désert. Cependant, il avait voulu y croire de toutes ses forces, et il se retrouvait bien puni d’avoir espérer l’impossible. S’approchant des débris qui n’avaient pas encore disparus, il retourna de son pied les quelques objets cassés sur le sol, seuls vestiges de la vie qui avait possédé les dizaines de personnes vivant là.


Lentement, le jeune homme de presque 20 ans à présent, déambula au milieu des restes calcinés de la civilisation qui s’était construite en plusieurs années, et qu’il avait réduite en miettes en une heure à peine. Il ne regrettait pas, non. Jamais il n’aurait pu éprouver des regrets pour ceux qui lui avaient ôté la lumière de son univers. Seulement voilà, le massacre n’était peut être pas utile …

Nathaniel Mor’wan secoua la tête, convaincu de perdre la tête. Mais après tout, peut être était-ce l’essence de Lisbet’h qui lui dictait ces pensés incohérentes !
« Lisbet’h … » Revenir ici avait été une mauvaise idée. Et le fait de prononcer son nom dans la brise de cette fin d’après-midi n’avait pas arrangé les choses. Se sentant plus seul que jamais, Nath s’éloigna des restes du campement et s’enfonça légèrement dans la forêt environnante. Le moindre de ses pas retentissait comme une mélodie lancinante à ses oreilles. Le bruissement des feuilles semblait fait de murmures lui prodiguant un courage qu’il ne se connaissait pas. Du moins, pas ce type de courage. Son allure ralentit à mesure qu’il s’approchait du but de sa venue en ces lieux, maudits à ses yeux. Nathaniel hésitait de plus en plus, craignant et espérant à la fois ne plus retrouver le bouleau devant lequel elle reposait. Cette idée était d’elle, Lisbet’h le lui avait confiée quand ils étaient gosses. Un flot de souvenirs envahit le jeune hybride, et le souffle du vent lui rapporta des paroles qu’il croyait à jamais oubliées.

« Nath, regardes, regardes ! Un bouleau ! »

« Eh bien oui, Lili, et alors ? Ce n’est qu’un arbre, rien de plus ! Allez, viens, maman nous attend à la maison ! »

« Toi alors ! Le bouleau est le plus bel arbre ! Il a l’air si faible, et il est pourtant si vigoureux … Quand je mourrais, promets moi de m’enterrer sous un bouleau comme celui-ci ! Je veux que mon corps serve à le rendre plus fort ! »

« Tu es folle, Lili. Et puis, je ne veux pas que tu meures. Parle d’autre chose, s’il te plaît ! »


Puis les mots se mélangèrent, les couleurs se ternirent, et Nathaniel aperçut le bois tacheté si reconnaissable. Il baissa les yeux, presque à regrets, et contempla un bref instant l’irrégularité des lettres tracées sur la pierre, deux ans auparavant. Il aurait du parler, faire quelque chose … Mais il ne pu s’y résoudre. Être venu jusqu’ici représentait en soi déjà un exploit à ses yeux. Alors Nathaniel tourna le dos à sa sœur et rentra rapidement, d’une foulée à peine plus assurée, en direction du campement.

Une fois à destination, le jeune homme s’apprêtait à continuer à travers les bois pour récupérer la route principale, de la même manière qu’il l’avait fait, agonisant, des lunes et des lunes avant ce soir là. Seulement, notre héros entendit comme un bruissement inhabituel. Se retournant, il fut, pour la première fois depuis l’Accident, surpris. Ce visage … Lui qui n’en oubliait aucun ! Mon Dieu ! Pas lui …

_________________


Dernière édition par le Dim 3 Fév - 11:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondu38.skyblog.com
Mikaël Eòghan
~> Admin Polaire <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1901

Citations : Un démon ? C'est un ange qui a eu des malheurs ; un ange émigré.
Humeur : Cherophobe

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Maléfique
• Race: Hybride (Erewent/Humain)
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Quand le passé vous rattrape [FINI]   Mar 4 Déc - 19:55

Ce n’était qu’une silhouette noire qui évoluait sans bruit dans les ruines –les restes ?- de ce campement. Dire qu’il y a environ deux ans, il était en parfait état et son activité fourmillante… Bah. Il en était de même pour toute chose.
Mikaël fit rouler une vieille planche à demi brûlée négligemment en promenant un regard autour de lui. Le soleil encore haut en cette fin d’après-midi permettait d’avoir une bonne vue sur la région environnante. Grimpant sur un bloc de pierre, il pu avoir une idée plus précise de la taille de ce camp qu’il y a un an et demi. C’était parfait. Il faudrait bien évidement dégager le terrain, mais ce n’était pas de son ressort. Ce n’était même pas son travail. Il devait simplement faire un constat des lieux. A vrai dire, recréer un campement ici, à quelques kilomètres à peine de la Tour Déchirée semblait être une initiative plutôt inutile. Mais cela restait une initiative tout de même. Un léger avant-poste. Plus informé que les reclus du quartier général, mais avec les moyens à leur disposition et les membres de la Guilde venant de tout Erin, il n’en demeurait pas moins que beaucoup d’informations étaient à leur disposition.

Une grande surface. Impeccable. Au cas où… la pensée mourut avant d’arriver à son terme lorsque Mikaël, qui continuait sa marche, sentit un craquement. Ah. Rien qu’un poignard rouillé par les nombreuses pluies tombées. Apparemment, il n’avait plus rien à faire ici. Oui, le lieu était utilisable. Non, il n’était pas occupé par des voyageurs ou d’éventuels sédentaires. Avec un léger soupir d’ennui, il déambula dans les vestiges.

Le bonheur presque parfait qu’il ressentait depuis environ un mois commençait nettement à se dissiper. Il retrouvait son humeur taciturne et c’est pourquoi il appréciait d’être seul, dans un endroit aussi désolé que celui-ci. Pouvait-il nier qu’il était frustré ? Une partie de son but avait échoué. Encore. Combien de temps lui faudrait-il pour le résoudre ? Dix années supplémentaires ? Ou bien tout serait balayé en quelques instants parce que ses imbéciles de « héros » avaient eux aussi atteint leur but ? Impossible, pensa t-il. Il contrôlait toute els ficelles et si quelqu’un s’avisait à remuer un peu le bord de la toile, il serait tout de suite averti. Y avait-il, du côté opposé, quelqu’un comme lui, qui se consacrait à Douar depuis de longues années ? Seena ? Non, Seena était trop naïve pour réussir. Elle était tout le temps influencée… Leurs nouvelles relations étaient passées de tièdes à glaciales. Ou explosives. Cela dépendait de l’état des nerfs.

Pourquoi fallait-il qu’il ressasse sans arrêt des pensées aussi pessimistes ? Voyons le bon côté des choses ; il avait accompli une Prophétie vieille de trois mille ans et… Non, c’était une réflexion aussi stupide que les autres. Bien sûr. C’était une prophétie. Elle se serait réalisée même s’il n’avait jamais existé. La vie n’a aucun sens…

Mais est-ce que massacrer la bonne douzaine de bandits habitant ici il y a quelques années avaient un sens ? Pour Mikaël, non. Il n’avait jamais cherché à savoir ce qui s’était passé, et pourquoi un adolescent agonisait lentement par terre à quelques mètres. En outre, il était très occupé à cette époque. Doux euphémisme. Absorbé ? A l’époque, il avait vaguement eut une idée pour cet hère qui ne voulait qu’une chose, mourir. Rien n’est désintéressé. Mais cela n’avait servit à rien. Il s’était utilisé lui-même plutôt que de prendre, au final, le garçon.

Quand on parle du loup… Quelqu’un venait d’apparaître dans son champ de vision, lui, planté dans le campement qui ressemblait plus à un cimetière qu’autre chose. Quelqu’un qui étant un contrebas et de dos, ne l’aperçut pas. Mais Mikaël reconnut tout de suite la silhouette élancée et soignée –enfin, plus qu’autrefois- de ce jeune homme inconnu. Comme le hasard fait bien les choses… Mikaël se laissa glisser sur la pente douce pour arriver à la hauteur du nouveau venu. En entendant le léger bruit que cela fit, il se retourna. L’aperçut. Et si leur surprise fut égale, probablement, à voir les yeux qu’il écarquilla, Mikaël eut le bon sens de n’avoir qu’un battement paupière et de garder ses mains dans les poches en le fixant froidement. Tout à fait inutile, en fin de compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gilthoniel7.skyblog.com
Nathaniel Mor'wan
~> Dépressif Suicidaire A Vie, Cireur de Bottes de Misky et Grand Amour de Fall <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1352

Citations : Depuis ma naissance et jusqu'au jour de ma mort je n'obéirai qu'a moi même. (ou presque !Hein misky)
Humeur : Dépressif à tendances suicidaires XD

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Neutre - Maléfique
• Race: Hybride - Bis-Fir
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Quand le passé vous rattrape [FINI]   Mer 5 Déc - 19:41

Pour faire dans le mélodramatique, je dirais que le paysage morbide autour des deux jeunes hommes disparut à la vision de Nathaniel. Ce décor qui avait hanté ses rêves deux années durant, ne revêtait pour lui qu’une existence inintéressante, à présent. Un très court instant, le jeune hybride se sentit paralysé. Ce phénomène n’agit que quelques dixièmes de secondes, mais il suffit pour troubler la respiration pourtant si calme du jeune homme. C’était bien la dernière personne qu’il s’attendait à voir ici, et sans doute aussi la dernière qu’il souhaitait rencontrer. Et pourtant … Il était là, le toisant sans paraître troublé un seul instant, immobile devant lui, quelques mètres à peine … Ce visage si particulier qui, il le savait, allait le faire souffrir indéfiniment, le faisait ressasser tous ses crimes qu’il avait tant voulu oublier.

Nathaniel eut tout d’abord le réflexe inconditionné de fuir. Pourtant il ne bougea pas d’un pouce, fixant son regard émeraude parsemé de miel dans celui de son « sauveur ». Rien que ce mot dans son esprit le mettait mal à l’aise. Lui rappelait sa dette. D’ailleurs, toute son âme lui criait que son sens de l’honneur allait être mis à rude épreuve. S’incliner devant ce qui serait le plus Juste, ou bien faire comme si rien n’était arrivé, il y a deux ans. Ne sachant quoi faire, le jeune homme trancha en faveur d’un compromis. Il paierai sa dette, tout en gardant une liberté d’action …

Ces pensées lui donnèrent envie de sourire. Mais pour qui se prenait il ? Les décisions ne viendraient pas que de lui, car pour une fois quelqu’un était entré dans sa vie autrement que par un combat se finissant en meurtre. Ne sachant même pas dans quoi il s’engagerait par la suite, Nath retint cependant son hilarité, car il était rare qu’il affiche quelque « sentiment » devant quiconque. Cette pensée, encore, le troubla. Venant de lui-même, qui plus est. Car depuis quand éprouvait il des sentiments ? Il avait perdu son âme en même temps que la vie de sa sœur, il n’aurait pas du ressentir quoi que ce soit.

Pour prêter court aux états d’âme de notre hybride favori, revenons- en à la scène présente. Toutes ces réflexions n’ayant pris qu’un instant, Nathaniel fixa donc son regard d’ambre dans celui, glacial, de l’inconnu, et banda imperceptiblement les muscles de son bras, prêt à n’importe quel mouvement, ne connaissant pas les intentions de cet homme. Le temps passait tout seul, et rien ne semblait montrer qu’une quelconque réaction aurait lieu entre les deux hommes. C’est donc rechignant à faire le « premier pas », que Nathaniel ouvrit la bouche.


« … »

Pour la refermer juste après. Il n’avait rien à dire, c’était ridicule. Ridicule ! Se tortillant intérieurement comme une jeune fille effarouchée, Nath ne fit plus le moindre mouvement, décrétant on ne sait comment que ce n’était pas lui à ouvrir le bec en premier. Après tout, cet homme avait été le premier à le rejoindre. Par conséquent …

Il en profita pour le
[mater] détailler de la tête aux pieds. De taille plutôt moyenne - il mesurait environ le même ordre de grandeur que Nath-, le bel inconnu était en effet … beau. D’une beauté froide, cependant, presque … métallique. Un visage d’ange qui en avait vu des vertes et des pas mûres, un ange blessé plusieurs fois roulé dans la poussière, il avait bien des yeux d’un ivoire étincelant, et une peau pâle qui contrastait encore plus avec le blanc pétillant de sa chevelure. Impressionné, Nathaniel se dit que cet homme avait tout de l’ange parfait, au premier abord. Néanmoins, il savait la vérité fort différente. Quelque chose dans ces iris lui criait le contraire, lui affirmant qu’il était … dangereux. Repoussant cette pensée d’un coup de tête furtif, Nathaniel eut une « illumination ».

De la même manière qu’il eut apprit, un peu plus tôt dans la soirée, que ce visage le ferait éternellement souffrir, il eut à présent la certitude qu’il ferait n’importe quoi pour que ce visage lui sourie un jour. Un vrai sourire, avec les yeux et le cœur. Ce sentiment passionné lui était inconnu, et par un fait indépendant de sa volonté, il l’oublia aussi vite qu’il lui était venu à l’esprit. Son inconscient, pourtant, en gardait la trace quelque part, prêt à le faire remonter à la surface en temps voulu.


Ignorant tout des bizarreries se déroulant dans son cerveau, Nathaniel attendit avec un semblant d’appréhension un geste, une parole … [déjà soumis ! xD]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondu38.skyblog.com
Mikaël Eòghan
~> Admin Polaire <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1901

Citations : Un démon ? C'est un ange qui a eu des malheurs ; un ange émigré.
Humeur : Cherophobe

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Maléfique
• Race: Hybride (Erewent/Humain)
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Quand le passé vous rattrape [FINI]   Sam 8 Déc - 11:04

Mike laissa planer assez longtemps le silence. Il lui avait bien semblé que le jeune homme allait prendre la parole, mais probablement s’était-il ravisé. En fait, il n’y avait rien à dire. Et si la cogitation de Mikaël n’avait pas été aussi intense, peut-être se serait-il déjà détourné de cette personne qui pour l’heure lui était négligeable. En même temps, il ne pouvait pas trop se le permettre puisqu’il le connaissait déjà. Ce n’était pas comme croiser un inconnu. Le visage presque parfait de l’autre lui était déjà trop connu, avec ses yeux verts délicatement pailletés d’or, encadré par des mèches de cheveux noirs ébènes où le soleil dessinait des vagues irisées, le tout installé précisément sur une peau ivoire. Une lueur indéfinissable passait dans ses yeux alors que tendu, il observait Mike, prêt à réagir comme il se devait. Tout dans son attitude clamait la stupeur autant que l’envie de résister à ce qui risquait, fatalement d’arriver. Mais non, avait envie de lui dire Mikaël joyeusement, pas d’inquiétudes ! Tu es tellement insignifiant que je me demande pourquoi je pers mon temps avec toi ! Comme si je pouvais faire quelque chose… Mais il n’y a plus rien, désormais, tu ne me sers à rien… va t-en, il n’y a aucun lien entre nous deux pour l’avenir.

Pouvait-on le couper, celui qui les attachait au passé ? Une action si importante, si conséquente pour le jeune homme, pouvait-elle être oublié ? Mikaël pouvait-il ignorer qu’il avait bouleversé la vie de cet homme, l’avait contraint à vivre et qu’à présent, puisqu’il n’en avait plus besoin, il allait le laisser comme ça ?

*On ne soigne pas un blessé à moitié en l’abandonnant sur la route* songea t-il.

Et alors ? Ce n’était pas son problème. Ce gars-là ne servait à rien, pourquoi s’en encombrerait-il ?

- Finalement, tu ne m’a servi à rien, murmura t-il d’un ton égal.

Au moins pouvait-il se rassurer sur le sujet. Mikaël n’était ni philanthrope obstiné, ni un saint, et encore moins quelqu’un qui ne savait pas ce qu’il faisait. Des outils. Ils étaient tous des outils enfin de compte. Et Mike avait pour principe de els considérer comme telle. A partir du moment où on s’attache à des objets, on n’ose plus les utiliser et ils deviennent inutiles. Encombrants. Et dès qu’on ne les trouvait plus, on en faisait tout un plat. Bien futile et stérile, comme attitude.

De plus, il ne savait strictement rien de ce garçon. Même pas son âge. Bon, il pouvait deviner qu’il devait avoir entre dix-sept et vingt ans. Sa race… Humain, ou bien Bisclaveret. Puisqu’ils avaient généralement une apparence humaine. Fir-Bolg… il n’en avait pas le physique lumineux et surexcité. Et malgré sa beauté, il n’avait pas le côté sauvage et libre des Elfes. Et niveau caractère… Et bien, sa courte rencontre lui avait appris qu’il avait devant lui un probable dépressif à vie suicidaire. Il n’avait rien à se rattacher, et sans amarre la vie n’a plus de sens. On dérive vaguement, on survit… mais en fait on était perdu. Est-ce que en un an, il avait eut le temps de renforcer son cœur ou bien était-il une de ces personnes qui vivaient forts le moment et ne gardait aucune trace du passé ? Mikaël choisit la première option. Sinon, pourquoi aurait-il été présent sur ce lieu ?

A quelques mètres, le long de la grande route se trouvait l’endroit où Mikaël avait croisé ce regard suppliant, un peu fou. Il ne pouvait nier avoir ressentit un malaise diffus en apercevant cette souffrance morale qui jaillissait de tout le corps parcourut de tremblements. A l’époque, c’est tout de suite qu’il avait pensé, mécaniquement «Prêt à tout pour mourir. » Etait-ce cela, ou cette première impression qui l’avait poussé à le faire souffrir encore plus ? N’importe qui aurait pu penser qu’il lui apportait de l’aide. Mais non, puisqu’il l’avait forcé à vivre. L’avait forcer à faire ce qu’il voulait le moins. Continuer. Pour un délai plus ou moins bref. Et pour l'instant, c'était plutôt moins. Enfin, Mike avait tout le loisir de détruire ce qu’il restait de l’adolescent, ou de le conserver. Aucun ne lui faisait spécialement envie pour le moment…

_________________
~Seul Nath a le droit de m'appeler Misky. Les autres.... Disons que je leur ferais subir un sort qui leur ôtera l'occasion de reprononcer ce... patronyme. è-é~

~Mode Admin Méchant qui Tient à sa Fierté~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gilthoniel7.skyblog.com
Nathaniel Mor'wan
~> Dépressif Suicidaire A Vie, Cireur de Bottes de Misky et Grand Amour de Fall <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1352

Citations : Depuis ma naissance et jusqu'au jour de ma mort je n'obéirai qu'a moi même. (ou presque !Hein misky)
Humeur : Dépressif à tendances suicidaires XD

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Neutre - Maléfique
• Race: Hybride - Bis-Fir
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Quand le passé vous rattrape [FINI]   Sam 22 Déc - 10:46

Ce fut la remarque acide et brûlante de son interlocuteur, plutôt que son attitude passive et observatrice, qui tira Nath de son état comateux. Il ne ressentit rien dans ces mots, pas la moindre émotion, ni le moindre regret pour son acte valeureux. Rien. Le ton était morne, les yeux ne laissait rien filtrer de ses pensées … Nathaniel prit sur lui pour ne pas foncer tête baissée. Ce n’était pas son genre, et même face à ce … quoi ? Humain ? Démon ? Peut importait sa race, seules ses réactions comptaient aux yeux de Nathaniel. Le sentiment de n’avoir été qu’un pion s’imposa avec force dans son esprit. Seulement voilà, ce qu’il avait tant désiré lui avait été ôté par un inconnu qui avait seulement voulu jouer avec lui. Et cela le mettait hors de lui intérieurement. Peu habitué aux débordements affectifs en tout genre, le jeune homme ne bougea pas d’un pouce, mais ses pensées formaient un ballet complexe sous son crâne.

Ce qui lui avait importé, à cet Ange un peu particulier, c’est que les humains ou autres races pullulant les environs, fassent ce qu’il voulait. Cependant, les humains ne sont pas les pions d’un jeu d’échecs, ils ont leur volonté propre – jusqu’à un certain point. Mais un bon joueur sait néanmoins les manipuler. Et se trouvait en face de Nathaniel un excellent joueur. Mais, manque de chance, il est plus difficile de jouer avec des humains qu’avec des pions. Où peut être devrais-je dire que cela demande des qualités différentes. Un champion d’échecs doit être capable de prévoir ses mouvements et ceux de son adversaire, il lui faut au moins six ou sept coups d’avance. Bien sûr, c’est impossible avec les humains. Ce sont des pions, des cavaliers ou des tours qui agissent quelque fois de manière totalement imprévisible. Les pièces d’un jeu ne font jamais ça. Le cavalier ne décide pas comme ça d’avancer de deux cases, puis de reculer de trois.

Pour jouer avec des pions humains, il n’est pas très important de prévoir les coups, il faut surtout s’adapter rapidement, viser plusieurs objectifs à la fois et s’attendre à devoir ajouter l’inconnue « volonté humaine » à votre équation. Mais par un coup du hasard, ce n’était pas la volonté humaine de Nathaniel qui perturberait l’équation, non, mais au contraire son côté imprévisible, incompréhensible, et parfois carrément dénué de volonté.

Toutes ces réflexions inconscientes ne prirent pas autant d’ampleur qu’il aurait sans doute fallu pour que Nathaniel parte, brise le lien obscur qui les unissait pourtant à jamais, et bafoue son honneur dans le seul but de sauver son « avenir ». Seulement voilà, Nathaniel ne s’attendait à aucun avenir, et par le simple fait de rester ce jour là, au milieu des arbres, à invectiver son « sauveur », cette seule réaction en engendrerait bien d’autres, lui créant un chemin de toutes pièces.

Mettant un point d’honneur à employer le même ton détaché et à la limite du dédain que Mikaël, Nath relâcha les muscles de son bras, et adopta une attitude plus décontractée avant de lancer dans l’air froid qu’il ne sentait pas, créant un nuage de buée à chaque souffle, des paroles qui aurait pu paraître anodines dans un autre lieu…


« Dans ce cas, tu n’aurais pas du perdre ton temps à faire quelque chose que tu pourrais regretter par la suite … Tout le monde aurait été plus heureux. »

Nathaniel marqua une pause de quelques secondes, avant de reprendre, déjà las d’avoir à parler de nouveau : « Seulement je suis là par ta faute, et il faudra en assumer les conséquences. »

Par ces mots, le jeune homme se demandait s’il avait voulu parler du fait que, à présent, et bien malgré lui, il lui devait quelque chose. Quelque chose d’important, et parfois bien encombrant. Sa Vie. Lui qui réfutait tout lien avec le reste du monde et de l’Humanité, le voilà qui se retrouvait entraîné dans un pacte qu’il avait signé de son sang, sans toutefois en avoir conscience. Mais tout était de la faute de ce frêle jeune homme. Comme Nathaniel aurait aimé le briser comme il l’avait brisé, lui. Comme il aurait aimé … tellement de choses. Seulement voilà, malgré sa haine et sa rancune, il se savait incapable de lui faire du mal, et c’était la première et la dernière fois que cela lui arrivait.


° Je ne peux décemment pas égorger quelqu’un à qui je dois la vie. °

Oui mais, cette excuse en était elle vraiment une ? N’était ce pas plutôt ce phénomène étrange qui le faisait désirer plus que tout un sourire, un seul … Non, non … Non. Ca ne pouvait pas être cela ! Impossible ! Chassant ces idées troublantes de son esprit, Nathaniel se tu. Il n’y avait plus rien à dire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondu38.skyblog.com
Mikaël Eòghan
~> Admin Polaire <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1901

Citations : Un démon ? C'est un ange qui a eu des malheurs ; un ange émigré.
Humeur : Cherophobe

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Maléfique
• Race: Hybride (Erewent/Humain)
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Quand le passé vous rattrape [FINI]   Dim 23 Déc - 14:53

« Dans ce cas, tu n’aurais pas du perdre ton temps à faire quelque chose que tu pourrais regretter par la suite … Tout le monde aurait été plus heureux. Seulement je suis là par ta faute, et il faudra en assumer les conséquences.>>

A la voix sèche et dédaigneuse de son interlocuteur, Mike devina qu’il lui en voulait plus qu’il ne l’avouait. Bah. Cela ne lui faisait ni chaud ni froid. A quoi était prêt le jeune homme, en disant ces paroles ? A quoi pensait-il ? Il le haïssait probablement, alors pourquoi semblait-il vouloir s’attacher à lui encore une fois ? Etait-ce une manière de se venger, de défouler sa frustration en lui rappelant à chaque seconde son geste ? C’était une intention parfaitement envisageable, mais qui n’aboutirait guère chez quelqu’un comme le Demi-Erewent. Le garçon se bercerait d’illusions en apaisant sa rancune, mais il finirait bien par se rendre compte que cela ne mènerait à rien. C’était plutôt un choix négatif pour lui… Mais les deux pouvaient y trouver leur compte si Mike y mettait un peu du sien.

- Des conséquences qui pourraient nous arranger tout les deux. Et je n’ai pas dit que je le regrettais,corrigea Mikaël en réponse.

Pouvait-il lui dire de partir et d’oublier ? Non, un acte restait à jamais gravé dans le passé, surtout lorsqu’il était aussi lourd de conséquences. L’Erewent ne ressentait aucuns remords pour l’avoir fait, même si cela s’était révélé inutile. D’ailleurs, peut-être qu’il servirait tout de même à quelque chose. Et puisqu’il avait l’air de dire, comme Mike le pensait, qu’ils étaient forcés de réaliser ce pacte invisible, il songeait déjà aux éventuels travaux que le jeune homme devrait faire. Que cela soit au péril de sa vie ou pas. Après tout, la première option avait l’air de lui plaire, non ? Avait-il décidé de le suivre éternellement jusqu’à ce que sa dette soit réglée ? Pourvu que non, il serait alors encombrant. Et Mikaël ne pouvait pas lui confier n’importe quelle mission. Une aussi simple que de se suicider, comme était l’idée de départ, ne nécessitait aucun talent sinon être suffisamment intelligent pour manier un poignard afin de s’ouvrir les vaines. Et le garçon n’avait pas l’air d’être un imbécile, ses manières distinguées et ses réactions mesurées montrant qu’il réfléchissait plutôt que d’être impulsif. Mais maintenant, il lui faudrait savoir de quoi était-il capable. Ses talents, ses pouvoirs, ses qualités. Et pour cela, il devait le connaître. Ce fut donc la première résolution que pris Mikaël tandis qu’il passait la main sur sa nuque, geste qu’il réalisait fréquemment lorsqu’il raisonnait.

- Donc, si je comprend bien, commença t-il, tu veux que je te rende ce qui t’es dû ? Et qu’est ce que tu feras, après ? Ou plutôt, que désires-tu exactement ?

Autant mettre les choses au clair. Ce serait plus facile, ensuite, de savoir ce qu’il pourrait bien faire de ce jeune homme sur lequel il ne posait toujours pas de nom. Si les desseins de ce dernier se précisaient, il pourrait éventuellement le prévenir sur ce qui l’attendait et s’assurer de sa fidélité. Il n’allait pas mener un inconnu à la Guilde. Mikaël devait être sûr qu’il était prêt à faire ce qu’il lui ordonnerait. Sinon, tant pis pour lui, malgré sa colère, il le laisserait là, épave sur un monde démonté comme la mer. Et là, Mikaël pourrait considéré son geste fâcheux. Au pire, s’il devenait trop gênant, il pouvait parfaitement le tuer. Mais ce serait trop étrange, trop paradoxale. Encore une fois, le fait qu’il lui avait sauvé la vie bloquait des chemins. Il n’en restait donc plus que deux. Lequel choisirait-il ? Tout dépendait de la réponse du garçon.

Peut-être que le plus sage serait de Lui demander. En avait-Il besoin ? Probablement que non, mais plus il y aurait de fidèles, plus la lutte serait facile pour eux. Prenant sa deuxième décision, Mikaël posa les mains sur sa taille et avertit, d’un ton toujours neutre légèrement voilé par la menace que contenant ses paroles :

- Je suppose qu’avant que tu ne répondes, je dois t’avertir de cela. Je travaille pour la Guilde. Ce qui signifie que si tu tiens réellement à me « payer », cela sera dans…

Légère hésitation du nom qui suivrait. Non. Pas Fall. Encore tenu au secret.

- … son intérêt, rectifia t-il au bout d’une demi seconde.

_________________
~Seul Nath a le droit de m'appeler Misky. Les autres.... Disons que je leur ferais subir un sort qui leur ôtera l'occasion de reprononcer ce... patronyme. è-é~

~Mode Admin Méchant qui Tient à sa Fierté~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gilthoniel7.skyblog.com
Nathaniel Mor'wan
~> Dépressif Suicidaire A Vie, Cireur de Bottes de Misky et Grand Amour de Fall <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1352

Citations : Depuis ma naissance et jusqu'au jour de ma mort je n'obéirai qu'a moi même. (ou presque !Hein misky)
Humeur : Dépressif à tendances suicidaires XD

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Neutre - Maléfique
• Race: Hybride - Bis-Fir
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Quand le passé vous rattrape [FINI]   Dim 23 Déc - 15:47

-Des conséquences qui pourraient nous arranger tout les deux. Et je n’ai pas dit que je le regrettais.

En entendant ces quelques mots, la situation dans l’esprit de Nathaniel changea du tout au tout. Avant, deux options se présentait à lui : Fuir très loin de cet homme qui lui rappelait son passé, passer pour un lâche et se haïr jusqu’à la fin de ses jours, ou bien supplier cet homme d’oublier tout ceci. Vous l’aurez deviné, aucune de ces propositions n’enchantaient le jeune homme. Aussi s’était il résigné à rester là un certain temps, attendant une quelconque réaction. Seulement voilà qu’avec une seule phrase, ce mystérieux interlocuteur venait d’entrebâiller une porte qui menait à une troisième voie. Une alternative, en quelque sorte… Un « arrangement », pour reprendre ses mots. Le jeune hybride n’eut cependant pas le loisir de réfléchir plus avant, que l’être en face de lui reprenait la parole.

-Donc, si je comprend bien, commença t-il, tu veux que je te rende ce qui t’es dû ? Et qu’est ce que tu feras, après ? Où plutôt, que désires-tu exactement ?

Si Nath avait été de nature démonstratif, nul doute qu’il aurait ouvert puis refermé la bouche comme un vulgaire poisson en manque d’eau salvatrice. Mais son naturel placide, détaché et dédaigneux jouait en sa faveur, et aucune marque de surprise ne passa dans son regard. Cette question de but en blanc était tellement directe qu’il ne se demanda même pas pourquoi il allait y répondre. Nathaniel ne trouva pas une seule seconde étrange le fait de continuer ce dialogue. Il allait se confier à un inconnu assez intime pour lui avoir sauvé la vie, et cela ne le dérangeait pas … Après tout, il y avait ce quelque chose chez cet homme qui le poussait à ne pas le rejeter corps et âme. Phénomène inexpliqué, Nath prit donc la parole d’un air détaché, presque léger, son attitude se décontractant peu à peu à mesure que les mots lui venaient.

« Ce que je désire tu ne pourrais me l’obtenir quelque soit le pacte que je pourrais conclure avec toi. Mais je me contenterais de moins que cela … Je souhaite juste avoir une occasion de pouvoir mourir sans que cela vienne d’un de mes désirs. Juste la Mort. »

° S’il ne croyait pas déjà que j’étais fou ou suicidaire, alors maintenant il le sait. °

En effet, Nathaniel avait tout du suicidaire en puissance et complètement désespéré. Mais personne ne pouvait en comprendre la raison étant donné que personne ne connaissait son histoire. Oui mais, cet homme … Il en savait déjà beaucoup sur lui, trop en tout cas. Nath s’était juré de ne pas avoir affaire à une même personne trop longtemps ou plusieurs fois, surtout si celle-ci était intelligente. Malheureusement pour lui, Mikaël Eoghan était plutôt futé… Cependant, les paroles qui suivirent mirent fin aux derniers doutes de Nathaniel.

Le jeune homme, quelques minutes auparavant, s’était résigné à passer un pacte, ou quelque chose du genre, qui lui apporterait peut être ce qu’il voudrait, et qui lui permettrait dans le même temps d’effacer sa dette. Deux en un, il en sortait plutôt gagnant dans l’histoire, car cet homme aurait très bien pu le laisser ici, à ruminer sur son sort. Malgré cela, Nath désespérait d’être traité comme un gamin que l’on recueille au bord du chemin, un pauvre garçon dont on avait pitié … Secouant la tête, le jeune homme intégra enfin les paroles de « l’Ange », comme il le nommait à présent.


-Je suppose qu’avant que tu ne répondes, je dois t’avertir de cela. Je travaille pour la Guilde. Ce qui signifie que si tu tiens réellement à me « payer », cela sera dans…son intérêt.

Son intérêt ? La Guilde ? Tout cela lui évoqua un mot, un seul : la Prophétie. Serait-ce … Allons bon, il ne pouvait pas en être ainsi, ce serait trop de chance ! En effet, Nath avait toujours été attiré par cette Guilde qui semblait agir dans un but commun qui pourrait lui être profitable … Cependant, les désirs de Lili l’avaient toujours empêché de chercher un membre de cette Guilde, et d’y entrer. Alors pouvoir concilier ce désir qu’il avait toujours refoulé, et la promesse qu’il avait faite à Lili de ne la rejoindre que lorsque cela devrait être fait … Le jeune homme semblait être redevenu un gosse à qui on propose un tour en manége. Sauf que ce « divertissement » pourrait s’avérer mortel, et c’est cela qui dissipait ses derniers remords ou à priori concernant le fait de se mettre au service de quelqu’un.

Toute fierté ou amour propre envolé, Nathaniel se racla la gorge et modéra le timbre de sa voix pour ne pas afficher que la tournure des événements lui convenait plus qu’on ne l’aurait cru … Bien sûr que la servitude le dérangerait au début, mais il s’y ferait, comme à tout, puisque plus rien n’avait grande importance pour lui. L’avantage avec les désespérés, c’est qu’une fois qu’ils se lancent dans quelque chose, ils sont plus tenaces et plus persévérants que les autres. Si Nathaniel offrait sa fidélité, alors il serait au service de cet homme jusqu’à sa mort.


« Je te dois la Vie, même si cela me répugne. Alors je suis prêt à te payer, dans quelque intérêt que cela sera. Tu disposes de mes capacités et de ma vie comme il te semble, puisque, je crois, je pourrais tirer moi aussi satisfaction de cet arrangement. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondu38.skyblog.com
Mikaël Eòghan
~> Admin Polaire <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1901

Citations : Un démon ? C'est un ange qui a eu des malheurs ; un ange émigré.
Humeur : Cherophobe

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Maléfique
• Race: Hybride (Erewent/Humain)
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Quand le passé vous rattrape [FINI]   Lun 24 Déc - 14:03

La réponse ne tarda pas. Mkaël fut même surpris de l’entende aussi vite :

« Ce que je désire tu ne pourrais me l’obtenir quelque soit le pacte que je pourrais conclure avec toi. Mais je me contenterais de moins que cela … Je souhaite juste avoir une occasion de pouvoir mourir sans que cela vienne d’un de mes désirs. Juste la Mort. »

Avait-il réfléchi avant de répondre, ou bien était-ce une idée depuis longtemps mûre et acquise, qu’il ne lâcherait jamais ? Si on mettait de côté ces questions, il y avait bien une chose qui était confirmé ; mourir était vraiment une idée fixe chez le jeune homme. Un an n’avait pas suffit à effacer les traces d’un désir qui surpassait l’obstination. Ce n’était même pas de l’entêtement, et peut-être un des rares rêves égoïstes qu’il souhaitait réaliser. Tout le reste était au second plan. Peu lui importait de savoir quel chemin emprunté ; l’important, c’était d’atteindre la destination.

C’était une requête facilement réalisable à laquelle Mike pouvait facilement accéder. Et ne chercha pas à en savoir plus. Autant se contenter de quelque chose de possible. Et s’il son interlocuteur disait que ce qu’il souhaitait encore plus était irréalisable, c’est que cela l’était. Probablement… On verrait bien au fil des jours.

L’inconnu reprit, toujours sérieusement, conscient de chacune de ses paroles :


« Je te dois la Vie, même si cela me répugne. Alors je suis prêt à te payer, dans quelque intérêt que cela sera. Tu disposes de mes capacités et de ma vie comme il te semble, puisque, je crois, je pourrais tirer moi aussi satisfaction de cet arrangement. »

C’était donc décidé. En quelques minutes, on venait de jouer le destin d’un homme. C’était étrangement facile. Et il n’y avait rien à signer. Le meilleur commerce. Ce qui était encore plus insolite, c’était le cœur du marché. On discutait sur quelque chose dont personne ne voulait, et qui les liaient tout les deux. Le garçon n’avait aucune envie de vivre, et pourtant il tenait à payer une dette qu’il avait acquise contre son gré. C’était parfaitement absurde, et bel et bien un sens de l’honneur difficile à comprendre, puisque Mike ne savait strictement rien de la personne en face de lui. Ce serait un défaut rapidement réparé. S’il demandait aux bonnes personnes, il saurait tout demain soir. Mais avait-il envie de percer le secret du passé de Nathaniel ? Avait-il envie d’encore une fois, forcer les choses ? Il aviserait. Plu tard. Mikaël reprit la parole :

- Très bien. Je te prends donc à mon service en tant que membre de la Guilde. Pendant une durée indéterminée. Jusqu’à ce que l’un de nous deux meurt. Cela te convient-il ?

Il laissa planer le silence quelques secondes avant d’ajouter en s’en rappelant :

- Tu devras donc prêter serment. Et j’imagine que puisque nous sommes obligés par ce pacte à passer quelques temps ensemble, il serait utile de connaître nos noms respectifs.

En gage de sa bonne fois, il se présenta le premier. De toute façon, ils ne risquaient rien à divulguer leur identité mutuelle, sauf si le jeune homme se révélait être l’héritier ou une personne tristement célèbre. Etant donné son âge, s’était peu probable.

- Pour ma part je m’appelle Mikaël Eòghan. Je doute que cela te dise quelque chose.
Fort heureusement pour le demi-Erewent, il n’était pas très connu pour ces exploits envers la Guilde. Il s’était fait discret, mais cette agréable position allait bientôt changer avec l’accomplissement de la prophétie. Enfin, pour l’instant, cela ne faisait aucune différence.

_________________
~Seul Nath a le droit de m'appeler Misky. Les autres.... Disons que je leur ferais subir un sort qui leur ôtera l'occasion de reprononcer ce... patronyme. è-é~

~Mode Admin Méchant qui Tient à sa Fierté~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gilthoniel7.skyblog.com
Nathaniel Mor'wan
~> Dépressif Suicidaire A Vie, Cireur de Bottes de Misky et Grand Amour de Fall <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1352

Citations : Depuis ma naissance et jusqu'au jour de ma mort je n'obéirai qu'a moi même. (ou presque !Hein misky)
Humeur : Dépressif à tendances suicidaires XD

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Neutre - Maléfique
• Race: Hybride - Bis-Fir
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Quand le passé vous rattrape [FINI]   Mer 26 Déc - 9:30

-Très bien. Je te prends donc à mon service en tant que membre de la Guilde. Pendant une durée indéterminée. Jusqu’à ce que l’un de nous deux meurt. Cela te convient-il ?

Nathaniel tiqua à peine aux paroles de l’inconnu qui n’en était plus vraiment un. A son service … C’était presque effrayant de constater à quel point la capacité d’adaptation du jeune homme était développée. En quelques secondes à peine, le jeune hybride ne se formalisait déjà plus de ce rang. Certes c’était sa dette, mais également son désir de servir cette Guilde. Seulement voilà, il y avait quelque chose dont Nath prenait à peine conscience, une idée qui lui venait des plus troubles endroits de son cerveau dérangé. Il savait que ce n’était pas tant la Guilde que cet « Ange » qu’il servait. Déjà dévoué comme un parfait petit toutou, Nath prenait peu à peu conscience de l’enjeu de ce pacte. Lui qui s'était promis, au temps où Lisbet'h et lui vivaient heureux, de n'obéir qu'à lui même sepuis le jour de sa naissance jusqu'à celui de sa mort. A présent, il serait réduit à exaucer les moindres désirs de cet homme. Mais cela ne le troublait pas plus que ça, à présent, car il avait obtenu la promesse d’aboutir à une Mort honorable, et qui ne dérangerait pas Lili.

Ce surnom lui donna presque l’envie de sourire. C’était sa mère qui avait, la première, appelée Lisbet’h ainsi. Depuis, c’était resté … Sa mère … L’idée de son visage déformé par la fureur si elle le voyait ainsi serviteur fit grimacer Nath de plaisir. Même après sa mort, il semblait prendre une maligne satisfaction à torturer sa mémoire, ne la laissant jamais en paix.
[Il est vraiment dérangé mon ptit Nath ^^’ ] Nathaniel baissa les yeux pour contempler ses mains, si blanches. Comment cela se faisait il qu’il semble encore si pur ? Etait ce sa punition, une enveloppe pure qui abritait une âme tourmentée, et coupée en deux qui plus est ? Seulement voilà, le sang était si facile à faire disparaître … Qu’importe que ses mains soient couvertes de sang puisqu’il suffisait de les laver pour qu’il disparaisse …

-Tu devras donc prêter serment. Et j’imagine que puisque nous sommes obligés par ce pacte à passer quelques temps ensemble, il serait utile de connaître nos noms respectifs

La douce voix de son interlocuteur l’avait, une fois de plus, tiré de ses délires morbides. Il ne faisait même pas exprès de lutter contre les aléas de son cerveau. Il pouvait rester ainsi des heures à repenser au passé, et il ne lui fallait pas deux secondes pour prendre une décision concernant son avenir. Etrange personnage que Nathaniel Mor’wan, il se le disait tout le temps. Il savait que personne ne comprenait, que personne ne l’estimait, que personne ne pourrait l’aimer. Et il n’en avait que faire. Seul le souvenir de sa sœur lui importait. Du moins le croyait il, mais l’apparition de ce jeune homme dans sa vie allait bouleverser ses principes conservateurs.

-Pour ma part je m’appelle Mikaël Eòghan. Je doute que cela te dise quelque chose.

Et voilà, il s’était encore laissé aller à des pensées étranges dont il ne se remémorait même pas le contenu. Son inconscient lui jouait souvent ce tour, prenant des décisions à sa place pour plus tard, sans qu’il en ai conscience sur le moment. Revenant à l’instant présent, il se rendit compte qu’il n’avait pas ouvert la bouche depuis un moment déjà. Mikaël Eòghan … Ce nom ne lui disait effectivement rien. C’était juste un nom, après tout.

Repenser à « Lili », à son surnom, au fait que son prénom lui aille si bien, fit réfléchir Nathaniel sur ce simple nom. Mikaël Eòghan … Un surnom pointait dans son esprit sans qu’il sache bien pourquoi. Seulement le jeune homme recherchait une Mort digne, pas un vulgaire assassinat dans un coin désolé juste pour un surnom débile. Nath soupira légèrement, laissant une fois de plus un nuage de buée se former devant ses yeux.


« En quoi consiste ce serment ? » demanda t’il, s’attendant à tout et prêt à accepter avant même de savoir en quoi cela consistait. Puis il ajouta, se souvenant qu’il fallait qu’il se présente, aussi … « Je m’appelle Nathaniel Mor’wan, et je ne pense pas non plus que mon prénom te rappelle qui que ce soit. »

° Sauf peut être ma très chère mère complètement fêlée. °

Effectivement, ce serait sans surprise que Nath apprendrait que Ãmaryllis avait plongé la dedans. Cependant il espérait que cela ne soit pas le cas, réfutant par toutes les pores de sa peau son appartenance à cette famille. D’ailleurs, il avait souvent songé à changer de nom. Mais à quoi bon ? Cela l’éloignerait un peu plus de Lisbet’h, la seule qui le rattachait à sa « famille ».

[Désolée Lùlù j'ai pas du tout fait avancer l'affaire ! Je t'aide pas, hein ? tu veux que j'en rajoute ? xD]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondu38.skyblog.com
Mikaël Eòghan
~> Admin Polaire <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1901

Citations : Un démon ? C'est un ange qui a eu des malheurs ; un ange émigré.
Humeur : Cherophobe

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Maléfique
• Race: Hybride (Erewent/Humain)
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Quand le passé vous rattrape [FINI]   Jeu 3 Jan - 14:16

« En quoi consiste ce serment ? Je m’appelle Nathaniel Mor’wan, et je ne pense pas non plus que mon prénom te rappelle qui que ce soit. »

Il avait raison, ce nom ne lui disait absolument rien, comme il l’avait supposé, mais la consonance était plaisante et il était satisfait de pouvoir enfin poser un nom sur cette personne. C’était déjà un premier pas vers la connaissance du garçon, de ses capacités, sa Race, ce qui le poussait à être ce qu’il était… ce qu’il devenait. On disait souvent « Connais toi toi-même », mais Mike n’avait pas besoin de ça pour lui et était plutôt adepte de connaître ses ennemis comme ses alliés pour mieux les exploiter (esclavagiste ! XD). Et il était particulièrement intéressé pour Nathaniel. Il ne le savait pas exactement pourquoi, mais le charisme de l’adolescent lui donnait envie de tout savoir sur lui, peut-être pour, tout simplement, mieux le comprendre. Pour une fois que cela sortait du cadre de l’utilité. C’était plutôt surprenant. Mais l’adolescent devait dégager une sorte d’aura mystérieuse, un brouillard qui nappait son but et ses raisons, qui en faisait un individu différent. Rafraîchissant, en fait.

Il abandonna à son subconscient ces questions sans réponses sur l’attirance peu habituelle qu’il ressentait pour Nathaniel, et cette envie de comprendre pourquoi ce qu’il faisait lui semblait…. Illogique, étrange ? Pourquoi ? Que cachait-il ? les gens étaient si souvent ennuyeux qu’il avait perdu l’habitude de montrer de l’intérêt pour leur passé et leur épreuve. La plupart des membres de la Guilde étaient tous là par haine de l’humanité, fanatisme pur et simple, ambitions personnelles… Ils avaient souvent un passé chargé de meurtres, tous plus au moins psychotiques, que Mike avait fini par trouver cela anodin. Mais Nathaniel apportait autre chose, et cette idée fixe de mourir…

De nouveau, l’Erewent repoussa ses idées et s’intéressa à la question qu’avait soulevé son interlocuteur. Le serment. Un moment…. épique ? de sa propre vie. Non, pas spécialement hors du commun, mais c’était quelque chose qui avait marqué un tournant dans sa vie, le détachement ultime entre ses derniers remords et son envie fanatique de retrouver Fall par n’importe quelle moyen. Une envie ambitieuse de se hisser à un autre rang que les autres, un désir dévorant qui avait balayé tout autre envie. S’occuper des autres, s’occuper de lui-même, comprendre et réfléchir… Tout ça, il l’avait écrasé, mais il savait que tôt ou tard, la compression serait moins importante et il lui faudrait bien reconsidéré des choses désagréables. Faire la part entre le destin et le choix. Sur le moment, il se rapella avec un étrange pincement au cœur la conversation qu’il avait eut et qu’il n’avait pas achevé. C’était un terrain glissant. La métaphore convenait parfaitement avec ce qu’il avait ressentit à ce moment. Son univers obtus, centré, avait brusquement été déformé par une distorsion qu’il n’aurait jamais imaginé. Il se refusait d’y penser. C’était sa vie. Son existence. Il décidait. Pas… pas une vulgaire poésie et des dés joués par un dieu plus puissant encore, universel.

Rien que d’effleurer de la pensée ce souvenir, un éclat de colère brilla et son poing se serra imperceptiblement.

Le serment donc. En quoi consistait-il ? C’était une promesse faite d’honneur et de sang, dont la bague que portait chacun des membres de la Guilde symbolisait le pacte passer entre Fall et eux-mêmes.


- En quoi consiste t-il ? répéta t-il lentement en réfléchissant sur mesure.En échange de la promesse de ta fidélité absolue à la Guilde, on te donne une bague.Il leva la main droite, où il y avait un anneau d’argent dont la monture était en forme d’une hermine aux babines retroussées, le visage plissé de colère –de douleur ? Sur le dessus, un triskell inversé sertie d’un joyau vert et sombre ornait la bague.

- Elle permet de voir et d’entrer dans le repaire de la Guilde. J’y suis souvent, et je ne peux pas me permettre d’avoir un serviteur qui serait sans arrêt éloigné. C’est pourquoi tu devras prêter ton serment afin de l’obtenir. C’est quelque chose qu’on ne délie pas. Si tu acceptes, c’est jusqu’à ta mort. Et en cas de trahison, et bien… J’avoue que je n’ai jamais eu l’occasion de voir ce qui se passait mais je ne doute pas que cela soit remarquablement douloureux.

La mort ? Probablement pas. Ce serait trop doux par rapport à la faute. Et s’il y a une chose que Mike devait haïr, c’était bien les traîtres, les hypocrites. Dans l’intérêt de son nouveau serviteur, il espérait que Nath n’était pas de ces gens là. Pour l’instant, il ne pouvait se prononcer sur le caractère du placide jeune homme et se contenta de le scruter du regard, comme s’il pouvait voir l’intérieur de ce que renfermait le visage délicat du garçon.

_________________
~Seul Nath a le droit de m'appeler Misky. Les autres.... Disons que je leur ferais subir un sort qui leur ôtera l'occasion de reprononcer ce... patronyme. è-é~

~Mode Admin Méchant qui Tient à sa Fierté~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gilthoniel7.skyblog.com
Nathaniel Mor'wan
~> Dépressif Suicidaire A Vie, Cireur de Bottes de Misky et Grand Amour de Fall <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1352

Citations : Depuis ma naissance et jusqu'au jour de ma mort je n'obéirai qu'a moi même. (ou presque !Hein misky)
Humeur : Dépressif à tendances suicidaires XD

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Neutre - Maléfique
• Race: Hybride - Bis-Fir
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Quand le passé vous rattrape [FINI]   Dim 13 Jan - 10:38

Nathaniel se sentait observé de près. De trop près. Le regard scrutateur de son maître pesait sur son visage comme un poids sur son cœur. Pourtant s’insinuait dans son esprit un désir et un besoin que ce regard ne le quitte plus. La distance n’en était que plus douloureuse, parceque, depuis cet instant, il n’appartenait plus qu’a lui. Depuis cette matinée où sa liberté qu’il avait tant cherché dans sa jeunesse, venait d’être anéantie, remplacée par un lien, plus fort, qui l’unissait à cet homme, sans qu’il en connaisse la nature. Sans qu’aucun d’eux n’en discerne l’ampleur, il s’insinuait en eux comme un poison mortel et doux à la fois.

Le jeune homme, si perturbé par des … sentiments ? Choses qu’il n’avait pas connues depuis … bientôt deux ans. Etonnant ! Ressentait il une quelconque affection pour son maître ? Ou bien était ce l’obéissance aveugle ? Mais non, il le savait qu’il ne serait jamais un serviteur sans discernement, il avait trop d’antécédents pour cela ! La réponse à sa question arriva vite, et une mise en garde à peine dissimulée coula dans un même temps des lèvres de Mikaël.


- En quoi consiste t-il ? En échange de la promesse de ta fidélité absolue à la Guilde, on te donne une bague. Elle permet de voir et d’entrer dans le repaire de la Guilde. J’y suis souvent, et je ne peux pas me permettre d’avoir un serviteur qui serait sans arrêt éloigné. C’est pourquoi tu devras prêter ton serment afin de l’obtenir. C’est quelque chose qu’on ne délie pas. Si tu acceptes, c’est jusqu’à ta mort. Et en cas de trahison, et bien… J’avoue que je n’ai jamais eu l’occasion de voir ce qui se passait mais je ne doute pas que cela soit remarquablement douloureux.

Bon … Un serment, une promesse indéniable … Un pacte inaltérable. Cela convenait au jeune homme, qui se voyait ainsi relié à la mort par un lien que nul ne pourrait détourner. Il en eut presque l’envie de sourire pendant que son regard se perdait dans le vague … Ce fut le pépiement lointain d’un oiseau agonisant qui le ramena à la réalité. Il ouvrit la bouche, plus décidé que jamais à foutre sa vie en l’air. Un serment … Il utiliserait pour cela les seuls mots qui lui venaient vraiment du cœur.

« Par ces quelques mots, je me lies à vous pour l’éternité. Je me fais votre jusqu’à ce que la mort me sépare de vous. » Nath posa un genou à terre dans une pose d’humilité absolue, sans le moindre amour-propre pour lui faire ressentir une honte quelconque … Et il continua. « Je vous jure obéissance et fidélité, ainsi qu’à la guilde et à son œuvre. »

Voilà, c’était officialisé. Les mots avaient coulé de ses lèvres sans qu’il cherche à les retenir, et sans prendre conscience de la gravité de ses paroles. Toutefois, il ne savait pourquoi il avait tout à coup employé le « vous » de rigueur … Sans doute que pour un serment ça faisait plus classe, ou tout simplement parce qu’en tant que serviteur, sa place était tout simplement celle-ci. Du moins pour l’instant … Nath se releva et fixa son regard de feu dans celui de glace de son interlocuteur, se délectant de la pureté de ses traits, qu’il avait lui-même obtenu à la naissance sans qu’il s’en rende jamais compte …

Et là, sans qu’il ait un quelconque contrôle sur son geste,
[J’ai étudié le système nerveux en bio eh ben c’est possible qu’il fasse quelque chose sans qu’il l’ait demandé ! C’est un réflexe, comme quand on frappe le tendon d’Achille ou le genou, ça s’appelle le réflexe myotatique !] Je disais donc, sans qu’il ait un quelconque contrôle sur son geste, Nathaniel esquissa l’ombre d’un sourire en direction de cet homme qui lui avait auparavant sauvé la vie. Peut être que … Peut être que sa situation n’était pas si désespérée, après tout !

C’est alors que l’avertissement contre les traîtres lui revint en mémoire. Lui trahir ? Et pour faire quoi ? Il se voyait mal se soustraire à son poste alors qu’il avait enfin l’occasion de rembourser sa dette, et ainsi calmer la tempête sous son crâne. Il ne partirait pas tant que ce lien existait. Il ne partirait pas tant que Mikaël aurait besoin de lui ; Il ne partirait pas tant les conditions de leur contrat ne soient atteintes. En d’autres termes, seule la Mort pourrait le séparer de son nouveau maître.

Les propos étranges que son inconscient et son conscient se disputaient sous son crâne ne l’effrayaient même pas. Après tout, une promesse est une promesse, et il avait juré obéissance et totale soumission à un seul être. Il ne faillirait pas. De plus, Nathaniel Mor’wan, bien que de constitution frêle, était un véritable don comme allié. Il savait se battre et réfléchir, associant les capacités majeures d’un bon combattant, qui se réunissaient pourtant rarement chez un même être. J’irais presque jusqu’à dire qu’il faisait partie de ces êtres d’exception comme on en trouve rarement, et comme on en cherche tant en ces temps troubles. Une fois enrôlé, il était un véritable cadeau qu’on ne pouvait regretter … Même s’il n’en avait pas conscience !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondu38.skyblog.com
Mikaël Eòghan
~> Admin Polaire <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1901

Citations : Un démon ? C'est un ange qui a eu des malheurs ; un ange émigré.
Humeur : Cherophobe

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Maléfique
• Race: Hybride (Erewent/Humain)
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Quand le passé vous rattrape [FINI]   Mar 15 Jan - 16:56

[J'ai mis des trucs que j'avais absolument pas prévus xD Je t'expliquerais sur MSN, ne t'étonnes pas si tu trouves le post... bizarre XD]

Encore une fois, le regard de Nathaniel devient vague et une nouvelle accalmie s’instaura. Il devait sûrement réfléchir à ce que préconisaient ses paroles, songeait Mikaël qui commençait à trouver le temps long. Mais cela ne dura qu’un très bref instant, car les yeux du jeune homme revinrent sur lui, une lueur calmement décidée dans les prunelles. Fatalité, destin, décision supérieure ou réel choix ? Mikaël ne se souvenait même pas de ce qu’il l’avait amené à ouvrir cette voix à Nathaniel. Ah oui. Le devoir. Des services dans les services. Une logique bizarre, propre aux êtres dotés d’un système de réflexion compliqué, voir nébuleux. Il ne savait plus depuis quand, mais il se doutait déjà de l’irrévocable décision et connaissait les paroles que prononça Nathaniel avant même qu’il ne commence.


« Par ces quelques mots, je me lies à vous pour l’éternité. Je me fais votre jusqu’à ce que la mort me sépare de vous. Je vous jure obéissance et fidélité, ainsi qu’à la guilde et à son œuvre. »

Quels sont les sentiments que l’on doit éprouver lorsqu’une personne nous fait allégeance ? Aussi solennellement que possible, sur la terre battue, les restes d’un endroit détruit et mort, l’après-midi qui déclinait… A vrai dire, quiconque aurait observé la scène d’ailleurs aurait été passablement surpris.

A vrai dire, Mikaël était plutôt satisfait. Cela n’avait pas ressemblé à une bataille mais on aurait dit une victoire. Pourtant, l’idée de le servir n‘avait pas eut l’air ni d’irrité ni de mortifié Nathaniel, mais il avait tellement peu réagit depuis le début qu’il était difficile de savoir ce qu’il pensait de la situation. Néanmoins, il y avait beaucoup d’avantages dans ce pacte. La Guilde gagnait un disciple, Mikaël un serviteur. « Obéissance »… Jusqu’à où ? Si un jour, Mike lui ordonnait quelque chose qui le révulserait d’une manière ou d’une autre, le ferait-il ? S’il était vraiment un être aussi vide psychiquement que de réaction, sans aucun doute. Au moins cela prouverait-il certaines choses. Dans les deux cas, ce serait un peu triste, puisque d’un côté Nathaniel ne serait qu’une coquille vide et de l’autre parce que le dilemme aurait été une torture mentale. Du calme, la réflexion. Depuis quand Mikaël s’inquiétait de ce que pouvait ressentir un outil, aussi parfait semblait-il ?

Bref, à cette déclaration, devant le jeune homme agenouillé devant lui, il hésita à sourire puis se dit que même si c’était une action inutile, il était peut-être bon de le faire un peu lorsqu’on se sentait content. Il finit par s’exécuter. Une bonne de chose de réaliser aujourd’hui, au moins. Maintenant, s’il n’avait vraiment tenu qu’à s’acquitter de sa dette le plus vite possible, il aurait envoyé Nath directement dans un endroit où il ne serait pas revenu, mais sitôt cette pensée venue, il la réfuta. Hors de question de perdre le jeune homme maintenant. Cela n’avait pas été dans ses intentions du départ et… Il n’en avait pas envie. Possesseur d’un aussi bel atout, pourquoi l’aurait-il dévoilé tout de suite ?

Et d’ailleurs, se coupa t-il mentalement, n‘avait-il pas oublié quelque chose ? *Si, je suis sensé répondre et lui donné sa bague*, pensa t-il automatiquement, comme il semblait raisonner depuis tout à l’heure avec des réponses pré pensées. N’importe quoi. Donc, que répondre ? Il se remémora ce à quoi il assistait régulièrement. Les fournées de nouveaux adeptes lors des cérémonies communes. En principe, un membre de la Guilde pouvait faire jurer fidélité à quelqu’un n’importe où, s’il était le possesseur de plusieurs bagues, bref, qu’il soit suffisamment placé dans la hiérarchie pour savoir qui pouvait y entrer ou non. Mais il y avait aussi des intronisations où une dizaine de personnes devenaient membres –comme il l’avait fait, en somme- . L’avantage avec la première possibilité, c’est qu’il n’y avait pas besoin d’une année ou d’une épreuve à prouver sa valeur, on jugeait selon son expérience ou son sentiment –comme allait le faire Mike-. Il n’était pas le chef de la Guilde, seulement un membre de son conseil grâce à ses capacités qui l’avait hissé là haut, et aussi, il fallait l’avouer, grâce à sa relation privilégiée avec Fall. C’était lui qu’il l’avait trouvé, lui qui l’avait libéré, lui encore qui était une des rares personnes avec qui Il parlait. Par conséquent, même si certains membres avaient théoriquement plus d’influence et de pouvoir sur lui, c’était Mikaël qui convainquait en général l’assemblée. Hélas, cela lui attirait des rancoeurs et c’était un statut précaire.

Que dire, donc ? Même si cela faisait moins officiel que le serment de Nathaniel puisque ce n’était probablement les paroles traditionnelles, il finit par répondre :


- J’accepte de lien, en mon nom et en celui de la Guilde.

Et beaucoup moins cérémonieusement, il ajouta :

- Tiens.

D’habitude, il ne se promenait pas avec des anneaux de la Guilde plein les poches, surtout qu’il ne faisait que rarement introniser quelqu’un. Et il n’avait pas le pouvoir qui permettait de dupliquer l’originelle ce qui était assez problématique. Heureusement que les cérémonies de groupe existaient, c’était plus pratique. Donc il n’en avait pas d’autres que la sienne qu’il enleva et jeta à Nathaniel.

- Je n’ai rien à t’ordonner pour le moment, tu es donc libre. Je te donnerais la vraie plus tard, quand elle sera créée. En attendant celle-ci pourra t’y faire entrer quand tu le voudras. Mais j’aimerais que tu me la rendes par la suite.

J’aimerais ? N’importe quoi. Il n’avait qu’à le décréter. Pourquoi tant de prévenances ? Chassant cette question, il savait qu’il n’avait pas besoin pour entrer dans la Tour et n’avait aucune envie de sa fatiguer à guetter Nathaniel. C’était plus facile comme ça. Si le jeune homme voulait aller chercher des affaires ou profiter de son probable dernier moment de liberté, il pourrait rentrer quand il le veut quand Mikaël lui aurait indiqué l’emplacement de la Tour. Et s’il voulait y aller maintenant, il pourrait passer sans que Mike doi… Mentalement Mikaël s’interrompit, furieux contre lui-même. Il se demandait pourquoi la Guilde avait un moyen aussi stupide de distribuer ses laissez-passer, mais c’était lui qui avait oublié la façon dont procéder. Il ne pensait souvent qu’à un seul don de la bague, celui de laisser apparaître la Tour et permettre de l’atteindre, mais elle en avait d’autres. Comme celui de se dupliquer lorsque son porteur le voulait –quand il avait le rang pour le faire-. Il aurait eu l’air complètement atteint s’il reprenait maintenant la sienne pour procéder. Il choisit de laisser tomber et de réparer cet impair plus tard. Tiens, il en connaissait qui allaient bien rire lorsqu’il expliquerait la présence d’un nouveau membre et le comment du pourquoi.

_________________
~Seul Nath a le droit de m'appeler Misky. Les autres.... Disons que je leur ferais subir un sort qui leur ôtera l'occasion de reprononcer ce... patronyme. è-é~

~Mode Admin Méchant qui Tient à sa Fierté~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gilthoniel7.skyblog.com
Nathaniel Mor'wan
~> Dépressif Suicidaire A Vie, Cireur de Bottes de Misky et Grand Amour de Fall <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1352

Citations : Depuis ma naissance et jusqu'au jour de ma mort je n'obéirai qu'a moi même. (ou presque !Hein misky)
Humeur : Dépressif à tendances suicidaires XD

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Neutre - Maléfique
• Race: Hybride - Bis-Fir
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Quand le passé vous rattrape [FINI]   Dim 3 Fév - 11:37

[ Bon, je t'ai prévenu que c'était du n'importe quoi ! ]

Pendant quelques secondes, le serment de Nathaniel resta sans réaction aucune chez son interlocuteur. Puis Nath crut discerner … Non, il devait se tromper. Pourtant, en jetant un regard en coin à cet homme stoïque devant lequel il se tenait à genoux, le jeune homme avait crut pendant un instant apercevoir l’ombre d’un sourire sur ces lèvres si pâles. Et en effet, les coins de cette bouche d’une perfection rare s’étirèrent en un rictus, plutôt sympathique à vrai dire. Seulement Nathaniel le voyait plus comme une marque de triomphe, satisfait d’avoir soumis un nouveau fidèle, qui le serait sans aucun doute jusqu’à ce que mort s’en suive.

Cependant, c’était peut être le pessimisme qui régnait sous le crâne du jeune homme qui le poussait à avoir de telles pensées, qu’il chassa d’ailleurs d’un hochement d’épaules. Après tout, ce que cet homme pensait de lui n’était pas si important, il suffisait qu’il lui ait permis de conclure ce pacte. Nath ne se faisait pas d’illusion en s’imaginant obtenir une quelconque marque de confiance, ou encore en aspirant à grimper dans les échelons hiérarchiques de la Guilde. Rester un atout efficace dont on se sert pour faire tout et n’importe quoi lui suffisait. Il se fichait éperdument de l’impression qu’il faisait à son maître. Du moins essayait il de s’en convaincre du plus fort qu’il le pouvait, sans succès véritable toutefois. Troublé pour la première fois depuis longtemps, Nathaniel Mor’wan redécouvrait un sentiment qu’on appelle la peine et l’inquiétude. Il apprivoisait difficilement ce nouvel aspect de sa personnalité, tout en se demandant s’il ne regrettait pas son détachement habituel. Mais, comme de nombreuses fois auparavant, ces pensées lui échappèrent dans le silence ambiant sans qu’il fasse un geste, même inconscient, pour les retenir.

Le cerveau comme une passoire de Nathy l’amenait souvent à oublier ses émotions, ne laissant au premier plan que son objectif et les chemins pour y parvenir : ses cibles y étaient toujours présentes. Ce même cerveau le dispensait aussi de se remémorer à chaque instant de son existence les passades sanglantes ou larmoyantes de son passé. Cela lui permettait d’oublier les larmes de sa mère, ses remontrances et ses coups. Il ne se rappelait que rarement du départ de son père, de la mort de sa sœur et de tous ces détails si blessants. Le seul inconvénient à cette manière de procéder, à la façon d’une autruche, c’était que quand les souvenirs affluaient à la surface de ses pensées, Nathaniel pouvait se tordre de douleur des heures durant. Car à chaque fois, c’était une découverte toujours aussi meurtrière. De cette façon, le Ciel semblait l’avoir condamné à expier ses fautes en ne les oubliant jamais.

En ce moment, l’esprit calme, il pouvait se concentrer pleinement sur les paroles de Mikaël, qui lui parvenait aussi clairement à travers les murmures de la verdure alentours, que s’il les avaient murmuré à son oreille attentive.


- J’accepte ce lien, en mon nom et en celui de la Guilde. Tiens.

Le jeune homme s’apprêtait à hocher la tête de manière conventionnelle, quand, après un silence ponctué de quelques gestes, son maître reprit la parole. Il jeta un objet au garçon, comme on jette à un chien affamé un os à ronger. Il le saisit, cependant, et eut le temps d’admirer la délicatesse des gravures avant que la suite vienne troubler sa contemplation :

- Je n’ai rien à t’ordonner pour le moment, tu es donc libre. Je te donnerais la vraie plus tard, quand elle sera créée. En attendant celle-ci pourra t’y faire entrer quand tu le voudras. Mais j’aimerais que tu me la rendes par la suite.

Nath fut si surpris de la formulation de cette demande qu’il se figea sur place pendant quelques secondes. Cependant, le jeune homme était habitué à ne pas montrer quoi que ce soit, encore moins sa surprise. Aussi referma t’il la bouche promptement, bien que les mots prononcés continuaient à tourner dans son esprit. La première chose qui avait sonné à ses oreilles était le « tu es donc libre ». Mais que faire de cette liberté qu’il croyait avoir éradiquée en prononçant son sermon ? Il n’avait rien à faire de sa vie du moment qu’il n’avait aucun but. Enfin, il y réfléchirait une fois cet entretien terminé, ce qui ne tarderait pas, semblait il. La deuxième chose, et la plus marquante, fut la formulation de la dernière phrase du mystérieux Erewent en face de lui. Il « aimerait » ? Mais il n’avait pas à lui demander quoi que ce soit. Il ordonnait, et Nath obéissait. C’était ainsi que les choses allaient se dérouler à présent. Aussi le jeune hybride se dit que, pour paraître avenant, son maître avait employé cette forme. Pourtant cela ne collait pas au personnage.

Le silence qui suivit annonçait la fin de cette rencontre étrange entre deux hommes qui venaient de lier leurs destins. Nathaniel, à la manière d’un petit garçon, semblait se dissiper et regarder autour de lui en écarquillant les yeux. Comment le décor de cette scène si singulière pouvait il ne pas avoir changé ? Témoin d’un tournant dans l’histoire d’une vie, la Nature ne semblait accorder la moindre importance à ces deux personnes insignifiantes. Surtout que celui qui L’avait blessé était là, à présent.

Mais revenons à nos deux protagonistes. Nathaniel se demanda quoi faire à présent … Ah, oui … Répondre. Cela pouvait sembler un minimum, mais le jeune homme n’était plus habitué aux relations sociales, aussi fallait il se montrer indulgent envers ce grand gaillard qui semblait parfois retourner en enfance, cette même enfance qu’on lui avait volée. Sentant ses souvenirs ressurgir, Nath s’empressa de prendre la parole, d’une voix un peu rauque, contenue, sous les efforts qu’il faisait pour réfuter les images qui affluaient. Il ne voulait pas se rappeler, non, il ne voulait plus entendre le « ploc » morbide des gouttes de sang sur le plancher de leur maison. Il ne voulait plus voir la main plonger, armée d’un poignard, dans un ventre déjà rebondi. Il ne voul…


« Vous n’avez qu’à ordonner. C’est compris, je vous rejoindrais dès demain pour vous la rapporter … là bas. »

Les mots se figèrent dans sa bouche, devenant de cendre sur ses lèvres. Ses joues perdaient en coloration peu à peu, au fur et à mesure que son dos se voûtait et qu’il se retournait, n’offrant plus que ses omoplates au regard de glace de Mikaël. Il allait partir, partir se rafraîchir, chasser. La cascade ferait un bon endroit. De plus, une fois transformé, Nathaniel n’avait plus peur des images du passé. Il ne les retrouvaient qu’une fois à nouveau humain, et encore, pas dans l’immédiat.

Le jeune homme esquissa quelques pas en direction de l’orée de la forêt. Une fois passé les premiers arbres centenaires qui n’avait pas été détruits, il se transformerait pour courir à n’en plus pouvoir, profitant un dernière fois de la sensation de liberté, éphémère, qu’il ressentait dans ces moments là. Il faudrait tout donner en ce début d’après midi, suivant la course du soleil à travers les arbres. Il se voyait déjà s’élancer, chassant ces sons et ces couleurs insoutenables à son esprit. Une fois loup, tout semblait si futile à côté de l’immensité du monde. Tout n’était que poussière, et tout retournait à la poussière. Une fois le pelage noir recouvrant sa peau, la phrase qui prônait que rien ne se créait, rien ne se perdait, tout se transformait, prenait enfin forme. Une fois galopant sur la lande, Nathaniel entrevoyait enfin les secrets que l’univers détenait jalousement. Une fraction de cette Vérité lui apparaissait sans qu’il la comprenne pour autant. Profiter était le maître mot. Oui, être loup était le seul plaisir de son existence actuelle … Il avait hâte !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondu38.skyblog.com
Nathaniel Mor'wan
~> Dépressif Suicidaire A Vie, Cireur de Bottes de Misky et Grand Amour de Fall <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1352

Citations : Depuis ma naissance et jusqu'au jour de ma mort je n'obéirai qu'a moi même. (ou presque !Hein misky)
Humeur : Dépressif à tendances suicidaires XD

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Neutre - Maléfique
• Race: Hybride - Bis-Fir
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Quand le passé vous rattrape [FINI]   Dim 3 Fév - 11:49

[ On a mis le temps, mais ce topic est TERMINE ! Jusqu'au prochain entre vous et moi mon maîtreeeeeee ! ! ! Ce fut un plaisir pour Nathy comme pour moi ! ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondu38.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand le passé vous rattrape [FINI]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand le passé vous rattrape [FINI]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand l'ennui vous pèse, la plume vous apaise...
» Je ne vous abandonne pas
» (fini) quand le passé se mêle au présent » ft. seung hyun
» Quand le passé vient frapper à ta porte! - feat: greg
» Quand Mère Nature vous offre des surprises... pas toujours bonnes. | Adrian & Willy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Erin :: Meath :: CAMPEMENT DETRUIT-
Sauter vers: