AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  Galerie  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ¤°/Une journée comme les autres ?\°¤ [Pv Nathy]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Nathaniel Mor'wan
~> Dépressif Suicidaire A Vie, Cireur de Bottes de Misky et Grand Amour de Fall <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1352

Citations : Depuis ma naissance et jusqu'au jour de ma mort je n'obéirai qu'a moi même. (ou presque !Hein misky)
Humeur : Dépressif à tendances suicidaires XD

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Neutre - Maléfique
• Race: Hybride - Bis-Fir
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: ¤°/Une journée comme les autres ?\°¤ [Pv Nathy]   Dim 6 Juil - 15:11

Si seulement il avait pu disposer librement de sa vie … Il serait resté là, dans les doux bras de Gabriel, et aurait oublié le monde au profit de sa propre satisfaction. Oui mais voilà, son âme ne lui appartenait plus. Ses décisions devaient prendre en compte sa servitude. Si tout cela n’avait été qu’une question d’honneur, comme au début, comme lorsqu’il avait voulu réparer sa dette, il aurait préféré bafouer son ego et rester là, en tant qu’homme misérable, en espérant que Gabriel veuille encore de lui. Mais c’était plus compliqué que cela. Sa vie n’était plus sous sa responsabilité, et quelqu’un pouvait en disposer comme bon lui semblait. Il n’avait pas le choix. Il préférait vivre pour quelqu’un, et non pas se laisser mourir comme il l’avait prévu au départ. Il avait à présent un but. Cela faisait longtemps … Quelque part, Gabriel le sauvait à chacun de ses baisers, preuve de son affection. Car à présent il ne le laisserait plus dépérir. Il ferait tout pour revenir en ces lieux le plus rapidement possible. Quelque chose guidait ses pas et lui redonnait du baume au cœur, malgré la séparation qui se rapprochait, inexorable.

La partie de son esprit qui demeurait sans cesse en éveil, malgré l’ivresse qui l’emparait peu à peu sous les caresses du blondinet, travaillait à plein régime. N’y avait il pas une autre alternative ? Il aurait voulu pouvoir tout laisser derrière lui et aller de l’avant, mais son passé le rattrapait sans cesse et sans relâche. Gabriel pouvait-il décemment se détacher de sa vie ? Non. Jamais il ne lui demanderait de le suivre dans la Guilde. Il n’accepterait pas d’être la source de ses problèmes, et pire encore il ne voulait pas conserver une image violente et sans pitié de l’homme qu’il aimait. Et, égoïstement, il n’aurait pas supporté le regard de son compagnon lorsqu’il exécuterait les ordres macabres de son supérieur. C’était impensable. Ici, il avait une vie. Des amis, un logement, des habitudes … Des compagnes. Et puis un mystérieux métier que, si Nathaniel pouvait aisément en deviner la nature au vu de ses performances et attitudes, se refusait de l’admettre. Il ne voulait pas que Gabriel lui ressemble. Pour lui, il restait une image pure et parfaite, un miracle immaculé qui avait sauvé son âme noircie, égayé son visage terne et réchauffé sa peau marmoréenne.

Il n’y avait pas de solution. Mais, pour ne pas penser au lendemain, les jeunes gens basculèrent sur le lit et Gabriel eut la bonne idée de se réceptionner sur les avants bras pour ne pas couper le souffle à son compagnon. L’atmosphère se réchauffait, et la respiration de Nathaniel se fit saccadée, surtout à l’approche de sa déclaration qui, si elle était on ne peut plus sincère, restait murmurée de manière incertaine, de peur de la réaction de celui qui l’entendrait. Son cœur était fragile, c’était la raison de l’édification, quelques années plus tôt, d’une muraille infranchissable autour de ses sentiments. Mais Gabriel avait trouvé la clé qui lui ouvrait une porte sur ce monde, constamment protégé et donc vulnérable à l'éxtérieur. Nath souhaitait de tout cœur que ce don ne fût pas vain, et que la porte ne se refermerait pas en claquant lorsque la réponse de son interlocuteur allait être prononcée … Celui-ci ouvrit les paupières de stupeur et le silence se fit. Immobiles, les jeunes gens se regardaient, la surprise habitant les traits de l’humain et la peur profonde celui de beau brun. Finalement, les battements de cœur de Gabriel se firent entendre dans le silence, et son partenaire se demandait si c’était bon signe, alors que Gabriel s’effondrait sur Nathaniel, ses coudes ayant relâché la pression à laquelle ils étaient soumis. Celui-ci en eut le souffle brutalement coupé, et sa situation ne s’arrangea pas quand il remarqua le sourire aveuglant de Gabriel et lorsqu’il perçut ses paroles …


- Moi aussi. Je t’aime.

Les deux jeunes hommes se tenaient à présent tous deux sur le côté, et ils se regardaient tandis que la frayeur qui habitait auparavant tout le corps de Nath régressait peu à peu, le temps qu’il saisisse le sens de la réponse. Que c’était compliqué de prendre conscience de quatre mots … Le déclic se fit lorsque Gabriel se rapprocha consciencieusement de la bouche de son compagnon et y déposa un baiser rempli de douceur, mais long et d’une intensité rarement égalée. Enfin, Nathaniel eut le plaisir de sentir contre la peau de son dos les doigts fins de Gabriel, qui lui prodiguaient de douces caresses, réchauffant sa peau pourtant glacée à l’ordinaire, comme il croyait que son cœur l’était. Mais plus que son corps, c’était son âme toute entière qu’apaisait le jeune humain.

Il … L’aimait. Certes, il s’était rendu compte de leur attirance commune. Mais l’amour était quelque chose de tellement plus fort, tellement plus beau. Par cela, il savait que, quoi qu’il advienne, Nathaniel avait une petite chance d’occuper de temps à autres les pensées de Gabriel. Et ça, c’était quelque chose de vraiment merveilleux. D’un point de vue extérieur, leur petite idylle devait paraître bien grotesque. Mais que les autres aillent au diable. Lui qui avait toujours méprisé les mots d’amour et la sincérité des sentiments au profit du jeu, du trompe l’œil, de la mascarade … Il comprenait enfin. Touchait du doigt l’absurdité de l’existence. Paraissait comme tout le monde. Car dans l’universalité des sentiments, chaque personne était semblable à une autre, et si différente la fois. Mystifiée par l’incompréhensible et banalisée par ses origines, analogues pour chacune d’entre elles.

Il … L’aimait. Véritablement. Ses yeux ne sauraient mentir, sa voix et son sourire non plus. Lui qui le connaissait si bien, il pouvait se vanter de savoir. De percevoir les signes dans son visage, les détails qui ne trompaient pas. Alors une vague de froid déferla en lui et éveilla ses sens de la meilleure façon, mieux encore qu’une brise hivernale chargée de givre ne le ferait. Cette gerbe d’écume laissait dans sa poitrine une sensation exaltante, rapidement accompagnée d’une explosion d’extase brûlante, lui réchauffant le cœur et le corps mieux qu’aucune étreinte … Ces mots étaient la promesse d’un lendemain entier, rempli d’une totale satisfaction accompagnée d’une grande douleur. Nathaniel se demandait si son compagnon pouvait imaginer rien qu’un instant ce qui l’habitait, et ce qu’il lui devait. Sa liberté morale, son bonheur qui se profilait enfin dans ce crépuscule sanglant qu’avait été sa vie depuis lors … Alors, tout naturellement, Nathaniel murmura doucement :


« Merci. »

Il était tard. Mais les jeunes amoureux avaient repoussés l’heure du sommeil pour profiter encore de la vision de l’autre. Gabriel et Nathaniel. Nathaniel et Gabriel. Ils n’étaient pas allés bien loin. Quelques caresses, des baisers incessants, des regards … Pas de paroles, pas de mots inutiles, juste le contact et la vue de l’autre. Des doigts qui se baladaient sur un torse, dans un dos. Une bouche qui s’entrouvrait de temps à autre au contact d’un cou qui invitait aux baisers. Des lèvres qui glissaient partout où elles y trouvaient satisfaction. Epuisés, ils finirent par s’endormir dans les bras l’un de l’autre, Nathaniel lové contre son aimé qui l’entourait de son bras.

Il était tôt. La nuit avait été courte, à peine quelques heures de repos pour Nathaniel, qui cependant n’avait pas besoin de plus pour récupérer. Ce dernier s’était soustrait à l’étreinte agréable de Gabriel et se leva sans faire de bruit. Il finit de se rhabiller et remonta le drap sur le corps endormi de son congénère. Il l’observa une dernière fois et lui tourna le dos, après avoir déposé sur son front un chaste baiser. Il dormait. Ou du moins faisait semblant. C’était mieux ainsi. Car Nathaniel ne se sentait pas capable de le quitter après avoir croisé son regard d’ivoire. Il ne voulait pas y lire le moindre reproche, la moindre trace de tristesse. Ne voulait pas prendre conscience qu’il en était la cause.

Nathaniel Mor’wan referma la porte de bois derrière lui, sans se retourner une fois de plus, faisant pour ce faire appel à toute la volonté dont il était capable.

Les roues de l’engrenage s’étaient remises en marche. Une force contre laquelle il ne pouvait rien les éloignait. L’engrenage était mis en marche. Alors que Gabriel s’était arrêté, il continuait d’avancer vers ce qui les empêchait de se rejoindre. Il ne voulait pas ça. Il avait mal. Mais Nath ne permettrait jamais à personne d’effacer cette blessure nouvelle, car c’était le seul lien qui le rattachait à l’homme qu’il aimait. Et il voulait préserver ce lien. Il connaissait cette sensation. Il se la rappelait pour l’avoir déjà ressentie. Cet afflux de sentiment d’incompréhension. Quand le cœur vous faisait mal à en pleurer … Il ne devrait pourtant pas se sentir blessé. Ne pas abandonner. Et pourtant, il s’était dit, quelques années plus tôt, qu’il ne voulait plus rien savoir de l’amour. Que s’il y avait un moyen de vivre en oubliant Lisbet’h, il ne voulait pas le connaître. Nath en était même venu à se dire qu’il n’avait pas peur de mourir, car il savait qu’Elle l’attendait.

Et pourtant il l’avait oubliée. Ou non. Il était peut être plus exact de dire qu’il n’avait pas pu oublier. Son cœur était complètement borné, et sa malédiction était de ne plus faire face à ce genre de situation. De ne plu rien ressentir. Tout ce qu’il avait espéré s’était révélé vain. Rien n’avait changé. Jusqu’à ce jour. Les ténèbres l’effrayaient, et il voulait les fuir. La pluie, Nathaniel ne cherchait qu’à s’en abriter. L’enchaînement des nuits lui avait donné l’impression d’une histoire sans fin, immuable. Mais, s’il ne pouvait revenir en arrière pour effacer ce passé dérangeant, il pouvait changer. Alors Nath deviendrait fort. Après tout, la pluie pouvait bien cogner, il n’était plus seul.

Un sourire naquit sur ses lèvres d’albâtre et ses jambes se mirent en route vers une destination inconnue. Il n’avait pas envie de reprendre la route avant le lever du soleil. Il attendrait celui-ci quelque part dans Tara, pour repenser à cette nuit riche en émotion. Il ne devait pas oublier que rien n’était sans espoir. Et son cœur lui criait de ne pas s’en faire. Nathaniel reverrait Gabriel. Il prendrait les mesures pour cela. Et quitte à vivre dans le secret d’une existence compliquée, il prendrait le risque. Nath avait déjà perdu une fois la raison en même temps que Lili, il ne permettrait à personne, pas même à lui-même, de se détruire une seconde fois. Il était trop tard, bien trop tard pour reculer.

Nathaniel Mor’wan accéléra l’allure.
Il était amoureux, et le monde lui appartenait.


[Ouf, enfin XD]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondu38.skyblog.com
Gabriel Jeevas
~> Blondinet débauché de Tara <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 699

Citations : Partenaire particulier cher autre partenaire particulier
Humeur : En manque.

Pièces d'Or : 160


Votre Parchemin
• Camp: Fall, mais se fiche complètement de cette guilde de psychopathe
• Race: Humain
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: ¤°/Une journée comme les autres ?\°¤ [Pv Nathy]   Dim 6 Juil - 22:36

[...
C'est trop mignon !
*Limite larmes aux yeux*
C'est superbement bien écrit *-* Je t'aime !
5 mois pour terminer le topic, c'est fort quand même xD Mais on a réussi, vivement la suite !
Gros bisous !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loli-pamplo.skyrock.com/
Nathaniel Mor'wan
~> Dépressif Suicidaire A Vie, Cireur de Bottes de Misky et Grand Amour de Fall <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1352

Citations : Depuis ma naissance et jusqu'au jour de ma mort je n'obéirai qu'a moi même. (ou presque !Hein misky)
Humeur : Dépressif à tendances suicidaires XD

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Neutre - Maléfique
• Race: Hybride - Bis-Fir
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: ¤°/Une journée comme les autres ?\°¤ [Pv Nathy]   Lun 7 Juil - 12:38

[ Contente que ça te plaise XD J'y ai passé deux petites heures alors y'a intérêt à ce que ça te convienne XD (Mon Dieu je lui ai donné envie de recommencer ... -_-') MAIS POURQUOI TU PLEURES ? Andouille ! XD
En même temps, les 5 mois, ça se comprend vu les romans qu'on a faits :p Et ton temps de réponse ! XD Allez, je ferme le topic ^^' ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondu38.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ¤°/Une journée comme les autres ?\°¤ [Pv Nathy]   

Revenir en haut Aller en bas
 
¤°/Une journée comme les autres ?\°¤ [Pv Nathy]
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Un journée presque comme les autres.../ PV électrique/
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» Une prof pas comme les autres(Fini)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Erin :: Meath :: TARA, CAPITALE DE MEATH :: QUARTIER COMMERCANT-
Sauter vers: