AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  Galerie  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Arrivée à point nommé [PV Kirin]

Aller en bas 
AuteurMessage
Aisleen Dryail

avatar

Féminin
Nombre de messages : 49

Citations : L'horreur qui fascine, transporte ... C'est cette horreur là qui importe.
Humeur : Au bord du suicide *Ah merde, je suis déjà morte ...*

Pièces d'Or : 140


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique (a priori)
• Race: Tasmant
• Pouvoirs:

MessageSujet: Arrivée à point nommé [PV Kirin]   Lun 23 Juin - 9:14

Le ressac des vagues sur la plage de galets était lancinant, monotone, absolument et profondément inintéressant. Cependant, associé à la lueur de la Lune sur le liquide sombre et immuable, ainsi qu’à la brise qui jouait dans les aspérités de la plage ou encore qui venait se briser sur la perfection sans appel de la mer ce soir là, le tableau était tout bonnement parfait. Au milieu de ce cadre sans pareil se trouvait une jeune femme. Dos à l’étendue miroitante de cailloux aux milles teintes rayonnants dans la nuit, elle se trouvait debout au milieu de l’eau, celle-ci lui arrivant approximativement à mi cuisse, portant avec élégance la blancheur immaculée de sa robe et l’anthracite délicat de sa chevelure. Lorsque les nuages ne jouaient pas à masquer l’orbe scintillant qui régnait sur les nuits, sa clarté venait relever les courbes évidentes de la jeune femme, soulignant une césure cambrée entre les reins et la naissance du dos, ainsi qu’une courbure douloureusement précise qui accompagnait le mouvement d’une hanche. Le liquide translucide conservait jalousement pour lui seul le galbe des jambes longilignes de l’illustre inconnue, mais livrait aux regards curieux le reste de son anatomie, mis en valeur par la légèreté affriolante du tissu de soie qui couvrait la jeune personne.

Seule une arrivée impromptue par la mer pouvait admirer le visage de la belle, et donc l’identifier comme la seule tasmante connue d’Erin, Aisleen Dryail. Le glacial de son regard violine était en ce moment troublé par des larmes roulant sur la pâleur diaphane des joues brillants sous la Lune, éclatantes d’irréel et dépourvues d’humanité. Aisleen pleurait sa condition et son acte, son destin, immuable dans le tragique et irrémédiablement répété. Vouloir modifier son existence n’était pas aussi évident qu’elle se plaisait à le clamer haut et fort, et jamais elle ne pouvait s’empêcher de retomber dans la déception, quoi qu’elle fasse. Ce soir, sa faiblesse ressortait au contact de l’eau qui l’avait vu naître, puis mourir, qui l’avait accueillie et accompagnée aux moments forts de sa vie, et de sa mort. Son enveloppe charnelle semblait fragile, instable et inhumaine. Son dernier drainage d’humanité remontait à bien trop longtemps, ainsi que les dernières marques d’attention dont elle avait été l’actrice. De plus, son dernier prétendant avait été mauvais, ne lui apportant même pas la satisfaction contre laquelle la jeune femme était prête à céder une partie de sa raison, et pour laquelle elle se sentait capable de supporter la douleur qui accompagnait sans relâche chaque déception.

Aisly ruminait depuis bien longtemps, la course de la Lune avait progressé dans le firmament plus vite qu’elle ne l’aurait cru, toute absorbée par le contact familier mais lointain de l’eau sur sa peau, du vent qui ne parvenait presque plus à danser dans ses cheveux, trop éloignés du monde vivant auquel la brise appartenait. Il lui fallait reprendre consistance, et pour ça il fallait souffrir. Aisleen était prête à endurer une énième déception pour se sentir exister, espérant vainement une fois encore que cette fois ci, les larmes seraient moindres et la séparation, bien qu’inévitable, plus aisée. Mais la Mort, qu’elle avait devancée, ne comptait pas lui offrir ce privilège d’ s’habituer à la chose. En la conservant dans l’au delà, du moins moralement, comme elle était dans la vie, à la manière d’un cliché instantané, la tasmante qu’elle était ressentait chaque heurt de son existence comme unique et affreusement poignant.

La chose était simple. Rencontrer un homme. Le juger apte à lui faire la cour, ou bien choisir le premier maraud qui passe, selon l’urgence de la situation. Le contrôler, l’amener à ses fins puis le voir reprendre conscience, ouvrir de grands yeux ébahis devant cette apparition démoniaque et répugnante, fuir au loin, retrouver son logis et sa famille. Le seul réconfort d’Aisly était qu’aucun homme n’était en mesure de résister à son pouvoir, développé par l’expérience et les épreuves traversées. Tous, qu’ils soient riches, pauvres, puissants, assassins ou moines, tous lui cédaient de la même manière, totalement et également désemparés devant elle. Cette sensation de domination ne lui procurait aucun plaisir. C’était comme manger un plat sans saveur. Il fallait le faire pour survivre et ne pas être en manque ou subir la désagréable sensation de faim insatisfaite. Et pourtant, une fois dégusté, le plat se révélait être délicieux, mais dévastateur pour votre estomac. Alors, que faire ? Se laisser mourir de faim sans pouvoir véritablement accéder au repos éternel, ou bien ressentir à nouveau ce délicieux parfum dans votre bouche et en accepter les conséquences ? Avant de juger Aisleen, pensez donc à ce que vous feriez à sa place.

La jeune femme s’immergea dans l’eau d’une unique impulsion de jambes, avant de remonter à la surface, sa robe dégoulinante et épousant artistiquement son corps, sans pour autant que sa peau marmoréenne ou ses cheveux lisses ne retiennent la moindre gouttelette d’eau. En effet, son enveloppe n’étant pas réelle, et la jeune femme se trouvant sous sa forme la plus ectoplasmique possible, celle-ci ne subissait plus les aléas de l’environnement ni ne sentait les caresses de la nuit et de ses alliées sur elle. C’était aussi pour cela que revenir à la Vie lui importait. Les humains ne se rendaient pas compte de la chance qui leur était offerte, aussi ne supportait elle pas les geignards et pleurnichards qui se lamentaient sur leur triste condition et appelaient la mort. Comme elle, en somme. Elle qui aurait tout donné pour ne pas subir cela, pour s’être donné le temps de chercher le courage nécessaire pour vivre. Car la mort n’était en aucun cas un acte noble. La survie et la persévérance, de leur côté, si.

Alors qu’Aisleen allait sortir de l’eau, tandis qu’elle se dirigeait vers la plage de pierres en fendant l’eau d’une démarche assurée, elle entendit un bruit. Un roulement d’un galet sur un autre, une manifestation sonore infime, mais étonnamment bruyante pour qui sait écouter. La jeune femme stoppa son avancée alors que l’eau lui frôlait les chevilles, chatouillant agréablement la peau d’Aisly qui ne le sentait pas. Une larme roula de nouveau, partant d’un univers violet pour se perdre dans une infinité diaphane. Une ultime marque de faiblesse qu’elle n’avait pu retenir, alors que son regard se perdait un peu plus en amont, en direction du bruit, et de sa cause qu’elle espérait connaître rapidement. L’étrangeté de la scène ne la frappa pas, oublieuse des convenances et de son état inquiétant. Elle porta à son visage une main douloureusement ciselée et fragile pour effacer d’un geste les stigmates de ses pleurs, concentrant son attention sur l’endroit insolite. Aisly, impatiente d’en savoir un peu plus, rassembla ses dernières forces pour déplacer les ombres de la nuit, créant derrière elle un écran opaque pour ne pas souligner plus que nécessaire son apparence qu’on ne pouvait décemment pas qualifier de naturelle, et dégageant ainsi le paysage devant elle, ce qui lui permis de l’apercevoir, à quelques mètres de là. Un homme.

Un sourire triste apparu sur les lèvres d’Aisleen, masquant avec peine les traces de ses larmes. En voilà un qui se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment.


[Je t'avais prévenu du caractère ... Etrange, de ma petite Aisly :p]

_________________
Tout commença avec ma mort. Et tout continue, inexorablement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirin Keydan

avatar

Masculin
Nombre de messages : 137

Citations : La plupart des gens simulent certains de leurs sentiments. Moi, je les simule tous.
Humeur : Juste une légère envie de lancer des cailloux au monde entier =3

Pièces d'Or : 130


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique
• Race: Fir-Bolg
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Arrivée à point nommé [PV Kirin]   Lun 23 Juin - 11:07

[T.T]

Kirin n'avait pas l'esprit très artistique, mais il était suffisamment intelligent pour savoir reconnaître un beau paysage. C'est pourquoi, pour une fois, il était ici, et cela devait faire bien des jours qu'il ne s'était pas arrêté. D'habitude, la plage, il détestait ça. Le jour, le soleil frappe en pleine tête, la chaleur donne des vertiges, lorsqu'il y'a du sable, ça colle à la peau, ça gratte et en plus, c'est chaud. Et quand la plage est fait de pierres, c'est le pire, les pierres sont grosses et brûlantes, impossible d'y poser le pied, surtout qu'il ne porte que des sandales avec une semelle bien fine...
Mais la nuit, une plage, ça peut être terriblement beau. En fait, il ne sait jamais vraiment pourquoi il est à un tel endroit, mais ici, il savait pourquoi.

"C'est parce qu'ici, il y'a le bruit des vagues, la beauté du reflet de la lune sur les vagues, le goût de l'atmosphère marine... et puis, il y'a la fraîcheur..."
Alors, pour une fois, il se retrouva de son plein gré sur un lieu qu'il aimait. Il était seul pour la première fois depuis bien longtemps et il comptait bien profiter de ces heures de tranquillité qu'allaient lui réserver cette nuit.

Puis, il ne sait par quelle envie, il tourna la tête. Très loin, à sa gauche, dans l'eau, il pouvait distinguer une silhouette. Une silhouette blanche, presque brillante, d'un éclat qui brisa sa tranquillité pour laisser place à un frisson lui parcourant l'échine. Ce genre d'éclat n'était pas comparable à celui d'un Fir Bolg et pourtant, c'était la seule race dans tout Erin ayant la particularité de faire briller son corps... Alors, cela voulait-il dire que c'était un fantôme? un Tasmant? Jamais il n'avait été confronté à ce genre de race dans tout Erin... Mais il n'était nullement prudent, et la curiosité l'emporta sur cette prudence qui était pourtant requise.


Il quitta sa position couchée sur les galets (qui était étrangement confortable, pour une fois) et jeta un autre coup d'oeil à la silhouette. Celle ci avait disparu... Il scruta un peu mieux, il pouvait voir en réalité qu'elle sortait de l'eau pour marcher sur la plage de galets...

"... ça nage un fantôme?"

[i]Cela aurait-il donc été un Fir Bolg différent des autres? Décidément, cette silhouette était pleine d'énigmes... Il se sentait presque obligé de voir ce que c'était... Alors il mit ses mains dans les poches, sa position habituelle de je-m'en-foutiste, et sautilla de galets en galets. Il ne cherchait point à être discret, de toutes façons, il comptait voir s'il pouvait parler à cette personne... Au final, au bout de dix minutes, il fut assez proche pour mieux distinguer cette silhouette.

C'était en fait une femme, très légèrement vêtue, ce qui le gêna au premier abord, (il ne parlait que très rarement aux gens, et encore moins aux femmes) puis il remarqua alors que ses doutes quant au fait qu'elle soit un fantôme n'étaient pas infondés... Elle était transparente... elle paraissait terriblement... ectoplasmique... Cette découverte l'effraya un court instant et, lui qui était à l'aise, sautillant de pierres en pierres trébucha, faisant rouler une dizaine de cailloux et brisant ainsi le silence bercé par les vagues.

Il sut garder l'équilibre et ne tomba pas. Mais lorsqu'il vit à nouveau le fantôme, il ne semblait plus transparent... Elle avait l'air tout à fait humain... Il pensa donc à une illusion d'optique, et la peur qui le prenait il y'a quelques secondes s'estompa en un instant. Mais l'horrible bruit qu'il avait produit avait attiré le regard de la jeune femme sur elle. Sur le moment, il trouva le cadre parfait. C'était une jolie femme selon lui, et l'éclat de la lune sur sa peau la rendait encore plus belle. Il s'approcha alors, scrutant maladroitement la jeune femme et remarqua certains traits insolites, venant briser l'harmonie parfaite de la lumière sur cette peau qui semblait presque immaculée. Ses cheveux étaient beaux, très lisses, presque aussi beaux que ceux de Kirin. Et ses yeux de couleur étrangement violine semblaient la rendre unique et encore plus belle. Et ce visage si doux et pourtant froid conservait une cicatrice de brûlure, sur son profil gauche... Cela, pourtant, ne la rendait pas laide. Au contraire, pour Kirin, c'était rester belle malgré un accident qui est censé nous rendre laid. Cette cicatrice confirmait alors bizarrement la beauté de cette femme...

Il s'approcha encore, ne sachant quoi dire... Jamais il ne parlait aux femmes, et encore moins aux femmes légèrement vêtues et aussi jolies... Alors, maladroitement... il laissa échapper une toute petite voix, presque inaudible...

"C'est une belle nuit... hein...?"*

[Je suis assez impressionné en voyant ton post et l'atmosphère que tu as su installer, donc excuse moi si je n'écris pas aussi bien, mais je débute un peu en RP ><. J'espère quand même pouvoir te "contenter" ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reflet-pareidolie.blogspot.com/
Aisleen Dryail

avatar

Féminin
Nombre de messages : 49

Citations : L'horreur qui fascine, transporte ... C'est cette horreur là qui importe.
Humeur : Au bord du suicide *Ah merde, je suis déjà morte ...*

Pièces d'Or : 140


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique (a priori)
• Race: Tasmant
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Arrivée à point nommé [PV Kirin]   Lun 23 Juin - 11:59

[Ravie que ça t'ai plu XD J'avais peut d'en avoir trop fait et d'avoir été lourde dans mon style ... Tu me "contente" très bien, ne t'en fais pas ! En plus tu joues le jeu de "Aisleen est trop belle" (j'aime pas faire ça avec mes persos mais vu ses antécédants ...) et tu la connais déjà grâce à sa fiche. Alors je suis ravie !]

Aisleen avait vu juste, c’était bien un homme. Il la détaillait de haut en bas, perturbé par son manque de pudeur et sa simplicité, sans nul doute. Et apparemment, son trouble allait jusqu’à être déstabilisé et maladroit. Il semblait hésitant, c’en était touchant, d’un côté. Il ressemblait un peu à un gamin qui se retrouvait pour la première fois devant un adulte plein d’autorité. Aisly soupira légèrement, créant une petite bulle d’air froid devant son visage, qui s’estompa rapidement, se disloquant dans l’air frisquet de cette nuit claire. Elle se sentait belle sous son regard scrutateur, impression bien nouvelle pour la tasmante. D’ordinaire, les hommes fuyaient devant son magnétisme étrange, son comportement insolite et sa beauté qui semblait inhumaine. Mais bientôt, bientôt, la jeune femme retrouverait sa consistance. Il suffisait de prendre pour cible le pauvre bougre qui s’était aventuré jusqu’ici.

Pour une fois, Aisleen ne se précipita pas et détailla l’inconnu, ignorant encore de sa nature profonde et de ce qu’elle allait lui faire subir. Il était grand, un peu plus qu’elle, et sa silhouette était longiligne, gracieuse et d’une certaine élégance que les muscles bien formés qu’on apercevait ne gâchait nullement. Sa chevelure semblait infinie, longue comme celle d’une femme, soyeuse comme celle d’un ange. Magnifique hommage à la beauté masculine. L’astre lunaire quitta un instant Aisly, annulant l’exclusivité rayonnante dont elle avait l’habitude. Le blanc nacré des mèches du jeune homme semblait s’animer sous la caresse des rayons de la Lune, animés de temps à autre par le vent nocturne qui prenait bien souvent ses aises aux alentours des plages. La jeune femme, envieuse de cette réalité frustrante, faillit enclencher le processus de drainage sans même passer par l’étape précédente. Mais après tout, elle avait le temps, puisque cet étrange personnage semblait enclin à rester un peu plus, pour partager une soirée avec une morte. Le savait il seulement ? Devait elle le prévenir ? Chasser les ombres qui maintenaient l’illusion ? Non. Car c’était tellement agréable de voir quelqu’un lui adresser un regard sans y trouver de l’effroi. Dans les siens, elle y lisait de la curiosité et la timidité, et un peu d’admiration. A cette découverte, le diaphane de sa peau s’opacifia légèrement, signe de contentement chez la jeune femme, qui ancra le violet surnaturel de ses iris dans ceux, tout aussi singuliers, du jeune homme. Le noir, profond, sauta à la gorge d’Aisly qui ferma les paupières, de peur de se perdre dans la teinte vide des prunelles de l’inconnu. Rapidement, elle détailla le reste de la personne et son verdict tomba, comme un détail sans importance puisque les races, après tout, n’étaient que cela. Fir Bolg.

La poitrine d’Aisleen se contracta douloureusement à cette pensée. Il lui rappelait ses origines, qu’elle tentait plus que tout d’oublier. Tout cela n’était que passé. Rien n’avait d’importance. Rien. Sa main remonta, ses doigts effleurèrent sa cicatrice que le regard sombre de son compagnon avait détaillée un peu plus tôt, et une larme commença à poindre dans ses yeux, qu’elle réprima bien vite en espérant que cet affligeant spectacle n’avait pas été remarqué. Car pour une fois où l’on ne la fuyait pas, elle ne voulait pas donner d’elle-même des raisons de le faire. Le malaise de la jeune fille fut coupé au bon moment par le murmure incertain d’une voix grave mais chuchotante, presque inaudible.


"C'est une belle nuit ... Hein ... ?"

La tasmante approuva de la tête sans mot dire. Finalement, et après un long moment de silence, elle réagit. Après tout, les vivants se devaient de communiquer pour se rassurer. L’avantage de la mort était que toutes les convenances et règles de bienséances s’effaçaient au profit du libre arbitre. Alors elle prit la parole également, et répondit d’une voix neutre :

« Oui. » Puis elle ajouta, d’un ton sans réplique et mystérieux : « Surtout pour moi, je le crains. »

Il était temps. Elle s’affaiblissait. Et la jeune femme ne pouvait attendre la cour enfiévrée, les mots d’amour murmurés à l’oreille. Toutes ces simagrées ne lui feraient que plus mal, ce soir. Cet homme n’était pas de ce que l’on se plait à changer. Alors elle prendrait ce qu’elle était venue chercher, et c’était tout. Quitte à ce qu’il la haïsse après coup, elle ne voulait pas lui voler sa personnalité. Ce n’était, après tout, pas indispensable. Et elle pourrait toujours réitérer l’expérience un peu plus tard, avec n’importe quel homme passant par là. Aisleen prit une autre décision. Le drainage se ferait en douceur, et elle prendrait uniquement la dose nécessaire à maintenir son apparence presque normale. Opacifier sa carnation, se débarrasser du stratagème des ombres derrière elle, sentir à nouveau le vent sur sa nuque. Il ne souffrirait pas.

La jeune femme se concentra quelques secondes et plaça l’inconnu sous contrôle. Cela ne serait pas long. Elle s’approcha, contenant son désir de se remplir d’humanité, ne désirant pas assommer ce pauvre homme. Elle remplirait ses réserves en plusieurs fois s’il le fallait, mais il valait mieux éviter de faire souffrir quelqu’un à outrance, ou pire encore. Aisly se haussa sur la pointe des pieds et passa ses bras légers autour du cou de sa proie, immobile suite à sa prise de contrôle, et approcha son visage pour déposer un délicat baiser sur les lèvres du jeune homme. Instantanément, la vie sembla affluer en elle, et ses avants bras purent se reposer sur les omoplates du Fir Bolg sans passer au travers. Elle resta là, sage et profitant d’un contact superficiel mais d’ores et déjà enivrant pour elle. Si elle ne bridait pas son pouvoir, elle ne se laisserait pas aller plus loin sous peine de ne plus savoir se retenir. Et contenir son pouvoir n’avait aucun intérêt. S’attacher inutilement ne serait que plus douloureux.

Enfin, la jeune femme s’écarta et rendit sa liberté à son interlocuteur, en chassant les ténèbres qui l’entouraient, dévoilant entièrement sa personne, livré au regard de dégoût qui ne manquerait pas de se poser sur elle après son acte. Déjà, elle s’en voulait de ne pas avoir profiter au maximum de la situation. Quitte à se faire détester, autant que ce soit par une personne et entièrement que par plusieurs proies dans une même soirée. Aisly baissa la tête, une moue contrite sur les lèvres qu’elle savait inutile d’exprimer en mots. De toute façon, c’était à chaque fois la même chose. Cette nuit encore elle serait fuie, détestée, et sa vision provoquerait la peur et le mépris. Autant abréger l’instant, se dit elle en tournant le dos à celui qui venait de lui redonner des couleurs. Ses lèvres abritaient à présent une touche de rosé, son épiderme semblait moins laiteux, ses membres moins fragiles, sa constitution plus … réelle. Même ses yeux étaient plus chaleureux, abritant à présent une touche de lumière au milieu d'un océan violine.


[Voilà, le baiser a eu lieu. Je suis restée superficielle, elle veut te ménager on dirait ^^' ]

_________________
Tout commença avec ma mort. Et tout continue, inexorablement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirin Keydan

avatar

Masculin
Nombre de messages : 137

Citations : La plupart des gens simulent certains de leurs sentiments. Moi, je les simule tous.
Humeur : Juste une légère envie de lancer des cailloux au monde entier =3

Pièces d'Or : 130


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique
• Race: Fir-Bolg
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Arrivée à point nommé [PV Kirin]   Lun 23 Juin - 13:51

[RHAAAAA! BUG! JE VAIS DEVOIR TOUT RECOMMENCER!]

"Surtout pour moi, je le crains."

A ces mots, Kirin se posa bien des questions. Elle semblait mélancolique et sombre dans ses paroles, alors il imagina beaucoup de choses. Peut-être qu'en fait, c'était bel et bien un fantôme, et qu'elle est condamnée à errer pour le rester de ses jours ici? Ou encore était elle bien vivante mais, qu'en fait, il s'est passé quelque chose de mal ici? En fait, c'était surtout le "je le crains" qui rendait cette phrase mystérieuse. Mais cela n'enlevait rien au charme de la femme. Kirin pensait que ce ne serait si horrible de parler à un fantôme, peut-être qu'au contraire, il en saurait plus sur la mort. Et puis, elle ne lui fait pas peur, alors même si c'en était un, pourquoi fuir?

*Que puis-je dire...? Je me sens idiot et inutile là... Il faudrait engager la conversation. Elle me gêne celle là, ça ne m'est jamais arrivé auparavant... ça craint... bon, hum... ben je peux toujours lui demander son nom, c'est pas plus mal.*

Mais à peine eut-il le temps de demander son nom à la belle demoiselle, qu'il la vit bien plus proche, ses bras autour de son cou et ses lèvres se rapprochant dangereusement des siennes... Il sentit brièvement le souffle étrangement froid de la belle créature puis ses lèvres se posèrent sur sa bouche. Cela ne lui était jamais arrivé, mais immédiatement, il y prit goût. Il savoura cet instant puis sentit les mains de la jeune fille se poser sur ses omoplates. Il sentit alors que sa peau était froide... plus froid encore que l'atmosphère qu'il régnait déjà ici... Puis, étrangement, ces mains devinrent beaucoup plus chaudes, pas énormément, mais juste assez pour rendre le moment encore plus agréable. Il eut envie de la prendre dans ses bras, de l'enlacer, et de faire durer encore le moment, mais elle lui paraissait comme une poupée de porcelaine, une beauté inviolable dont il avait l'impression qu'il pourrait la briser dans son étreinte.

Il ferma les yeux et se laissa porter par cette sensation de chaleur qui venait briser la fraîcheur qui l'enivrait déjà cette nuit, sur cette plage. Et les lèvres de la jeune fille le quittèrent qui s'écarter d'un ou deux mètres. Il ouvrit les yeux pour apercevoir une femme encore plus belle qu'elle ne l'était avant ce baiser. Il crut alors que c'était l'effet de son tout premier baiser. Ou alors était-ce de l'amour? Un sentiment qu'il n'avait jamais connu avant, puisqu'il n'attirait absolument personne, cause de son caractère impulsif et provocateur.

Elle semblait moins fantomatique... Sa peau était moins blanche, mais toujours aussi belle et immaculée. Et puis, ses yeux violine brillaient encore plus, pas seulement grâce aux reflets de la lune. Elle n'avait plus un regard aussi froid. Elle semblait plus... elle avait l'air plus humaine... Il se perdit alors dans ces yeux si beaux et d'une couleur si particulière, puis elle baissa la tête et fit une moue... Elle semblait exprimer une certaine déception...

Kirin prit alors peur. Il avait peur d'avoir fait quelque chose qu'il ne fallait pas, ou de n'avoir pas fait quelque chose. Et puis il ne voulait pas voir ne serait-ce qu'une pointe de tristesse dans un visage aussi beau... Il se sentait obligé de faire quelque chose. Il ne pouvait la laisser gâcher son propre visage. Mais il avait tout de même peur. Est-ce que ce baiser n'était que le fruit d'une attirance charnelle, ou y avait il bel et bien de l'amour?

Il voulu parler, la réconforter, lui dire que tout allait bien... Mais bien qu'il soit attiré par elle, il ne cernait pas son caractère... Les femmes ne sont pas aussi directes d'ordinaire, pensait-il. Alors que dire? Il ne savait quoi faire... alors, bêtement, il ne trouva qu'une chose à dire...


"Je... Je ne connais pas votre nom..."

Puis il se rendit compte que lui même ne s'était pas présenté. Quelle erreur était-ce pour lui! Qu'allait-elle penser de lui après cela? Il tentait de se rattraper, mais il fut tellement gêné qu'il bégaya pitoyablement et se sentit ridiculisé.

"Heu... nan! Mais je... je me suis pas... pr...présenté non pl...plus... J'm'apelle Krin Kdan... heu... Ki...Kirin Keydan..."

Il se sentit tellement bête qu'il eut presque envie de pleurer. Mais son caractère de Fir-Bolg revint s'affirmer et il reprit confiance en lui. Le futur héros d'Erin ne bégayera pas!

"Désolé... Je m'appelle Kirin Keydan."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reflet-pareidolie.blogspot.com/
Aisleen Dryail

avatar

Féminin
Nombre de messages : 49

Citations : L'horreur qui fascine, transporte ... C'est cette horreur là qui importe.
Humeur : Au bord du suicide *Ah merde, je suis déjà morte ...*

Pièces d'Or : 140


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique (a priori)
• Race: Tasmant
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Arrivée à point nommé [PV Kirin]   Lun 23 Juin - 15:02

[Je compatis. Sincérement. Désolée pour toi ^^']

Apparemment, le baiser d’Aisleen plut au jeune homme en face d’elle. A cette pensée, une onde de chaleur se répandit dans son corps mort depuis trop longtemps. S’il l’avait trouvé jolie, pouvait il apprécier son contact ? Mais instantanément, ses espoirs furent brisés quand elle se rappela qui elle était. Une tasmante. Avec des pouvoirs. Dont celui de contrôler les faits, gestes, paroles et pensées de tout être humain pendant une durée bien définie. Et assez longue, en ce qui la concernait, vu sa grande expérience. Elle en était à une dizaine de minutes. Et, bien que le baiser rassurant ait semblé durer des heures, la jeune femme savait bien que quelques secondes, une minute à peine, s’était écoulée. Cette constatation renforça la moue sur son visage d’albâtre. Elle n’osait plus croiser le regard de celui qu’elle manipulait en ce moment même. Elle refusait de trouver dans ses yeux une admiration feinte, jusqu’à l’instant fatidique où l’étincelle d’affection s’éteindrait pour laisser place au mépris habituel.

Devant son air renfermé, l’inconnu semblait s’inquiéter et prêt à intervenir. Aisly, qui connaissait les sentiments qu’elle provoquait par cœur, imagina sa détresse, ses questions, son désir de faire quelque chose et son impuissance en réalisant qu’il n’y avait rien à faire. Elle jeta un regard en coin au Fir-Bolg et son envie de pleurer s’accrut profondément. C’était si triste, de voir un homme sans aucune volonté autre que celle qu’une tasmante sans scrupules lui dictait. Aussi, quand il chercha à entamer la conversation, elle ne fit tout d’abord rien pour le faire taire.


"Je... Je ne connais pas votre nom..." S’en suivit un amas de bafouillis inaudibles d’où ressortit finalement un nom : "Désolé. Je m’appelle Kirin Keydan "

Aisleen aurait bien rit devant sa nervosité si la situation n’était pas aussi dramatique dans son contexte. La jeune femme releva la tête et s’approcha à nouveau du jeune homme en murmurant une phrase alors qu’elle posait un index long et délié sur les lèvres encore froides de Kirin, à cause de son baiser.

« Chut Kirin. Je suis une tasmante, et tu es sous mon contrôle pour l’instant. Rien de tout cela n’est réel, et dans quelques minutes tu vas me détester. » Puis elle ajouta, sentant son pouvoir s’éteindre en elle et guettant le regard du jeune homme « Maintenant. »

Etonnamment, rien ne changea. Pas de fourmillement imperceptible dans l’air, pas de frémissement de la part de Kirin, pas de regard courroucé de sa part. Etrange. Puis Aisleen se dit qu’il n’avait pas encore eu le temps de gérer toutes les informations que son cerveau lui livrait. Certaines personnes étaient comme ça, à réaliser plus lentement que d’autre la tromperie éhontée dont ils avaient été la cible. D’autres également, restaient tellement stupéfaits qu’ils ne réagissaient que plus tard, et de façon encore plus démonstrative, dans la peur ou la colère. Kirin devait être de ceux là. Il lui fallait juste plus de temps … Quelle sotte elle avait été d’espérer, durant un infime moment, que cette fois tout serait différent.

C’était ridicule. Il ne la connaissait pas, elle non plus. Il ne savait rien d’elle. L’amour n’apparaissait pas comme ça, juste en voyant une personne, aussi charmante soit elle. Elle, dans la mort, tombait amoureuse de tous les hommes qu’elle embrassait, croyant à chaque fois pouvoir trouver son prince charmant. Mais elle se berçait d’illusions quant à la réciprocité de la chose. Seuls ceux qui n’ont plus rien à voir avec le monde réel peuvent transgresser les règles strictes des sentiments. Kirin allait réagir, d’une minute à l’autre. Avec cynisme, Aisleen se demandait de quelle façon cela tournerait. Violence, haine ou bien peur, dégoût ? Les réactions diverses et variées de ses prétendants occasionnels constituaient toujours une grande source d’amusement feint chez Aisly. Elle se montrait forte, mais toutes la blessaient. Les voir frapper dans le vide son corps rendu immatériel pour l’occasion, ou bien crier, hurler, fuir, pleurer … Chacune lui lacérait le cœur, sans qu’elle s’habitue à la douleur du mépris.


Et, tandis qu’elle se questionnait sur le groupe d’hommes auquel appartenait Kirin, une unique larme s’échappa de son œil gauche alors qu’elle levait son regard vers lui. [Entrons dans le pathétique et la répétition, jusqu’au bout … -_-‘] Aisly tremblait. Elle entoura son propre buste de ses bras fins et serra le plus fort possible, jusqu’à faire rentrer ses ongles dans la chair de ses bras, perdant le contrôle de ses jambes et s’affalant par terre, la nuque pliée et les paupières plissées à s’en faire mal. Pour la première fois, Aisleen craquait. Elle en avait marre de faire du mal, marre de se faire rejeter alors qu’elle tentait seulement de survivre, de se rapprocher de son idéal, de la Vie, sans jamais véritablement y parvenir. Après tout, chaque être humain tue pour vivre, et elle-même ne faisait que blesser. Etait il donc nécessaire de la considérer comme un monstre ? Une Voleuse d’Âmes ? Des paroles précipitées sortirent de sa bouche alors qu’elle restait prostrée là, devant un Kirin qui devrait normalement être libéré du charme magique de la tasmante.


« Pardon. Tu n’es qu’un parmi tant d’autres à qui j’ai fait cela. Venge toi et pars loin de moi, c’est tout ce qu’il te reste à faire … Comme les autres. »

Malgré son tressautement d’épaules, son ton restait assuré et neutre. Cette fois ci, si la violence l’emportait dans l’esprit de Kirin, elle resterait matérielle, pour sentir les coups sur sa peau. Accepter le retour de force physique, en plus de la charge morale de l’abandon. Après tout, Aisly semblait destinée à cela. La souffrance était sa seule compagne, immuable et irrémédiablement présente à ses côtés. Dans la vie, comme dans la mort.

[Pathétique mon ami ... Désolée si j'ai anticipé un peu trop ou si c'est carrément cliché :p]

_________________
Tout commença avec ma mort. Et tout continue, inexorablement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirin Keydan

avatar

Masculin
Nombre de messages : 137

Citations : La plupart des gens simulent certains de leurs sentiments. Moi, je les simule tous.
Humeur : Juste une légère envie de lancer des cailloux au monde entier =3

Pièces d'Or : 130


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique
• Race: Fir-Bolg
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Arrivée à point nommé [PV Kirin]   Lun 23 Juin - 15:57

[En parlant de pathétique, ça m'a rappelé Bérénice XD]

En unique réponse à la question de Kirin, la femme posa son doigt sur les lèvres de ce dernier. Elle lui répondit qu'elle était une tasmante et que dans quelques minutes, il la détesterait... Elle conclut par un "maintenant" qui était censé ponctuer cet instant que le Fir-Bolg trouvait pourtant si beau.

Les doutes de Kirin n'étaient donc pas fondés. Elle était bien une tasmante, un fantôme. Mais pourtant, cette révélation ne changeait en rien ce qu'il pensait d'elle. Et même après ces quelques minutes, il la trouva tout aussi belle que lorsqu'il l'avait vue au début... Comment une femme aussi belle et ayant un visage ne renfermant aucune once de méchanceté serait elle capable de manipuler un homme pour l'embrasser? Et surtout, comment détester cette femme qui lui paraissait si parfaite?

Ce baiser ne l'avait pas laissé indifférent, et il ne se sentait en aucun cas manipulé. Ces sentiments, cette chaleur, ce sont des choses que lui même avait senties, même s'il n'avait jamais connu cela avant, il était certain toutes ces choses nouvelles n'étaient pas des illusions. Puis il la vit s'effondrer sur le sol. Elle pleurait. A ce moment là, Kirin eut lui aussi cette envie. Mais c'était un Fir Bolg, il se devait d'être fort, surtout en tant que héros. Il s'approcha d'elle, mais alors elle laissa échapper quelques paroles...

"Pardon. Tu n’es qu’un parmi tant d’autres à qui j’ai fait cela. Venge toi et pars loin de moi, c’est tout ce qu’il te reste à faire … Comme les autres."

A ce moment là, Kirin eut encore plus envie de pleurer. Non pas qu'il suivait les prédictions de la tasmante, mais le fait qu'il ne soit pas le seul qu'elle aie embrassé lui brisa le cœur. Il aurait voulu lui faire connaître ses sentiments à lui. Il ne savait pas si ces sentiments naissants n'étaient que le fruit de ce baiser qui était anodin, ou s'il était réellement tombé sous le charme de cette si charmante créature.

Tasmante ou pas, elle ne le laissait pas indifférent. Et sur ce moment, il pensa qu'il pouvait bien vivre avec ce genre de personne, au moins en tant qu'amie. Est-ce que parce qu'elle serait d'une race différente de la sienne, elle ne pourrait pas avoir le droit de recevoir des sentiments, ni d'en donner? Cette injustice dissipa l'envie de pleurer de Kirin et le fit serrer les poings.

Il s'agenouilla auprès de la jeune fille, sécha d'un revers de la main les quelques larmes qui coulaient sur ses joues dont seule la cicatrice semblait s'opposer à leur chemin, puis il releva son visage, la forçant ainsi à le regarder dans les yeux. Il avait troqué son regard innocent et compatissant contre celui qu'il a habituellement, le regard combatif et provocateur d'un jeune héros. C'est en gardant ce regard qu'il répliqua, sans bégayer, clairement, de sa voix de jeune homme...


"Tu t'excuses de m'avoir embrassé, et tu me dis de te venger. Me venger du fait que tu m'aies embrassé? Dans ce cas, je vais le faire avec plaisir!"

Il l'enlaça alors et posa ses lèvres sur celles de la poupée qu'il osait à peine toucher il y'a quelques minutes. Encore une fois, il fut enivré par la tendresse et la chaleur du moment. Il pouvait maintenant toucher la peau intacte de son dos, légèrement cambré. Il l'enlaça encore un peu plus fort et colla son corps à elle. C'était la première fois qu'il vivait ça, autant faire durer le moment... Il resta plusieurs minutes comme cela... puis il la lâcha. Il garda tout de même sa main droite sur la joue qui comportait cette trace de brûlure, et il se perdit encore une fois dans le regard violine de la tasmante...

"Je ne connais toujours pas votre prénom..."

[Kirin a décidé de se reprendre XD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reflet-pareidolie.blogspot.com/
Aisleen Dryail

avatar

Féminin
Nombre de messages : 49

Citations : L'horreur qui fascine, transporte ... C'est cette horreur là qui importe.
Humeur : Au bord du suicide *Ah merde, je suis déjà morte ...*

Pièces d'Or : 140


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique (a priori)
• Race: Tasmant
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Arrivée à point nommé [PV Kirin]   Lun 23 Juin - 17:11

Alors qu’Aisleen faisait figure de pauvre loque sur le sol, elle n’entendit pas distinctement Kirin approcher et se baisser à son niveau, pas plus qu’elle ne réalisa que le contact de sa main sur sa peau n’était pas prévu. Pas plus que son visage relevé d’une poigne ferme mais délicate, ou le regard attentif qu’il lui offrait. Sa voix s’éleva, claire et tranchante dans l’air calfeutré de la nuit, tarissant les larmes d’Aisly pour lui attribuer un visage qu’elle voulait impassible et prêt. Hors de question qu’elle se donne en spectacle devant celui qui, comme les autres, allait accomplir une bien basse besogne pour se venger de leur propre faiblesse par rapport à un don magique, plus ou moins bienveillant. Elle serait forte, comme elle l’avait toujours été. Forte, froide et distante.

"Tu t'excuses de m'avoir embrassé, et tu me dis de te venger. Me venger du fait que tu m'aies embrassé ? Dans ce cas, je vais le faire avec plaisir !"

Aisly ferma les yeux, s’apprêtant à recevoir une gifle de la main qui n’enserrait pas son menton pour l’obliger à le regarder en face. Aussi fut elle décontenancée au plus au point lorsque, au lieu de la douleur de la frappe, elle sentit un contact déjà familier sur son visage. Ses lèvres retrouvèrent celles de Kirin avec soulagement, et son dos se moula tout naturellement pour épouser l’étreinte du jeune homme, s’arquant sur la pression exercée, comme un geste de désespoir. L’impression d’étouffement était pourtant plus morale que physique. Kirin était bien cruel de la punir ainsi. Lui offrir ses lèvres pour lui rappeler qu’elle n’y avait pas droit. Que sa mort lui ôtait toute possibilité d’accéder à ce qu’elle cherchait depuis tant de temps. Quand il la lâcha enfin, Aisleen eut l’impression de sentir son cœur exploser. Non, de quel droit osait il … Sa pensée s’apaisa quand elle coula sa peau abîmée dans la paume toute prête à la recevoir. Ses yeux s’ouvrirent enfin sur le visage qui la réconfortait déjà.

"Je ne connais toujours pas votre prénom..."

La jeune femme sourit timidement et son regard étincela pendant qu’elle murmurait sa réponse « Aisleen. Aisleen Dryail. »

Le contact humain lui avait fait du bien, elle sentait presque son sang battre à ses tempes et, si elle avait été totalement réelle, ses joues d’albâtre se seraient colorées du plus doux des roses. Pour l’heure, seul son regard trahissait son apaisement, le premier depuis ce fameux jour au bord de la rivière. Kirin avait été parfait. Finalement, elle avait peut être trouvé … Mais ses pensées s’interrompirent lorsqu’elle remarqua le teint légèrement blême de son compagnon, et l’interrogation muette mais sibylline qui occupait ses prunelles auparavant uniformément noires. Aisly se recula prestement, rompant le contact avec le seul homme qu’elle voulait toucher, et se recomposa un visage dur, froid et distant.

Il ne fallait pas. Elle avait déjà abusé de son humanité, en restant dans ses bras, dans cette étreinte réconfortante. C’était sa punition. Même si elle trouvait ce pourquoi elle avait obtenu cette existence entre la vie et la mort, elle ne pouvait l’obtenir. C’était tout le tragique de sa destinée. Les autres tasmants pouvaient parfois réaliser leurs souhaits. Mais elle ? Etait elle prête à tuer la personne qui accepterait de rester à ses côtés ? Non, bien sûr que non. Savoir que quelqu’un l’avait appréciée un court instant lui suffisait. Ou du moins devrait elle s’en contenter. Il fallait mettre un terme à cela, le plus rapidement possible. Comment faire, lui expliquer ? Le blesser ? Quelle serait la meilleure alternative ? Car le mieux serait qu’il la déteste, pour ne pas souffrir de leur situation. Mais, par égoïsme, elle ne pouvait s’y résoudre. Aisleen adopta pourtant un ton distant pour lancer à son attention :


« Il semble que nous soyons partis sur de mauvaises bases, ou que nous nous soyons mal compris. Pardonnez mon instant d’égarement, Kirin Keydan, mais je ne peux être pour vous ce que vous semblez souhaiter. »


Bien sûr, elle espérait encore naïvement pouvoir le satisfaire en lui offrant son amitié. Car pour ne pas le tuer, il faudrait se régénérer en compagnie d’autres hommes. Alors seule l’amitié pourrait éviter les dommages. Sauf si … Non. Hors de question qu’elle lui demande ça. Bien qu’il soit le seul homme qu’elle ait envie d’embrasser, il était inenvisageable qu’elle lui demande de rester son ami et de lui prêter ses lèvres de temps à autre. Rien que sa compagnie était trop demander. Qui accepterait un lien amical avec une morte étrange, une femme qui ne savait pas bien ce qu’elle voulait, une idiote qui se laissait submerger par ses émotions ? Pourtant, tant que son état durerait, l’amour lui serait interdit. Elle le savait. Mais jamais jusqu’à maintenant cette option lui avait paru possible. Et maintenant qu’elle l’était, Aisly devait la réfuter, la rejeter de toute sa volonté. Décidément, se disait elle, la Vie est la plus grande injustice de la Mort.

[Nierk, je suis méchante mais c'est tellement plus drôle comme ça :p J'aime pas la guimauve et j'aime faire souffrir mes personnages. Surtout quand je leur ai laissé percevoir le bonheur un instant plus tôt :p Tu ne m'en veux pas ?]

_________________
Tout commença avec ma mort. Et tout continue, inexorablement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirin Keydan

avatar

Masculin
Nombre de messages : 137

Citations : La plupart des gens simulent certains de leurs sentiments. Moi, je les simule tous.
Humeur : Juste une légère envie de lancer des cailloux au monde entier =3

Pièces d'Or : 130


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique
• Race: Fir-Bolg
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Arrivée à point nommé [PV Kirin]   Lun 23 Juin - 18:56

[Oh mais ça ne me dérange pas du tout! Je faisais la même chose avec la plupart de mes personnages, qui, au passage, étaient beaucoup plus intelligents, méthodiques et avaient un passé beaucoup sombre ^^]

Aisleen, se répéta-t-il. Au moins, il aurait réussi à lui arracher quelques mots autres que des mots qui traduisent un certain désespoir, pour lui et peut-être pour elle. Il se félicita et fut heureux de voir que son délicieux baiser avait su la combler. Elle paraissait heureuse, pour une fois. Mais cela ne dura que quelques secondes. Elle l'avait regardé dans les yeux, et Kirin pensa y trouver de la tendresse dans son regard... Mais immédiatement après cette pensée, elle changea de visage. Elle récupéra son regard froid, sans sentiment...

« Il semble que nous soyons partis sur de mauvaises bases, ou que nous nous soyons mal compris. Pardonnez mon instant d’égarement, Kirin Keydan, mais je ne peux être pour vous ce que vous semblez souhaiter. »

Cela allait-il donc se terminer comme ça? Ces sentiments qui semblaient naître en Kirin n'étaient-ils qu'éphémère? Son premier amour ne serait que celui d'un nuit? Il comprenait tout à fait qu'elle ne puisse pas tomber amoureuse, étant immortelle... Cela ne serait que trop douloureux, car même si cet amour serait réciproque, Kirin ne vivrait pas aussi longtemps qu'elle... Et il ne serait pas garanti que son âme ne soit pas fauchée par l'impitoyable Ankou. Dans ce cas, cet amour aurait une fin...

Il devait s'y résoudre, jamais il ne pourrait aimer Aisleen...

Quelle tristesse était-ce pour lui de quitter un sentiment aussi doux et agréable que celui de l'amour. Depuis qu'il avait quittée la ferme, jamais il n'avait eu ne serait-ce qu'un ami... Mais cette personne pourrait en être un. Il lui sembla que pour être aussi fragile, mentalement (il l'avait supposé en la voyant s'effondrer), elle avait elle aussi besoin de quelqu'un sur qui compter... Kirin était seul depuis maintenant six ans. Peut-être que l'amour ne serait pas possible pour un héros comme lui, car un héros, malheureusement, a beaucoup de chances de mourir. Mais l'amitié, qu'en est-il?


Je comprends... Aisleen... Mais vous êtes la première personne depuis six ans à qui je me sens capable de parler réellement... De tisser des liens puissants... Je comprends que notre amour, notre union, serait inenvisageable... mais pourrait on au moins être amis?

Il se sentit terriblement idiot en posant cette question... L'amitié se crée sur plusieurs années. On ne demande pas à être ami avec quelqu'un, on le devient... Mais, il ne savait pas pourquoi, il se sentait comme s'il avait besoin d'elle, comme si elle était essentielle pour lui. Sans doute était-ce parce que, même si ces sentiments auraient été éphémères, ils auraient au moins été.

[Je sais, c'est malheureusement assez court, mais disons que j'ai été assez frustré de voir que la fenêtre, encore une fois, m'a annoncé une fatale erreur 404. M'enfin, l'essentiel est dit, même si j'ai très envie de jeter la live box par la fenêtre.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reflet-pareidolie.blogspot.com/
Aisleen Dryail

avatar

Féminin
Nombre de messages : 49

Citations : L'horreur qui fascine, transporte ... C'est cette horreur là qui importe.
Humeur : Au bord du suicide *Ah merde, je suis déjà morte ...*

Pièces d'Or : 140


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique (a priori)
• Race: Tasmant
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Arrivée à point nommé [PV Kirin]   Lun 23 Juin - 21:11

[Parfait alors ! Faudra qu'on les fasse se revoir durant la Samain XD Vu que Aisleen risque de prendre pas mal d'importante le jour au milieu de la semaine :p Oups, j'en dis trop ^^' ]

Réfuter des sentiments naissants, et donc plus forts que jamais, n’était pas chose aisée. Certes elle ne le connaissait pas. Tout était allé trop vite. Peut être qu’un jour viendrait où elle récupérerait une existence normale, et pas parasitaire, à vivre sur l’humanité des autres. Alors sans doute son affection envers Kirin serait restée intacte. Et si jamais il daignait la regarder encore … Ils reprendraient le cours normal des choses, les instants préliminaires à la naissance d’un lien amoureux, prendraient leur temps. Tout n’en serait que plus beau. Plus stable. En attendant … Eh bien ma foi, ils pourraient toujours apprendre à se connaître l’un l’autre, se découvrir et s’apprécier. Car Aisleen doutait qu’elle puisse apprendre quelque chose qui la déçoive. N’avait elle pas, à elle toute seule, son lot de déceptions en face de quelqu’un qui, même sans la juger, ne pourrait s’empêcher de frissonner à ses habitudes dépendantes du bonheur des autres.

Aisly voulait aimer. Mais cela lui était impossible. Elle se consolait donc en se disant que cela valait mieux, qu’une relation entre un mortel et une tasmante ne menait à rien, et que l’attente ne ferait que renforcer leur complicité. Mais le regarder en se retenant de passer sa main diaphane dans sa chevelure nacrée, survoler des yeux ses lèvres sans avoir le droit d’y goûter, ses bras sans pouvoir s’y blottir … Repenser à ses paroles sans s’autoriser à en rougir, à son regard qui la parcourait comme si elle était belle … Les souvenirs, une fois de plus, l’accablaient de remords. Mais pour son bien et le sien, elle se disciplinerait. Oublierait. Patienterait. Et pleurer de rage en accomplissant ce pour quoi elle était revenue à un semblant de vie. Faire souffrir et se faire trahir. Inexorablement.


" Je comprends ... Aisleen ... Mais vous êtes la première personne depuis six ans à qui je me sens capable de parler réellement ... De tisser des liens puissants ... Je comprends que notre amour, notre union, serait inenvisageable ... Mais pourrait on au moins être amis ? "

C’était à la fois étrange et touchant, comme demande. Son prénom entre ses lèvres sonnait comme une supplique à laquelle elle allait se faire un plaisir d’accepter. Aisleen baissa pudiquement les yeux sous la demande. Elle ne répondrait pas à la légère, comptant bien s’engager dans cette relation, la seule qui la reliait à présent au monde vivant. Depuis sa mort elle ne s’était jamais posé la question de tisser un lien quelconque avec quelqu’un. Cela lui ferait il du bien ou l’accablerait il de tourments supplémentaires ? L’amitié serait elle moins dure à supporter que l’amour ? Arriverait elle à lui offrir ceci et uniquement ceci ? Pourrait elle s’en contenter ?

« Kirin … Merci. »

Aisly s’avança d’un pas, réduisant la distance qui les séparait, et posa sa bouche sur la joue du jeune homme, y laissant un halo glacial malgré la température de son corps qui ne cessait d’augmenter. Bien. Cet homme serait donc son ami. C’était parfait. Pas besoin de se promettre l’éternité, dont elle-même disposait, ou fidélité, gage qu’elle ne pourrait tenir. De plus, chacun pourrait aller où bon lui semblait sans s’attarder, et les retrouvailles n’en seraient que plus belles, et dépourvues de larmes chagrines.

La jeune tasmante saisit la main de son « ami » et l’entraîna un peu plus bas, à la limite de la marée montante, et l’invita à s’asseoir à ses côtés. Elle regardait la mer, l’immensité calme qui l’abritait à tout moment. Aisleen avait envie de tout savoir sur lui. En une éternité, jamais elle n’avait eu d’ami. Elle savait que cela serait dur, et long avant qu’elle n’accorde son entière confiance à cet homme. Morgann avait laissé derrière elle trop de stigmates pour ne pas se méfier à l’approche d’une relation trop intime. C’était pour cela que jamais encore Aisly n’avait cherché la compagnie de quelqu’un. Elle se contentait de voler les cœurs et les âmes des hommes, de s’attirer le courroux des épouses et la peur des enfants. Ne pas s’attacher. Il semblerait qu’il soit trop tard …


« Six années, seul ? Pourquoi ? »

La jeune femme ne savait pas bien s’y prendre, manquant de tact et de finesse. Elle réagissait plus simplement que les humains, ayant de plus vécu à une autre époque. Elle était triste, elle pleurait. Elle voulait savoir, elle demandait. Et Aisly voulait connaître Kirin. Etrange, une morte voulant se repaître du récit de la vie d’un homme ? Pas tant que ça. Car les récits aussi lui apportait une dose d’humanité, au même titre que … Pourtant personne ne voulait jamais lui accorder ceci, certes moins efficace, mais agréable tout de même.

[Je comprends. Quel courage. Moi, je l'aurais fait.]

_________________
Tout commença avec ma mort. Et tout continue, inexorablement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirin Keydan

avatar

Masculin
Nombre de messages : 137

Citations : La plupart des gens simulent certains de leurs sentiments. Moi, je les simule tous.
Humeur : Juste une légère envie de lancer des cailloux au monde entier =3

Pièces d'Or : 130


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique
• Race: Fir-Bolg
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Arrivée à point nommé [PV Kirin]   Lun 23 Juin - 22:18

[Moi, j'veux bien. Et puis ça donnera peut-être un véritable rôle de héros à Kirin ^^ Mais j'aimerais bien aussi rencontrer Buggy le reste de la semaine. ~ Tu aurais jetée ta livebox par la fenêtre? J'aurais jamais pu le faire >< j'aurais jamais pu te répondre après ça -__-""]

Après cette demande, Kirin crut déceler comme une lueur dans les yeux d'Aisleen. Il pensa qu'elle était heureuse d'avoir enfin un ami... Aussi, lorsqu'elle lui répondit "merci", il la sentit encore plus heureuse. Cet unique merci précédé de son prénom, il le perçu comme la plus belle chose qu'on lui aie jamais dite. Être ami avec une personne ayant vécu apparemment depuis des années seule... un tasmante, surtout, effrayant la plupart des gens... c'était son premier acte de héros, de libérer quelqu'un de la solitude...

Puis elle s'approcha de lui. Elle approcha encore une fois dangereusement ses lèvres de son visage... Il pensa à reculer, mais il comprit qu'elle allait seulement l'embrasser sur la joue... Dommage, pensait-il, mais de toutes façons, il devait se résigner à ne l'avoir que comme amie. Elle lui prit ensuite la main. Elle voulait qu'ils s'assoient tous les deux près des vagues. Soit. Il la suivit, puis elle s'arrêta et regarda la mer. Sur le moment, il trouva cette image d'elle très belle. Le reflet de la lune sur les vagues se reflétaient dans ses yeux violine.


« Six années, seul ? Pourquoi ? »

Il s'apprêtait à répondre, mais immédiatement après, elle se mit à pleurer... Il ne comprenait pas pourquoi... pourtant, cette amitié était censée bien se dérouler, non? Tout aurait dû bien se passer, il pensait avoir tout arrangé... Peut-être était ce l'émotion... Le fait d'avoir un premier ami depuis aussi longtemps... Déjà, ces remerciements semblaient cacher une bien plus grande tendresse et un bien plus grand bonheur. Il ne trouva alors qu'une seule chose à faire... Il la prit dans ses bras, la consolant du mieux qu'il pouvait.

"C'est nouveau pour moi aussi... Mais ne t'inquiète pas, l'amitié est un lien agréable, je m'en souviens."

Il la laissa se calmer, et lorsque ce fut fait, il répondit à sa question:

"J'ai vingt et un ans, et j'ai quitté la ferme de mes parents à quinze ans. Ça peut paraître idiot, mais si je les ai laissés, c'est parce que je voulais pouvoir devenir ce que je veux être."

Il s'arrêta un moment, relâcha ses bras autour d'Aisleen et se mit droit devant la mer, gonflant exagérément son torse. Alors pointa ce torse de son pouce, faisant un grand geste, presque enfantin. Et puis il fit un grand sourire. Un sourire toujours aussi gamin, mais terriblement franc. Il roula alors ses yeux en direction de la tasmante.

"Je veux être un héros!"

Encore une fois dans sa vie, il avait pris son air idiot. Air habituel? En tout cas, il s'en fichait, c'était peut-être naïf comme désir, mais il voulait être comme ça... Il s'assit aux pieds d'Aisly, face aux vagues et continua son récit.

"Quand j'étais p'tit, des sales types m'ont kidnappé. Mes parents ont rien fait, mais un celte est v'nu. Il a, d'un seul geste, mis tous les bandits à terre! Et puis il m'a sauvé. Depuis je veux être comme lui, un héros! Et puis, ça m'a permis de quitter mes vieux. Ils ont rien fait, eux, et je suis leur fils pourtant..."

Un ange passa, et puis il conclut ses paroles encore une fois de façon maladroite.

"Remarque, grâce à ça, j'ai enfin pu rencontrer quelqu'un de bien!"

[Bon, il est tard, mais je trouve ça encore pas trop mal. J'ai la fâcheuse manie de faire beaucoup parler mes personnages plutôt que de faire de la narration.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reflet-pareidolie.blogspot.com/
Aisleen Dryail

avatar

Féminin
Nombre de messages : 49

Citations : L'horreur qui fascine, transporte ... C'est cette horreur là qui importe.
Humeur : Au bord du suicide *Ah merde, je suis déjà morte ...*

Pièces d'Or : 140


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique (a priori)
• Race: Tasmant
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Arrivée à point nommé [PV Kirin]   Ven 27 Juin - 14:34

[Voilà, ça c'est calmé et j'ai bien avancé mes réponses. Pardon pour le retard, qui sera présent jusqu'à mon oral Mercredi. Après j'augmenterais le rythme :p // Oui, on a vu ça en Partie Privée et tu pourra avoir un rôle XD je t'expliquerai peut être ça par MP XD à voir :p Par contre du coup pour la Samain, tu devra me supporter encore un peu // Moi je l'aurai jeté. Tant pis XD // Ah au fait, précedemment quand j'avais dit "Elle était triste, elle pleurait" j'aurais pu mettre "Elle avait faim, elle mangeait". C'était une image. Aisly ne pleurait pas vraiment. Mais j'ai fait comme si :p Mais du coup ça fait pleurnicharde ... -_-' ]

Les larmes coulaient sur les joues d’Aisly sans qu’elle ne puisse les arrêter. Elle n’avait pourtant pas voulu pleurer. Car elle n’avait strictement personne pour la comprendre, et révéler ses larmes serait inutile. Et pourtant, depuis un moment déjà, du plomb lui serrait le cœur sans qu’elle en comprenne la raison. Elle aurait du être heureuse d’avoir quelqu’un avec qui parler de badineries, d’avenir, de passé … Quelqu’un qui l’écoute et se confie à elle. Un ami. C’était la première fois. Et pourtant elle avait du mal à lui accorder sa confiance, à tendre sa main dans sa direction, à s’offrir et à partager. Les stigmates de ses souvenirs étaient trop importants pour qu’elle les oublie. Elle avait tenté de tout laisser derrière elle, mais rien n’était jamais facile. Elle pleurait à ça. Et aussi à ce qu’elle pouvait frôler du bout des doigts sans pour autant y accéder.

Cela faisait il partie de sa « punition » ? Elle qui avait enfin réussi à fuir l’amour … Aisleen ne savait pas exactement à quel moment elle avait basculé de nouveau, mais elle n’avait plus nulle part où s’enfuir. Nulle part. Ce sentiment la hanterait il pour l’éternité ? Celui de se sentir déçue, trahie, triste. A quoi bon connaître l’amour une deuxième fois ? Etait ce la punition qui lui était donnée ? Aisly espérait une réponse. Un signe, n’importe quoi, qui lui explique pourquoi on lui offrait de connaître cet homme qu’elle voulait chérir plus que tout sans en avoir le droit. Elle se sentait tout à coup bien bête. La jeune femme se retrouvait à nouveau blessée, à supporter son châtiment. Tout avait commencé avec sa mort, et tout continuait, inexorablement. A travers ses larmes, en sentant des bras chaleureux l’entourer, elle se demanda si, après tout, ceci n’était pas une chance. Une chance de recommencer, de prendre son temps, de découvrir l’amitié avant l’amour. Sans doute. Peut être. Qui sait ?


"C'est nouveau pour moi aussi... Mais ne t'inquiète pas, l'amitié est un lien agréable, je m'en souviens."

Mensonge. Mensonge éhonté. L’amitié dont elle se souvenait n’était que trahison et violence, que larmes et cris. Comment pouvait elle de nouveau tendre la main, inlassablement ? Répétait elle dans la Mort chaque impulsion qui l’avait fait souffrir dans la Vie ? Pouvait elle s’y soustraire, et Aisleen n’avait elle qu’un seul et unique choix, s’y résoudre et accepter de répéter ses erreurs, encore et encore ? Mais elle ne pouvait pas lui dire. Aisly ne pouvait formuler les troubles de son cœur, au risque de s’exposer trop violemment. Et si même lui cherchait à savoir les raisons de ses actes, elle le quitterait. Aisleen ne se sentait pas même capable de reporter ce qu’il s’était passé ce soir là, alors expliquer son comportement était au dessus de ses forces. Finalement, ses larmes se tarirent et son esprit se ferma pour ne profiter que de l’étreinte de son ami et de ses paroles rassurantes.

"J'ai vingt et un ans, et j'ai quitté la ferme de mes parents à quinze ans. Ça peut paraître idiot, mais si je les ai laissés, c'est parce que je voulais pouvoir devenir ce que je veux être."

Kirin s’arrêta et quitta la douce étreinte qu’il lui avait offerte, ne laissant que le réconfort que celle-ci avait apporté. Puis il prit une pose exagérée et déclama dans un immense sourire, de ceux qu’Aisleen n’avait jamais affiché de ses deux existences. Un sourire lumineux, rempli de confiance et de candeur.

"Je veux être un héros!"

Aisly eut rigolé si elle avait entendue ces paroles dans la bouche d’un autre. Mais le visage de son compagnon s’illuminait tellement à ces mots qu’ils en perdirent l’aspect comique qu’ils laissaient apercevoir en premier lieu. Il était là, à la regarder tranquillement et à raconter son histoire, sa voix ne faiblissant pas une fois, son regard ne se dérobant jamais à celui violine d’Aisleen, qui l’écoutait en silence, une main posée sur la sienne comme pour l’encourager à continuer à chaque pause qu’il faisait.

"Quand j'étais p'tit, des sales types m'ont kidnappé. Mes parents ont rien fait, mais un celte est v'nu. Il a, d'un seul geste, mis tous les bandits à terre! Et puis il m'a sauvé. Depuis je veux être comme lui, un héros! Et puis, ça m'a permis de quitter mes vieux. Ils ont rien fait, eux, et je suis leur fils pourtant..." Il ajouta après un silence un peu plus long que les autres, de manière maladroitement adorable "Remarque, grâce à ça, j'ai enfin pu rencontrer quelqu'un de bien!"

Aisleen sourit aux derniers mots prononcés. Un sourire triste, cependant, sous le récit de la vie de son ami. Qu’il parle ainsi de sa famille lui faisait mal, elle qui avait du la quitter pour ne pas les obliger à regarder leur fille adoptive se nourrir de l’humanité des autres. Un jour ou l’autre, elle aurait pu s’en prendre à eux. Ou aux gens du village. Ils auraient du la cacher, jusqu’à leur mort, qui aurait détruit Aisly, elle qui ne vieillissait plus aux yeux de personne. Jamais la jeune femme n’aurait put se résoudre à les accabler de sa présence maléfique. Elle avait voulu qu’ils conservent dans les yeux l’image de leur précieux trésor blond à l’âme pure. Et pas celle d’un monstre, volant les âmes et l’apparence de quelqu’un d’autre pour subsister sur Erin. D’une tasmante n’ayant pas le courage de se rendre à la Mort une fois de plus, douloureusement consciente de la noirceur de son acte, qui l’avait à jamais incitée à fuir l’Ankou et son message. D’une fille qui n’avait même pas la volonté de rejoindre ses parents. Car elle y trouverait également Morgann et …

Non. Elle ne voulait pas penser à lui. Pas maintenant. Pas encore. Aisly afficha un sourire forcé et prit la parole d’une voix qu’elle voulait neutre et posée :


« Tu ne devrais pas leur tourner le dos. Reprendre contact. » Après un moment de silence, elle leva les yeux vers l’immensité du ciel et murmura faiblement « Je sais que tu y arrivera. Un jour. Bientôt. » Enfin, elle ancra ses prunelles singulières dans les iris noir de jais de Kirin et lui offrit une petite moue confuse avant de rétorquer « Et moi me faire un ami. »

[Oui c'est bieeeen XD Moi c'est le contraire. Je les fais pratiquement jamais parler ... Par contre je détaille en long, en large et en travers leurs sentiments ... Et c'est très éprouvant pour mes partenaires de RPs. Alors merci !]

_________________
Tout commença avec ma mort. Et tout continue, inexorablement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirin Keydan

avatar

Masculin
Nombre de messages : 137

Citations : La plupart des gens simulent certains de leurs sentiments. Moi, je les simule tous.
Humeur : Juste une légère envie de lancer des cailloux au monde entier =3

Pièces d'Or : 130


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique
• Race: Fir-Bolg
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Arrivée à point nommé [PV Kirin]   Ven 27 Juin - 15:58

[Terrible! >< Tout le monde me reconnaîtra dans les rues de Tara après ça XD // Mais ça me dérange pas de rester un peu plus longtemps avec Aisly, Kirin l'aime beaucoup *.* // Mouarf, désolé pour l'inconvénient, j'essaierais de faire plus attention la prochaine fois.]

Lorsque Aisleen conseilla Kirin de reprendre contact avec ses parents, son cœur se serra. Il repensa au jour où il avait été kidnappé. Aujourd'hui, il aurait pu les combattre, mais à l'époque, c'était sa vie qu'il risquait. Sa vie, il la devait à son sauveur, pas à ses parents qui l'avaient abandonné à son sort. Heureusement, la Tasmante avait su se rattraper en disant que Kirin allait certainement réussir à devenir un héros. Bien sûr, le Fir-Bolg n'était pas sûr que ce qu'elle dise soit sincère, mais au moins, c'était dit. Et cette phrase avait encore envoyé l'esprit du futur héros au delà de la nuit qui les recouvrait de son voile d'encre. Il imaginait encore une fois sa statue, accompagnant celle de l'autre héros aux portes de Tara. Il aurait eue son épée dans la main droite et la main gauche levée vers le ciel, comme lorsqu'il invoquait la foudre pour qu'elle s'abatte sur ses adversaires. Et son regard satisfait inspirerait à la fois le sentiment d'être protégé et sa satisfaction de voir toute une foule en sécurité, sous ses pas.

Il redescendit progressivement sur terre et entendit à nouveau les paroles de la Tasmante.
"Et moi me faire un ami." A ce moment là, Kirin sentit son esprit se remplir de joie. En entendant cela, il comprit qu'elle acceptait cette nouvelle amitié avec lui. Même si cela confirmait, tristement, que c'était un exploit, donc qu'elle n'avait pas eu droit à ce genre de relation depuis bien trop longtemps, le héros se félicita d'avoir pu lui offrir ça.

"Ne t'inquiète pas. Un Fir-Bolg ne trahit jamais une amitié. Surtout s'il est un héros!"

Kirin enfonça un peu plus ses pieds dans l'eau et s'allongea sur les pierres, soutenant sa tête sur ses bras. Il pouvait voir les étoiles, et il rêvassa encore une fois. Encore une fois, un ange passa, puis il se rappela les paroles de la Tasmante. "Tu ne devrais pas leur tourner le dos. Reprendre contact." Il se sentait obligé de lui dire pourquoi il ne pouvait plus supporter l'idée de revoir ses parents. Ceux qui l'avaient abandonné à ce qui aurait dû être son triste sort. Ceux qui ont été plus désolés pour les fourrures que pour leur fils...
Alors, tout en regardant les étoiles, il lui donna cette explication.


"Tu sais, pour mes vieux, si je veux pas les revoir, c'est parce que de toutes façons, ils ne seraient pas spécialement heureux de me voir. Ils se sont bien occupés de moi, mais j'ai pas été un enfant désiré, et pis je comprends toujours pas pourquoi ils n'ont rien fait pour moi quand j'ai été kidnappé..."

Il poussa un profond soupir, et laissa couler une unique larme sur sa joue droite. Il l'essuya maladroitement, en espérant que sa nouvelle amie n'aie rien vu puis conclut sa phrase.

"...De toutes façons, ils me manquent pas, et je crois que c'est réciproque."

C'est un gros mensonge. Il ne savait pas s'il leur manquait, mais eux, ils lui manquaient. Pas les parents qu'il a quitté, mais les parents qui l'ont quitté lorsqu'il a été enlevé. Après cet enlèvement, ils n'ont plus jamais été les même, selon lui. Il aurait voulu qu'ils soient comme avant, mais c'était impossible. Et pour Kirin Keydan, c'était tout simplement parce que Elethi et Drãun Keydan se rendaient compte que leur fils ne leur était pas indispensable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reflet-pareidolie.blogspot.com/
Aisleen Dryail

avatar

Féminin
Nombre de messages : 49

Citations : L'horreur qui fascine, transporte ... C'est cette horreur là qui importe.
Humeur : Au bord du suicide *Ah merde, je suis déjà morte ...*

Pièces d'Or : 140


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique (a priori)
• Race: Tasmant
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Arrivée à point nommé [PV Kirin]   Dim 6 Juil - 16:12

[XD Eh ouais, va falloir te faire à la popularité XD Mais faudra la mériter ! Donc au boulot après ça XD // Tant mieux. Aisly aussi aime bien Kirin. (pour une fois qu'elle apprécie la compagnie d'un homme sans arrières pensées ...) // Pas de problèmes, je le signalais juste mais je m'en suis accomodée ! ]

"Ne t'inquiète pas. Un Fir-Bolg ne trahit jamais une amitié. Surtout s'il est un héros !"

Son ami et futur héros d’Erin s’allongea lascivement sur les galets de la plage et le silence s’installa du nouveau. Silence durant lequel Aisleen fit mine de réfléchir. Elle-même n’avait jamais eu de véritable but, de véritable relation. En fait, son existence avait été insipide en tout point, trop vite gâchée et trop tôt reniée. Mais Kirin lui donnait l’occasion de reprendre là où tout s’était arrêté, de recommencer quelque chose et d’effacer ses erreurs. Elle espérait de tout cœur que le jeune homme disait vrai. Car elle ne supporterait pas de perdre son premier ami. Et le seul. Elle se voyait mal ouvrir son cœur à plusieurs personnes, et pourtant Kirin semblait être une connaissance idéale. Mais il était sans doute trop tôt pour que les mots jaillissent d’eux même. Quelque chose l’empêchait de mettre en mots ce qu’elle taisait depuis si longtemps.

"Tu sais, pour mes vieux, si je veux pas les revoir, c'est parce que de toute façon, ils ne seraient pas spécialement heureux de me voir. Ils se sont bien occupés de moi, mais j'ai pas été un enfant désiré, et pis je comprends toujours pas pourquoi ils n'ont rien fait pour moi quand j'ai été kidnappé..."

Il avait dit ça d’un ton léger, sans paraître touché. Mais comment faisait il ? Renier ainsi sa famille, prétendre qu’il avait laissé indifférent ceux qui lui avaient donné vie … Elle qui était très sensible sur les sujets qui l’avaient déjà blessés de son vivant, ne pouvait concevoir une telle chose. Tout ce qui relevait de son existence passée la troublait, déchirant son cœur à chaque pensée. Et l’image de ses parents qui flottait devant ses yeux la laissait muette d’incompréhension. Mais il semblait ouvert, et ça elle l’admirait. Etait-ce cela, l’amitié ? Se confier sans réserves, sans limites ? Pourrait elle un jour imiter ce comportement étrange ou bien en était elle tout bonnement incapable ? Dans ce cas, jamais elle ne pourrait prétendre au titre d’amie …

"... De toute façon, ils me manquent pas, et je crois que c'est réciproque."

Aisly eut le souffle coupé quand une larme coula tranquillement sur la joue de Kirin, qui la chassa d’un geste. Que faire ? Que ferait une humaine, une amie, dans un cas pareil ? Elle ne savait pas. Pas du tout. Alors elle allait simplement faire à sa manière, se laissant bercer par son instinct et tentant de réprimer l’angoisse de ne pas assurer qui montait en elle, lui laissant un goût âcre dans la bouche et une boule dans l’estomac. Aisly passa son doigt glacé à l'endroit où la larme avait roulée, effaçant par son contact toutre trace de cette dernière. La tasmante le regarda droit dans les yeux, de toute l’intensité de ses prunelles violines, et prit la parole d’une voix qu’elle voulait neutre et maîtrisée.

« Tu mens. » Aisleen marqua une pause avant de reprendre, un peu plus hardiment : « Tous les parents aiment leurs enfants, à leur manière. Sois sûr que tu leur manques et qu’ils sont probablement déchirés de ton départ soudain. Et ta tristesse est la preuve que tu aurais aimé que tout cela se passe autrement. »

Soudain, Aisly se perdit dans l’observation des iris de son interlocuteur, sans toutefois les voir vraiment. Elle repensait à son passé. Et, quand elle reprit la parole, ses mots étaient plus destinés à elle-même qu’à on compagnon. Dans un autre monde, un univers de souvenirs, elle laissa ses lèvres filtrer ses paroles non réfléchies :

« J’ai été abandonnée à la naissance. Crois tu que cela m’ait empêché d’aimer ma véritable mère ? Non. Je l’aime, car avec le recul je me rends compte qu’elle devait avoir des raisons que je ne comprends pas. Et puis ça m'a permis de rencontrer mes parents adoptifs. Tes parents auraient certainement voulus faire quelque chose. Mais que faire lorsque l’on est de modestes gens face à des brigands réclamant une rançon ou encore armés jusqu’aux dents ? Seul un aventurier entraîné aurait pu te sauver, c’est ce qu’il a accompli. Que pouvaient t’ils faire sinon prier pour que tu leur revienne ? »

Elle marqua une pause et reprit d’une voix moins assurée : « Pour les mêmes raisons, je pourrais accabler mes parents de n’avoir rien fait pour m’empêcher de mettre fin à mes jours, ou encore de partir loin d’eux. Pourtant je ne l’ai pas fait. Car cela devait se passer ainsi pour que je trouve mon destin. Toi aussi, sans quoi tu n’aurais pas pu prétendre au titre de héros. Mais ne leur en veux pas. Ça ne vaut pas la peine, est c’est aussi inutile que de frapper l’eau avec une épée. »

Aisleen se tut, le souffle court, le regard brillant de conviction et les mains tremblantes. Elle avait mentionné sa mort. C’était la première fois. La tête lui tourna et sa vision se brouilla pendant un instant où elle s’affaiblit considérablement. ° Oh non pas déjà ! ° Et pourtant, elle faiblissait de secondes en secondes. La jeune femme tenta de se reprendre, mais déjà sa peau paraissait moins réelle, ses cheveux et ses cheveux s’assombrirent alors que son épiderme s’éclaircissait à vue d’œil, contrastant de manière étonnante avec le reste de son anatomie. Penser à cette soirée là n’était pas très intelligent. Cela pompait ses forces et son humanité fuyait par tous les pores de sa peau. Elle semblait plus monstrueuse ainsi, irréelle et effrayante. Une aberration de la Nature.

[Et encore désolée pour le retard. Je suis un peu surbookée pendant le mois de juillet.]

_________________
Tout commença avec ma mort. Et tout continue, inexorablement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirin Keydan

avatar

Masculin
Nombre de messages : 137

Citations : La plupart des gens simulent certains de leurs sentiments. Moi, je les simule tous.
Humeur : Juste une légère envie de lancer des cailloux au monde entier =3

Pièces d'Or : 130


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique
• Race: Fir-Bolg
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Arrivée à point nommé [PV Kirin]   Lun 7 Juil - 15:17

[C'est rien pour le retard, j'ai largement le temps ^^]

Après ses dernières paroles, Kirin sentit le doigt à la fois doux et glacé d'Aisleen suivre la trajectoire de sa larme. Cette caresse sur sa joue qui avait suivi ses souvenirs de son ancienne vie lui avait rappelé un instant sa mère. Mais ce qu'avait répondu Aisleen était bien loin d'un conte pour enfant ou une chanson avant de dormir. Ce qui avait le plus déstabilisé le Fir-Bolg, c'était lorsqu'elle avait dit que sa tristesse était la preuve qu'il aurait aimé que tout soit autrement. A ce moment là, il aurait bien aimé répondre qu'il ne pleurait pas. Un héros ne pleure jamais, et cette larme n'était là que parce qu'il avait trop longtemps ouvert les yeux pour contempler la lune, la plage et la couleur violine des prunelles d'Aisly. Mais à la place, il se laissa bercer par les yeux et les paroles de la Tasmante.

« J’ai été abandonnée à la naissance. Crois tu que cela m’ait empêché d’aimer ma véritable mère ? Non. Je l’aime, car avec le recul je me rends compte qu’elle devait avoir des raisons que je ne comprends pas. Et puis ça m'a permis de rencontrer mes parents adoptifs.»

Elle avait essayé de le raisonner après ces mots, de lui faire comprendre que ses parents ne pouvaient rien faire contre ces bandits. Qu'il ne fallait pas leur en vouloir, et un tas d'autres choses qui avaient pour but de renouer un lien entre lui et son ancienne famille. Mais il ne le voyait pas ainsi. Il ne trouvait qu'à dire "quand on veut, on peut", mais cela lui suffisait. Il n'avait pas besoin de justifier sa déception envers ses parents. Ils n'avaient pas l'argent, certes, mais ils auraient pu se cotiser avec d'autres personnes pour ce soucis, ou alors ils auraient fait appel à d'autres personnes pour attaquer les bandits, il avait plein d'autres idées comme ça. Mais il n'allait pas couper Aisleen pour les énoncer. Il se laissait toujours porter par les paroles moralisatrices de sa nouvelle amie.

Mais alors, elle fit une courte pause pour continuer à essayer de raisonner Kirin. Elle avait pris un ton moins assuré, mais sa voix était toujours aussi belle, cependant, le futur héros devint plus attentif. Car c'était elle qu'elle prenait encore une fois pour exemple.


« Pour les mêmes raisons, je pourrais accabler mes parents de n’avoir rien fait pour m’empêcher de mettre fin à mes jours, ou encore de partir loin d’eux. Pourtant je ne l’ai pas fait. Car cela devait se passer ainsi pour que je trouve mon destin. Toi aussi, sans quoi tu n’aurais pas pu prétendre au titre de héros. Mais ne leur en veux pas. Ça ne vaut pas la peine, est c’est aussi inutile que de frapper l’eau avec une épée. »

A ces mots, Kirin aurait voulu répondre. Mais il ne le pouvait pas. Elle avait raison d'un côté, mais on se ne débarrasse pas de nos convictions et de nos sentiments ainsi. Il ne pouvait justifier cette déception envers ses parents. Mais ce n'était pas seulement ça. Elle avait parlé d'elle même. Elle avait énormément parlé d'elle. Ce n'était que quelques détails de son ancienne vie. Comment elle est née, comment elle a vécu et comment elle est morte. Mais c'était quelque chose qu'elle voulait garder pour elle. Kirin le voyait à son tremblement et à son court malaise qui avait suivi sa tirade. Il aurait voulu l'aider, mais il ne pouvait rien faire. Kirin avait parlé de sa vie, et cela avait apparemment l'air de briser le cœur de son amie en lui rappelant un passé apparemment tragique. Il n'allait plus jamais se le permettre. Elle perdait l'air humain qu'elle avait acquit en embrassant et en enlaçant Kirin. Il pensa que les mauvais souvenirs étaient bien nocifs, même pour les morts. Mais il ne pouvait l'abandonner ainsi. Elle était sa première amie depuis qu'il avait quitté la ferme, et il était lui aussi son premier ami. Alors, il l'enlaça. Il ne pouvait faire que ça. Il n'était pas sûr de pouvoir la toucher, alors simplement, il passa ses mains autour de la taille d'Aisleen, juste assez près de la peau pour sentir l'étrange fraîcheur de son souffle et de son épiderme. Et il posa son front sur celui de la Tasmante.

"Je suis désolé de t'avoir remémoré ces souvenirs."

Elle venait de perdre immédiatement son "humanité" simplement pour faire comprendre à Kirin qu'il ne devait pas renier ses parents. Elle venait de faire un effort considérable pour l'empêcher d'oublier ceux qui lui avaient donné vie. Et ça, Kirin le comprenait. Il était plus que désolé, il s'en voulait énormément de lui avoir fait ça. Il espérait que cette première conversation ne reprenne plus jamais lieu et que cette amitié durerait tout de même. Mais ça, il était certain qu'elle durerait. Car Aisleen parlait certainement pour la première fois de sa mort, et Kirin parlait de la première fois de ses parents. Ils pourraient certainement se confier à jamais lorsqu'il le faudrait. Simplement, il avait peur de jouer avec le moral et la santé de cette si jolie femme. Il avait peur de ne plus jamais voir ces yeux couleur violine, qui reflétaient la lueur de la lune sur les vagues de cette plage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reflet-pareidolie.blogspot.com/
Aisleen Dryail

avatar

Féminin
Nombre de messages : 49

Citations : L'horreur qui fascine, transporte ... C'est cette horreur là qui importe.
Humeur : Au bord du suicide *Ah merde, je suis déjà morte ...*

Pièces d'Or : 140


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique (a priori)
• Race: Tasmant
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Arrivée à point nommé [PV Kirin]   Ven 11 Juil - 8:19

[ Merci XD. Bon, pour la Samain on se verra le jour de l'événement central, d'accord ? Surveille mes RPs, je te ferai signe dans un d'eux pour t'appeler à participer. Mais comme je ferais une seule réponse (je pense), je te ferais jouer dans mon écritude. CAD que je viens te chercher, qu'Aisly fait ce qu'elle a à faire avec toi à côté, et après tu reprends la narration pour décrire ce que tu as pensé. ça te va ? ]

Au beau milieu de sa détresse de voir la vie couler entre ses doigts sans qu’elle puisse rien faire pour la retenir, sentant son corps faiblir et devenir moins réceptif aux sollicitations extérieures, elle perçut une vague de chaleur sur sa taille. Aisleen baissa les yeux et vit les deux mains de Kirin frôlant son épiderme translucide. Puis elle releva le regard, et s’aperçut avec surprise qu’elle était à présent bien plus près du jeune homme qu’elle ne le pensait. Son front s’aventura sur le sien et un murmure échappa de ses lèvres, un air contrit sur le visage et les yeux noirs flamboyant de remords.

"Je suis désolé de t'avoir remémoré ces souvenirs."

Non. Il ne devait pas être désolée. C’était elle, incapable d’être une amie digne de ce grade, qui gâchait tout en l’inquiétant outre mesure, lui causant du souci. Et c’était bien la dernière chose qu’elle voulait, car pour une fois elle ne s’intéressait pas uniquement à sa petite personne. Elle ne voulait pas. Qu’il se sente coupable était comme une écharde dans son esprit, qui la faisait culpabiliser et la poussait à vouloir réparer cela. Mais comment faire ? Le seul moyen de ne plus le torturer était de retrouver sa consistance et son sourire. Mais pour cela, il fallait … Non. Elle ne pouvait décemment pas lui demander cela. Car elle avait envie de raconter, se confier à lui comme il l’avait fait pour elle, ouvrir son cœur à quelqu’un pour lui montrer ses blessures et partager un peu de réconfort. Si lui pouvait le faire, lui accordant sa confiance la plus totale, elle se devait d’essayer. Même si elle devait perdre son humanité. Mais pour résoudre ce problème qui, elle le voyait bien, perturbait Kirin qui n’aimait pas la voir ainsi, fragile dans son apparence diaphane et sans consistance, il fallait … Qu’il accepte une requête injuste et monstrueuse. Il refuserait, sûrement. Le jeu n’en valait pas la chandelle. Et elle le comprendrait … Mais son devoir n’était il pas d’essayer ? Même si l’échec était évident ?

Quelques minutes auparavant, Aisleen était persuadée de ne jamais rien lui confier à ce sujet. Son cœur était tellement terrifié d’être mis à nu qu’elle ne pensait pas pourvoir l’ouvrir. Elle ne voulait en parler à personne, jamais. Ne pas évoquer la fille pitoyable qu’elle avait été de son vivant, et l’acte qui scellait son horreur dans la mort. Aisly ne pensait pas être capable de le dévoiler à quelqu’un, même de manière superficielle. Et, même si Kirin avait cherché à connaître ses blessures … Alors elle n’aurait pas voulu de lui. Mais il n’avait rien demandé, le jeune homme avait juste été là pour elle, comme un ami, comme un soutien sur qui elle pouvait s’appuyer. Et cela rendait Aisleen malade, car elle n’arrivait pas à lui procurer cette même satisfaction de se voir confier une vie. Finalement, elle ouvrit la bouche et tenta maladroitement de le rassurer.


« Non, ne t’excuses pas. C’est moi qui suis désolée. »

Désolée, elle l’était. D’avoir pensé à lui vouloir du mal, par égoïsme pour pouvoir se soulager de la peine qui régnait dans son être tout entier. « Je ne suis pas une très bonne amie, n’est ce pas ? Je suis prête à sacrifier tes sentiments au profit de ma satisfaction. »

Eh oui, elle était effectivement prête à piétiner ses ressentis pour pouvoir lui parler, et après lui voler quelque chose qu’elle s’était promis de ne pas toucher. Elle ne se trahirait plus elle-même. Aisly avait toujours douté, quoi qu’il advienne, c’était le propre de sa race. La jeune tasmante avait tant hurlé qu’aujourd’hui la voix lui manquait. Les regrets sont éternels, et une ombre planera toujours sur elle. L’ombre de ne pas savoir faire, de ne pas accepter de se sacrifier pour une amitié naissante … Mais si la Lune se levait … Si la douce lumière de cet astre était là pour illuminer ses propres ténèbres … Alors Aisleen pourrait redresser la tête, et cette douce lueur ferait naître en elle des mots d’ambre. Elle saurait comment faire, quoi dire, elle aurait le courage de ne plus blesser ceux qu’elle aimait. Même si pour avancer elle en avait besoin.

L’amitié, l’amour, elle n’y croyait plus depuis longtemps. C’est pourquoi elle n’avait hésité trop longtemps, privilégiant son bien être sur celui des autres et la recherche de la résolution de sa quête. Une nouvelle existence, plus humaine, sans pitié pour les vies qu’elle écrasait. Et pourtant Kirin était là, l’enlaçant de son étreinte rassurante et tiède, protectrice. Et, même si elle avait besoin de le piétiner pour avancer, de bafouer le respect qu’elle éprouvait pour lui … Elle ne pouvait s’y résoudre. La jeune femme était dans un état de transe, son esprit lui dictant de renoncer à cette horrible demande, tandis que son corps se penchait légèrement vers l’avant, son visage frôlant dangereusement celui de Kirin. Mais elle se reprit à la dernière minute, et Aisly s’arracha de l’étreinte de son ami en fermant les yeux aussi forts que possible pour tout simplement trouver la force de le repousser pour se dégager. Cet acte la laissa pantelante et contrite, et elle bafouilla quelques paroles vaseuses :


« Pardon, j’ai dérapé. C’est dans les instants où je suis le plus faible que je suis la plus dangereuse, malgré ce qu’on pourrait croire … »

_________________
Tout commença avec ma mort. Et tout continue, inexorablement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirin Keydan

avatar

Masculin
Nombre de messages : 137

Citations : La plupart des gens simulent certains de leurs sentiments. Moi, je les simule tous.
Humeur : Juste une légère envie de lancer des cailloux au monde entier =3

Pièces d'Or : 130


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique
• Race: Fir-Bolg
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Arrivée à point nommé [PV Kirin]   Ven 11 Juil - 13:45

[Ça me va! Mais j'aimerais juste que tu m'envoies un MP pour me prévenir, ce serait plus simple et je réagirais plus vite ^^]

« Non, ne t’excuses pas. C’est moi qui suis désolée. »

A ces mots, Kirin ne comprit pas de suite ce qu'elle voulait dire. Elle n'avait rien fait. C'était bien lui qui lui avait arrachée son humanité en exposant ses problèmes. Mais la réplique suivante de la Tasmante lui parut encore bien plus énigmatique...

« Je ne suis pas une très bonne amie, n’est ce pas ? Je suis prête à sacrifier tes sentiments au profit de ma satisfaction. »

Kirin réfléchit un long moment alors qu'il avait toujours son front posé sur celui de son amie. Faisait-elle référence au baiser qu'elle lui avait offert? Ce baiser qui avait fait naître des sentiments qu'il n'avait encore jamais connu et qui, pourtant, n'étaient apparemment pas désirés par Aisly? Elle en était désolé, apparemment, mais Kirin, dans son for intérieur, espérait que leur relation évoluerait pour laisser place à l'amour qui fut malheureusement éphémère à leur rencontre. Et alors qu'il réfléchissait à ces sentiments qu'il sentait renaître en lui, il remarquait le visage d'Aisleen se rapprochant un peu plus du sien. Un autre baiser. Mais qu'il soit significatif de l'amour de la Tasmante ou alors simplement pour redonner son humanité, il s'en fichait. Ce baiser, il le désirait, et même s'il fallait attendre des années pour que son amour naissant devienne encore plus fort et, finalement réciproque... il voulait qu'un troisième de ces moments éphémères dont la douceur et la chaleur avait marqué à jamais sa mémoire aie lieu. Alors il ferma les yeux et attendit que ses lèvres soient posées sur les siennes. Mais il ne reçut aucun contact. En ouvrant les yeux, il la vit se dégager de son étreinte.

« Pardon, j’ai dérapé. C’est dans les instants où je suis le plus faible que je suis la plus dangereuse, malgré ce qu’on pourrait croire … »

Alors, encore une fois, ses sentiments allaient mourir pour qu'il se contente seulement d'une amitié. Il ne lui en voulait pas. C'était simplement lui, qui espérait sans doutes trop. S'il devait se contenter d'une amitié, ça irait, du moment qu'il soit toujours avec elle. Il pouvait encore attendre, mais un jour, il le savait, si elle ne se décidait pas, alors il tomberait certainement amoureux d'une autre personne. Et ça, cette pensée lui fit mal au cœur. Mais dans tous les cas, jamais il n'abandonnerait ses liens avec Aisly. S'il devait rester ami avec elle, il le resterait. Mais jamais il ne lui imposerait des sentiments amoureux qui l'ont fait s'effondrer, il y eut quelques dizaines de minutes.

Quant à cette dangerosité qu'avait cité Aisleen, il ne lui en voulait pas non plus. Car avoir besoin d'un peu d'humanité était normal pour n'importe qui, et bien plus encore pour une Tasmante. Si elle en avait besoin et que pour cela, elle devait l'embrasser, lui volant son énergie, il lui pardonnerait. Et ce, même si cela allait encore lui laisser espérer que la naissance de ses sentiments amoureux soient réciproques pour ensuite mourir.


"Je ne t'en veux pas, Aisleen. Si tu as besoin de cette humanité, ça ne me dérange pas."

Il voulait la revoir. Dans quelques heures, le soleil se lèverait, et il devrait reprendre son voyage vers Tara. Il comptait assister à la Samain. Peut-être qu'il pourrait alors, s'il se passe quelque chose au milieu de cette foule, qu'il pourrait devenir un héros en les aidant tous. Bien sûr, il se doutait que ce serait une journée juste un peu plus mouvementée que les autres, qu'il ne ferait en rien quelque chose d'héroïque, mais il espérait depuis qu'il était parti de chez lui. Et s'il devenait un héros, Etheli et Drãun Keydan seraient alors enfin fiers de lui, sans doutes.
S'il pouvait voir Aisleen cette semaine ci, il serait heureux. S'ils ne faisaient pas ce voyage ensembles, il pourrait aussi l'oublier un peu, et peut-être que ses sentiments régresseraient... Peut-être que s'ils cessaient de créer ces moments où ils pouvaient s'embrasser, il ne penserait plus à tous ça. Il irait sans doute mieux, et elle aussi.


Dans quelques jours, il y a la Samain à Tara, tu sais...? Je vais jusque là bas... Tu viendrais, toi aussi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reflet-pareidolie.blogspot.com/
Aisleen Dryail

avatar

Féminin
Nombre de messages : 49

Citations : L'horreur qui fascine, transporte ... C'est cette horreur là qui importe.
Humeur : Au bord du suicide *Ah merde, je suis déjà morte ...*

Pièces d'Or : 140


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique (a priori)
• Race: Tasmant
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Arrivée à point nommé [PV Kirin]   Sam 12 Juil - 21:49

« Je ne t'en veux pas, Aisleen. Si tu as besoin de cette humanité, ça ne me dérange pas. Dans quelques jours, il y a la Samain à Tara, tu sais ... ? Je vais jusque là bas ... Tu viendrais, toi aussi ? »

Aisleen réfléchit aux paroles de Kirin. La Samain. Tara. Pourquoi pas, après tout, si elle pouvait rester un peu encore avec lui ? Car elle n’avait rien à faire là bas. La foule, le bruit, les tentations … Tout cela était inutile pour elle, car personne n’avait jamais désiré passer un moment agréable en sa compagnie. Elle en avait vu des célébrations. Des feux de camps, des vieillards qui baragouinaient autour des flammes il y a longtemps, très longtemps, aux origines d’Erin. Oui, elle en avait vu. Et cela effaçait la magie que l’on ressent à chaque fois dans les tendres années de la jeunesse. Mais pour Kirin, elle pourrait bien supporter les regards apeurés et réprobateurs, les insultes murmurées, les gestes haineux … Tout cela n’était rien. Ne serait rien. Ne l’affecterait pas.

Pourtant, il fallait que cela change. Elle ne pouvait se résoudre à passer une ou deux éternités supplémentaires entre la Vie et la Mort. Cette dernière lui faisant trop peur, il ne lui restait plus qu’à accéder à la première. Mais comment faire, à moins d’un miracle, elle … Oui, un miracle ! Un Dieu ! Certes Aisly avait vaguement entendu parler de cette prophétie, et les murmures racontant que Fall serait de nouveau parmi nous avaient atteints ses oreilles. Pour obtenir ce qu’elle voulait, sans doute pouvait elle se servir d’une faveur divine … Oui, mais comment rendre service à un Dieu déjà libre ? Non, le tribut à payer pour pousser Fall à lui accorder cela serait trop dur à payer, surtout qu’on le disait moins enclin à la générosité que ses confrères … Alors il fallait aider Mor, Avel ou Tan, ou mieux encore, l’Entité qui les constituait, Douar. Comment faire, elle ne savait pas. Mais elle avait encore beaucoup de temps pour réfléchir … Et alors … Alors elle pourrait enlacer Kirin sans avoir peur de le conduire à sa perte. La tasmante posa un regard apaisé sur le jeune homme qui lui faisait face. Oui, un jour elle arrêterait de le décevoir. Mais que pouvait il donc bien penser d’elle ? Soit qu’elle était un monstre, soit qu’elle se jouait de ses sentiments en se contentant d’une amitié. Aisleen aurait voulu lui dire que tout était possible, qu’il ne fallait pas perdre espoir. Mais, d’un autre côté, elle ne voulait pas l’encourager en lui promettant du vent. Car pour l’instant elle ne supporterait pas de se jouer de lui. Du moins s’en persuadait elle.

Aisly sourit à son compagnon et hocha lentement la tête. Oui, elle l’accompagnerait à Tara. Et en attendant que l’occasion de réaliser son nouveau but se présente, eh bien pourquoi ne pas aider Kirin, dans la mesure de ses moyens, à toucher du doigt le sien ? Devenir un héros n’était pas chose aisée, mais après tout elle pouvait bien se rendre utile, peut être, un jour … S’il le désirait. Aussi s’éclaircit t’elle la gorge et afficha un sourire le plus franc possible :


« Avec plaisir. Mais je ne sais pas si je vais supporter le voyage dans mon état … » Elle fit une pause et esquissa une moue contrariée. « Pourtant la Samain commence demain, n’est ce pas ? Je ne veux pas te ralentir … Il me faut juste le temps de … Trouver quelqu’un pour reprendre des forces. Je pourrais t’y rejoindre, si tu veux … »

Effectivement, elle était trop faible pour se déplacer maintenant. Il lui fallait quelqu’un. Et accomplir sa basse besogne sous les yeux de Kirin la répugnait, et pourtant l’idée de devoir le quitter maintenant, alors que ce qu’ils venaient de partager était tout frais, lui était inconcevable. Sa présence apaisait son âme et son corps, elle avait envie de l’écouter, de lui parler, de se confier, de lui montrer son cœur meurtri et ses larmes intarissables. Elle voulait tout connaître de lui, de son passé, s’inquiéter de son avenir, se questionner quant à sa place dedans … Bref, être là. Mais elle ne voyait pas d’autres solutions que d’aller faire ça ailleurs … Un sourire tristounet naquit sur ses lèvres pâles et ses yeux perdirent encore un peu de vigueur. Elle était vraiment sonnée, un drainage devenait urgent si elle ne voulait pas perdre totalement consistance et errer dans un état filandreux comme brume pendant les longues semaines qu’il lui faudrait pour se ressourcer.

Ça ne le dérangeait pas, avait il dit … Le fait qu’il soit près à piétiner ses propres sentiments pour son bien être lui faisait mal. Que pensait il ? Qu’il lui était indifférent et vaguement utile ? Un ami qu’on apprécie d’avoir à ses côtés de temps à autres, sans plus ? Et pourtant c’était tellement plus. Il était celui qui l’avait poussé à donner un sens à son existence. Renaître. Pour pouvoir l’aimer sans le faire souffrir. Car, bien que son envie soit là, cela lui était impossible. Interdit. Elle ne pouvait se permettre de lui donner de l’espoir pour après ne pas être capable de lui répondre. Car elle ne se savait pas forte au point de savoir s’arrêter si jamais son pouvoir se déclenchait trop souvent à son contact. L’inconvénient d’avoir un pouvoir conséquent était la prison que ce don tissait autour de vous comme une toile d’araignée, pour vous faire vous sentir prisonnier de vous-même …

_________________
Tout commença avec ma mort. Et tout continue, inexorablement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirin Keydan

avatar

Masculin
Nombre de messages : 137

Citations : La plupart des gens simulent certains de leurs sentiments. Moi, je les simule tous.
Humeur : Juste une légère envie de lancer des cailloux au monde entier =3

Pièces d'Or : 130


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique
• Race: Fir-Bolg
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Arrivée à point nommé [PV Kirin]   Dim 13 Juil - 13:10

« Avec plaisir. Mais je ne sais pas si je vais supporter le voyage dans mon état … Pourtant la Samain commence demain, n’est ce pas ? Je ne veux pas te ralentir … Il me faut juste le temps de … Trouver quelqu’un pour reprendre des forces. Je pourrais t’y rejoindre, si tu veux … »

Aisly fit une jolie moue qui séduisit Kirin. Mais il comprenait. Il savait que ce qu'elle voulait dire, indirectement, c'était qu'elle devait faire ce qu'elle avait fait avec lui, dans le simple but de retrouver son apparence humaine et son énergie qu'elle venait de perdre... Il comprenait, certes, et il lui pardonnait. Mais il ne put s'empêcher d'éprouver une profonde jalousie. Il voulait être l'homme dont elle se servirait pour redevenir plus "humaine". Et même s'il considérait qu'elle possédait déjà une beauté au delà de l'humanité, il lui fallait recouvrir cette apparence. Il serra les dents et eut un instant la vision de la Tasmante en train d'embrasser un autre homme. Et alors qu'il se rendit compte des pensées qu'il venait d'avoir, il tourna la tête, pour ne pas laisser paraître les sentiments qu'il avait encore à l'égard d'Aisleen.

Mmmh... Je comprends...

Il ne pouvait pas lui en vouloir. C'était cette mort injuste qui lui valait cette contrainte. Devoir utiliser les hommes comme des objets pour soit même subsister. Oh, bien sûr, elle ne mourrait pas. Mais de toutes évidences, les Tasmants sont des personnes peu appréciées sur Erin. Et n'avoir ne serait ce qu'un peu plus l'air humain pour avoir une meilleure vie en société et un bien être plus conséquent était normal. Du moment qu'Aisleen ne tuait personne pour elle même, Kirin ne pouvait pas lui en vouloir. Il se serait sans doute proposé, mais il n'osa pas. Après ce qu'ils venaient de tisser, il ne pouvait se le permettre. Ces baisers avaient blessé Aisleen et la construction de leur relation lui avait aussi valu la perte de son humanité temporaire. Non. Il devrait tout simplement partir, en espérant qu'elle le rejoindrait bien là bas. Mais il ne pouvait se résoudre à la laisser séduire un autre...

Je... Si tu veux je pourrais...

Il n'était plus sûr de rien. Il n'osait ni la laisser être entre les mains d'un autre, ni la laisser lui drainer un peu de son humanité... C'était soit se laisser porter par la jalousie, soit agir pour le bien de leur amitié... Il ne le comprit qu'après... Il se rattrapa maladroitement.

Comme je serais en avance, je pourrais... t'acheter quelque chose? Juste un petit cadeau. On s'offre des cadeaux entre amis...

Il avait tout d'abord laissé apparaître un sourire gêné sur son visage. Mais en s'imaginant offrir un présent à son aimée, son sourire devint bien plus grand et franc. Finalement, il ne se trouva pas si maladroit que ça, et il commençait déjà à se demander quel genre de cadeau il pourrait lui acheter. Aussi, il devait bientôt partir s'il voulait être en avance à Tara. Il avait compté passer la nuit sur cette plage. Mais une nuit perdue n'est rien par rapport à ce qu'il voulait partager avec Aisleen. Il se reposerait à Tara, c'est tout.

Je vais y aller immédiatement alors.

Il s'approcha doucement de son amie et se pencha légèrement. Elle n'était pas encore "matérielle" et il ne pouvait donc pas la toucher. Mais il se pencha tout de même. Et il offrit un baiser qui frôla la joue à la fois froide et douce du corps léger d'Aisly.

J'ai très hâte de te revoir.

Il avait pris un ton un peu plus sérieux pour utiliser ces mots. Il voulait se donner une belle image, car c'était la dernière que verrait Aisleen en cette nuit. Il se tourna, lui offrant un dernier et bref sourire et commença à remonter la plage de pierres, les mains dans les poches, repensant à ce qui s'était déroulé cette nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reflet-pareidolie.blogspot.com/
Aisleen Dryail

avatar

Féminin
Nombre de messages : 49

Citations : L'horreur qui fascine, transporte ... C'est cette horreur là qui importe.
Humeur : Au bord du suicide *Ah merde, je suis déjà morte ...*

Pièces d'Or : 140


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique (a priori)
• Race: Tasmant
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Arrivée à point nommé [PV Kirin]   Dim 13 Juil - 14:02

[Finalement j'ai le temps d'entamer un autre topic avant mercredi, je pense. ça te tente un petit topic vite fait, quelques réponses pas trop longues, vite faites bien faites ? Si oui envoies moi un MP sous mon compte de Nathaniel XD]

A ses paroles, Kirin réagit étrangement. La tasmante, qui avait passé son temps à observer les Hommes depuis tant de temps que rien n’échappait au mordant de ses prunelles violines, remarqua une réaction inhabituelle. Le visage d’ordinaire si doux malgré sa détermination de son ami se ferma puis il tourna la tête, comme pour se cacher d’elle, se soustraire à son regard inquisiteur. Il semblait à mi chemin entre la colère et la tristesse, et Aisleen se demanda durant un instant s’il pouvait être jaloux. Mais la jeune femme se morigéna intérieurement. Elle espérait encore. C’était incorrigible. Et pourtant, elle savait bien qu’elle devait à tout prix adopter un caractère pessimiste à outrance pour ne plus jamais être déçue. Mais au contact de Kirin, elle ne pouvait s’en empêcher, des sentiments qu’elle croyait oubliés ressurgissait à la surface de sa mémoire. Et les paroles du jeune homme la confortèrent dans son espoir insensé :

« Mmh ... Je comprends ... Je ... Si tu veux, je pourrais ... »

Le silence s’installa pendant qu’une lueur s’allumait dans les yeux d’Aisleen. Elle ne pouvait pas lui demander, mais peut être allait t’il lui proposer … Et dans ce cas, elle accepterait. Car la jeune femme ne se savait pas assez forte pour résister à une proposition qu’elle avait déjà du mal à ne pas formuler à voix haute. Au diable leur amitié, elle voulait lui accorder ce qu’il semblait vouloir. Elle voulait … Aisly ferma les paupières un bref instant. Ses envies ne pesaient pas bien lourd dans la balance. Elle se devait de privilégier les sentiments de Kirin. Comme une amie le ferait. Alors elle souffla légèrement, soulevant dans l’air du soir un petit nuage glacé qui s’évapora aussi vite qu’il était apparu. Et, alors qu’elle se résignait à refuser sa proposition, le visage de son interlocuteur se modifia imperceptiblement et il enchaîna, d’un ton maladroit accompagné d’un sourire un peu gêné.

« Comme je serais en avance, je pourrai ... t'acheter quelque chose? Juste un petit cadeau. On s'offre des cadeaux entre amis ... »

Sa moue incertaine se transforma pourtant rapidement en véritable sourire illuminant son visage impatient. Un cadeau ? Pour elle ? A cette pensée, sa déception se transforma en curiosité fébrile. Que pouvait on bien offrir à une femme qui n’avait jamais rien reçu d’autre que la mort et la trahison en gage d’éternité ? Décidément, ce Fir-Bolg était fort imprévisible. Et elle se réjouissait de l’attention qu’il lui accordait à chaque minute, acceptant sa condition, son malaise à s’exprimer, son mode de vie impardonnable … Peut être, après tout, qu’elle l’avait trouvé, son prince charmant dont sa mère lui avait tant parlé. Aisly avait tellement cru l’avoir trouvé un jour au bord d’une rivière … Mais le Destin ne pouvait pas être assez cruel pour la leurrer deux fois de suite en lui laissant croire au bonheur pour le lui ôter après … Surtout que ce bonheur là, il lui faudrait se battre contre elle-même pour l’obtenir. Mais elle y était préparée.

Kirin s’approcha encore d’Aisleen et se pencha vers elle, et avec beaucoup de tendresse il effleura sa joue d’un baiser. A ce contact, sa peau se réchauffa légèrement et sa pommette se colora de rose. Son contact était tellement discret, survolant de sa peau tiède l’enveloppe immatérielle de la jeune femme, frôlant son épiderme incertainemment dessiné sous la lueur de la lune. Il lui murmura finalement à l’oreille :


« Je vais y aller immédiatement alors. » Puis il ajouta d’un ton sérieux, sans sourire, juste en la regardant et en mettant dans ses parole toute la sincérité dont il était capable : « J'ai très hâte de te revoir. »

La scène s’était déroulée sans qu’elle ouvre la bouche, sans qu’elle bouge, de peur de déborder et de se laisser aller, se fiant à ce qu’elle voulait lire dans l’infini des prunelles anthracites de Kirin. Aussi n’entendit il pas ses paroles, alors qu’il s’éloignait après un ultime sourire, nonchalante silhouette gravissant les galets qui meublaient la plage en direction de la ville. Il lui faudrait la nuit pour l’atteindre, au vu de sa condition et de la fatigue que tout être humain ressentait et qui affaiblissait la cadence d’une marche soutenue. Elle pourrait le rattraper avant qu’il n’atteigne la ville, mais à quoi bon ? Il vaudrait mieux qu’elle se ressource complètement et arrive à point nommé, quitte à n’y parvenir que le lendemain.

« Moi aussi, Kirin, moi aussi. »

A présent, elle avait toute la nuit et une bonne partie de la matinée pour fureter dans les villages alentours et malmener les sentiments du plus grand nombre d’hommes, pour ne pas les affaiblir outre mesure, il lui faudrait plusieurs rencontres, cette nuit. Aisly ferma les yeux et vida son esprit. Il ne fallait pas qu’elle éprouve des remords ou qu’elle pense à son ami alors qu’elle accomplirait sa triste besogne. Il lui faudrait rester stoïque. Vide. Comme elle l’avait toujours été avant cette nuit là …

_________________
Tout commença avec ma mort. Et tout continue, inexorablement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arrivée à point nommé [PV Kirin]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arrivée à point nommé [PV Kirin]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrivée à Dreamland
» Créatures rares et nommés - Monts Brumeux
» Arrivée de Houille
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» Les broderies au point compté de la souris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Erin :: Dahut :: PLAGE DE PIERRES-
Sauter vers: