AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  Galerie  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Syriana Asvéath

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Syriana Asvéath   Mer 27 Fév - 17:21

Votre Personnage:

*Nom de Famille: Asvéath

*Prénom: Syriana

*Sexe: Féminin

*Âge: 21 ans

*Race: Sirène

*Affinité: Bénéfique

*Désirs, ambitions:
Syriana n’a jamais vraiment eu d’ambition, depuis toujours son seul but était de pouvoir vivre en toutes libertés et de pouvoir voyager et explorer chaque recoin des fonds marins, chose qui aurait probablement demandé bien plus d’une vie de sirènes pour y réussir en admettant que cela soit possible.
Cependant, dorénavant, explorer les fonds marins n’a plus la moindre importance pour elle, car tout ce qui compte pour elle c’est de retrouver Leissa sa jeune sœur portée disparue. Bien qu’elle n’ait aucune certitude que sa sœur soit encore en vie, elle veut continuer de croire qu’un jour elle pourra la retrouver. Elle se sent responsable de la disparition de Leissa et ne pourra se pardonner que lorsqu’elle l’aura retrouvé ou que du moins elle saura ce qui est réellement arrivé.
Et qui sait peut-être qu’un jour Leissa et Syriana pourront explorer les nombreux secrets des fonds marins ensembles.

*Pouvoirs:
Syriana a la possibilité, comme toutes les sirènes, de se métamorphoser au contact de l’eau, douce ou salée, et ainsi de pouvoir plonger à son grès à de très grandes profondeurs sans avoir à craindre le manque d’air, vu qu’elle peut aussi respirer dans l’eau.
La jeune femme possède aussi des dons de guérisons. Ceux-ci ne sont efficace que sur les blessures physiques, mais pas sur les blessures magiques ou toutes attaques ne laissant aucunes traces extérieures comme le poison.
La jeune fille à la possibilité de manier l’eau à sa volonté mais pas de la créer. Il faut donc qu’il y ait de l’eau à disponibilité pour qu’elle puisse l’utiliser.

*Armes:
Syriana possède deux armes :
Une dague que lui avait offert Seith. Cette dague et la première arme que la jeune femme eu entre les mains. Le manche délicat est torsadé quand à la lame, elle est d’une grande finesse mais reste très résistante.
Elle possède aussi une arbalète qu’elle eut acheté elle-même en compagnie de Seith qui lui avait conseillé d’avoir une arme qui lui permettrait de rester à distance de son adversaire, le combat au corps à corps n’étant pas son point fort.

*Description physique:
Voyons d’abord la forme humaine de la jeune femme. Elle possède de longs cheveux lui arrivant au bas du dos. Elle ne les attache jamais, probablement à cause de son goût pour la liberté. Le vent faisant voler ses cheveux autour de ses épaules lui rappelle les courant marins de l’océan. Ils sont de couleurs bleu-vert et particulièrement fins et légers, à tel point que l’on pourrait parfois les croire translucides, encore un détail pouvant rappeler la mer. Ses yeux sont de couleurs bleus turquoise avec une nuance de vert exactement comme ses cheveux. Ils reflètent toute l’espérance et la ténacité que possède la jeune femme ainsi que parfois une légère dose d’incompréhension. Cependant ils peuvent aussi rester sans aucune expression, et on a l’impression de s’y n noyer, les intentions de la jeune fille devienne alors indéchiffrable.
Sa peau est pâle, rien d’étonnant à ce fait vu qu’elle vit sous l’océan et l’année passée sur terre n’y a rien changé. Elle est plutôt grande car elle mesure un mètre soixante treize pour un peu moins de soixante kilos. Elle n’a pas beaucoup de poitrines. Cependant elle reste jolie même si elle n’est pas d’une beauté fatale. Elle associe la naïveté d’une enfant à la maturité d’une adulte et sa principale beauté réside dans son visage et ses cheveux. Elle n’a pas beaucoup de force physique, même si elle est capable de se défendre étant notamment très agile et rapide.

Lorsqu’elle est sous sa forme de sirène et donc dans l’eau, la première différence s’avère évidemment être sa queue de poisson. Celle-ci est de couleur grise argentée et les reflets du soleil font parfois apparaître une certaine nuance d’or. Quand aux nageoires de sa queue de poisson, elles sont un mélange de couleurs, du bleu marin à la base, elle passe au bleu turquoise au centre avant de finir par un très fin trait d’argent au bout. Une différence aussi au niveau de ses oreilles qui ressemble alors à des petites nageoires, ceux qui lui permet de mieux saisir les bruits de l’océan car dans ce lieu, la sonorité est différente que celle de la surface. Sous l’eau ses cheveux paraissent aussi plus sombres et selon la luminosité du lieu, ils paraissent ou verts foncé ou gris clair. La couleur de ses yeux ne change pas mais ses cils ont l’air plus foncés et plus long. Quand à la taille en tant que sirène, elle est aussi un peu plus grande, pas grands choses cinq à six centimètres de plus que sous son apparence humaine.

Au niveau vestimentaire, elle a une préférence pour les couleurs claires et notamment le blanc ainsi que pour les tissus fins et légers qui ne l’entrave pas. Toujours cette passion pour la liberté. Elle ne porte aucun bijou, n’aimant pas vraiment le superficiel, tous ce qu’elle garde toujours sur elle est un petit sablier, cadeau qu’elle avait offert à sa sœur quelques années auparavant.

*Description morale:
Syriana a un comportement assez antagoniste.
Elle est solitaire. Elle aime beaucoup être seule notamment lorsqu’elle se promène, qu’elle cherche ou bien entendu qu’elle pense ou rêve. Malgré cela il arrive qu’elle ait besoin d’être entourée ou juste accompagnée par une autre personne même qu’elle ne connaît pas ou peu. Elle peut sembler assez naïve mais n’est pas idiote, elle n’accorde pas sa confiance facilement, même si elle fait confiance à son instinct et à sa première impression. Quoi qu’il en soit, lorsqu’on lui fait un mauvais coup elle le retient et il faut savoir, que le jeune femme est très rancunière que ce soit contre les autres ou même envers elle-même, elle ne pardonne pas facilement et le temps n’atténue pas les choses. En cas de différents avec la jeune femme, il faut les régler en face à face avec elle.
Autant Syriana est très calme et silencieuse, qu’il ne faut pas l’énerver. Elle ne s’emporte pas facilement, et il faut vraiment insister pour l’énerver, mais lorsque c’est le cas, ou la jeune fille refuse tout simplement de répondre ou justement elle dit ce qu’elle pense sans penser aux conséquences.
Syriana est aussi très têtue et peut rester braquer sur un objectif ou sur une idée pendant un bon moment et rien ne peut la faire changer d’avis, tout comme, elle peut laisser tomber rapidement, cela est rare, mais ça peut arriver.
Elle est aussi de nature joyeuse, elle aime bien s’amuser, avec modération, elle n’est pas du genre à faire n’importe quoi et à péter les plombs. Ce n’est plus une enfant, et elle a gagnée en maturité. Elle est persuadée qu’il y a toujours une solution et elle se rattache à la moindre possibilité aussi petite soit-elle. De ce côté on pourrait presque penser qu’elle est inconsciente. Elle n’abandonne jamais les gens, à moins vraiment qu’elle n’ai plus aucune confiance en eux.
Syriana aime beaucoup les animaux, notamment les petits oiseaux et bien sûr les animaux marins, exception faites de tous les animaux carnivores. Ceux-ci lui rappellent de mauvais souvenirs. Elle aime aussi beaucoup les couleurs, et particulièrement le coucher du soleil et les plantes.

*Famille:
La famille de Syriana était composée de ses parents Syl et Esrina ainsi que de sa sœur Leissa de neuf ans sa cadette et de son grand père Allach. Ses parents sont tous deux décédés quand à sa sœur elle est portée disparue (Cf. Histoire). Son grand père Allach est toujours dans les océans et attend le retour de ses deux petites filles. Il a confiance en Syriana et est persuadé qu’elle retrouvera Leissa.

*Autres: //

Autres:

*Comment jugez-vous votre niveau RPG?
Cela dépend des jours et de ma motivation, habituellement, j’essaie au minimum de faire aussi long que mon partenaire de RP, sinon je pense que mon niveau Rp est moyen.

* Questions/Remarques?
Rien de spécial, si ce n’est que j’adore le design ^^

*Code: Validé par Mikaël

Histoire :
Un jour dans l’océan naquit une petite fille, une petite fille faisant partie du monde aquatique, appartenant à la race des Sirènes. Sa naissance fut à l’origine d’un bonheur sans mesure dans la famille des Asvéath. Le petit bébé était le premier enfant de la famille et fût appelé Syriana. Bien que ce fût involontaire de la part des parents, le grand père du bébé fît remarquer que la première syllabe du prénom de l’enfant était la même que la première du nom du père qui se nommait Syl Asvéath, et que la dernière syllabe du prénom de l’enfant était la même que celle du prénom de la mère, celle-ci se nommant Esrina Asvéath.

Les parents de Syriana s’étaient rencontrés des années auparavant lors d’une fête en l’hommage de Mor. Car bien que tous ignorent le lieu ou la déesse pouvaient être actuellement, la croyance et le respect pour elle n’avait pas diminué parmi les habitants du peuple des mers. Esrina, Lidath, à cette époque faisait partie du chœur qui chantait en l’honneur de la déesse, quand à Syl, il faisait partis de ceux qui veillait à ce que tous se passe bien, particulièrement au fait que des invités inattendus n’interviennent pas dans la fête, comme certains prédateurs marins. Ces derniers ne s’attaquaient que très rarement aux sirènes et aux tritons, car le peuple des mers, bien qu’il ne soit pas belliqueux, savait parfaitement se défendre.
Revenons à Syl et Esrina. Syl, lorsqu’il vît pour la première fois Esrina, ne put détacher son regard. Pourquoi ? Lui-même eu du mal à répondre à cette question. Certes, il y avait bien la beauté de la sirène, une peau blanche, de long cheveux argentés attachés par des perles en une queue de cheval et de magnifiques yeux ambres qui brillaient de milles feu, mais peut-être que la joie, la douceur et l’innocence qui émanait de chacun des chants, chacun des gestes que faisait la jeune femme y était aussi pour quelques choses. Mais c’est lorsque les yeux bleus de Syl rencontrèrent ceux d’or de la jeune femme qu’il sût qu’il serait prêt à tout pour elle. L’admiration fût de courte durée, il dût retourner à son travail, cependant, il lui était impossible de chasser la jeune sirène de son esprit. Il pensa à elle énormément, bien plus qu’il n’avait pensé à une autre sirène dans le passé et pourtant des sirènes il y en avait eu dans le passé. Il ignorait tout d’elle, son nom, son âge, sa vie. Il se rendit compte à quel point la cité sous marine dans laquelle il vivait était grande. Afin d’assurer la sécurité des autres habitants de la cité, il la traversait en long et en larges plusieurs fois dans la journée et pourtant jamais, au grand jamais il ne l’avait déjà vu. Mais il savait que si il avait déjà rencontré, il s’en souviendrait, mais après tout cela n’était pas si étonnant, il y avait un grand nombre de personnes qu’il ne connaissait pas, mais elle, il voulait la connaître, la rencontrer, juste lui parler, la voir tout simplement. Il devait la rencontrer.
C’est pourquoi une fois sa garde terminée, il retourna sur le lieu de la fête, pour essayer de lui parler. Il arriva un peu avant la fin du spectacle, il la vit avec les autres sirènes, toujours en train de chanter. De nouveau, il se perdit dans la contemplation de la sirène, il aurait tant aimé pouvoir de nouveaux croiser son regard, ces yeux qu’il trouvait d’une si grande beauté. Mais cela n’arriva pas, la jeune femme ne regarda jamais de son côté et le spectacle se termina. Il essaya de s’approcher d’elle, mais elle disparut dans la foule, il observa de tous les côtés, mais ne la vit pas. Finalement il rejoignit des amis mais inconsciemment continua de la chercher. Dès qu’il apercevait un jeune femme pouvant lui ressemblait, il s’approchait, mais il était souvent déçu, ce n’était pas elle. Mais la chance tourna, et c’est dans la soirée qu’il la revit, lors du grand banquet qui clôturait la journée de fête en l’honneur de Mor. Les jeunes femmes su Chœur furent invité à chanter une nouvelle fois, et lui pour la troisième fois consécutive ne regarda qu’elle. Cependant, il n’attendit pas la fin du chant pour s’approcher, non, il s’avança un peu avant qu’il ne soit terminé et réfléchissait d’une façon de l’aborder. Etait-il envisageable de simplement lui dire la vérité : Excusez-moi mademoiselle mais depuis que je vous ai vu chanter, vous me fascinez. C’était peut-être un peu trop direct. Le chant était quasiment finit. Finalement, n’ayant plus vraiment le temps de réfléchir, et ne voulant pas perdre sa chance de lui parler, chance qui pouvait très bien ne pas se représenter avant des lustres, il prit une des perles nacrées qui servaient de décoration et attendit à proximité des chanteuses, qu’elles ait finies. Au fond il se trouvait puéril, il n’était plus un adolescent et chercher ainsi n’importe quels moyens pour parler à une inconnue, n’était-il pas un peu enfantin ? Quoi qu’il en soit, il avait pris sa décision et peu importait le reste. La queue de cheval de la sirène était attachée par des perles nacrées. L’idée était simple, vraiment très simple, peut-être trop même. Finalement le chant cessa, les jeunes filles et les jeunes femmes commencèrent à s’éparpiller, mais Syl rattrapa la seule qui l’intéressait et l’aborda, la perle de nacre dans la main :
« Mademoiselle ! Je crois que vous avez perdu ça. » Dit-il en lui montrant la perle. La jeune femme parut surprise et porta sa main à ses cheveux. Finalement elle enleva les perles qui retenait ses cheveux et les observât avant de répondre que la perle n’était pas à elle.
« Non ce n’est pas la mienne. »
« ah vraiment, je l’ai trouvé où vous avez chanté tout à l’heure, et comme vous étiez la seule chanteuse à avoir des perles nacrées, j’ai pensé que c’était à vous, je suis désolé de vous avoir dérangé, mademoiselle … ? »

Sincèrement, Syl aurait été bien incapable de dire si une autre sirène avait des perles nacrées sur elle, celle qui lui faisait face était la seule qui avait attiré son attention. Quoi qu’il en soit, la jeune fille ne le contredit pas, au fond peut-être qu’il avait raison. En attendant il n’espérait qu’une chose, qu’elle lui donnerait son nom, ce qu’elle fit :
« Esrina…Esrina Lidath. »
« Lidath ? »
Etait-ce possible ? Il lui demanda alors :
« Est-ce que vous avez un rapport avec Allach Lidath ? »
« Oui c’est mon père. »

Finalement les choses s’arrangèrent plutôt bien, Allach Lidath travaillait aussi pour la sécurité de la cité. Il ne le connaissait pas très bien et ignorait même qu’il avait une fille. Cependant cette coïncidence permit au jeune homme et à la sirène de discuter plus longtemps, après les présentations, ils parlèrent de son travail à lui, de sa passion pour le chant à elle et finalement quand ils se séparèrent, elle partie avec la perle.
Dans les temps qui suivirent, il rencontra Allach Lidath qui avait apparemment parlé de lui avec sa fille, peu à peu il la revît, au départ parce qu’il devait voir le père de la jeune fille et puis après parce que c’était elle qu’il voulait voir et cela était réciproque. Ils finirent par sortir ensemble et finalement au bout de deux ans, Syl demanda Esrina en mariage. Elle accepta et devînt Esrina Asvéath. Ils étaient très proche l’un de l’autre, ils approchait beaucoup d’une relation fusionnelle.
A nouveau deux ans après leur mariage, Syriana vînt au monde, évènement qui rendit le couple encore plus heureux et qui les rapprocha d’avantage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Syriana Asvéath   Mer 27 Fév - 17:33

A à peine 6 ans, la petite Syriana avait déjà une véritable passion pour la liberté, elle ne pouvait rester en place plus de quelques minutes, un rien attirait son attention, elle était d’une curiosité étonnante et il fallait toujours la surveiller car elle disparaissait très rapidement. Ce fût surtout sa mère qui s’occupa de son éducation, lui faisant très tôt partagé sa passion pour le chant et la musique. L’enfant passait ses journées en compagnie de sa mère qui lui faisait découvrir le moindre recoin de l’océan environnant. Ce qu’elle préférait par dessus tout, c’était ces promenades mais quand son père était aussi là. Dans ces cas là, Syriana ne voulait jamais rentrer, elle ne voulait pas que la journée s’arrête, la seule façon que ses parents avait de la convaincre était de lui promettre qu’ils reviendrait un autre jour et encore, il fallait avant de rentrer passer par la surface pour assister au coucher du soleil. Car Syriana était une enfant capricieuse à cette époque et ses parents ne lui refusaient quasiment rien. A près tout elle était encore petite, donc Syriana obtenait tous ce qu’elle voulait, elle était le seul point d’intérêt de ses parents et cela lui convenait parfaitement, elle désirait le rester.
Un jour, Syriana réveilla ses parents très tôt, encore plus tôt que d’habitude, car ils lui avaient promis une sortie en famille différentes des autres, mais qui devrait d’autant plus plaire à Syriana. Alors bien entendu, l’enfant était surexcité, elle était prête bien avant l’heure du départ, et bien que Syl et Esrina se seraient passé d’être réveillait aussi tôt, ils furent juste amusé de l’empressement de la petite sirène qui voulait absolument partir tôt et rentrer le plus tard possible, car au fond d’elle, elle savait que cette journée lui plairait beaucoup. Finalement les parents, cédèrent comme d’habitude et partir avec une heure d’avance sur ce qu’ils avaient prévus. Tout le temps qu’ils nagèrent tous les trois, la petite fille ne cessa de parler et de poser des questions sur l’endroit où ils se rendaient, mais les parents ne répondaient pas et ne faisaient que s’échanger des regards amusés. Finalement Syriana se rendit compte que petit à petit, ils montaient, de plus en plus haut, ils approchaient de la surface. L’enfant demanda alors :
« On va à la surface ? »
Esrina sourit à sa fille avant de lui tendre une main et de lui répondre :
« En effet, aujourd’hui on passe la journée en haut. »
Il est, je pense, inutile de préciser la joie de la petite sirène quand elle sut ça. Bien sûr elle préférait l’océan, enfin en tenant compte du fait qu’elle savait peu de chose du monde à la surface. Sa mère et son père lui avaient parlé de la surface, des animaux, des plantes, des gens, et de la façon de vivre de certains, mais que des choses simples, des choses qu’une petite fille peut demander et comprendre. Evidemment, elle était déjà montée à la surface, mais habituellement c’était de toutes petites îles désertes où sa mère, son père et même son grand père lui avaient appris à se métamorphoser. Au début l’enfant pensait que se serait compliquer d’apprendre à se métamorphoser, mais finalement, elle s’était rendu compte que s’était comme respirer sous l’eau, puis à la surface, en fait le changement venait naturellement. Là ou l’enfant avait eu plus de mal, c’était à apprendre à se tenir debout. Au début elle n’avait pas beaucoup d’équilibre, ce qui avait mené à des fous rires de la part de toute la famille. Mais maintenant c’était bon, elle tenait debout sans difficultés. Après une nouvelle série de questions, la petite fille appris qu’ils avaient choisi ce jour là, parce que c’était un jour de marché. Comme tous deux connaissaient la curiosité de la petite fille, ils ne doutaient pas que les nombreux étalages intéresseraient l’enfant. Ils arrivèrent enfin à la surface. En quelques secondes, tous trois étaient sur la plage, sous leurs formes humanoïdes et ils se rendirent au petit village de la côte. C’était un petit village de pêcheurs, rien d’exceptionnels pour des humains, même presque un lieu ennuyant, mais pour la petite, pour qui c’était la première fois qu’elle se rendait dans un lieu habité par d’autres races que la sienne, cela était fascinant. La journée amusa beaucoup la petite sirène, qui fit passer et repasser ses parents devant les étalages. Pas le moins du monde timide, elle posait des questions à tout le monde sur tous les objets qu’elle ne connaissait pas, et il y en avait quand même un certain nombre. Ils visitèrent aussi le petit village dans les moindres recoins, Syriana fît passer ses parents par un grand nombre de petites rues. Heureusement que le village était petits et que Syl et Esrina le connaissait, car l’enfant ne se posait pas la question de se perdre ou pas, elle se promenait en courant partout et se fiant juste à son instinct. Vers le milieu de l’après midi, ils quittèrent le village et allèrent dans les champs de fleurs proches du villages. La petite fille y découvrit les papillons et un grand nombre de fleurs qu’elle voulut ramener avec elle, ses parents mirent un petit moment à lui faire comprendre que ce n’était pas possible. Au coucher du soleil, ils retournèrent sur la plage où la petite fille joua dans le sable tout en admirant le coucher du soleil, et puis finalement ils rentrèrent chez eux.

En grandissant la petite fille devînt un peu moins capricieuse, mais ne perdit pas son goût pour la liberté, elle continuer à passer ses journées à nager un peu partout, mais quand elle eut 9 ans, un évènement vînt changer pas mal de chose dans sa vie. C’était un évènement positif qui apporta beaucoup de bonheur dans la famille, mais cela elle ne le comprit qu’après étant au début très jalouse. Cet évènement, fût la naissance de sa jeune sœur, Leissa. Au début, Syriana, fût jalouse, parce qu’évidemment, le bébé réclamait beaucoup d’attention à sa mère qui devait s’occuper d’elle et beaucoup la surveiller. Par conséquent, les promenades habituelles de Syriana et sa mère diminuèrent, et même cessèrent pendant un temps, et ça, Syriana en voulut à Leissa, car à cause du bébé, elle était obligée de rester chez elle ou du moins de ne pas trop s’éloigner. De plus quand les gens venaient, c’était toujours pour voir le petit bébé, qui devenait le sujet principal de toutes les conversations. Il ne se passait pas deux phrases sans qu’on ne parle de Leissa, bien sûr cela est exagéré, mais c’est de cette façon que Syriana voyait les choses. Finalement, sa sœur l’énervait, elle ne comprenait pas pourquoi elle était devenue si importante du jour au lendemain. Alors elle se confia à son grand père, qui lui demanda si d’un côté elle n’était pas un peu trop égoïste. Ce mot fît réfléchir Syriana, au début cela l’énerva, mais elle connaissait le sens du mot et ne pouvait nier que c’était peut-être un peu vrai. Allach avait alors prit sa petite fille dans ses bras et lui avait dit que quand elle était née, elle était elle aussi le seul centre d’intérêt de tout le monde et que d’un côté il savait ce que l’enfant ressentait, étant lui-même l’aîné d’une famille de trois frères et sœurs. Pour terminer, il lui conseilla d’aller voir sa sœur ce soir quand elle dormirait. La petite fille ne comprit pas pourquoi, mais elle le fit. Le soir même, juste après que sa mère ait couché sa sœur, elle se rendit dans la chambre de celle-ci. Elle se mit au dessus du berceau et regarda Leissa. Le petit bébé dormait dans son berceau. Elle semblait si calme, elle était adorable endormie. A partir de là, Syriana se demanda comme elle avait fait pour en vouloir à ce petit bébé, qui ne se rendait même pas de l’attention qu’il déclenchait autour de lui. Syriana continua de regardait sa sœur quelques minutes, celle-ci se réveilla alors, et comme tous les bébés qui voit quelqu’un sourire au dessus de lui, il sourit à son tour. Leissa leva ses bras. Syriana lui tendit sa main et elle lui attrapa un doigt. Finalement Syriana resta avec sa sœur et lui raconta une histoire devant les regards attendris de ses parents qui était arrivé depuis déjà un bon moment sans qu’elle ne s’en rende compte. Dès le lendemain matin, Syriana aida sa mère à s’occuper de Leissa.

Les deux enfants grandirent, mais en grandissant, l’aînée des deux enfants voulait être toute seules alors que la petite ne voulait plus quitter sa grande sœur. Cela énervait Syriana, car celle-ci avait 15 ans et maintenant qu’elle avait le droit d’aller se promener seule, elle ne le pouvait pas parce que Leissa ne voulait pas la quitter, et elle n’avait que 6 ans, elle n’avait donc pas le droit d’aller là où sa sœur pouvait aller. Ce qui ennuyait beaucoup Syriana. Cependant tout cela devînt puéril quand la vie des deux sœurs changea radicalement et cela pas en bien cette fois-ci. Un soir, Leissa et Syriana furent appelées par leurs parents pour une petite conversation. Les deux sirènes apprirent qu’un prédateur très dangereux rodait dans les environs. Il n’y avait aucun danger tant que les gens restaient chez eux où en grand nombres. C’est pour cela que les deux filles et surtout Syriana avaient interdiction de sortir se promener pour aller vagabonder que ce soit seul ou avec quelqu’un d’autre. Lorsque les deux sirènes eurent promis, elles retournèrent à leurs occupations respectives.
Plus tard dans la soirée, toute la famille était couché. Seule Syriana n’arrivait pas à dormir, elle avait un mauvais pressentiment. Elle attendait dans le noir qu’elle réussisse à s’endormir, lorsqu’elle entendit du bruit dehors. Quelques minutes après elle entendit les voix de ses parents, mais elle ne discernait pas les mots prononcés, mais elle arrivait quand même à saisir de l’inquiétude dans la voix de sa mère. Ne retenant pas sa curiosité, elle sortit de sa chambre et s’approcha de la pièce ou ses parents parlaient, elle écoutât discrètement.
« N’y vas pas Syl ! »
« Esrina, je dois les aider. Cette enfant à 9 ans, elle a le même âge que Leissa. »
« Oui mais … »
« Qu’est-ce que tu souhaiterais que je fasse si c’était une de nos filles qui était porté disparus ? »

Syriana comprit le sujet de conversation et entra dans la cuisine à son tour :
« Papa, n’y vas pas. »
Syl et Esrina furent surpris de voir Syriana arriver. Syriana tenta avec sa mère de faire changer d’avis Syl, mais rien ne put y faire. Syl Asvéath quitta au milieu de la nuit la demeure à la recherche d’une enfant qui était porté disparus. Avant qu’il ne parte, Esrina lui donna son collier.
Pendant les trois jours qui suivirent, Esrina et Syriana cachèrent leur inquiétude afin de ne pas inquiéter Leissa, elles avaient trouvé une excuse probable à l’absence de Syl, mais les jours passaient et aucun des tritons partis à la recherche de l’enfant ne revenaient. Esrina tentait tant bien que mal de cacher sa peine, mais Syriana savait très bien que sa mère avait perdu espoir de revoir un jour son mari et plus le temps passait, moins elle n’y croyait. Syriana quand à elle voulait y croire, elle continuait d’espérer. Malheureusement un soir on vînt leur annoncer la nouvelle, cela s’était mal passé. Aucun de ceux partis n’avait survécus, et le corps de Syl était introuvable.
Il fallut annoncer la nouvelle à Leissa et c’est Syriana qui s’en chargea, sa mère ayant trop de peine pour pouvoir le faire. Leissa fût bouleversée comme sa sœur et sa mère. Syriana resta donc avec elle la nuit qui suivit la découverte de la mort de leur père. Leissa mit des heures à s’endormir et Syriana encore plus, cependant, les larmes finirent par la fatiguer et elle s’endormie à son tour. Le lendemain elle regretterait plus que tout au monde de s’être endormie.
En effet quand elle se le va le lendemain matin, Esrina n’était plus là. Elle était partie à la recherche de son mari ou du moins de son corps. Pourquoi ? Ce fut la question q’Esrina posa au cadavre de sa mère deux jours plus tard. Pourquoi était-elle partie ? Pourquoi les avait-elle abandonné ? On avait retrouvé le corps d’Esrina avec un collier dans les mains. C’était le collier qu’elle avait donné à son mari avant qu’il ne parte. Les recherches reprirent pour retrouver le corps de Syl Asvéath. Ils le retrouvèrent 3 jours après ainsi que ceux des autres disparus. Mais Syriana garda toujours un peu de colère contre sa mère d’être partie ainsi, bien plus qu’à son père.

Après cet évènement, les deux sœurs vécurent avec leur grand père. Leissa était une enfant adorable très gentille, qui aimait la compagnie des gens, tandis que Syriana elle préférait rester seule. L’aînée des deux sœurs avait prit l’habitude de s’en aller tôt le matin et de ne rentrer que tard le soir. Elle passait ses journées à nager dans chacun des recoins de l’océan, elle connaissait des endroits que bon nombre de ses aînés ne connaissaient pas. Ses absences répétaient et parfois imprévues avaient tendance à inquiéter sa jeune sœur, mais Syriana lui répondait simplement qu’elle savait ce qu’elle faisait et qu’elle n’avait pas à s’inquiéter. Cependant Syriana ne saisissait pas que Leissa avait vraiment peur que sa sœur s’en aille et qu’ensuite elle ne revienne pas, exactement comme ses parents. Ou peut-être que Syriana en était consciente et qu’en réalité, elle ne voulait pas en parler avec sa sœur, car cela signifierait parler de ses parents alors qu’elle ne les avaient pas pardonné d’être partis en les abandonnant Leissa et elle.
Les jours où Syriana ne se promenait pas dans la mer, elle se rendait à la surface, un coup sur les îles environnantes, un coup dans le village de pêcheur ou dans les champs et la forêt environnante. Elle y passait des heures entières oubliant que Leissa l’attendait au fond de l’eau chez elles.
Cependant un jour, Syriana partis une fois de trop.
Avant de partir, Leissa lui demanda ou elle allait et quand elle rentrerait. Comme à son habitude Syriana lui avait dit qu’elle rentrerait dans quelques heures. Mais contrairement aux autres fois, Leissa insista, car son grand père n’était pas là aujourd’hui. Pour la rassurer, Syriana lui offrit un sablier, qu’elle avait trouvé quelques temps auparavant dans une petite épave lors de l’une de ses nombreuses promenades. Le sablier s’écoulait en une heure, elle dit alors à sa sœur que lorsque le sablier se serait écoulait trois fois, elle serait revenue. Ce n’était pas un mensonge, cela était bien son attention, mais lors de sa promenade à la surface, elle oublia le temps, et c’est seulement bien après trois heures qu’elle rentra. Lorsqu’elle rentrait chez elle, elle croisa son grand père :
« Enfin vous voilà ! » lui dit-il.
« Vous ? »
« Oui Leissa est avec toi ? »
« Mais non. Elle est restait à la maison. »
« Non, elle n’est pas là. »
Termina son grand père.
Plus vite qu’il ne faut pour le dire, Syriana était repartie. Elle fit tout les endroits que les deux sœurs avaient pu parcourir ensembles, tous les endroits que Leissa aimait et presque toute la ville. Cela lui prit une bonne partie de la nuit, mais où que ce soit, elle ne la trouva pas, nulle part. Elle retourna alors chez elle en espérant de tout son cœur que Leissa serait rentrée. Mais ce n’était pas le cas, par contre son grand père l’attendait avec un message de cette dernière. Elle expliquée à son grand père, que Syriana n’étant pas rentré comme prévu, et qu’elle avait du s’en aller. Leissa ne voulant pas être toute seule, elle était partie à la suite de sa sœur. Les joues de Syriana furent inondées de larmes. D’où sa sœur avait-elle pu songer que Syriana partirait sans elle ? Et surtout où était-elle partie ? En peu de temps, tout le monde s’était mis à la recherche de Leissa, mais au bout de trois jours, on ne l’avait toujours pas retrouvé. (Pas finie)


Dernière édition par Syriana Asvéath le Mer 27 Fév - 17:41, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Jeevas
~> Blondinet débauché de Tara <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 699

Citations : Partenaire particulier cher autre partenaire particulier
Humeur : En manque.

Pièces d'Or : 160


Votre Parchemin
• Camp: Fall, mais se fiche complètement de cette guilde de psychopathe
• Race: Humain
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Syriana Asvéath   Mer 27 Fév - 17:36

Bienvenuuuuuuuuuuuue
Ouais, première sirène, ça fait plaisir ^-^
J'avoue, je n'ai pas encore lu ton histoire, mais je le ferais promis
En tout cas amuse toi bien et bon rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loli-pamplo.skyrock.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Syriana Asvéath   Mer 27 Fév - 17:40

Merci à toi ^^

Je poste la fin de l'Hitoire ici ^^

***


Il ne sa passait pas une journée, sans que Syriana ne relise le message, espérant y trouver un indice qui pourrait indiquer où sa sœur avait pu partir. Bon sans, elle n’avait que 11 ans, c’était une enfant. Finalement, Syriana fût persuadée d’une chose, c’était que sa sœur n’était pas partie par la mer, mais par la terre. La décision de Syriana fût prise alors, elle retrouverait sa sœur d’elle-même, puisque les autres en étaient capables. Elle mit son grand père au courant, et celui-ci lui dit qu’elle réussirait, il lui donna aussi le sablier que Leissa avait laissé avec son message. Elle partit immédiatement sans aucunes préparations.

A la surface, elle se rendit au petit village, et mit deux jours avant de trouver une personne qui lui confirma avoir vu une enfant de la description de sa sœur quitter le village quelques jours auparavant. Syriana ne posa aucune question et partis immédiatement. Cependant, la jeune femme n’était pas une aventurière et elle n’aura pas tenu quelques jours si elle n’avait pas rencontré Seith sur son chemin. Il avait environs 8 ans de plus qu’elle, et s’y connaissait bien mieux qu’elle en ce qui concernait la vie sur les routes. C’est lui qui lui apprit à se débrouiller et les bases du combats, point sur lequel elle n’était pas très douée. Ils devinrent amis et bien qu’il ne crut pas que la jeune femme avait un jour une chance de retrouver sa sœur, il accepta d’aider la jeune femme.
Ils voyagèrent ensemble pendant un an, avant qu’il ne meure car Syriana doutait fortement qu’il ait pu survivre. Syriana devait donc continuer seule, chose qui ne la rassurait pas, pourtant, elle n’abandonnerait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Mikaël Eòghan
~> Admin Polaire <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1901

Citations : Un démon ? C'est un ange qui a eu des malheurs ; un ange émigré.
Humeur : Cherophobe

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Maléfique
• Race: Hybride (Erewent/Humain)
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Syriana Asvéath   Mer 27 Fév - 17:48

Bienvenue sur Erin Syriana!
Et une sirène
Ton code est bon je valide et idem, je lis ton histoire bientôt. Dès que tu as trouvé ton avatar tu peux commencer à poster ;)

_________________
~Seul Nath a le droit de m'appeler Misky. Les autres.... Disons que je leur ferais subir un sort qui leur ôtera l'occasion de reprononcer ce... patronyme. è-é~

~Mode Admin Méchant qui Tient à sa Fierté~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gilthoniel7.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Syriana Asvéath   Mer 27 Fév - 17:49

très bien merci je m'occupe de l'avatar de suite ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Syriana Asvéath   Mer 27 Fév - 18:52

Yeah !!!
Ma choupinette !!! *saute au cou de Syriana*
La plus grande personne du monde qui m'a fais découvrir ce magnifique forum !!
Niark niark !! *pensées mauvaises :9: *

Edit : Au faite bienvenue à toi ^^
Revenir en haut Aller en bas
Dachna Mira
~> Magicienne Surdouée et Poupée de Fall <~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 338

Citations : Fuis-le il te suit , Suis-le il te fuit.
Humeur : :D

Pièces d'Or : 200


Votre Parchemin
• Camp: Maléfique (???^^)
• Race: Humaine
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Syriana Asvéath   Mer 27 Fév - 19:18

Belle fiche.
Je te souhaite la bienvenue en espérant que tu t'amuseras bien parmis nous :P

_________________
(Finn du BAC ! Reprise du service de tortionnaire ^^ )

Dachnetted'amoursigentillesageetdocileservilequiestprêteàfairedesbisousàsonpèreadoptif
supermignonnomméfallinouetquieningratoupartcompterfleuretteauxboisalentous

Dachnettequiestbelleavecsescheveuxblondsetsesyeuxvertsfluos

Merci pour mes petits surnoms divinatoires <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Syriana Asvéath   

Revenir en haut Aller en bas
 
Syriana Asvéath
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Erin :: Bienvenue :: REGISTRE :: [CIMETIERE]-
Sauter vers: