AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  Galerie  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Arrivée sans encombres [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Arrivée sans encombres [libre]   Ven 25 Juil - 16:04

La nuit fut courte, très courte même pour le jeune elfe. Poursuivit par des brigands dans l’après-midi, il avait préféré ne pas dormir trop cette nuit-là afin de rester sur ses gardes et de veiller à sa propre sécurité.
L’aurore se leva sur un Elendil qui marchait déjà, pas vraiment épuisé, au contraire. Il dégustait un fruit ainsi qu’un morceau de pain en guise de petit déjeuner, il espérait trouver un village dans la matinée.
Le paysage était splendide, Douar y était évidemment pour quelque chose. Il ferma doucement les yeux pour un petit recueillement personnel. Elendil aimait Douar, comme tout elfe qi se respecte, Mère nature leur avait offert ce monde…
Rouvrant les paupières, il détailla un peu plus précisément les lieux dans lesquels il se trouvait à présent... Deux grandes falaises l’entouraient à gauche et à droite, de véritables murs infranchissables, ses pas froissaient quelque peu l’herbe de la vallée sous ses pieds. Le ciel était d’un bleu pur, aucun nuage ne venait le gâcher. Un léger sourire vînt animer les lèvres de l’elfe.

Quelques heures plus tard, il aperçut un toit de chaume, puis un deuxième, un troisième, jusqu’à en compter une dizaine. Un petit village paysan sans doute. Lorsqu’il pénétra la frontière de ces lieux, les habitants l’observèrent avec une curiosité montrant que les visiteurs ne sont pas bien nombreux aux alentours. Le visage froid d’apparence, il continua son chemin tandis qu’un petit garçon le suivait, bouche-bée. Que lui arrivait-il ? Ce petit humain n’avait-il jamais vu d’elfe dans sa jeune vie ?
Une vingtaine de pas plus loin, il vit des écuries avec cinq ou six chevaux à l’intérieur. Elendil s’en approcha avec son calme habituel et un homme fit son apparition, il s’approcha de lui avec inquiétude.


« Bonjour étranger. »

Sa voix tremblait légèrement. Avait-il peur ? Il ne craignait rien pourtant.

« Bonjour. Vous ne craigniez rien vous savez. »

Il inclina légèrement la tête en guise de salut.

« Serait-il possible de vous acheter une de ces magnifiques bêtes ? »

Evidemment, il avait déjà une préférence… Un étalon blanc qui semblait fougueux et énergique avait attiré son regard. Ses sabots battaient le sol avec insistance. L’homme, lui, paraissait surpris de sa demande.

« Euh…Oui…Oui ! »

« L’étalon…Je vous confie qu’il me plaît assez. »

Le paysan pénétra dans l’écurie et sortit l’équidé en question et le présenta à Elendil qui sourit lorsque le cheval l’observa avec curiosité.

« Parfait…Merci, je vous quémanderai une simple bride en plus s’il vous plaît. »

« Et…une selle ? »

« Non ça ira merci. »

Le paysan revînt quelques minutes plus tard. L’elfe retira le mors du filet puis passa le cuir avec expérience sur la monture puis il sortit une petite bourse pleine qu’il laissa tomber dans la paume du paysan. Sans attendre, Elendil bondit sur le dos de son nouveau destrier qui eut un léger mouvement de recul.

« Une dernière question si je peux me le permettre. Tara est-elle encore loin d’ici ? »

« Une vingtaine de kilomètres Messire ! »

Après avoir flatté son encolure immaculée, il siffla longuement avant de lâcher un mot elfique. L’étalon prit le galop avec aisance.


Il avait déjeuné au bord d’une rivière et laissé brouter Fëanor (esprit de feu), comme il l’avait nommé. Puis le jeune elfe était reparti. Le chemin qui menait à Tara était désert à cette heure, il ne comprit pas vraiment pourquoi, il devait être quatorze heures environ… Trois gardes surveillaient les allées et venues des habitants et à l’approche d’Elendil, ils semblèrent plus inquiets. Après tout, il portait une armure de l’armée elfique ! Toute blanche et argentée…Brillante sous le soleil de cette après midi.


« Bonjour Messieurs. »

Pourtant, les hommes le laissèrent entrer, sans aucune question. Elendil trouva cela assez étrange, à moins qu’ils ne se méfiaient de rien ici…à Tara. Ce qu’il doutait fort bien évidemment. L’elfe continua son chemin, à cru sur Fëanor.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Arrivée sans encombres [libre]   Jeu 31 Juil - 0:14

Longue, bien longue errance depuis les montagnes, de ce fait, Miltonia se sentait quelque peut fatiguer. Oh non pas que ce voyage avait été désagréable, mais certaines petites mésaventures auraient puent être évité, cela la jeune erewents en était sure. Qu’elle idée lui était passer par la tête d’attaquer cette ferme aussi, certes celle ci avait été habiter par des Celtes, et elle en avait horreur, mais ceux ci bien armer lui avait donner plus une bonne leçon qu’une partie de plaisir !! Elle en gardait encore des cicatrices insignifiantes, de celles qui se guérissaient bien vite, mais ce n’était pas cela qui la dérangeait le plus, elle se sentait sacrément humilier. En tout cas, cela l’avait quelque peut calmer, et ses moments de folies sanguinaires ne s’étaient plus manifester, il faut dire aussi que le ciel était magnifique et qu’un soleil radieux brillait. Cela l’aidait pour se sentir mieux et ne pas passer ses nerfs sur les gens avec sa hache ou son épée, mais bien que ses crises se soient calmer, ce n’étaient pas pour autant qu’elles étaient révolus pour toujours, allons donc, Milto avait un grain et cela ne se guérissait pas.

Après cette mésaventure, la jeune erewents était repasser voir son oncle et avait vue avec horreur qu’il l’avait complètement oublier et qu’à force de vivre avec son vieil ami l’ours, et bien il se prenait lui même pour un ours, tout comme sa vieille folle de tante qui se comportait comme un chat, belle famille que voila !! Au moins il avait perdu sa fâcheuse et morbide habitude d’aller jouer avec des cadavres, il sentait meilleur, seulement il était bien moins amical et presque cannibale ...Quoique ça ce n’était pas nouveau. Troubler par cela, Miltonia avait alors décider de se ressourcer sur le lieu de son enfance, bien entendue l’endroit était de plus en plus en ruine et les corps de sa famille avaient fini par redevenir poussière (normal après tant d’années). Cela lui brisait le coeur comme à chaque fois et comme à chaque fois, la jeune femme c’était demander pourquoi elle n’était pas revenu avant, pour manger au moins le corps mort de son père, comme le voulait la tradition. Cependant elle était si petite à l’époque et tellement perdue, presque sauvage et puis ce n’était que le passer.

La nostalgie devenant bien trop oppressante, la folle c’était diriger au hasard, ne faisant guère attention ou elle allait, laissant le vent en décider à sa place. Ce qui la mena à une bande de briguant, qui non contant d’avoir réussi à braquer de braves gens, avaient tout bonnement décider que se faire un erewent pouvait être bien marrant (« hey les gars c’est qu’une fille après tout » avait crier l’un d’eux). Bon, Miltonia n’était invincible et ne possédait par tout les pouvoirs des Dieux, mais elle avait tout de même réussi à les repousser et même à leur faire peur, de quoi leur mettre du plomb dans la cervelle et leur montré que s’en prendre à une erewent n’était pas aussi facile qu’il y en paraissait.

Puis la nuit était tomber (quoique tout cela ne c’était passer en un jour, mais la jeune femme avait une bien étrange perception du temps) ; repus, ayant manger de la chaire d’un Celtes (qu’elle avait tuer juste pour le plaisir), elle c’était alors allonger dans l’herbe et observer la voûte céleste, regardant les étoiles et tout simplement se reposant le corps et l’esprit. Un petit chaton affamer était venu à sa rencontre, attendrit, l’erewent lui avait offert à manger et surtout des caresses, de ce fait le petit animal la prenait sans doute pour sa mère, et ne voulait plus la lâcher. Oh, cela ne la dérangeait pas, au contraire même, le petit chaton (baptiser Abell), l’apaisait encore plus qu’une nuit étoiler, et ce n’était qu’en présence d’un chat avec elle, que la folle était réellement amical avec tout le monde (sauf peut être les Celtes). C’était donc en présence d’un chaton, que Miltonia arriva aux abords de la grande cité de Tara.

Elle n’y avait encore jamais été auparavant et, c’était une découverte pour elle, ferait elle des rencontres intéressantes ?? Elle l’espérait bien, faire la route seule comportait des avantages, mais rencontré des gens était agréable aussi (surtout des femmes, mais cela c’était autre chose). Traversant un village, les gens lui jetèrent de drôles de regards, surtout les enfants et leur mère, bien évidement, ses cornes sur la tête ne passait pas inaperçus. L’ont devait la prendre pour un monstre et, finalement, ils n’avaient pas tord ; mais Abell le chaton était là, et tant que celui ci la suivrait, alors l’erewent se tiendrait tranquille. Arriver devant les portes, les gardes commencèrent à poser problèmes. Il reconnurent sa race bien entendue et automatiquement faisait le rapprochement avec les forces maléfiques et le Dieu Fall. Encore une fois, ils n’avaient pas tord eux non plus, mais bien que la jeune femme avait un sérieux problème dans la tête, elle n’était pas complètement idiote et n’allait pas massacré des gens dans la citée ...

Tant qu’on la laissait tranquille. Ils lui posèrent des tas de questions : d’ou elle venait, qu’est ce qu’elle comptait faire dans Tara, d’ou venait ces armes et d’autres dans le même genres. Gardant son calme, tenant ses nerfs (alors que cela devenait de plus en plus difficile), Miltonia arriva enfin à franchir les portes. Les gardes avaient fini par la laisser passer, en même temps ils n’avaient rien contre elle. En son fort intérieur, la jeune femme se dit qu’il y avait des coups de haches qui se perdaient, mais bon, ce n’était pas à elle de le faire (quoique ...). La curiosité et l’excitation d’arriver dans un endroit nouveau pour elle, pris le dessus sur son énervement passager et, prenant Abell dans ses bras, l’erewent avança à pas rapide, passant juste à coter d’un elfe ...Au début elle ni fit pas attention, les elfes ne lui avait jamais poser de réel problème, mais elle fini par tourner la tête vers lui, presque comme un faut mouvement, le regarda et reporta son attention sur son chemin ...
Revenir en haut Aller en bas
 
Arrivée sans encombres [libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Zorro est arrivée... sans se presser.
» Comment suis-je arrivée là? (Libre)
» Le role des ONG en Haïti... Interview de Jean Lavalasse
» Une arrivée fracassante [libre pour 5 personnes]
» Sans amour, sans ami(e)s et maintenant sans boulot...[LIBRE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Erin :: Meath :: TARA, CAPITALE DE MEATH :: LES PORTES DE TARA-
Sauter vers: