AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  Galerie  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rencontre inattendue [PV Thérézad]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Rencontre inattendue [PV Thérézad]   Lun 17 Mar - 21:42

D’épais et menaçants nuages s’amoncelaient au dessus de l’animée cité portuaire. Malgré la fraîcheur ambiante et ces signes de mauvais temps les rues bondées de monde ne désemplissaient pas. On pouvait observer au large les voiles blanches des nombreux bateaux de pêche récupérant leurs filets posés tôt le matin même et à présent emplis de poissons. Dans le quartier commerçant principal de la ville s’alignaient divers étalages recouverts de fruits et légumes, de babioles exotiques bariolées, et de tout un tas de bric-à-brac divers. Des peuples de toutes espèces évoluaient à travers ce quadrillage – dont certains dont elle doutait de leur existence – à son plus grand émerveillement. La découverte d’une telle diversité la ravissait littéralement. Contrainte de voyager léger, c’est à contrecœur que l’ondine dut se résigner à réfréner sa folie des achats. Toutefois, pour compenser, elle se fit un devoir de goûter le plus de plats possible. La nourriture de la surface l’avait laissée perplexe la première fois qu’elle y avait goûtée mais avec le temps elle avait fini par en tomber sous le charme bien que son estomac mal habitué la supporte difficilement encore. Avec légèreté la jeune femme continua son exploration des lieux. Ses pas la menèrent sur les larges quais où elle s’assit sur une marche pour contempler la mer. Pendant un instant elle faillit céder à la tentation fugitive de s’élancer dans les eaux claires qui s’étendaient à perte de vue. Avec une pointe de regret elle chassa cette idée de son esprit, ce n’était pas le moment de se dégonfler, il lui restait tant de choses à découvrir ! Sa résolution affermie elle regagna le centre, là où la population était la plus importante.

Avant d’aller se restaurer sérieusement elle jugea qu’il serait bon pour elle d’acquérir quelques espèces sonnantes et trébuchantes afin d’être sure de pouvoir se payer une auberge douillette et respectable. Elle jeta dans un coin sa besace et son ample cape de voyage grise qui la dissimulait jusqu’à cet instant presque entièrement dévoilant une tenue légère dans ses couleurs favorites de vert, de bleu et de blanc. La néréide entama alors une danse pleine de grâce faisant tinter les bijoux d’or fin ornant ses poignets, ses bras, sa gorge et ses cheveux. Rapidement un chant mélodieux s’ajouta au tableau enchanteur qu’elle offrait. Peu à peu un cercle de passants sous le charme se forma autour d’elle. Avec souplesse elle se saisit de son katana et de son wakizashi – disposés sur le sol avec soin au début – donnant un second souffle différent à son numéro. Cette sensualité guerrière, dont elle avait à peine conscience, accrocha définitivement son public. Une fois la représentation terminée une pluie de piécettes atterrit à ses pieds. Agréablement surprise de son succès la sirène remercia chaleureusement son public et s’éloigna après avoir récupéré ses affaires. La pauvre jeune femme ne semblait même pas réaliser que la générosité des inconnus était due d’une part à son chant qui envoûtait quiconque l’entendait et d’autre part à sa silhouette quasi parfaite mais en aucun cas pour l’art en lui même.

Sa petite fortune refaite, Nyslew partit en quête d’une taverne. Dans un port, elle savait que ce n’était pas cela qui manquait. Toute la difficulté résidait à en trouver une de « qualité ». Elle entendait par là un établissement dont le sol n’était pas souillé de vomi, qui était absent de prostituées, et où on ne risquait pas de se faire détrousser au cours de son repas. Pour faire simple les chances de trouver un tel lieu s’approchaient du zéro absolu. D’un optimisme exaspérant elle poursuivit sans relâche ses recherches malgré tout. A croire que la chance sourit aux naïfs ! Au bout d’une petite heure, après avoir visité des endroits plus ou moins respectables, où elle eu le loisir d’observer des bagarres d’ivrognes plus ou moins violentes, elle finit par trouver l’objet de ses convoitises. Un petit restaurant, à la décoration subtile qui ravit ses yeux avides d’art, où un feu crépitait allègrement dans une cheminée de briques. Sans l’ombre d’une hésitation elle commanda un assortiment de poissons et une grande carafe d’eau. On lui apporta rapidement sa commande et c’est avec délice qu’elle dégusta les plats fumants. Une fois rassasiée elle demanda à ce qu’on lui amène une boisson chaude pour compléter le tout. L’ondine prit alors tout son temps pour réfléchir à sa journée écoulée, passant en revue dans son esprit le moindre petit élément. Tout allait bien dans le meilleur des mondes, telle fut sa conclusion. Comme libérée d’un fardeau son attention se permit alors de se poser sur un tableau intriguant à sa gauche. Il représentait un groupe de sirènes attirant de façon aguicheuse un navire tout droit dans les récifs. La jeune femme fit une moue perplexe en en saisissant le sens. C’était donc l’image qu’on avait des siens dans le non plein ? Plus choquée qu’outrée elle régla rapidemment son repas d’une somme extravagante, réserva une chambre où elle laissa ses affaires et sortit dehors prendre l’air, le temps de se remettre.

La nuit était tombée et il pleuvait averse. C’est sans grand étonnement qu’elle trouva les rues désertes en conséquent. Si ce n’était le froid, elle aurait trouvé ce temps tout à fait à son goût. La chaleur de son épaisse cape de voyage lui manquait mais elle dut se rendre à l’évidence que la pluie l’aurait détrempée pour plusieurs jours. Fredonnant pour s’occuper l’esprit plus que pour se donner du courage elle erra sans but dans les rues sombres de la cité mal éclairée. Soudain, comme sortant de nulle part, un homme surgit brusquement devant elle, mettant dans l’instant un genou au sol, puis lui présentant ses salutations les plus distinguées. Il fallut de longues secondes à Nyslew pour qu’elle reconnaisse un ancien triton travaillant à la cours. Au comble de l’étonnement, elle resta silencieuse, attendant des explications ou elle ne savait quoi. De la même voix solennelle l’homme poisson poursuivit ses phrases ampoulées et lui remit un tube, fait du même argent que les lames de ses armes, fermé hermétiquement par une magie qui lui échappait. Sans plus de cérémonie il l’exhorta à rejoindre au plus tôt la capitale et disparut l’instant d’après. Décontenancée la jeune femme coinça soigneusement l’objet dans sa ceinture constituée d’un long morceau d’un doux tissu blanc noué à sa taille de façon étudiée. Avec un tel temps épouvantable il n’aurait pas été très intelligent de lire la précieuse missive, même elle le savait.

Intriguée par cet étrange épisode elle était loin d’imaginer que ce petit tube métallique lui apprendrait qu’elle était la nouvelle reine ! D’un pas empressé elle regagna le bord de mer. Un vent terrible y faisait rage et de grandes vagues venaient s’écraser sur les rochers de la berge dans un grondement fracassant. Loin de l’impressionner ce spectacle l’attira un peu plus, à la manière d’un aimant, car il reflétait à la fois la beauté et la puissance sauvage de l’océan. Elle dut avoir recours à toute la maîtrise dont elle était capable sur sa personne pour ne pas utiliser ses dons de manipulation de l’élément aqueux et ne pas ajouter un élément personnel à ce tableau. Elle se serait bien trouvée embêtée si quelqu’un l’avait surprise sur le fait. Non elle se contenta d’observer en silence tandis que le vent faisait virevolter sa longue chevelure autour de son beau visage, un doux sourire aux coins des lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre inattendue [PV Thérézad]   Lun 17 Mar - 22:43

Ah journée de merde, comme toujours à vrai dire, rien de bien intéressant à faire, le démon se déplaçait calmement à travers les ruelles de la cité portuaire, son énorme épée (qui avait d’ailleurs plus l’allure d’un gigantesque morceau d’argent.) posée sur son épaule droite, soutenue par la main située du même coté, et, du haut de ses six pieds et une dizaine de pouces, il imposait le respect, impossible à ne pas remarquer dans la masse de tous les marins et habitants qui ne devaient pas dépasser les six pieds pour les plus grands d’entre eux, vraiment, il lui aurait été impossible de ne pas se faire remarquer par toute la foule réunie pour ce qui semblait le marché de la semaine, ou bien, aux vues du nombre de personnes, du mois…
Le démon planta négligemment son énorme arme à lame dans le sol, à un mètre de profondeur, et s’approcha d’un petit stand chargé de la vente de diverses armes ainsi que d’autres camelotes soi-disant enchantées, mais il ne s’en souciait pas, préférant se concentrer sur la présence de morceaux de cuir qui semblaient d’une très bonne qualité et qui seraient très bien pour aiguiser un peu l’épée de l’Erewent qui avait plutôt souffert des dernières disputes de ce dernier, qui regarda donc le prix, dont le nombre de zéros qu’il contenait après le « 1 » le laissa estomaqué, c’était de l’arnaque, 100 foutues pièces d’argent pour un cuir?
Ah ce prix là il avait de quoi faire reforger son arme pour la rendre trois fois plus puissante, non il ne commettrait pas l’erreur de prendre cette espèce de tissu même pas long et épais, Thérézad tira donc son arme de colosse hors du sol et la replaça sur son épaule après quoi il reprit la route à travers tout le marché qui était de plus en plus bondé, là il était temps d’aller boire une bonne cervoise, la seule chose qui pouvait justifier l’existence de ces maudits Celtes, ces répugnants chiens, enfin il n’allait pas se prendre la tête avec ça maintenant alors que bientôt il serait dans un bar à se boire une bière qui le détendrait grandement de sa journée passée à errer dans la ville, bien sûr il était trop orgueilleux pour admettre qu’il s’était perdu comme un véritable attardé…
Une fois qu’il fut sorti du coin des vendeurs de diverses babioles inutiles et de nourriture, il prit la direction d’une taverne qui lui semblait plutôt sympathique, une fois entré, tous les regards se tournèrent déjà vers lui, enfin bon il fallait bien admettre qu’un type comme lui, qui revêtait une grande cape entre le kaki et le beige ainsi qu’une capuche cachant son visage charmant, ne pouvait passer inaperçu, alors si en plus on y ajoutait sa très imposante stature, personne n’aurait put le manquer lorsqu‘il était vêtu de la sorte, mais bon n‘était ce pas de sa faute à lui si il ne savait pas passer inaperçu?
D’un geste empreint de fatigue il posa son épée sur une chaise située autour d’une petite table en plein milieu de l’établissement et fit signe au barman qu’il revenait, après lui avoir commandé une cervoise la plus forte possible, s’en allant calmement, afin de trouver une feuille de tabac qui pourrait lui être très utile pour la suite des événements qu’il préconisait dans ce bar merdique…
Il retourna donc dans le marché et s’empara en douce d’une feuille de cette précieuse plante et l’enroula pour lui donner une forme parfaitement conique, sauf que sur le chemin, il fut attiré par une voix mélodieuse, en fait rien ne l’attirait spécialement dans ce chant qu’il entendait, mais il lui parut évident que celle qui chantait ça devait être magnifique, la voix étant souvent intimement liée au paraître de quelqu’un et il avait vu parfaitement juste, c’était une magnifique jeune femme aux cheveux oscillant entre le bleu et le vert qui exécutait une danse, un ballet splendide, effectuant des gestes inspirés de mouvements de combat au sabre, elle avait d’ailleurs deux armes à inspiration orientales et des traits eux aussi proches de ceux des sirènes d’orient, intéressant, et pour une fois le démon ne déduisait pas totalement à coté de la plaque, tant mieux!
Néanmoins il n’offrit rien à la jolie femme, étant assez lucide pour savoir que lui donner une somme astronomique n’amènerait guère cette dernière à venir coucher avec lui, seule chose qu’il avait réellement envie qu’elle fasse, bah il trouverait une prostituée à son goût dans la taverne ou bien dans l’auberge voisine, il rentra donc de nouveau dans l’endroit où il avait commandé sa cervoise et surprit (à son grand plaisir!) un jeune homme tentant de soulever son épée sans le moindre succès…

« Pauvre petite merde… »

Le blondinet qui avait voulu jouer les durs releva la tête et recula instinctivement en voyant le grand colosse d’approcher de lui avec un regard qui n’était pas sans rappeler celui d’un démon sanguinaire fou sur le point de dévorer vivant un petit Celte blond, mais bon je m’égare sans doute quelque peu…
Sans la moindre once de pitié, l’être des ombres récupéra son arme qu’il planta dans le sol, entre les deux jambes du jeune homme qui venait de tomber les fesses à terre, après quoi il prit sa bière que l’on venait de lui apporter et en but une gorgée, prenant un air mécontent quand il l’eut avalée, pour une fois il n’exagérerait pas en affirmant que le boisson était ignoble et aussi mal faite que la face de tous les types réunis en ces lieux, à part Thérézad bien entendu…
Dès qu’il eut balancé sa remarque fort peu sympathique, le blondinet, énervé de n’avoir put saisir le morceau d’argent pour éliminer l’Erewent, brisa une chaise sur le crâne de ce dernier qui le regarda avec un sourire coincé entre le sadisme extrême et la très profonde et intense satisfaction, bien que beaucoup plus proche du sadisme extrême toutefois…
La réponse fut d’ailleurs prononcée sur un ton fort peu agréable tandis qu’une gerbe de sang coulait le long du menton du chef officiel du culte de Fall…

« Beuh… Là… T’es dans la merde! »

En disant cela il se ressaisit de son arme et envoya la lame de cette dernière s’écraser contre deux tables en même temps qui se brisèrent sous le choc, envoyant des éclats de bois et de verre dans tous les sens, alors que les plus costauds et nerveux du coin commençaient déjà à se jeter vers le démon, et puis on sait tous comment ça continue, quelqu’un tape involontairement un type venu avec ses potes qui riposte, sauf que celui qui l’a frappé sans faire exprès était venu accompagné etc…
Bref bagarre générale! Ah quel bonheur de taper sans aucune raison valable sur des gens à grands coups de poing et de briser chaque meuble avec une épée gigantesque, l’homme aux cheveux noirs et blancs ne connaissait pas de plus grand plaisir sur cette terre, vraiment, aucun à part peut-être la sensation d’une femme… Putain ce qu’il pouvait être en manque ça alors…
Lorsqu’il eut enfin fait l’unanimité, ayant botté de manière tout à fait égale le cul de chaque client, il alla s’asseoir sur le tas de débris mêlé à des humains tous assommés, plaça une sorte de poudre noirâtre dans sa feuille de tabac roulée en cône et l’alluma avec une sorte d’objet métallique provoquant des étincelles, après quoi il en respira une bouffée et la recracha vers le bas de la pile, faisant profiter de la fumée toxique chaque pauvre petit marin…

« Bye les couillons! »

Il s’en alla donc ensuite, après avoir fini ce qu’il appelait « le truc qu’on roule », heureux de son travail, jusqu’à croiser de nouveau la danseuse, se sentant d’humeur charitable, il ôta sa cape, se retrouvant torse nu, la ceinture abdominale recouverte de bandages blancs récents, et posa son long morceau de tissu sur la dos de la jeune femme vers laquelle il arrivait pas derrière.

« Eh bah c’est pas sympa de laisser une si jolie femme aux prises avec un temps aussi affreux! »

Dit-il, souriant d’une manière qui lui donnait un faux air sympathique et un véritable air charmeur, son numéro avec les femmes avait toujours plutôt bien marché et il ne voyait pas de raison que cela change beaucoup avec cette femme là, quel sombre connard…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre inattendue [PV Thérézad]   Mar 18 Mar - 18:37

Absorbée dans la contemplation des éléments déchaînés elle n’entendit pas l’Erewent arriver dans son dos. Elle sursauta quand elle sentit une étoffe chaude se déposer sur ses épaules, portant instinctivement sa main droite au niveau de la garde de son plus long sabre. Quelle heureuse imbécile ! Si l’inconnu avait été animé de mauvaises intentions il ne faisait pas de doute que ce geste défensif n’aurait en aucun cas été possible, qu’elle ne serait très certainement déjà plus de ce monde. Honteuse elle n’osa pas dans un premier temps regarder en face l’âme charitable qui venait de lui prêter l’unique vêtement lui servant de haut. Puis, prenant conscience de la grossièreté de son comportement à l’écoute de ces paroles chaleureuses elle s’empressa rectifier son manquement à la politesse. Elle lui fit son plus beau sourire et déclara en resserrant la cape autour d’elle pour se réchauffer.

« Heureusement que vous étiez là, j’ai cru que j’allais mourir de froid ! »

Une fois ces quelques mots échangés elle ne put s’empêcher de l’observer de la tête aux pieds sans se cacher le moins du monde. Dire qu’il en imposait relevait d’un doux euphémisme. Contrainte de lever la tête pour étudier son visage elle estima que sa taille devait avoisiner les deux mètres à peu près. Son teint clair contrastait fort avec sa chevelure ébène encadrant son beau visage. Toutefois elle eut pendant une fraction de seconde l’impression que ses cheveux étaient en fin de compte d’un blanc éclatant quand un éclair zébra le ciel. Mettant cette bizarrerie sur le compte de l’éclairage particulier elle n’y prêta guère attention, poursuivant tranquillement son étude. Un détail attira son regard. Quelle curieuse idée que de porter un unique gant ! Elle supposa que ça devait être pour cacher une vilaine cicatrice ou un effet de style. En bref elle imaginait avoir devant elle un humain bien bâti des plus serviables et attentionnés. Ah douce innocence quand tu nous tiens…

« Je crois qu’on devrait s’abriter, le temps ne semble pas près de s’améliorer. »

La jeune femme n’avait pas tort sur ce point. Les bourrasques de vent se faisaient de plus en plus violentes, balayant comme des fétus de paille les quelques étals abandonnés dès le début des intempéries. La foudre, quant à elle, frappant au début rarement, tombait à présent à intervalles réguliers de façon inquiétante. La pluie qui tombait averse depuis un certain temps déjà, avait fini de tremper ses cheveux et la cape de son intrigant interlocuteur. Sans plus attendre l’ondine s’élança d’une allure fluide et légère dans les ruelles, sans vérifier que le colosse lui emboîtait le pas. Etourdie, elle fit un énorme et pénible détour pour se rendre dans sa taverne qui faisait aussi office d’auberge douillette, ne prenait finalement même pas la peine d’éviter les flaques d’eau qui s’étaient formées dans les crevasses de la route mal pavée. Une fois arrivée à destination elle pénétra en trombe dans la pièce délicieusement chauffée, ne se souciant pas de répandre partout des taches sur le joli parquet tout juste nettoyé. La sirène, sourde aux grognements et remarques outrées du gérant, s’attabla et passa commande pour deux bien que, dans l’immédiat, rien ne lui prouvait que le démon avait pour intention de la suivre. Ou peut-être s’était-il perdu en chemin ? S’était-il lassé de ses changements de direction incessants ? Optimiste comme elle l’était, elle n’envisageait pas sérieusement qu’il ait autre chose à faire et ne doutait pas de sa capacité à la suivre. Maintenant qu’elle y repensait, sa monstrueuse épée d’argent lui faisait froid dans le dos et elle se demandait bien comment il était capable de soulever un tel truc.

*Oh de toute façon il viendra très certainement récupérer sa cape*

Tout en faisant cette réflexion elle réalisa subitement qu’elle se trouvait dans un état épouvantable. Avec horreur la jeune femme constata que le bas du manteau trop grand pour elle avait traîné par terre dès qu’il avait atterri sur ses épaules. Ennuyée, Nyslew trouva une réaction impulsive au problème. Elle se saisit d’une carafe vide abandonnée sur une table voisine, ferma les yeux un instant et se concentra. En quelques secondes elle eut pleinement conscience de l’eau regorgeant dans ses vêtements et sa chevelure, la sentant sous contrôle. Alors, tout doucement, elle en déplaça l’excès jusqu’au récipient prévu à cet effet, débarrassant le tout de l’humidité et de la poussière par la même occasion. Une eau noirâtre remplissait à présent la carafe. La « transformation » s’était déroulée en réalité en un clin d’œil, sous les yeux ébahis de certains clients. Embarrassée tout d’abord, un sourire ravi se colla toutefois rapidement sur son visage et elle fit de grands signes d’ahurie finie.

Profitant de cet instant d’accalmie et emportée par son euphorie actuelle, la néréide jugea qu’il était temps de prendre connaissance du contenu de la missive remise précédemment par le mystérieux messager. Les mains légèrement tremblantes elle ouvrit sans mal le tube d’argent. Maintenant qu’elle l’observait en détail elle remarqua la finesse de l’objet. Le métal irradiait d’un éclat presque irréel qu’on aurait cru éternel. Sa surface était entièrement recouverte de gravures, faisant appel à une extrême virtuosité de la part de l’artisan. Véritable bijou d’orfèvrerie, elle se fit la promesse de le conserver précieusement. Une sorte de parchemin, confectionné à base de plantes aquatiques, était roulé à l’intérieur. Avec soin la jeune femme l’étala sur la table de bois et lut avec attention les inscriptions déliées faites d’une encre spéciale résistant à l’eau. Au fil de sa lecture son visage passa par toutes les couleurs. On lui annonçait comme ça, sans la moindre explication, que désormais elle devrait occuper la fonction de reine et souveraine absolue de son royaume. On devait supposer que lui envoyer un mot de la nature suivante l’aurait anéantie.

« Mademoiselle Nyslew Looraïs c’est avec le plus grand regret que je me dois de vous apprendre la disgrâce dans laquelle est tombé notre pays. Je ne pense pas vous étonner en vous rappelant l’introduction de la peste dans nos belles contrées. Rongé de remords je ne vous cacherai pas que cette nouvelle fut traitée de façon trop légère. Cette négligence... »


Avec une bonne vingtaine de lignes expliquant en détail la manière dont la maladie avait proliféré, suivi d’une sinistre liste des défunts justifiant son ascension jusqu’au trône… non on la connaissait assez bien pour savoir que lui transmettre un telle lettre aurait été tout sauf raisonnable. Ainsi ménagée par des données brèves et concises gardant sous silence l’ampleur de la tragédie, la future souveraine devrait sans trop de détours revenir à bon port, ou du moins c’était le calcul des survivants. Abasourdie, anxieuse et contente en même temps, elle était en train de plier soigneusement sa lettre quand quelqu’un entra dans l’auberge…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre inattendue [PV Thérézad]   Mar 18 Mar - 22:07

Le vieil Erewent, après avoir quitté, triomphant, ce qu’il venait juste de surnommer « l’arène du port », se dirigea vers la jeune sirène dont il reconnaissait la silhouette ainsi que la gestuelle, sans doute involontairement, très séduisante et qui collait très bien avec les courbes gracieuses et très bien mises en valeur de la future reine, qui ferait d’ailleurs plus tard une éventuelle alliée de poids, bien que le démon ne le sache pas du tout à ce moment là, mais de toutes façons elle avait bien d’autres atouts plus agréables à regarder pour que l’être du mal s’intéresse à sa personne, soit dit en passant donc un corps qui ferait passer une de ces prêtresses vierges pour un véritable laideron dont il faudrait vite couvrir la figure et tout le corps immédiatement, mais bon la beauté n’avait-elle pas toujours été une des caractéristiques les plus répandues des magnifiques, des sublimes ondines qui peuplaient les océan d’Erin?
Bref revenons-en à l’instant présent, le roi de la gente démoniaque s’approcha donc de Nyslew dont il recouvrit les épaules et le dos avec une grande cape étrangement colorée, grand morceau de tissu qui parait très bien le froid car doublé d’une couche de cuir d’une variété de vachette particulière aux Elfes, enfin, la réaction de la belle jeune femme déçut plutôt Thérézad qui aurait bien aimé entendre un compliment à son tour, bah il n’allait pas se plaindre, au moins elle ne l’avait pas envoyé chier malgré une approche assez lourde et vraiment très voire même trop classique, d’ailleurs le remerciement mit un peu de temps à venir se placer dans le creux de l’oreille du démon qui se retenait de ne pas s’énerver sur la pauvre et innocente Néréide qui n’avait pas méritée qu’il se montre méchant envers elle, bien qu’il n’aie jamais supporté une telle candeur, c’était très mignon et attendrissant, même pour un type dénué d’âme et de sentiments comme lui, et ce petit air un peu cruche sur un corps aussi bien fourni donnait à la jeune femme un petit air qui, bien qu’il n’avait pas sûrement pas pour but de l’être, était très proche de la perversion pure!
D’ailleurs il était tout aussi amusant de constater le fait que la belle femme aux cheveux, dont la couleur semblait osciller entre le bleu saphir et le vert foncé, devait relever sa tête à ce qui semblait être son quasi-maximum pour pouvoir regarder son bienfaiteur, qui lui rendit un sourire charmeur et plein d’une fausse gentillesse, d’une fausse bienveillance très bien imitée d’ailleurs!
La sirène sembla aussi remarquer le fait que son interlocuteur ne portait qu’un seul et unique gant sur sa main gauche, il ne souhaitait pas vraiment lui expliquer maintenant et puis après tout, ça gardait sur lui une touche de mystère, tout comme ces bandages qu’il avait fait avec la chemise d’un pauvre gars de la taverne qu’il avait précédemment « visitée », enfin pour faire court, c’était sa marque de fabrique à lui et sa signature, peut-être même que cela le rendait encore plus facile à repérer mais ça le démarquait largement du lot et c’était vraiment tant mieux!
Un éclair vint fendre la noirceur des nuages en les éclaircissants et fut accompagné d’un bruit explosif qui brisa, quant à lui, le silence pesant qui était en train de s’instaurer entre les deux gens, dont la femme prit l’initiative de proposer à son (apparemment) nouvel ami de trouver un abri au plus vite dans le but de s’abriter de ce qui s’annonçait comme une tempête assez violente, elle commença donc à s’écarter de Thérézad, s’éloignant un peu plus à mesure que les bourrasques de vent se faisaient plus violentes et emportaient divers objets et autres dont peu de gens se souciaient grandement…
MERDE! Il venait de la perdre de vue, d’un geste ennuyé il se gratta la haut du crâne et avança donc dans les rues de la ville le plus vite possible, pressé de retrouver cette si séduisante créature à l’apparence si charmeuse qu’il en frissonnait, un mélange de désir et de plaisir, pour rien au monde il ne l’aurait laissée lui échapper, avec un grand calme, il plaça son épée dans son fourreau situé dans son dos, maintenu par une sorte de ceinture de cuir marron qui passait par son épaule gauche jusqu’à sa hanche droite, lui conférant une allure de guerrier surentraîné et prêt à affronter n’importe qui, il avait une certaine classe qui aurait été bien dure à nier, marchant dans la rue, avec son espèce de ceinture, son torse musclé, nu, rendu rutilant par la pluie qui tombait affreusement, quelques bandages sur ses deux abdominaux inférieurs et son pantalon kaki ample fait à partir de fibres de coton, le tout accompagné par une paire de bottes noires assez basiques, cherchant avec attention Nyslew…

*Bordel elle est où?*

Puis une enseigne attira son attention, l’auberge jumelée à la taverne dans laquelle il avait fichu un sacré bazar précédemment, il poussa donc la porte en bois de l’établissement et y retrouva, à sa grande surprise tout comme à son grand contentement, la belle ondine qui était en pleine lecture d’une sorte de parchemin dont la matière semblait s’approcher assez d’un papyrus qui aurait été fait à partir de laine de très bonne qualité, et l’étui posé sur la table, composé d’un magnifique alliage de métal et finement gravé, incrusté de diverses décorations fort sympathique à l’œil, le contenu devait être sacrément important pour que l’on puisse se permettre un tel emballage et apparemment, en tous cas selon le démon qui remarqua la mine réjouie de la sublime néréide, les nouvelles étaient très bonnes, ou alors au moins pas mal.
A sa vue, un des ivrognes ouvrit grand la bouche, dévoilant ses dents gâtées de marin, arborant un air complètement à la masse, bouche mal entretenue qui rappela étrangement à l’Erewent une mâchoire qu’il aurait éventuellement cassée avec un énorme coup de pied sauté, ah bah oui ça devait être celle du marin, il fit un signe de la main qui signifiait pour lui « tu l’as dans ta sale face mais j’suis désolé de t’avoir rendu encore plus laid ducon… » bref que de gentillesse et d’attention de la part de cet infâme salopard…
Ce même salopard qui bouscula ensuite le pauvre type chargé d’apporter les repas commandés par la belle Nyslew, qui n’atteignirent, heureusement, pas le sol, car rattrapés habilement par le démon qui était responsable de leur début de chute, enfin au moins il les avait rattrapés sans trop de mal, fier de lui, il déposa le plat de poisson et de salade à sa charmante et récente rencontre, sauf qu’il constata avec effroi que les deux plats étaient identiques, berk du poisson infect, et cru qui plus est!
Puis vinrent les boissons, bon au moins cette fois le démon ne fut pas surpris de voir arriver deux verres d’eau claire, ça y est, était sûr de faire face à une femme de l’eau, une magnifique ensorceleuse des océans, il devait jouer le jeu pour espérer se la faire, donc, d’un air faussement ravi, il fit mine de découvrir qu’elle lui avait prit du poisson et d’y goûter puis enfin de s’en régaler comme pour un met des plus exquis qui puissent être au monde entier, ah ça, il avait toujours eut un grand talent pour ce qui était de faire croire qu’il appréciait quelque chose alors qu’en fait ça le répugnait atrocement…
A vrai dire le truc le moins ignoble du repas fut l’eau, faisant mine d’être malade, l’Erewent se leva et demanda où se trouvaient les toilettes, question à laquelle l’aubergiste, assez effrayé répondit par un « faut louer une chambre, elles sont d’dans » qui exaspéra l’homme, sauf qu’il tenait enfin l’opportunité d’arnaquer la jeune femme, il alla vers elle, qui venait de finir, et la tira jusqu’à l’étage, chambre 221, devant laquelle il resta en demandant si il pouvait juste utiliser les toilettes…

« Et peut-être rester pour dormir… Ma maison est à 130 kilomètres et je n’ai que 6 pièces d’argent… Et merci pour le dîner, ça me gêne un peu… »

Dit-il, en utilisant un ton plutôt plaisantin, conscient que la pilule passerait mieux ainsi…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre inattendue [PV Thérézad]   Jeu 20 Mar - 16:41

Le regard dans le vague, d’un vide abyssal, la jeune femme laissait ses pensées vagabonder librement et s’éparpiller. Elle ne parvenait pas à réaliser que sa vie était en train de prendre un tournant radical et irréversible. Non car dans son esprit il ne s’agissait là que d’une mesquine plaisanterie provenant des siens. Après tout ce ne serait pas la première fois qu’on lui jouait de vilains tours ! Maintenant qu’elle y pensait, de sombres souvenirs refirent surface dans sa mémoire. L’air lugubre, elle se repassa dans sa tête, avec un réalisme saisissant, des scènes de son enfance ou plutôt « humiliation » pour être plus juste. Yaril, Elisi, Van, Trist, Esperik… tous, sans la moindre exception, avaient été à l’origine de nombreux tourments et crise de larmes. Pourtant, malgré tout, la sirène ne parvenait pas à entretenir de la rancœur envers eux. Seule une tristesse déchirante adoucie par le temps subsistait. Alors qu’elle remuait de son passé ces visages, elle était loin de se douter qu’à cette heure là ils étaient tous décédés, probablement en décomposition, enterrés dans la précipitation dans une fosse commune creusée pour enfermer le virus dans les plus brefs délais. Cruelle réalité. Quand la mort frappait sans raison, décimant implacablement un peuple entier via le fléau de la maladie, d’autres se chargeaient à sa place d’exécuter ce travail dans le but d’obtenir le pouvoir. Ah combien de litres de sang ont été versés dans ce but au cours de l’histoire ! Elle avait même ouï dire que dans les rues de certaines villes, à l’époque où les Erewent semaient le chaos et la terreur sur les terres d’Erin, le sang arrivait jusqu’aux genoux des malheureux habitants. Comment, mais comment pouvait-on désirer à ce point le commandement ? En aucun cas elle ne pouvait envisager l’hypothèse de la passion de la barbarie pure et simple. Une bonne partie de ses ennuis trouvaient leur origine en cet exact point précis. Jamais au cours de son existence, s’estimant aux environs d’un siècle, elle n’avait pu imaginer que des atrocités puissent être commises gratuitement, pour le simple plaisir. Ainsi elle voyait tout être de façon neutre, et se disait qu’il n’y avait aucune raison à ce qu’on lui soit nuisible du moment qu’elle ne commettait aucun acte pouvant fournir un motif. Grossière erreur de jugement naturellement….

Ce n’est que lorsque son invité rattrapa au dernier moment les plats qu’elle avait commandés, après avoir bousculé le malheureux serveur, que la néréide prit conscience de sa présence. Il ne l’avait donc pas abandonnée, ni perdu sa trace. Loin de baisser dans son estime à cause de son petit retard elle le percevait au contraire de plus en plus comme une personne sympathique digne de confiance. Ah quelle chanceuse elle était ! C’était bien Etha qui mourrait de jalousie quand elle lui conterait cette merveilleuse rencontre digne des plus écoeurants films à l’eau de rose dont elle et son amie étaient toutes les deux friandes. Durant d’interminables soirées elles s’imaginaient dans des dizaines d’années, inventant de toute pièce une vie imaginaire où elles ne cessaient de vivre des histoires toutes plus palpitantes les unes que les autres et où le bien finissait toujours par triompher du mal, les méchants démasqués et punis sévèrement. Comme le spectacle de la destruction de ses innocentes illusions serait cruel… s’il arrivait que ce jour vienne enfin pour lui remettre les pieds sur terre ! Certes elle était heureuse dans ce monde binaire, où les méchants étaient parqués dans une contrée lointaine, ténébreuse et inaccessible, mais n’était-il pas du devoir de tous de lui faire prendre conscience de ses égarements ? On pourrait polémiquer longuement sur ce point… En attendant elle se félicitait intérieurement d’avoir accroché l’attention de ce bel humain (d’après ses déductions dont on ne pourrait guère la blâmer en vue de la ressemblance frappante), et se demandait s’il lui serait possible de l’emmener par la suite dans son palais sous-marin…


« Eh bien vous en avez mis du temps ! »

Le ton employé était gentiment railleur accompagné d’un sourire espiègle, et l’ondine était loin de se douter que la remarque pourrait potentiellement sérieusement taper sur les nerfs de l’Erewent. Quoi qu’il en soit, plongée quasi immédiatement dans la dégustation de son plat, elle ne saurait jamais quelle fut sa réaction. Sa petite excursion au cœur de la tempête assortie de l’émotion de sa fortuite rencontre, lui avait de nouveau ouvert un appétit de monstre et c’est sans mal qu’elle parvint à finir ce second repas à intervalle très rapproché. Il n’y avait pas à dire, les mets proposés étaient vraiment succulents ! Elle se fit d’ailleurs intérieurement un devoir de donner ses félicitations en personne au chef, c’était la moindre des choses que de faire savoir le talent des uns et des autres. Alors que cette dégustation ravissait littéralement ses papilles gustatives, elle n’imaginait pas une seule seconde l’ampleur du calvaire qu’était ce maudit repas pour le démon qui y mit un terme dès que l’occasion se présenta. Persuadée d’avoir à faire à un amateur de « bonne cuisine » tout comme elle, la jeune femme goba sans réfléchir à son excuse, s’inquiétant même de l’état du sournois comédien. L’imaginer seul souffrant d’une vilaine maladie, sur le chemin de retour à son habitation, même si elle avait été à proximité, l’insupportait au plus haut point. Il n’y avait rien de plus dangereux que d’être en proie à la maladie et seul sans personne sur qui compter. Avant même d’entendre sa requête, elle avait déjà pris sa décision, elle l’hébergerait pour la nuit et plus si son état l’exigeait. Stupide et pathétique altruisme… Sans ronchonner elle le suivit gentiment jusqu’à l’étage et devant la chambre qui lui avait été allouée. A l’écoute de ses paroles la sirène sentit son cœur se serrer, il fallait ne pas avoir de cœur pour lui refuser l’hospitalité ! Avec conviction elle le fixa de ses iris dorés et répondit d’une voix calme.

« Je serais un monstre d’égoïsme si je vous refusais ça dans votre état. Vous n’avez pas à être gêné. »

Sur ces paroles elle pénétra dans la pièce. De proportions moyennes elle possédait un charme certain que son œil artistique analysa avec soin. Le sol constitué d’un parquet composé de divers bois, récupérés très certainement sur les plages de galets, était recouvert par endroits de tapis simples, mais agréables pour la plante du pied. Trois peintures à l’huile ornaient les murs légèrement décrépits. Ils représentaient des scènes de pêches, de débarquement ou des dauphins espiègles jouant avec les marins. Rien de sensationnel et pourtant l’ensemble restait harmonieux. Satisfaite de la qualité de la chambre, elle invita Thérézad à y prendre ses aises. Elle ajouta ensuite avec un radieux sourire et enthousiasme.

« Je vous commanderai une autre assiette de poisson un peu plus tard, ça vous aidera à reprendre des forces ^^ »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre inattendue [PV Thérézad]   Jeu 20 Mar - 19:48

Tout le repas durant, le démon s’était surpris à contempler la jeune sirène, admirant chacun de ses traits, qui formaient un ensemble relevant purement et simplement de la perfection, il n’y avait rien à redire sur elle, tout était magnifiquement ordonné pour former une créature parfaite, au visage pur et pratiquement enfantin en gardant quand même une touche de maturité féminine très forte, ainsi qu’un corps parfaitement développé.
D’ailleurs elle devait avoir un don d’anti-gravité aux vus de la manière dont ses seins semblaient défier toutes les lois de la pesanteur, ceux-ci restant parfaitement droit et ronds malgré qu’il n’aient que de ridicules tissus comme soutien, enfin il fallait vite changer de sujet d’attention pour éviter d’attirer l’attention de la belle petite ondine sur le fait qu’il était en train de regarder avec une envie inimaginable ses seins, ça ne l’aurait pas bien fichu, surtout en sachant qu’il voulait jouer au beau prince charmant qui la séduirait pour ensuite la ravir un soir et l’emmener dans son beau château puis la foutre en cloque et après demander le divorce, et tout et tout…
Bref, Il releva légèrement la tête et fit un magnifique sourire à la ravissante Néréide, il ne savait pas pourquoi mais il était persuadé qu’elle refuserait de le faire même si il se montrait parfaitement gentil avec elle, c’était bien le genre de femme face auquel il fallait insister autant que possible pour obtenir un petit baiser, oui pas de doute c’était bien le genre de femme qu’il qualifiait si gentiment et avec tant d’élégance du sobriquet de « miss conte de fée ».
Oui c’était ce genre de fille tellement attachée aux clichés qu’elle pouvait sûrement se contenter d’un long échange de regard avec son homme pour se sentir satisfaite pour une semaine entière, sauf que bah le prince lui ça allait les lui briser sérieusement, et puis fallait bien justifier le truc du « et eurent beaucoup d’enfants », non mais c’est vrai quoi, il a des envies parfaitement humaines le pauvre type, surtout quand la princesse est gaulée comme une déesse qui plus est, enfin bon, là il se perdait dans ses pensées et ce n’était pas bon du tout….
Mais malgré ses imperceptibles secousses de la tête, il ne pouvait pas sortir ces idées farfelues de princes et de princesses copulants de son crâne, ça l’obsédait littéralement et il se devait absolument de faire une remarque dessus à sa charmante interlocutrice, sauf que, si il souhaitait garder sa crédibilité, ce n’était vraiment pas, mais alors pas du tout, une chose à faire, surtout en présence d’une jeune femme si candide, oui, candide, à un point tel d’ailleurs qu’il en était parfaitement écoeuré, mais bon elle rattrapait ce défaut énorme avec ce qui était sans doute une beauté qui aurait fait passer la plus belle des Elfes pour un laideron sorti d’un cirque pour monstres difformes, Ah! Il continuait à dévier constamment, changeant de sujet à une vitesse hallucinante, il décida alors de se concentrer sur la dégustation du truc que le restaurateur avait le culot d’appeler : « Poisson, recette façon Ys. »
Ouais bah alors la recette façon Ys ça voulait certainement dire : « on te met que dalle avec tu le bouffes nature et tu la fermes surtout! » enfin il n’allait pas faire d’histoire, parce que sinon il allait tout simplement finir par tuer ce connard qui venait de lui refiler un ridicule petit poisson en plat principal, et ce pour un prix qui aurait valu au moins une demi-douzaine de steaks au vieux démon qui était plutôt exaspéré du rapport qualité/prix comme diraient certains…
Mais bon, il dut quand même se résoudre à la fermer pour de bon et savourer ce qu’il y avait à savourer dans son assiette, soit donc dit en passant un poisson plus petit que le sexe d’un brownie (oh mon dieu quelle comparaison ignoble!) accompagné, attention on ne rigole plus, d’une salade avec une putain de rondelle de citron qui n’était là que pour faire joli, quelle horreur, non sérieusement là il allait choper le cuisinier à la gorge et lui bouffer le crâne, c’était du pur foutage de gueule à ce point là! Et le pire c’est que la facture allait sans aucun doute possible être aussi salée que ce poisson infect sur lequel on avait sans doute possible vidé un seau entier de sel marin, bah il tuerait chaque type en cuisine et les serveurs plus tard, pour l’instant il avait une petite sirène à séduire, la convaincre qu’il était L’HOMME de sa vie, que personne d’autre ne l’égalait, et tout et tout quoi…
Il revint donc aux échanges de regards romantiques, dont raffolaient toutes les femmes même celles qui n’étaient pas du tout branchés par toutes ces ridicules et inutiles affaires de princes et princesses (NON, mais si il recommence avec ça moi je décroche la!!!!!!!!) à la sauce petit conte pour gentille fille…
Quand il eut fini de « déguster », si on peut dire ainsi, son poisson, il fit mine de s’essuyer les lèvres et posa ensuite la serviette sur la table, avant de ne commencer son petit cinéma du gentil type serviable qui a affreusement mal au ventre à cause d’un petit poisson minuscule comme le sexe d’un…
Bref! Il s’avança vers la charmante Nyslew et lui demanda qu’elle daigne l’emmener dans sa chambre, pas du tout pour des raisons sexuelles, encore une fois bien malheureusement, non en fait c’était simplement pour pouvoir s’allonger et entamer une séance de drague intensive qui pourrait porter ses fruits et conduire le chef des Erewents, à goûter enfin aux délices marins, les sirènes étant réputées pour être également de véritables tigresses au lit, il lui tardait de vérifier cette rumeur si intéressante, et la seule à laquelle il prêtait de l’intérêt de toutes celles qui concernaient ce peuple des mers, à vrai dire…
Il revint aussi sur une remarque que lui avait précédemment envoyée la belle néréide mais à laquelle il n’avait pas fait attention, il avait bien comprit que la jeune beauté employé un ton gentil et amical, ça ne le dérangeait pas, bien qu’il soit un barbare et un taré/névrosé caractériel, tant que cela venait d’une si ravissante créature, il pardonnait le moindre humour, aussi vaseux soit-il, il supportait tout et ne disait jamais rien, il avait dût endurer bien pire pour se faire certaines femmes… (Vive les raquettes de tennis xD)

« C’est gentil d’accepter, rien que pour ça je devrai vous embrasser… »

Oh non mais il avait encore dit cette phrase sans aucun sens logique et qui était d’un ridicule qui ôtait lui-même pas sans rappeler les contes romantiques que l’on récitait presque par cœur (a force de les avoir entendus et racontés) aux petites filles sages sur le point de faire un gros dodo, en bref tout le bordel habituel, indubitablement…
Enfin il pénétra dans la chambre, pas très grande mais à l’apparence très confortable et avec un lit, qui, bien que notifié comme étant pour une personne uniquement, devait être largement assez grand pour au moins trois voire même quatre personnes, Thérézad aurait très largement de quoi s’amuser avec la magnifique néréides si elle venait à céder à ce qui seraient des avances bien évidemment tout juste sous-entendues mais assez claires pour que même elle, qui semblait plutôt candide et donc naïve, puisse comprendre de quoi il était en train de lui parler avec ce grand sourire charmeur…

« Mhhh non merci, je n’aime pas vraiment le poisson, je crois d’ailleurs que c’est la raison de mon mal de ventre mais merci quand même! »

D’ailleurs une question existentielle pour une fois intéressante lui vint à l’esprit, il lui semblait évident qu’elle était une sirène car elle en avait des traits tout à fait caractéristiques et un amour pour le poisson cru qui n’aurait pu tromper personne, enfin, comment pouvait-elle bien faire pour se reproduire quand elle était à l’état de sirène, soit dit donc avec une queue de poisson et par conséquent par de jambes et donc encore plus précisément pas d’organe génital féminin…
Hey mais d’ailleurs les tritons aussi n’avait pas de sexe… Et c’est alors que le vieux démon commença à réfléchir intensément et très sérieusement à la question, imaginant des pratiques aussi déviantes que sordides qui permettraient la reproduction…

« Au cas où vous l’auriez déjà fait… Comment vous faites vous pour vous accoupler sous l’eau? »

Et bien sûr le charmant « jeune homme » expliqua ensuite à sa charmante amie comment il avait deviné qu’elle était issue du peuple qui habitait près de l’île de Sul, et ce en racontant chaque petit détail qui l’avait mis sur la voie, donnant ainsi l’air de quelqu’un de très supérieurement intelligent, qui était doté de capacités de réflexion incroyables.

« Quoiqu’il en soit vos jambes vous vont à ravir. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre inattendue [PV Thérézad]   Dim 23 Mar - 0:32

Les joues encore cramoisies en raison de la remarque au sujet du baiser en remerciement de sa charitable hospitalité, elle se trouva un intérêt soudain pour la fenêtre de la pièce, lui permettant ainsi par une heureuse coïncidence d’éviter d’exposer sa timidité aux yeux de son invité. Elle ouvrit cette dernière avec circonspection et goûta avec délice à la bouffée d’air frai et humide qui s’engouffra dans la chambre quasi immédiatement. La pluie n’avait toujours pas cessé à l’extérieur, inondant encore et toujours la ruelle mal entretenue en contre bas sur laquelle la fenêtre donnait. Afin d’éviter que le froid nocturne ne s’installe de manière trop gênante elle la laissa néanmoins entrouverte, laissant par la même occasion la possibilité à l’air de se renouveler en éliminant les inconvénients majeurs. Ceci fait elle osa enfin se retourner. A son plus grand soulagement l’Erewent la sortit de son embarras en évoquant sa piètre affinité vis-à-vis du poisson qu’elle lui avait et souhaitait lui commander à nouveau. Quel dommage ! Alors que l’ondine avait été persuadée de lui faire plaisir tout au long du repas – s’en réjouissant allègrement – ça n’avait en réalité du n’être qu’un calvaire… Il n’était guère étonnant qu’il soit pris de nausée dorénavant. Comment avait-elle bien pu ne rien remarquer durant tout ce temps ? Démoralisée, elle maudit son inconscience et son manque de lucidité… Encore une fois pour ne pas manquer aux bonnes vieilles habitudes. D’une voix un brin tremblotante difficilement maîtrisée pleine de regrets elle déclara les yeux légèrement embués de larmes.

« Je suis désolée, je vais donc éviter de mettre encore une fois à mal votre estomac. »

Malgré toutes ses bonnes intentions elle venait de perpétuer une nouvelle bavure qu’elle regrettait ardemment. Lui en voulait-il ? En tiendrait-il rigueur dans le futur ? A l’évocation mentale de cette idée la pauvre sirène pali un peu plus. Elle se répandit en multiples excuses, lui faisant la promesse qu’elle lui confectionnerait un remède à base de plantes pour réparer sa bêtise. Finalement elle décida de porter son attention sur la manière dont elle allait aménager la chambre qu’elle avait prévu d’occuper d’une durée indéterminée mais pour quelques jours au minimum. Bref elle se saisit de sa besace usée par ses périples à travers le monde et s’approcha d’une armoire. Nyslew l’ouvrit doucement et commença à déposer sur les étagères ses vêtements extirpés de son sac de voyage avec précaution. Avec une petite moue elle dut se rendre à l’évidence : elle devrait très certainement tout replier le lendemain. Lassée rien que par l’idée de cette corvée la jeune femme changea encore une fois de sujet d’attention. De ses grands yeux candides elle dévisagea pour la « énième » fois le bel homme qui lui faisait face. Plus les minutes s’écoulaient et plus elle le trouvait charmant et à son goût. La question qu’il posa ensuite la déstabilisa quelque peu toutefois.

*Oh non c’est trop gênant comme situation*

Un sourire figé se plaqua sur son visage à l’habituelle expression enfantine. La néréide avait entendu beaucoup de chose au cours de son existence, mais ça c’était bien la première fois. Les joues cramoisies elle bredouilla quelques mots sur l’inconvenance de l’interrogation mais se ravisa rapidement, préférant arborer un silence plus sage. Elle écouta alors attentivement l’exposé du démon montrant par « a+b » comment il était arrivé à l’exacte conclusion qu’elle était une sirène. En plus d’être beau comme un dieu il était vraiment intelligent, une vraie perle rare comme on en voyait que rarement, elle était vraiment chanceuse ! Au lieu de nier ces affirmations elle fit la stupide et basique erreur de confirmer avec un enthousiasme qui aurait donné envie de mettre des baffes même à un premier prix de vertu. D’une voix où l’anxiété perçait elle ajouta d’un regard suppliant.

« S’il vous plait n’ébruitez pas cette information, dans une cité portuaire comme celle-la ça pourrait m’attirer des ennuis que je souhaite éviter. »

Sur ce elle se redirigea vers la fenêtre après l’avoir remercier d’une petite voix pour le compliment au sujet de ses jambes. Pour être honnête elle n’avait aucune idée des normes de beauté des bipèdes concernant leurs membres inférieurs et fut d’autant flattée de la remarque plaisante... Soudainement ses yeux devinrent vides, comme si elle était victime d’un instant d’absence, très proche de l’expression qu’elle avait lors de ses habituelles réflexions totalement immatures. Toutefois cet air figé était porteur d’un message d’une tout autre nature en réalité. A vrai dire la jeune femme n’avait même pas conscience de ce processus. Dès cet instant, la douce et naïve Nyslew laissait place peu à peu à une autre personne, une sorte d’élément négatif d’elle même. Cette part de son être était constituée de tout le cynisme et de la sournoiserie dont l’autre manquait cruellement, à l’excès peut-être même hélas. Surgissant sans prévenir des profondeurs ténébreuses de son inconscient à n’importe quel moment de la journée, cette personnalité semait le chaos et réparait des affronts personnels dont elle avait été affligée sans la moindre once de pitié. Violente, impitoyable et cruelle sous ces traits, on ne pouvait cependant pas qualifier vraiment son alignement de maléfique. Dans les faits elle faisait preuve d’une neutralité effrayante. Tout ce qui ne la concernait pas ou ne pouvait en aucun cas avoir une influence quelconque sur sa petite personne l’indifférait royalement. Elle pouvait de cette manière assister à une injustice, un meurtre ou un acte de bravoure sans bouger le moindre petit doigt ou manifester une réaction autre qu’un vulgaire haussement de sourcil ou un négligeant signe de la main. Après tout ce n’étaient pas ses affaires, pourquoi irait-elle s’en mêler et risquer sa vie pour des inconnus ? Non en fin de compte c’était très simple les relations avec elle, du moment qu’on n’essayait pas de l’arnaquer ou de lui nuire et qu’on lui était utile tout allait bien, dans le cas contraire la situation risquait de vite s’envenimer…

En l’occurrence elle avait à peu près conscience de tout ce qui s’était déroulée depuis sa rencontre avec le chef Erewent. Ainsi donc celui qu’elle prenait pour un simple mais imposant humain pensait avoir aussi facilement la future souveraine des mers et des océans. La jeune femme retint avec difficulté un mauvais sourire doucereux, s’obstinant à fixer avec la même candeur que son autre coté un point fixe du bâtiment d’en face. Si elle avait bien un point commun sans le moindre doute avec son interlocuteur c’était son don pour jouer la comédie et tromper son monde. Elle inspira un grand coup et envoya une vague d’eau (formée aisément à partir du déluge s’abattant dehors), à la figure de l’autre plus pour l’aveugler qu’autre chose. Sans attendre elle dégaina son katana en se retournant, fondit sur son adversaire avec vitesse et tenta de lui asséner une estafilade cuisante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre inattendue [PV Thérézad]   Dim 23 Mar - 11:49

Ça traînait vraiment affreusement en longueur tout ce bordel, non vraiment ça en devenait plus qu’ennuyeux, le temps semblait passer dix fois plus lentement que d’ordinaire aux yeux du démon qui commençait à perdre les pédales, n’ayant jamais particulièrement apprécié le fait de devoir attendre pour la moindre remarque ou réaction de la personne à laquelle il était en train de parler et qu’il draguait du mieux qu’il pouvait depuis presque deux heures, il n’avait d’ailleurs eut droit qu’à quelques rougissements et échanges de regards débiles qui le confortaient dans son idée qu’il était un face d’une femme qui devait encore être très gamine et immature au plus profond d’elle même et pareillement dans certaines de ses attitudes difficilement imputables à une sirène qui allait en plus être nommée reine d’un peuple que l’Erewent avait toujours détesté du plus profond de son être, de son cœur et de son âme, les considérants comme des rebuts tout juste bon à faire de belles femmes toutes plus coincées les unes que les autres, décidément…
Elle alla aussi ouvrir la fenêtre de l’endroit pour, sans doute, rafraîchir un petit peu l’air ambiant de la salle qui était, et il fallait bien le reconnaître, affreusement chaud, il la regarda lascivement bouger ses fesses à mesure qu’elle marchait, bah avec un peu de chance et ses talents d’acteur, il ne tarderait pas à revoir ce petit cul avec tous les vêtements par-dessus en moins… Car même si il sentait qu’elle n’était certainement pas le genre de femme aux attitudes particulièrement perverses, il réussirait sans problème à la convaincre qu’il était son prince charmant et qu’elle ne pouvait pas se passer de lui, lui faisant donc croire qu’elle devait s’offrir à lui, exploiter la naïveté des gens et se faire des femmes avaient toujours étés deux choses adorées par Thétézad, alors quand il avait l’occasion de faire les deux à la fois!
Et hop, elle faisait intérieurement tout comme extérieurement toute une scène pour le poisson, ça se sentait, elle avait l’air toute triste et sa voix était tremblotante, auxquels il fallait bien sûr ajouter ce petit regard d’ange embué de larmes qui aurait sans aucun doute déchiré le cœur du vieux démon en deux si il en avait eut un… Ou pas…
L’impatience croissante de l’être du mal était bien visible et se caractérisait par le fait que son tatouage sur la main droite, qui était recouverte d’un gant en cuir noir, s’illuminait, toujours. Il n’aurait su expliquer pourquoi son corps réagissait ainsi, tout le monde avait ses signes d’anxiété et d’impatience, lui aussi, mais ce n’était pas facile à remarquer si on n’avait pas une vue sur sa main droite, quasiment toujours gantée surtout pour cette raison, car en tant que dirigeant de son peuple il se devait de ne pas montrer sa peur ou son angoisse. Enfin bon, il était tombé sur ce qui semblait être une femme magnifique, mais totalement coincée et cruche à un point tel qu’il aurait fallut la faire examiner par des scientifiques pour voir d’où venait la source de cette candeur tellement agaçante, ça le dégoûtait pratiquement de l’envie que l’Erewent avait de faire l’amour à cette sublime sirène, oui vraiment ça le décevait énormément. Oh et maintenant elle lui garantissait un remède à base de plantes pour le soigner, encore pire que ce qu’il aurait put imaginer comme réaction, si il lui avait été possible d’être vraiment malade, ça l’aurait sans aucun doute définitivement achevé, ces êtres dotés d’une queue de poisson étaient décidemment tous très particuliers, il n’en avait rencontré que très peu dans sa vie, et c’était tant mieux, vraiment c’était l’espèce la moins utile qui existe au monde, amusant et pitoyable…
Elle changea, au grand soulagement du fils de Fall, bien vite de sujet pour attirer son attention vers une armoire, où elle commença à installer toutes ses affaires et autres, sous l’œil pervers du démon qui essayait de déceler de la lingerie coquine, en faisant semblant de s’intéresser à ce qui n’était rien d’une qu’une pile de vêtements qui ne mettaient guère en valeur les atouts de celle qui les portait, mais tant pis, c’était son choix, de toutes façons, pour le chef des êtres démoniaque, tout le monde sur cette planète devrait vivre littéralement à poil toute la journée…
D’ailleurs elle ne devait pas être si idiote que ça car elle avait magnifiquement évitée la question sur la fécondation de son espèce que lui avait posé le grand gaillard avec un intérêt, cette fois ci, tout à fait réel, c’est vrai quoi, un documentaire vachement intéressant sur la méthode de reproduction de ces bestioles dotées de queues de poisson…
Bref il ne fit pas remarquer à Nyslew qu’elle n’avait pas répondu à sa question et lui fit la promesse de ne pas ébruiter l’information dans un endroit comme celui-ci, il l’aurait pour lui tout seul et c’était d’ailleurs bien mieux comme ça, elle le remercia alors ensuite pour le compliment qu’il avait fait sur ses magnifiques jambes et s’approcha de la fenêtre, laissant s’installer un silence désagréable, elle semblait absente, peut-être, sans doute même, pensait-elle à une quelconque débilité ou se faisait elle un film avec des princes et des princesses dans un château qui… (Bon là il commence vraiment à devenir lourd…)
Elle le regarda alors de nouveau avec un air tout aussi doux mais assez différents, là elle jouait, Thérézad était lui aussi un très bon acteur et sentait quelque chose de mauvais s’approcher de lui, mais il essayait de garder tout son calme, alors que son tatouage tribal commençait à devenir brûlant, il n’avait aucun doute concernant sa propre force et ses préjugés sexistes l’empêchaient de vraiment craindre la reine des ondines, non il était plutôt excité, impatient de connaître la suite, enfin ça devenait quelque chose d’intéressant…

*Ooooooooh comme c’est intéressant!*

C’est alors qu’une vague d’eau fonça sur le démon qui s’était assis sur une chaise, le collant au mur avec violence, tandis que la sale néréide s’approchait de lui, le sabre à l’horizontale pour le frapper, dommage qu’il soit plus fort et rapide qu’elle…
D’un geste, il sorti sa gigantesque arme d’argent et en envoya un grand coup de bas en haut, parant le coup et déstabilisant, par la même occasion, la jeune femme dont l’arme déchira tout de même l’attache du gant spécial du démon et raya légèrement le fil de la lame de son « bout d’argent »…
L’être du mal planta alors son épée gigantesque dans l’armoire et tendit sa main droite, désormais dépourvue de gant de cuir, vers la charmante jeune femme qui fut clouée avec violence au lit, il avait envie d’elle et ne se priverait de la posséder pour rien au monde, elle allait en hurler…

« Bon bah je crois que je peux te dire que tu viens de provoquer le chef des Erewents et que… »

Il ne finit pas sa phrase et commença à caresser les joues de sa captive, retenue au lit par la télékinésie du démon qui commençait à déposer quelques baisers au creux du cou de la reine des océans, se régalant de chaque petite parcelle de son corps, évitant tout de même soigneusement les lèvres, ne souhaitant pas vraiment se faire arracher la langue, organe tout simple mais nécessitant tout de même une souris pour réapparaître…
Il se contentait donc de caresser tout gentiment les joues de la jeune femme en s’égarant parfois, lui massant tendrement la nuque, il avait beau être un sale pervers en plein acte de viol, il conservait ses manières douces, surtout dans le but de faire plaisir à sa partenaire non consentante… Il allait aussi, parfois, déplacer ses mains contre le ventre doux et plat de la charmante créature des mers qu’il venait de déposséder de son haut, savourant ses courbes à damner un saint, caressant chaque détail parfait de ses hanches, son bassin, puis il tenta le tout pour le tout et embrassa enfin la sublime reine, pas de langue, juste un jeu de lèvres, peu lui importait la réaction de cette dernière, lui il adorait, et puis ce n’était pas comme si il était en train de la torturer…

« Mhhh tu n’aimes pas? Moi, je me régale! »

Dit-il, arborant un sourire charmé, charmé par ce si beau corps donc il profitait avec une lenteur qui n’avait pour but que de séduire la néréide, elle finirait par apprécier, que son esprit le veuille ou non, et plus il prenait son temps, plus la chose était exquise, plus cette peau délicate, douce, lui paraissait être celle d’une déesse de la luxure, elle aurait été une muse pour n’importe quel écrivain, poète ou encore peintre, tant il y avait à dire et à voir sur le degré de perfection, sur la beauté de cette femme…
D’un geste doux, il alla s’emparer d’un sein nu, le gauche, ayant ôté la brassière de la ravissante créature, et commença à le masser, toujours doucement, en faisant bien attention à ne pas tirer ou trop appuyer, léchouillant tendrement le téton de temps en temps…

« Oui oui j’adore même. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre inattendue [PV Thérézad]   Mar 25 Mar - 19:38

Une lueur de triomphe illumina ses yeux dorés quand la sirène prit conscience du succès de sa première attaque. Ca apprendrait à ce sale pervers à se méfier des apparences. La leçon serait d’autant plus marquante si elle parvenait à mêler à la chair de son adversaire sa lame d’argent ensorcelée. Néanmoins elle sentit que quelque chose clochait, elle n’arrivait guère à accélérer l’allure pour atteindre sa vitesse d’attaque habituelle. Ses jambes lui semblaient même trop lourdes sans qu’elle parvienne à se l’expliquer. C’est non sans un agacement croissant qu’elle prit conscience de l’état de fatigue de son corps. L’autre naïve avait du le pousser à bout depuis le début de la semaine sans avoir la moindre petite idée des conséquences de ces excès en cas de combat. Mais quelle cruche ! Malheureusement il était trop tard pour elle pour envisager de faire marche arrière, on ne lui laisserait pas d’autre occasion aussi belle. Bah tant pis ! Face à un humain normal bien qu’imposant elle ne devrait pas rencontrer trop de difficultés, du moins c’est ce qu’elle imaginait… Nyslew fit un dernier effort pour arriver avec le plus de vitesse possible au moment de l’impact et donner de la force à son coup. Hélas ce ne fut pas suffisant. D’un grand coup de sa monstrueuse arme qui se rapprochait le plus d’un bout de métal que d’une épée le colosse para son assaut, faisant dévier son sabre qui ne parvint qu’à déchirer le gant recouvrant sa main droite et rayer légèrement sa lame. Déstabilisée et emportée dans son élan, il lui aurait fallu trop de temps pour retrouver son équilibre et imaginer pouvoir tenter une deuxième attaque. Devant le trou béant dans sa garde elle s’attendit à tout moment à recevoir un sale coup, peut-être même mortel. Il ne vint pas. Au lieu de ça il planta le bout d’argent dans l’armoire où se trouvait ses vêtements et tendit sa main à présent nue en sa direction. A cette occasion elle eut loisir d’observer une étrange marque rougeoyante pendant un bref instant avant de se sentir propulsée violemment sur le lit de la chambre. Si sa mémoire était bonne il s’agissait là d’une manifestation typique de télékinésie. Serait-il en fin de compte un magicien ? Cette interrogation resta en suspend devant un autre problème beaucoup plus alarmant.

*C’est quoi ce bordel ?*

Avec effroi elle constata que ses mouvements étaient à présent plus que restreints si on voulait faire usage d’un doux euphémisme. Difficilement elle parvint tout de même à bouger légèrement ses doigts et ses jambes, le reste de son corps restant paralysé malgré tous ses efforts pour le faire répondre. Elle eut beau se débattre de toutes ses forces la jeune femme ne réussit qu’à remuer faiblement. N’ayant jamais été confrontée à ce genre de situation elle se trouvait totalement désemparée. Elle reconnaissait bien là son éternelle malchance. Tomber sur le chef des Erewent, le terrible et redoutable peuple barbare et démoniaque… mais quelle poisse ! Si elle avait su ça avant elle se serait bien gardée de l’attaquer de cette façon. En y pensant deux secondes elle n’aurait même jamais lancé d’assaut à son encontre, elle n’était pas suicidaire. Non à bien y réfléchir elle aurait formé une vague pour faire diversion et par la même occasion servir de moyen de locomotion rapide jusqu’à la mer. Une fois dans son élément elle n’aurait plus eu rien à craindre de la part du démon. C’était dommage qu’elle ne se soit pas informée un peu plus sur l’identité de son invité. Ah si seulement elle avait su plus tôt… Enfin se morfondre ne l’avancerait en rien, elle le savait et tacha de faire en sorte de retrouver ses moyens.

*Calme toi, calme toi.*

La reine des mers et des océans tacha de camoufler la panique qui se lisait de façon flagrante sur les traits de son beau visage mais conserva toutefois son expression outrée. Elle ne savait que faire, obligée de subir impuissante les baisers et caresses du démon qui se comportait avec une douceur qu’elle n’aurait jamais soupçonnée de sa part dans un tel contexte. Sa situation en était doublement plus difficile car il ne se montrait guère détestable et d’un talent indéniable pour ce genre de chose. Sauf qu’il ne s’était pas embarrassé de son avis avant de commencer… ce sale rustre sans manières ! Il ferait moins le fier s’il faisait l’erreur de lui laisser l’occasion de lui prouver sa force. Une vague de découragement balaya cette soudaine volonté, sa colère tombant comme un soufflet. Elle maudissait ce corps incontrôlable qui trahissait des émotions contradictoires. Détecterait-il ces signes ? Afin de ne pas s'attarder sur la question elle détourna ses pensées vers d’autres horizons. Et si elle laissait la place à son autre personnalité et se mettait « en veille » pour fuir et éviter de faire face à cette situation ? Dans ces conditions elle n’aurait plus à se soucier de rien, sinon à juste à s’assurer de la survie de son corps. Oui ce serait si simple… Néanmoins elle redoutait d’un autre coté ce dont l’inconsciente absolument cruche était capable, L’idée de la laisser aux commandes face au chef des Erewent ne la rassurait pas, elle lui donnait même des frissons d’horreur. Non non non ! Il ne fallait surtout pas que cela se produise.

*Quelle catastrophe ce serait…*

C’était déjà un point de réglé. Dans l’espoir de gagner en mobilité la jeune femme se plaignit en geignant de ses difficultés à respirer, souhaitant renvoyer une image apaisée et fragile au lieu d’une farouche – qu’elle ne parvenait de toute façon plus à tenir devant sa fatigue – pour augmenter ses chances qu’il accède à sa demande. Elle fut tentée pendant un instant de lui arracher une lèvre quand Thérézad se risqua à un baiser mais se ravisa rapidement. Qu’aurait-elle gagné ? Son éducation plutôt complète l’avait assez informée sur les pouvoirs et compétences propres aux enfants de Fall. Ainsi elle était au courant de leur faculté à se régénérer à partir des êtres vivants les entourant (le don de télékinésie était une découverte toute récente ceci dit en passant). Le mordre n’aurait réussi qu’à le provoquer plus sérieusement et à le pousser à puiser dans ses dernières forces pour se guérir. D’un air buté Nyslew se contenta de déclarer avec calme.

« Vous feriez mieux de bien réfléchir avant de continuer, vous ne savez pas à qui vous vous en prenez. »

Avec horreur sa déclaration sonna à ses oreilles d’une manière qui ne lui plu absolument pas du tout. On aurait presque cru entendre un enfant qui essayait d’impressionner quelqu’un de plus âgé. De nouveau outrée elle se demanda où l’autre idiote avait bien pu mettre la lettre l’informant de son ascension au trône. Avec un peu de chance sa première vague l’aurait détruite ou emportée mais rien n’était sur. Pour s’en assurer la néréide lui envoya une deuxième salve de vagues absente de rage toutefois, sans grande conviction intérieure d’ailleurs, il ne se laisserait très certainement pas surprendre une autre fois par la même ruse. Cependant elle comptait peut-être jouer de la concentration qu’il manifestait à la découverte de son corps pour espérer l’atteindre…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre inattendue [PV Thérézad]   Mar 25 Mar - 21:20

Espèce de sale petite pisseuse, il n’en fallait pas beaucoup pour énerver le vieux démon et il s’avérait, étrangement, que cette limite avait été brisée au moment où la vague envoyée par la sirène l’avait jeté contre le mur qu’il avait par ailleurs sacrement endommagé, laissant à la place de ce joli espace plat et lisse un cratère qui avait au passage déchiré du papier peint, et également achevé l’envie du chef des Erewents de se montrer gentil, là elle allait très sérieusement le payer, ou pas…
Elle fondit ensuite vers lui avec une lenteur surprenante qui permit à l’homme aux longs cheveux noirs de contre-attaquer avant même que la jeune néréide aie pu faire autre chose que de déchirer le gant du soi-disant « gentil humain inoffensif » qui la pointa immédiatement du doigt pour la projeter contre le lit, augmentant l’intensité de la gravité pour la splendide reine, lui empêchant tout mouvement des grosses articulations, tout en faisant évidemment attention à ne pas inclure son crâne dans ce champ écrasant pour qu’elle puisse parler et se rendre compte du bien qu’il lui faisait et allait lui faire sans prendre une seule petite seconde de pause, jamais il ne s’arrêterait, pas tant qu’elle n’aurait pas gémit de plaisir tout du moins, après tout il méritait au moins qu’elle crie un peu!
Bah il la ferait gémir sans le moindre petit problème de toutes façons, il s’approcha donc d’elle lentement et avec le sourire, jusqu’à être enfin assez près d’elle pour pouvoir commencer à déposer une nuée de petits baisers tendres dans son cou, allant de ses joues à ses clavicules, en espaçant de moins en moins chaque petite marque de tendresse qu’il déposait sur elle avec ses lèvres, oui il aurait préféré le faire d’une autre manière, ç’aurait été tellement mieux si elle ne se montrait pas aussi réticente et par conséquent résistante, après tout le fils de Fall se donnait beaucoup de mal pour qu’elle ressente le plus grand plaisir possible, qu’elle ne pense plus qu’à ce qu’il était en train de lui faire subir, ou plutôt apprécier, car bien qu’elle arbore un air outré, son plaisir était véritablement visible, alors qu’il se contentait, pour l’instant en tous cas, de simples petits baisers tendres qui avaient vraiment à peine une connotation sexuelle, des marques d’affection qui rappelaient ceux des jeunes amoureux de base, et les deux en avaient toutes les caractéristiques si on exceptait euh… A peu près tout le décor et le contexte…
Enfin, il se donnait tant de mal pour qu’elle ressente du plaisir et elle ne faisait que remuer, il fallait bien admettre que c’était diablement excitant mais tout de même, il aurait bien préféré qu’elle reste calme et prenne son pied pour ainsi dire, appréciant le plus possible le moment et savourant le plaisir qu’il se tuait littéralement à lui faire ressentir, vraiment il était très déçu…
Voilà ce que ça rapportait donc d’essayer de faire plaisir aux autres, il n’en tirait rien, pas le moindre plaisir, si elle n’aimait pas ce n’étaient alors que de simples contacts de ses lèvres sur sa si douce et lisse peau d’ondine, néanmoins il était bien décidé à ce qu’elle finisse par lui demander de continuer, il n’aurait qu’à faire mine d’arrêter au moment où l’excitation atteindrait son maximum, pour voir si réussirait à atteindre son objectif de lui faire adorer ce qu’il se trouvait être en train de lui faire en ce moment, mais pour l’instant, il ne ressentait pas la moindre goûte d’excitation, et le fait qu’elle détourne son regard le désespéra à un point inimaginable, là ce n’était même plus un défi, c’était n’importe quoi, il fit donc une petite pause, arrêtant ses baisers et ses caresses, ne se donnant même plus la peine de se soucier du plaisir de la charmante mais néanmoins affreusement ennuyante sirène, qui se plaignit de difficultés respiratoires, impossible vu qu’il avait fait attention à réduire la pression aux endroits stratégiques, autant pour réduire sa souffrance que pour que son plaisir (inexistant à un point…) ne prenne pas de coup…
Il commença donc à s’occuper avec beaucoup moins d’intérêt des seins de la reine, se donnant de moins en moins la peine de vérifier qu’il lui faisait effectivement plaisir, vraiment ça devenait ridicule, il lui arrivait bien par moment d’essayer de faire plaisir, le plus possible, à la superbe femme, mais la froideur et la frigidité de cette dernière le décourageaient quasi-immédiatement, ruinant à chaque petite seconde un peu plus les espoirs que nourrissait encore l’Erewent qui voulait rester persuadé de pouvoir faire changer Nyslew de camp, qu’elle s’abandonne à lui, bah il devrait attendre un petit bout de temps le pauvre gars…
Elle prit ensuite la parole, le confortant encore plus dans l’idée qui disait qu’elle était absolument en train de le prendre pour un abruti fini, d’ailleurs une seconde vague ne tarda pas à venir se briser sur le démon qui fut de nouveau envoyé à un bout de la pièce, manquant de peu de se briser le dos sur le manche de sa propre épée colossale, non enfin de compte il se blessa juste à la cuisse avec, mais étant particulièrement résistant, il se contenta de souffler, assez embêté de ne pas réussir à faire ressentir ne serait-ce que le moindre petit frisson à l’arrogante jeune (en apparence tout du moins) ondine…
Il s’approcha donc de nouveau d’elle, la regardant d’un air qui avait perdu tout son charme, elle lui était insensible au plus haut point? Il le serait aussi, ça ne le dérangerait pas le moins du monde, vraiment!
Il reprit donc le massage du sein gauche de la belle créature, toujours avec entrain et envie, mais avec un petit quelque chose en moins, il était moins passionné par tout ça, sans pour autant perdre son talent et sa douceur, restant tout à fait calme et serein, et n’affichant plus de sourire que quand il se sentait stimulé un minimum par un regard ou une réaction.

« Eh bah je me donne du mal… Et tu n’as pas vraiment l’air d’aimer hein? »

Dit-il, arborant de nouveau un petit sourire, pas de l’amusement ni rien, non, juste un sourire qui avait pour vocation de charmer la belle créature des océans, il avait toujours eut le bon coup pour séduire les femmes d’un regard, et bien que les ennuyeuses réticences de la resplendissante reine des mers aient de peu manquées d’avoir totalement raison de lui, ou plutôt de son envie de continuer à admirer et apprécier son corps, il regagnait peu à peu son énergie et sa confiance, bah si elle ne ressentait pas de plaisir, lui en ressentirait sans aucun problème et tant pis pour elle, non mais, il n’allait pas plus chercher à lui faire plaisir alors qu’elle ne daignait même pas se montrer correcte, il gardait donc sur lui ses sourires et sa joie mais uniquement si elle venait à se décider à lui répondre d’une manière un minimum positive, parce que bon là il en avait quelque peu marre de se donner pour elle sans obtenir la moindre petite reconnaissance, à moins que les grosses vagues n’en soient…
Toujours aussi calmement et avec une lenteur calculée, il s’approcha de la partie inférieure de l’habillement que portait, en bas, la ravissante jeune femme, lui ôtant avec douceur, tout en continuant de lui masser délicatement le ventre du mieux qu‘il le pouvait.
Ce fut seulement au bout d’une dizaine de minutes après qu’il aie déshabillé quasi-entièrement sa captive qu’il commença à s’intéresser à la partie, selon lui, la plus fantastique de ce corps, il passa donc avec soin sa main sur les fesses délicieusement rebondies, douces et larges de la néréide, les massant avec attention et douceur, tandis que ses doigts passaient caresser le tissu qui recouvrait l’intimité de la belle créature une fois qu’il avaient finis de s’occuper du fessier…

« Mhhhh je peux les croquer? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre inattendue [PV Thérézad]   Ven 11 Avr - 22:23

Au bout d’un moment la néréide sentit une certaine évolution dans son comportement à mesure que les minutes s’égrainaient. Sa gestuelle était toujours aussi douce et précise, cependant il manquait dorénavant un petit rien qui faisait toute la différence. L’absence de réel investissement, de passion rendait mécanique ses « attentions ». En y réfléchissant bien et si ses observations s’avéraient exactes, elle avait peut-être jugé de façon trop hâtive le démon. Elle pouvait lui concéder au moins ce point. En fin de compte peut-être ne pensait-il pas uniquement à se soulager, à se faire plaisir à lui et rien qu’à lui. Non pas « peut-être », c’était certain, au fond d’elle-même elle le savait pertinemment. Néanmoins mauvaise fois oblige, la jeune femme se bornait à refuser avec obstination la réalité. Et, même quand elle daignait envisager « l’hypothèse » plausible, elle la mettait sur le compte de la lâcheté de l’Erewent qui, sans la moindre ombre d’un doute selon elle, ne pouvait agir de cette façon que pour alléger sa conscience. Elle ne se laisserait pas endormir par ses faux airs, pas cette Nyslew en tout cas. Après tout c’était elle la victime et tous les torts incombaient à celui qui était à l’origine de ses malheurs. Non mais, son apparente déception était un comble ! Elle lui ferait regretter un jour la façon dont il avait osé traiter une reine... ou pas. Seul l’avenir lui apporterait cette réponse. En attendant sa première déclaration confirma son talent pour camoufler sa réaction face aux caresses qu’il se donnait un mal de chien à lui faire apprécier. En y pensant bien c’était la seule chose qu’elle pouvait tenter pour ne pas l’inciter à poursuivre et qui était réellement efficace à en juger par les changements qui s’étaient opérés dans son attitude. Prenant conscience de ce fait la sirène finit par renoncer à se débattre contre la télékinésie qui la clouait littéralement au lit. Elle se fatiguait pour rien. Ce n’était pas en luttant de cette manière qu’elle parviendrait à se soustraire au champ écrasant. Non pour ce point précis elle avait déjà sa petite idée pour s’en sortir dans le pire des cas.

*Bon reste calme…*

Elle s’obligea à respirer sereinement, à force de rester crispée comme elle l’était sans reprendre pleinement son souffle elle risquait de finir asphyxiée. Loin d’un affrontement épique opposant les différents pouvoirs des deux dirigeants, les vrais enjeux se jouaient dans une guerre des nerfs. En effet le premier qui la perdrait, s’emportant avec virulence, donnerait immédiatement la victoire à l’autre. Ainsi, si la jeune femme faisait l’erreur de montrer clairement, ne serait-ce que pendant une fraction de seconde, qu’elle ne restait pas de marbre, elle était finie. A l’inverse, si l’Erewent voyait sa patience tarir comme c’était le cas actuellement, elle conservait de bonnes chances de s’en tirer avant qu’il n’aille jusqu’au bout et sans gros dommages collatéraux. Bien sur dans le cas où ce fait arrive, il ne faisait pas de doute qu’elle serait copieusement invectivée, avec même, et cette idée la faisait grimacer, très probablement quelques coups au passage. Ce constat fait, aussi simple qu’il soit en apparence, n’était en réalité pas aussi évident, et lui permettait désormais de savoir sur quel point précis elle devait concentrer ses efforts. La détermination remplaça instantanément son désarroi sur ses traits. Elle n’avait qu’à se maîtriser et tout irait bien, oui c’était obligé…

*Rien, tu ne ressens absolument rien…*

Inlassablement la reine des océans se répétait la même phrase, espérant que son bourrage de crâne s’avèrerait efficace. Ce plan aurait marché… sans compter deux paramètres cruciaux. Sa première erreur fut de se concentrer sur exactement ce qu’elle ne souhaitait pas trahir. On racontait que, soumis à la question, le meilleur moyen de ne pas trahir des informations capitales était de tourner ses pensées vers ce qu’on jugeait acceptable de divulguer. Bien que la situation soit tout de même relativement différente, cette logique pouvait sans problème s’adapter à son cas. Ensuite, sa deuxième omission fatale résidait dans les compétences du bel homme aux cheveux sombres. Car, elle devait l’avouer, il s’y prenait terriblement bien ! Malgré les sentiments de honte et de réticence qui se mêlaient étroitement en elle, l’ondine ne pouvait nier son savoir faire dénotant une expérience certaine, auquel il était rudement difficile de résister, surtout à l’approche des zones les plus sensibles de son anatomie. Sentant ses joues s’enflammer et éprouvant des difficultés de plus en plus grandes à maintenir une expression impassible et à retenir un gémissement révélateur, elle envisagea pendant un moment à laisser place à une autre de ses personnalités, la plus candide, potentiellement moins susceptible d’être réceptive à ce genre de « contact ». Un imperceptible froncement de sourcil soucieux passa fugitivement sur son visage fin.


*Je n’ai pas le choix mais…*

Elle éprouvait de sacrée hésitation à laisser place à une telle écervelée sans même savoir quand elle aurait l’occasion de reprendre le contrôle. Pour ouvrir une petite parenthèse la naïveté affligeante du coté doux de la sirène qui ne s’était jamais estompée depuis sa tendre petite enfance trouvait peut-être son explication dans cette particularité qui lui étant bien propre. Ainsi contrairement aux apparences sa personnalité avait du bel et bien évoluer au cours de ses longues et languissantes années d’existence. Certes en développer un nombre indéterminé en fonction de son vécu et de ses expériences n’était guère conventionnel mais il s’agissait toutefois bel et bien d’une évolution pour le meilleur comme, et surtout pour le pire. A ce jour personne n’avait encore pu comprendre la manière dont son esprit tordu et déréglé fonctionnait et encore moins l’ampleur que ce phénomène revêtait. Toutefois il était presque effrayant d’envisager le nombre auquel pouvait s’élever ses multiples « elle » qui avaient eut l’occasion d’émerger en près d’un siècle. Quoi qu’il en soit on pouvait aisément faire le constat de sa mémoire erratique, source d’ennuis épineux plus ou moins graves, quand elle laissait le relai à une différente facette d’elle. Ce fut ce dernier point qui finit de convaincre la farouche néréide de ne pas passer la main à l’autre. Elle fut parcourue d’un frisson rien qu’en imaginant tous les mensonges qu’il aurait pu faire avaler à la naïve.

*Mais que faire ?*

Une vague de panique l’assaillit. Elle avait de plus en plus de difficultés à résister au charme du chef des Erewent et son corps risquait de la trahir d’un instant à l’autre si ce n’était pas déjà fait. La situation lui échappait à présent trop pour qu’elle reste sans réagir une seconde de plus. De façon impulsive elle lui envoya une autre vague pour l’éloigner et tester une de ses conjectures. Ses yeux s’agrandirent de surprise quand elle remarqua que ses suppositions se trouvaient exactes. Une fois sa concentration brisée elle retrouvait sa mobilité. Nyslew bondit dans sa direction et fut étonnée de son geste : elle lui asséna une simple gifle. Déconcertée par son incapacité à porter une attaque vraiment violente et mortelle, elle le regarda intensément sans dire un mot.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre inattendue [PV Thérézad]   Sam 12 Avr - 16:50

Plus le temps filait, passait, plus l’envie et l’intérêt du démon s’estompaient, il ne trouvait aucun plaisir dans le fait de s’occuper de quelqu’un qui ne laissait même pas s’échapper le moindre gémissement ou un seul petit tremblement, pas le moindre indice qui aurait put mener l’homme à conclure qu’il excitait bel et bien la belle sirène, elle ne laissait pas transparaître la moindre émotion, à par évidemment un peu de mépris de temps en temps mais ce n’était pas vraiment quelque chose de positif, même pas du point de vue du démon pervers qui n’était pas contre quelques pratiques déviantes du style sadisme de temps en temps, mais bon…
D’ailleurs cet affreuse absence de la moindre marque de plaisir de la part de l’ondine, en plus d’être agaçante, était véritablement le genre de chose qui aurait put pousser le méchant vieux pourri à coller à sa captive une vingtaine de grosses baffes, mais bon ça n‘aurait pas vraiment un effet intéressant, à moins qu’elle ne soit une masochiste, auquel cas le vilain salopard ne se priverait pas de lui administrer une petite fessée…
Bref, ce n’était pas vraiment le moment de s’égarer pour penser à de telles choses, il valait sans doute mieux pour le démon qu’il se concentre un peu plus et fasse attention, mais il était bien trop sûr de lui pour se donner la peine de redouter que la néréide ne soit en train de préparer un très sale coup pour se débarrasser de lui, qui se donnait pourtant du mal afin d’essayer de lui faire ressentir du plaisir, mais il avait tout de même un petit plan pour qu’elle admette qu’elle adorait le traitement qu’il était en train de lui faire « subir ». Il continua donc de masser tendrement sa poitrine nue, caressant délicatement ses deux globes de chair si attirants, elle avait une peau très douce et ça il ne pouvait pas le nier, il avait l’impression de laisser ses doigts glisser sur de la soie, c’était vraiment très agréable, à un point tel qu’il y avait d’énormes chance qu’il ressente même plus de plaisir que la sirène lors de ces caresses qui semblaient pourtant laisser la belle reine totalement de marbre, elle était froide à un tel point que l’excitation à peine revenue de Thérézad commençait déjà à s’envoler comme un oiseau qui serait resté dix ans dans une cage, soit donc très très vite, il ne jugeait pas avoir fait quoi que ce soit de mal pour mériter qu’elle le traite ainsi comme si il ne valait rien, mais bon il avait toujours détesté les êtres marins pour ces raisons et ils le lui avaient toujours bien rendu, enflure à queues de poissons…
Si il avait sut qu’il était en train de s’en prendre à une reine et ce à quoi elle pensait, il lui aurait sans doute envoyé une bonne grosse claque dans la face, il avait toujours détesté les gens qui se croyaient mieux que tous les autres et qui pétaient plus haut que leur cul, rien ne l’énervait plus que les bourgeois, et il se doutait tout de même qu’il devait faire face à une femme issue d’un milieu assez important de son espèce au vu des dires qu’elle avait prononcé peu auparavant.
Et en effet, bien que son raisonnement soit très bancal sur beaucoup de plans, il en arrivait à une conclusion totalement juste, il s’attaquait là à un gros morceau dont la force devait sans doute égaler la vanité et la stupidité, stupidité de croire qu’un être aussi arrogant que l’Erewent daignerait relâcher une femme aussi magnifique, quoique vu la manière dont elle l’estimait et le traiter, elle avait tout de même d’infimes chances de voir le prédateur arrêter son petit jeu et se désintéresser totalement d’elle…
Enfin il ne pensait pas que cela puisse lui arriver, et il continua donc calmement de se concentrer sur chaque courbe généreuse et parfaitement dessinée de la splendide femme dont le moindre geste voluptueux l’hypnotisait, sauf qu’au point où il en était il ne savait plus vraiment quoi en penser, ça n’avançait plus du tout et bien qu’il soit en train de se donner à son grand maximum, rien en semblait pouvoir avoir raison de l’énervement et de l’absence totale de plaisir chez la reine des océans…

*Allez, réagis…*

Il avait beau se donner au maximum, rien n’y faisait, elle restait totalement de marbre à tout ce qu’il faisait pour qu’elle apprécie, c’en était vraiment décourageant, elle ne semblait pas du tout vouloir concéder au démon le moindre point, pas un gémissement, rien, pas une marque, à part peu être ses mains crispées qui étaient surtout signe qu’elle enrageait atrocement, mais il restait toujours un minimum confiant, essayant de faire changer la donne, du mieux qu’il le pouvait en tout cas…
Et comme cela avait si peu de chances d’arriver, il commençait à perdre tout l’intérêt qu’il avait eut pour elle, réduisant la tendresse dont étaient empreintes ses caresses, n’embrassant plus du tout la jeune femme sur la moindre partie de son corps, lassé de devoir d’occuper d’une petite pisseuse qui ne savait pas faire autre chose que brailler et essayer d’éviter les événements…

*Même pas amusante…*

Il continua tout de même à tenter, en vain, de faire ressentir un minimum de plaisir à sa belle captive, perdant cette fois son intérêt beaucoup plus vite que d’ordinaire, dire qu’il s’était montré tendre et qu’il n’avait pas une seule fois été brutal, il l’avait juste clouée au lit en faisant d’ailleurs très attention à ne pas appliquer trop de pression sur les points qui auraient été susceptible de la faire souffrir, comme une simple petite anesthésie, mais non! Madame avait décidé de faire chier le démon alors elle l’emmerdait avec ses phrases prétentieuses qui sous-entendaient qu’il ferait mieux d’arrêter tout de suite, rien à foutre, si elle continuait comme ça elle allait avoir la paix, ça oui!!!!
Il avait voulu lui faire plaisir, il s’était donné beaucoup de mal pour qu’elle ressente quelque chose mais rien n’y faisait, si elle ne l’avait pas attaqué il n’aurait jamais fait ça, mais depuis le début elle avait cherché de façon à réduire les ardeurs du chef des Erewents, elle avait même réussi à le décourager pour de bon, c’était enfin fini, il abandonnait totalement…
Avant même qu’il n’aie eut l’occasion d’arrêter pour s’en aller, une gigantesque vague vint le heurter de nouveau, l’envoyant contre la même armoire qu’il avait à moitié détruite avec son épée peu de temps auparavant, s’ensuivit bien évidemment un grand saut de la créature des océans qui vint asséner à celui qui la retenait prisonnière une gigantesque claque qui résonna dans toute la pièce, laissant l’être du mal sonné, la regardant d’un air mauvais, un air mauvais qui voulait absolument tout dire, elle ne voulait pas de lui, eh bien tant mieux car c’était fini maintenant…

« Ok j’ai parfaitement compris, désolé et surtout au revoir! »

En y repensant, il aurait dut sentir venir le sale coup de cette femme, de cette ravissante sirène aux cheveux bleus, mais elle n’avait pas été capable de se laisser aller et d’apprécier ce qu’il lui faisait, il la plaignait dans un sens car il aurait été capable de faire n’importe quoi pour lui faire plaisir, il l’aurait volontiers relâchée mais elle n’avait fait rien d’autre que de se débattre, eh bien c’était tant pis pour elle, il repartirait avec encore plus de préjugés qu‘avant sur les êtres des mers…
Il se releva donc et tira son énorme arme de l’armoire et récupéra sa cape de velours qu’il posa négligemment sur son épaule droite, après quoi il alla se saisir de la poignée de la porte qu’il tira pour quitter cet affreux endroit, pas mécontent d’en avoir fini avec ça, jamais il n’avait aussi déçu de ne pas le faire avec une femme, jamais…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre inattendue [PV Thérézad]   Mer 3 Sep - 16:45

Sa vision se troubla, tout devint vague et flou, semblable à des images arrachées d’un univers éthéré. La néréide enragée perdait de l’emprise sur la situation, elle se sentait partir totalement à la dérive malgré tous les efforts désespérés qu’elle déployait pour s’accrocher à l’instant présent. La folie à l’œuvre depuis des dizaines d’années avait déjà reprit sa sinistre tache, mettant un terme au répit qu’elle avait concédé à l’âme de la pauvre souveraine des mers durant de trop courtes minutes. Ses muscles crispés par la colère se relâchèrent subitement, son regard se fit vitreux le temps d’un souffle. De dos le chef des Erewent en train de quitter la pièce ne pouvait guère avoir le loisir d’observer ces changements à la limite de la métamorphose radicale. Il était d’ailleurs délicat de déterminer la nature mauvaise ou bonne de ce fait bien qu’au final cela n’ait pas la moindre importance. Dans tous les cas elle passerait pour une démente. C’était une vérité qui lui laissait toujours un sacré goût amer dans la bouche quand la jeune femme en prenait conscience.

Quand elle s’éveilla la nouvelle Nyslew ayant investi ce corps s’empressa d’exécuter un rapide examen de la situation. Ses longs cheveux à la couleur si singulière étaient sans le moindre doute trempés à en juger entre autre par la manière dont ils se collaient autour de son visage. Le reste de son corps n’avait d’ailleurs pas été épargné par le cataclysme aqueux, loin de là. Un autre léger petit détail rendait la scène encore plus étrange : l’absence quasi-totale de vêtements pour cacher son corps frêle. Certes elle n’avait jamais eu pour habitude de dissimuler à l’extrême ses courbes mais à ce point c’était incompréhensible pour quelqu’un de normal. Une autre donnée à prendre en compte et tout aussi cruciale était toutefois la nature tout sauf conventionnelle de cette facette de l’hybride. Au lieu de se sentir terriblement gênée devant sa nudité inattendue aux cotés d’un homme visiblement inconnu elle semblait trouver au contraire ce scénario irrésistiblement intéressant. Le charme certain du démon parfaitement à son goût ne faisait qu’accentuer son attirance irraisonnée et démesurée. Elle avait beau ne conserver aucun souvenir des minutes précédentes l’état d’excitation de son propre corps ne pouvait pas laisser de doute quant au style d’activité ayant eu lieu auparavant. Mais pourquoi son appétissant partenaire prenait-il le large alors ? Avec agacement la sirène émit diverses hypothèses. Peut-être que la part naïve à en pleurer de son âme avait fait des siennes… à moins que la frigidité de l’intello ou de la garce chieuse ait eu raison de la patience de l’étranger…

Bah au final elle s’en foutait royalement, c’était maintenant à son tour de faire tout ce qu’elle voulait avec cette « enveloppe charnelle » et pour dire la vérité l’être des mers voulait beaucoup de choses. La première de ses priorités étant d’empêcher le beau brun de quitter cette pièce. Avec vivacité elle se glissa en travers du chemin de sa nouvelle « proie » avant de l’enlacer lascivement, le dévorant sans la moindre gêne des yeux. Elle constata à l’occasion de son observation appuyée une légère rougeur sur la joue du visage de l’Erewent. Ainsi donc « une autre elle » était à l’origine de cette égratignure d’où certainement l’humeur sombre de ce dernier. La néréide dépravée pouffa intérieurement de rire. Donner une simple petite gifle à un grand gaillard comme lui était d’un ridicule à ses yeux. Elle était de loin la plus implacable de toutes les autres quand elle estimait qu’il y avait affront à sa mirifique personne et il était certain que dans ce cas de figure elle ne s’arrêterait pas à une simple petite claque. Enfin cette Nyslew n’avait que faire des éventuels griefs qu’aurait pu avoir une autre partie d’elle-même avec lui. Pour sa part elle avait bien l’intention de profiter du temps qu’il lui était imparti pour passer un très bon moment avec l’homme lui faisant face. La reine des océans était confiante et ne redoutait pas le moins du monde une réaction hostile éventuelle pouvant venir de sa cible. Aucun membre de la gente masculine n’avait jamais résisté à son petit manège surtout quand elle prenait tant de soin à se coller de sorte à frotter les zones stratégiques et à mettre largement en valeur ses atouts. Après ça on lui pardonnait toujours toutes ses excentricités et sauts de personnalités. Néanmoins elle ne s’attaquait pas vraiment à une personne lambda comme les autres. Sans le savoir la jeune femme s’exposait à un rejet catégorique et net à trop laisser son partenaire dans l’incompréhension et l’ignorance totale. Pourtant plus que confortée dans sa capacité à séduire n’importe qui elle continua sa petite manœuvre visant à l’amadouer avec un léger sourire collé aux lèvres…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre inattendue [PV Thérézad]   Mer 3 Sep - 18:59

Amère déception, il n’y avait rien à ajouter sur tout ce qui venait de se dérouler, quelques instants auparavant, l’excitation du démon s’était envolée, comme tous ses délires tordus de princes sado-masochistes et de princesses perverses, enfin bon, plus la peine de se faire du mal avec toutes ces conneries, ce ne serait pas pour lui la partie de jambes en l’air du siècle, fallait pas trop y compter, là c’était complètement cuit, dommage, mais qu’y pouvait-il de toute manière?
Ouais, la vie est vraiment dégueulasse, mais bon, peut-être qu’il aurait été déçu de toute manière, rien ne lui permettait de savoir si oui ou non il se serait vraiment amusé après tout, c’était une perte pas si regrettable que… Si en fait c’était la perte sexuelle la plus regrettable de toute la vie du chef des Erewents, là il en prenait un sacré coup, pauvre mec, peut-être que même ce salopard ne méritait pas ça, enfin si il l’avait bien cherché…
Et dire que derrière lui se préparait quelque chose de magnifique qui lui aurait, sans le moindre doute, déclenché une érection incontrôlable si il en était venu à voir ça, ouais, il aimait beaucoup le corps de Nyslew, et aimait autant les perverses dégoûtantes, donc le mélange des deux serait parfait pour lui, mais tout de même, la surprise serait d’autant plus agréable, quand il sentirait son petit corps de perverse se coller contre son torse, ouais, évidemment qu’il allait adorer…
Alors, donc, qu’il s’apprêtait à quitter l’endroit de manière définitive, il fut stoppé par un genre de pressentiment, réfléchissant, il se doutait que quelque chose devait aller de manière très spéciale, il sentait quelque chose de vraiment étrange, oui, il sentait comme un changement, l’énergie de la sirène venait encore de changer pour une autre, plus différente, qui n’inspirait rien de bon, oui, c’était une énergie de psychopathe, au dernier degré, il n’aimait pas ça, et la vitesse à laquelle quelqu’un se faufila devant lui le fit se préparer à frapper en contre-attaque…
Mais à vrai dire, la manière dont la sirène enserra le démon et frotta ses beaux attributs contre lui, fit réaliser à ce dernier quelque chose de bien rassurant, et c’était que ce n’était pas une aura de psychopathe mais une de vilaine perverse sexuelle, pas mal non plus, hein!
Et il fallait bien dire que l’excitation du guerrier démoniaque n’avait pas tardée à atteindre un sacré degré, ouais, on pouvait très certainement dire qu’il bandait à son quasi-maximum, et ça c’était tout bon pour la jeune femme, qu’il commença à regarder avec un regard aussi pervers que celui qu’elle lui lançait…
Mais, bien que la jeune créature aie des atouts et des arguments tout à fait délicieux, justes, ronds, fermes et intéressants, il fallait qu’elle soie punie pour tout ce qu’elle avait fait subir au pauvre chef des Erewents, il commença donc à élaborer sa vengeance, tout en répondant à Nyslew… En effet, alors qu’elle se frottait, lui passait ses mains dans sa culotte plutôt échancrée et caressait son délicat petit fessier tout doux, délicieusement ferme, doté de globes ronds comme deux jolies perles et d’une largeur fort agréable qui donnait à ce petit cul une envergure magnifique, surtout que les frottements de la jeune femme la cambraient de plus en plus.
Et il n’avait pas le droit de la laisser s’exciter toute seule après tout, il était évident qu’il fallait qu’il l’aide, doucement donc, il ôta ses grandes mains aux doigts fins de sur les fesses de la jeune sirène, sans pour autant les retirer de la culotte, les laissant glisser sur le coté, jusqu’à arriver au niveau du bas-ventre où une surprise délicieuse l’attendait, pas le moindre poil, rien, aucune once de pilosité, elle était douce et, malgré ses réticences du passé, semblait assez mouillée, et pas par de l’eau vu la consistance du liquide.
Non, elle était bel et bien excitée, et pas qu’un peu, pas mal, en fait il avait fait du super bon boulot, en fait il avait été bien plus que performant, et sa partenaire, sous le coup d’une nouvelle attaque de schizophrénie apparente, n’irait certainement pas le nier…
Il commença donc à caresser la zone la plus inférieure du bas ventre, appliquant une pression douce sur l’ensemble du sexe de Nyslew, tout ceci de la main droite, tandis que sa main gauche appuyait sur le dos de la belle créature pour la coller encore plus contre lui, tout en évitant de trop lui écraser la poitrine, après tout, ça pouvait être douloureux, donc autant y aller doucement…
Puis, lorsqu’il senti que les vibrations de bassin de la belle sirène commençaient à devenir assez simples à sentir, la main du chef des Erewents quitta le sous-vêtement de la magnifique reine, qu’il regarda alors avec un air entre le coquin et le pervers, pour ensuite approcher ses lèvres des siennes, jusqu’à finir par les coller… La chose restait simple et douce à première vue, mais en réalité, Thérézad était presque bestial dans cet échange, se délectant du goût de la femme aux cheveux plutôt verts, oui, elle avait un goût, il avait l’impression de croquer dans une pomme, un goût de pomme fraîche c’était bon, il aimait particulièrement…
Doucement donc, il surmontait les lèvres de la belle femme avec les siennes, la laissant faire de même pour pouvoir recommencer et donc créer un cycle sans fin, une douce embrassade qu’il aurait souhaité être éternelle, tandis que ses mains glissaient partout le long du corps presque nu de la jeune femme… Et bien évidemment il utilisait aussi son don de télékinésie pour donner la sensation à Nyslew d’être touchée par plusieurs main à des endroits tous différents, ceci bien évidemment dans le but de la faire se sentir complètement encerclée, couverte de caresses de chaque coté…
Puis il mit un terme subite à tout cela, au moment où il senti l’excitation de son amante atteindre un haut niveau, il n’allait pas se priver, il avait trouvé comment la punir tout en restant largement correct et comptait donc bien en profiter le plus possible!
Il colla donc la jeune femme contre lui avec une brutalité présente mais minime, qui restait sensuelle, l’attirant à lui avec une main droite contre le dos, et la souleva par le creux des genoux, pour enfin parcourir un peu de la pièce jusqu’à arriver à déposer cette beauté parfaite sur un lit doux et confortable…
Enfin, il déposa quelque baisers sur son joli ventre, restant debout, penché, puis il lui releva les jambes et alla s’asseoir dans l’espace libéré, la retournant délicatement sur le ventre, la suite devait sauter aux yeux de cette jeune femme, car la manière dont Thérézad rapprocha le fessier de la belle créature ne laissait pas de doutes possibles quant à la fessée qu’il allait lui administrer…
Mais l’homme déposa malgré tout, dans un grand excès de magnanimité et de perversité, un baiser simple sur cette paire de fesses, relevant au préalable la culotte qu’il tira en douceur vers le bas, pouvant assister à la vue de l’anatomie complète de la belle…

« Tu me donnes de ces envies toi… »

Souffla le démon maléfique, prit par un élan d’excitation qui l’obligeait à dire au moins une phrase toue simple, il la voulait, il n’en pouvait presque plus, calmement donc, il se débarrassa de ses bandages devenus inutiles, dévoilant une parfaite musculature abdominale cachée jusqu’ici en partie aux yeux de la jeune femme, ouais, d’ailleurs vu l’endroit où était le ventre de cette dernière et vu les dimensions prises par l’engin de l’homme, pas de doute qu’elle devait bien sentir sa surexcitation, ouais…
Enfin, il caressa les belles fesses de la jeune femme et leva la main droite au ciel, les doigts collés, pour l’abattre, doucement tout de même, sur le petit cul de la jolie sirène, recourbant le poignet au dernier moment pour laisser s’échapper du choc un petit bruit, puis il recommença, encore trois ou quatre fois, il aimait bien ce rapport de domination, bien qu’il restait assez léger…
Sa main glissa alors de nouveau vers l’intimité de la jeune femme, que caressait l’Erewent en passant quelques doigt entre les cuisses, pour caresser la belle femmes en ses recoins les plus sensibles…

« Pas un seul poil, c’est joli! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre inattendue [PV Thérézad]   Sam 18 Oct - 19:10

Pour être une bonne et agréable surprise, on pouvait dire que la jeune femme allait être servie. La réaction engageante du démon dépassait de loin ses arrogantes espérances passées. Ce n’était pas qu’elle doutait de sa capacité à attirer n’importe quel homme dans son lit mais derrière sa muraille d’orgueil inébranlable et inattaquable subsistait une parcelle d’incertitude, provenant probablement d’une de ses autres personnalités pas totalement endormie ne possédant pas ce trait de caractère exacerbé. Après tout il fallait bien reconnaitre que cette facette de la reine tout dans l’excès pouvait s’avérer difficilement supportable certains jours. Enfin sa perversité démesurée faisant le bonheur de l’Erewent et accaparant toute son attention, ses défauts devaient apparaitre moindres à ses yeux. En y réfléchissant bien c’était la seule hypothèse probable pouvant expliquer sa « patience ». Car en effet si les torts étaient nombreux du coté de la nymphe des océans ils n’étaient pas non plus inexistants pour autant du coté de son invité. Néanmoins malgré ce fait avéré elle ne semblait pas lui en tenir rigueur. Oui elle ne pouvait pas en vouloir à un être aussi doué pour la faire frissonner en la couvrant de simples caresses et qui possédait un intéressant talent en télékinésie pour lequel elle vouait de multiples projets qui auraient faits rougir bon nombre de personnes.

*Tellement de possibilités…*

La signification du mot « pudeur » lui semblait vraiment absolument inconnue et d’ailleurs ce n’était pas maintenant qu’elle allait s’en soucier. Pas dans un moment pareil ! Elle bénissait intérieurement ses doigts habiles qui se déplaçaient à merveille sur sa peau nue, appliquant une pression idéale juste où il fallait. Coté baiser son amant s’en sortait avec autant de brio. Ses gestes étaient surs et assurés, on sentait son expérience dans la moindre de ses actions. Nyslew ne garda pas secret son contentement, laissant s’échapper de légers gémissements de temps en temps lorsque son excitation atteignait des petits pics. Toutefois c’est de frustration qu’elle faillit hurler quand il arrêta net la délicieuse manière dont il usait de son don de télékinésie pour flatter son corps voluptueux. Elle n’en dit rien néanmoins et se contenta d’afficher durant un bref instant une petite moue ennuyée. Le laissant poursuivre avec une pointe d’amertume vite oubliée ce n’est qu’avec une demi surprise que la jeune femme découvrit le petit penchant pour les fessées que possédait le beau brun. Contrairement à probablement une majorité de personnes cela ne la dérangeait pas le moins du monde. Non elle agrémenta même chacune de ses douces tapes d’un « ouch » à peine perceptible. Elle sourit à son compliment concernant sa pilosité inexistante en dehors de sa longue chevelure et de ses sourcils finement dessinés, se gardant bien de lui apprendre que cette absence était tout ce qu’il y a de plus naturel dans sa transformation. Bien, elle l’avait largement assez laissé mener les opérations jusqu’à maintenant. C’était à son tour de prendre les choses en main et de lui montrer de quoi elle était capable.

*Tu n’es pas le seul à posséder un certain savoir faire…*

Nyslew se redressa et repoussa en douceur son amant. La sirène adopta une posture souple, le toisant du regard avec un léger sourire en coin. Son assurance venait de sa certitude absolue de l’effet que produirait la petite surprise qu’elle lui réservait. Il ne regretterait certainement pas la courte attente qu’elle lui imposait une fois son spectacle improvisé achevé. Oh bien sur l’idéal était de posséder une tenue adéquate et d’être accompagné par quelques instruments de musique pour rendre l’immersion plus intense mais elle avait pleinement conscience qu’elle devrait s’accommoder des moyens dont elle disposait. Ce n’était pas grave, la simplicité avait son charme aussi. La créature des mers entama alors une danse sensuelle tout en ondulations et amples mouvements lascifs. Chaque geste était soigneusement étudié pour mettre en valeur ses courbes voluptueuses totalement exposées au regard lubrique du démon. Avec grâce elle continua à se déhancher en prenant soin de se tenir hors de porté de son partenaire, pour le moment du moins. Elle prenait un réel plaisir notable à faire monter le désir de ce dernier au fil de l’exécution de sa danse orientale de plus en plus osée et explicite. Se rapprochant chaque seconde un peu plus elle finit au bout d’un moment par tirer hors du lit le chef des Erewent pour poursuivre son numéro de façon nettement plus rapprochée, effleurant de ses fesses ou de sa poitrine son corps à de nombreuses reprises et laissant ses mains glisser le long de ses muscles saillant. A présent que la néréide se mouvait à peine à quelques centimètres de lui les effluves d’un parfum lourd et sulfureux devaient parvenir à ses narines. Elle profitait d’ailleurs aussi de ce rapprochement pour souffler quelques mots au creux de son oreille, des paroles crues visant à le stimuler un peu plus encore. Elle voulait l’envouter, assaillir tous ses sens en même temps, monopoliser la moindre de ses pensées. Les danses apprises par les femmes du peuple des océans étaient réputées jusque loin dans le continent pour leur coté très charnel qui mettait à leur pied la grande majorité de la gent masculine. Avec toujours la même sensualité débridée la sirène à l’étrange chevelure oscillant entre le vert et le bleu continua de tourner autour de Théré, se demandant combien de temps il tiendrait encore.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre inattendue [PV Thérézad]   Mar 28 Oct - 16:21

Tout ça semblait trop beau, le démon devait être un chanceux de premier ordre, de classe supérieure, pour avoir ainsi pu ramener à lui la belle sans faire plus qu’ouvrir une porte et essayer de partir, bien qu’il ne fut en rien responsable du changement de situation qui n’aurait jamais eut lieu sans l’apparition d’une nouvelle personnalité de la sirène, eh bien il se plaisait à croire qu’elle n’avait pas pu se résoudre à laisser un tel dieu sensuel s’en aller, normal, il était tellement parfait!
La manière, par ailleurs, dont elle avait frotté ses atouts contre le torse de l’Erewent laissait clairement comprendre à ce dernier qu’il était encore désiré et avait fait remonter immédiatement toute l’excitation qu’il avait accumulée et stockée au fond de lui avant de partir, quel corps provocant tout de même…
Sans ménagement donc, le démon lui avait administré une fessée qu’elle ne semblait pas avoir dépréciée, non, bien au contraire même elle semblait adorer ceci et ponctuait chacun des claquements, provoqués par le contact de la main du guerrier sur les fesses de la belle créature, par un petit bruit qui aurait pu ne rien vouloir signifier à part la douleur, mais qui était très bien perceptible en tant qu’une provocation supplémentaire qui avait pour but d’exciter le chef de race.
Et il fallait bien dire que ceci était plus qu’excitant, il la sentait comme à sa merci, elle ne pouvait rien faire d’autre, en cette situation, que de se laisser faire et d’adorer, ce qui semblait clairement être le cas, oui, elle semblait bien adorer cette série de tapes sur son petit cul qui commençait à rougir, ce qu’elle pouvait être mignonne cette coquine, plus le temps passait, plus il prenait l’envie de l’exciter pour qu’elle le supplie d’aller plus loin…
Mais ce fut à son tour de mener la danse au bout d’un certain moment, en effet, elle se redressa et repoussa l’Erewent qui se laissa faire, ne doutant pas d’une surprise agréable, et ce fut le cas, la jeune femme entama une de ces danses exotiques si excitantes, tout en douceur, avec grâce et d’une manière voluptueuse, cela ne pouvait naturellement qu’éveiller les sens du démon qui en voulait toujours plus!
Toute la beauté dégagée par cette danse, eh bien il fallait avouer qu’il n’avait jamais rien vu d’aussi beau, réalisée par une reine nue qui s’offrait en quelque sorte à lui dans cette démonstration d’acrobaties splendides.
Elle bougeait avec finesse, dégageant une élégance indéniable, ses seins, nus, bougeaient d’ailleurs au rythme de ses mouvements, se ballottant légèrement par courts instants, tout ce spectacle, d’une beauté indéniable, ne faisait qu’accentuer de manière dangereuse l’excitation du démon pervers. Quiconque aurait été capable de résister à ceci n’était tout simplement pas humain, ou tout de moins pas intéressé par les choses sexuelles, cette danse aurait pu transformer la plus farouche des hétérosexuelles en une véritable lesbienne et un homo’ en un hétéro fanatique…
Les déhanchements de la jeune sirène révélaient une vrai habilité à utiliser ces jambes qu’elle ne devrait pourtant pas être capable de maîtriser aussi bien. Mais en y repensant, la démonstration de ces talents qu’il avait vus de manière moins érotique et plus brève auparavant sur le port n’avait pas que des effets aphrodisiaques, en effet, elle éveillait les sens du démon qui sentait désormais très clairement une odeur puissante qui lui fit ouvrir brutalement les yeux et qui dilata ses pupilles, tout devenait lumineux, il était désormais bercé par une danse qui n’avait plus rien d’érotique, il devait maintenant passer aux choses sérieuses, c’était indispensable, il devait la toucher…
Doucement, à l’aide de sa télékinésie surdéveloppée, il souleva son amante dans les airs et la déposa délicatement sur le lit, l’arrière du corps à l’air tandis que l’avant touchait les draps propres, il s’approcha ensuite et caressa le joli fessier de la sirène, envoûté par un sentiment agréable…
Oui, elle avait le plus beau cul qu’il lui avait été donné de voir depuis sa conception, il la caressa donc avec douceur, la sentant frémir sous le passage de ses doigts, qu’il avait au préalable réchauffés grâce à une utilisation poussée de ses pouvoirs.
Il voulait la sentir se cambrer, l’entendre, l’écouter frissonner de plaisir, gémir, exprimer sa joie, son plaisir, il voulait être bestial, et peu lui importait comment il se ferait voir de la belle, non, seul lui importait qu’elle apprécie ce qu’il avait à lui faire subir, et c’était bien évident qu’elle apprécierait tout ce qu’il lui ferait, elle semblait bien être de celles qui aimaient beaucoup qu’on se comporte avec virilité. Bien évidemment, le démon n’allait pas aller jusqu’à se montrer violent, loin de là même, il allait plutôt se montrer doux même, mais tout en gardant une touche de masculinité qui serait sans aucun doute du goût de la sirène au sang royal, elle adorerait la manière qu’il aurait de la toucher, de la frôler, de l’embrasser, de la lécher, de l’aimer…
Il s’éprenait d’affection pour le corps de la belle et avait conscience du danger que cela représentait, mais cette attraction, qui commençait à outrepasser le domaine du charnel, était trop forte pour qu‘il puisse penser aux dangers qu‘étaient les possibilités qu‘il puisse s‘éprendre de cette femme là…
Bercé donc par un sentiment agréable et par des envies impossibles à arrêter, il laissa glisser ses deux mains le long des hanches de la jeune femme, avec douceur et fermeté, se laissant bercer par le délicieux flot d’un plaisir puissant qu’il ne pouvait pas arrêter, par la douceur d’un instant, par son envie de prendre ce corps, ici et maintenant, il voulait qu’elle jouisse, jusqu’à n’en plus pouvoir, et tomber dans un sommeil qui la pétrifierait de plaisir, le temps d’une nuit, qu’il puisse dormir contre son beau corps nu et chaud…
Avec douceur et calme, il tendit son bras et posa sa main contre la cambrure du dos de la belle sirène, qu’il caressa, remontant avec douceur le long de sa colonne vertébrale, cherchant à lui insuffler cette même excitation qu’il ressentait, une envie bestiale de la posséder, qu’il maîtrisait sans difficulté, mais qui restait, tout de même, très présente et qu’il ne pouvait faire disparaître totalement, car c’était une pulsion qui ne l’avait encore jamais pris et à qui il voulait laisser prendre le contrôle, pour voir quel plaisir il en tirerait…
Calmement, il retourna la belle créature pour la regarder droit dans les yeux, et déposer un baiser tendre sur ses belles lèvres pulpeuses, les goûtant avec plaisir, se délectant de leur saveur, comment pouvaient-elles avoir un parfum, un goût, si fruité alors que leur magnifique propriétaire avait mangé du poisson peu de temps auparavant? C’était un miracle dont l’Erewent n’allait certainement pas se plaindre, il continua donc de se délecter des lèvres de la belle, plus fougueusement cette fois, l’embrassant d’une manière qui différait clairement des autres, il l’embrassait comme il ne l’avait jamais fait pour personne d’autre avant…
Avec douceur, il fit glisser sa main droite le long des hanches de la jeune femme, pour arriver jusqu’à son entrejambe, où il s’arrêta net, rompant le baiser, pour sourire à la belle, aventurant ses doigts vers une partie réputée bien sensible du corps des femmes, et dont il ne doutait pas le moins du monde que la jeune femme fut aussi sensible.
Avec douceur, mais gardant néanmoins une dose jugée indispensable de fermeté, il appliqua ses doigts contre le clitoris de la jeune femme, frottant ses doigts contre l’endroit tant convoité par le démon qui ne sentait de plus en plus excité à mesure que le temps défilait, cette créature n’avait pas un corps normal, non, elle avait véritablement été taillée par un dieu, et par conséquent il fallait qu’elle soit mise de pair avec une autre œuvre d’art, qui n’était autre que Thérézad, bien évidemment…
Il continua donc ses caresses affectueuses et entreprit un léger massage de la poitrine de la jeune femme, descendant par instant pour déposer de légers baisers sur ses deux beaux seins, d’une taille parfaite aux yeux de l’homme, qui fut d’une douceur qu’il n’aurait lui-même pas cru possible de sa part.
Le démon la toucha donc ainsi pendant près d’une dizaine de minute, ne ressentant à aucun moment la moindre forme de lassitude dans cette besogne qui n’avait rien d’un fardeau, et il fallait bien dire que chaque petit geste qu’il faisait n’avait pas d’autre but que d’exciter Nyslew et il semblait très bien réussir, pour le moment et depuis qu‘elle avait décidé de s‘abandonner au plaisir. Doucement, et presque amoureusement même, il commença à lui masser la nuque de sa main gauche pour recommencer à l’embrasser avec douceur, goûtant de nouveau aux lèvres fruitées de la splendide jeune femme, tandis que sa main droite ne semblait pas se lasser de son entrejambe, sans qu’un doigt y pénètre malgré que les pressions se faisaient de plus en plus fortes, -sans pour autant en devenir violentes et douloureuses, évidemment- et l’être du chaos se retenait pour ne pas céder à ses propres pulsions, il était rare que les préliminaires soient aussi longues avec lui…
Il commença donc à masser le ventre de la belle créature avec douceur, chauffant sa main à une température agréable, puis utilisant sa télékinésie pour donner l’impression à Nyslew qu’il la touchait absolument partout…
Il s’arrêta alors un petit moment et s’occupa d’aller fermer les fenêtres, pour ensuite revenir vers sa belle et la regarder d’un air coquin, lui demandant ce qu’elle avait comme projet pour lui désormais…

« J’ai hâte de savoir ce que tu me prépares. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre inattendue [PV Thérézad]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre inattendue [PV Thérézad]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retrouvaille inattendue [pv Zarathos]
» Une visite inattendue (PV Roro et Lala)
» Des Retrouvailles inattendu...[PV Reve du passé]
» Retrouvaille inattendue [ouvert à tous ^^]
» Une visite inattendue [PV Kira]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Erin :: Dahut :: WENN, CITE PORTUAIRE-
Sauter vers: