AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  Galerie  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A la surface des eaux troubles |Declan|

Aller en bas 
AuteurMessage
Elyon L. Evanesca

avatar

Féminin
Nombre de messages : 35

Pièces d'Or : 100


MessageSujet: A la surface des eaux troubles |Declan|   Mar 21 Avr - 17:47

    Voilà plusieurs jours que la louve blanche errait autant dans les contrées de Dahut, que dans son propre corps. Corps qui par ailleurs s'épuisait de plus en plus tant il était partagé entre ses diverses personnalités. Elyon, Lémuria, ... Et cette chose. Une véritable torture psychologique qui se répercutait sans retenue sur le frêle organise de la louve. Mais Elyon était forte, et parvenait tout de même à atteindre la raison, après tout elle était le juste milieu, l'équilibre qui l'empêchait de sombrer dans la démence et la schizophrénie la plus totale. C'était douloureux, mais il fallait le surmonter pour survivre le temps qu'il fallait. Sa rencontre avec Declan, où plutôt sa séparation était l'évènement instigateur de toute cette anarchie comportementale. Ils n'auraient pas du aller aussi loin ... Elle n'aurait pas du aller aussi loin. Elyon s'en voulait terriblement, et peut être que lui aussi lui en voulait tout autant. Ce fait, avait entre autre poussé la demoiselle à aider le loup d'argent dans sa quête. Mais quelque part, c'était certainement parce qu'elle désirait également retrouver l'ivresse que celui-ci lui procurait.
    C'est pourquoi, au lieu de s'inquiéter de l'animosité que pouvait éprouver Declan à son encontre, que la demoiselle avait récolté diverses informations, ainsi que l'argent nécessaire pour rembourser sa dette. Cette dette, c'était aussi une excuse implacable pour revoir le loup d'argent, même en dépit de l'appréhension qu'elle éprouvait à le revoir.

    Mais, quelques soient ses craintes, quelques soient ses désirs, la capitale de Dahut se tenait fièrement devant elle. Ys ...

    Le soleil était à son Zénith lorsque la demoiselle aux cheveux azures franchit les portes de la capitale. Son teint était encore plus pâle qu'à l'ordinaire, et ses yeux topazes semblaient avoir perdus de leur couleurs ainsi creusés dans ses cernes. Malgré cela, Elyon savait ce qu'elle faisait, car elle était à présent sortie de ce trouble nébuleux dans lequel elle avait sombré les jours auparavant. La première chose qu'elle fit, fut de louer une chambre à l'auberge, et y déposa ainsi ses affaires. Ensuite, elle se dirigea en ville afin d'y faire quelques achats, sachant qu'elle devrait rester à Ys un temps, elle se devait par conséquent d'avoir une tenue présentable si elle souhaitait y faire ses affaires. Elle occupa donc la majeure partie de l'après midi à cela, jusqu'à ce qu'elle soit interrompue par une odeur troublante. C'était sans nul doute celle de Declan. Elyon sentie un frisson parcourir son échine, tandis qu'elle se mit anxieusement à scruter les environs. Mais elle fut subitement prise d'une quinte de toux qui l'obligea à fermer les yeux un temps. Malgré tout, il ne lui fallut que peu de temps pour reconnaître la silhouette du loup d'argent. Arborant sa cape et sa lance, dégageant un parfum annihilant celui de tout les êtres emplissant cette place, cela ne pouvait être que lui.

    Une goutte de sueur perla sur son front, tandis qu'elle se coiffa du couvre-chef fushia qu'elle avait acheté. Celui-ci était suffisamment large pour cacher partiellement son visage maladif. Elle marcha alors de façon sereine en direction de Declan, qui lui, marchait également. Lorsqu'elle arriva près de lui, elle le bouscula et fit tomber une bourse d'argent sur son pied. Elle s'arrêta un instant, lançant ces quelques mots de sa voix d'étrangère.

    " Pardonnez Monsieur. Et si je puis me permettre, ne laissez pas votre argent au vu et au su de tous. "

    Elle ne laissa qu'entrevoir un petit sourire, avant de poursuivre sa route, se mélangeant ainsi à la foule et disparaissant de la vue de Declan. Elle avait donc fait ce qu'elle avait à faire, et peut être au mieux, au plus raisonnable. Elyon reprit donc la direction de l'auberge, méditant alors son choix. Disparaître de la vie du loup d'argent, le faire disparaître de la sienne. Elle ne méritait pas d'assouvir ses désirs, elle était une damnée, et devait donc subir ce châtiment qu'était cette culpabilité. Au final, elle n'avait fait que s'auto-flageller en tentant d'aider Declan, mais elle le méritait, elle était un monstre. Mais elle s'était octroyée un dernier désir, celui de tenir sa promesse, s'enivrant pour la dernière fois de l'odeur du loup d'argent.

    Finalement, Elyon arriva à l'auberge, bien que d'autant plus fatiguée qu'elle ne l'était déjà. Aussi bien physiquement que moralement. Encore une fois, c'était une éprouvante journée, trop éprouvante même. Tellement que le corps de la louve blanche venait d'atteindre sa limite. Ainsi exténuée, elle s'assit sur un banc dans le petit jardin qui entourait le commerce hôtelier. Et bien que le soleil ne tapait pas aussi fort, la jeune femme était particulièrement transpirante. Elyon s'éventa alors avec un prospectus que l'on lui avait donné dans la rue, puis sombra dans un semi-sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan Ziresh

avatar

Masculin
Nombre de messages : 77

Citations : Si l'on tue un homme, on est un meurtrier. Moi, j'en ai tué des centaines, mais j'ai été un héros.
Humeur : Un peu faim =3

Pièces d'Or : 120


Votre Parchemin
• Camp: Neutre
• Race: Bisclaveret
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: A la surface des eaux troubles |Declan|   Mar 21 Avr - 21:44

Cela faisait une semaine que Declan était arrivé à Ys. Et c'était aussi une semaine avant qu'il ne rencontre Deniel Jaïss pour devenir un sbire affirmé de Fall. Ironie du sort, puisqu'il allait revoir, ce jour là, la même personne qui avait tenté de lui faire prendre un autre chemin. Chemin qui ne lui avait pas vraiment déplu, d'ailleurs. Mais cela, c'était avant qu'il ne soit en proie aux lèvres de la louve blanche. Des lèvres qui avaient eu la capacité de lui faire remémorer des fragments de souvenirs presque oubliés. Ce jour où Ren s'était meurtrie la main pour le sauver, il le hanta durant tout son voyage pour arriver jusqu'à cette ville. Mais, heureusement, il avait su l'oublier à nouveau. Du moins, pas vraiment l'oublier... mais le dissimuler un peu plus derrière d'autres souvenirs, meilleurs, qui ne lui rappelleraient pas tout le mal qu'il avait pu causer à son propre ami.
C'était donc dans un sentiment "forcé à être neutre" qu'il errait dans les rues de cette capitale, à la recherche d'un quelconque signe. Une chose quelconque qui lui aurait permis de retrouver ce Dieu maléfique. Ou tout simplement une chose qui lui aurait permis, au moins, de trouver un lien seul avec lui. Mais il s'était avéré que cette capitale n'était pas vraiment la ville la mieux choisie pour ce genre de recherche. C'était une ville où l'on condamnait sérieusement tous crimes. Aussi, s'il avait su qu'il devrait tuer un homme pour rejoindre la tour au moment où il serait entré dans cette ville, il faut dire qu'il n'est absolument pas certain qu'il l'aurait infiltrée. Mais surtout, comment trouver une personne partisane d'une éthique maléfique alors que justement, cette éthique était punie?
Cette question avait souvent traversé son esprit, le rendant tout de même idiot. Mais il s'était rattrapé en une autre pensée. On est jamais mieux en sécurité qu'en étant proche du danger, car il ne peut imaginer notre présence en ces lieux.

Cependant, ce sentiment neutre avait tout de même évolué à la fin de la première semaine de errance en cette capitale. Il n'avait avancé absolument en rien. Et cette semaine aurait pu être totalement dénuée d'intérêt, si seulement Declan n'avait pas ressentie cette odeur si particulière, qui ne lui était décidément pas inconnue. Seulement, dans cette foule qui traversait la rue où il se trouvait, rue encore inconnue alors qu'il la traversait depuis un moment, il lui était impossible de savoir qui pouvait être cette personne à l'odeur si révélatrice d'un passé qui ne lui réapparaissait pas encore totalement. Il était comme perdu dans cette foule, tandis qu'il cherchait la source de cette fragrance. C'est alors qu'il la sentit se rapprocher un peu plus encore. C'est se retournant qu'il vit une silhouette fushia, affublée en plus d'un chapeau de la même couleur. Cette extravagance lui rappela bien sûr cette louve qu'il avait rencontrée dans la forêt environnant les Ruines de l'Ancien Temps. Mais il n'eut même pas le temps de réagir que cette même silhouette était venue le bousculer pour laisser tomber une bourse d'or.


" Pardonnez Monsieur. Et si je puis me permettre, ne laissez pas votre argent au vu et au su de tous. "

Il n'eut même pas le temps de répondre qu'elle était partie, le laissant seul avec cette bourse. C'est seulement après qu'il s'était souvenu de ce qu'elle lui devait encore. L'or qui avait permis à lui acheter de nouveaux vêtements, pour ne pas la transformer en appât à viol. Appât auquel Declan avait volontiers mordu, par ailleurs. Mais, dans tous les cas, même si elle avait rendu ce qu'elle lui devait, et même si à cause de leur rapprochement, de nouveaux pénibles souvenirs avaient fait surface... il voulait toujours la voir. Ici, la raison qui allait lui servir de cause serait le remerciement. Mais la vérité, c'était qu'il appréciait cette louve. Il était encore trop tôt pour dire s'il s'en était éprise... mais il était clairement attiré par elle, dans tous les cas. Et les souvenirs de ces caresses n'étaient plus suffisants pour lui. Il aurait aimé les assouvir encore une fois, comme avant.
C'était étrange qu'il ne soit pas dérangé par ces souvenirs qui étaient revenus. Lui, ne se posait pas vraiment la question. Mais si nous pouvions lui trouver une véritable raison pour cela... sans doute qu'il avait tellement peu de bon souvenirs que le fait de lui en retirer un fragment n'avait changé qu'une infime partie de lui même. Il en avait d'autres, uniquement avec Ren.

Dans tous les cas, il avait décidé de la suivre. Ou plutôt de retrouver sa trace. Chose qui ne fut pas aisée dans cette foule, malgré sa fragrance. Il ramassa la bourse dont l'argent, contrairement au dicton, portait l'odeur de la demoiselle, puis se mis à retracer le chemin qu'elle avait pu suivre. Et c'est plutôt rapidement, heureusement, qu'il avait trouver le chemin d'une auberge. "La Truite Blanche". Un nom qui fit sourire le loup d'argent, avant de le faire entrer à l'intérieur. Passant de justesse l'encadrement de la porte, il attirait vite l'œil. D'autant plus que, même s'il était propre depuis son séjour dans cette ville et son passage dans d'autres auberges, il n'avait pas vraiment les vêtements traditionnels d'une clientèle qui pouvait fréquenter habituellement ce genre de lieu. D'autant plus que le mobilier s'avérait particulièrement beau, même plutôt cher. C'était l'opposé du genre de lieu dans lequel il avait vécu.
Il pensa un instant à interroger cette même clientèle, puisque la plupart étaient de toute évidence marins et voyageurs, à la vue de certains attirails et sacs de voyages. Mais il pouvait attendre. Il attendait déjà depuis un moment de trouver quelque chose et il avait déjà interrogé de nombreux marins au port... sans manquer de se donner une apparence assez malsaine. Alors il alla directement dans le jardin hôtelier (encore la présence d'une chose qui l'étonna fortement) après avoir précisé au gérant, sans même découvrir sa tête et son visage, qu'il verrait plus tard s'il pouvait prendre une chambre et qu'il devait s'entretenir avec une amie.

Cette amie était là, sur un banc, toujours de rose vêtue. Finalement, elle n'avait absolument pas l'air d'une aventurière, comme lui. Elle semblait bien plus noble, lorsqu'il la regardait ainsi. Ils étaient un peu comme la belle et la bête, pour ainsi dire. Le colosse hideux au passé torturé, et la belle femme noble. Elle s'éventait avec un papier non-identifié pour Declan, tout en fermant les yeux. Elyon... elle avait l'air très fatigué. Mais cette fatigue n'avait pas empli de pitié le cœur du loup d'argent. Aussi, il avait profité de la semi-inconscience de la demoiselle pour scruter encore une fois ses courbes, esquivant les rebords du large chapeau qui avait l'impertinence de les dissimuler. Il profitait donc de la vision de ces gouttes de transpiration ruisselant sur la poitrine d'Elyon pour venir se rejoindre au milieu de ses seins. Ne tenant plus, il finit par s'agenouiller devant elle, lui retirant son chapeau pour lui dévoiler son visage pourtant dissimulé sous son couvre chef et son écharpe. Lorsqu'il put enfin scruter le visage de la magnifique femme, il commença alors à lui parler. Même si ce n'était pas tout à fait le genre de chose qu'on disait lors de retrouvailles.


Merci pour l'argent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reflet-pareidolie.blogspot.com/
Elyon L. Evanesca

avatar

Féminin
Nombre de messages : 35

Pièces d'Or : 100


MessageSujet: Re: A la surface des eaux troubles |Declan|   Mar 21 Avr - 23:32

    Pendant un temps, Elyon crût qu'elle devenait complètement dérangée. L'odeur du loup d'argent la hantait de nouveau, mais cette fois, c'en était presque douloureux. Son corps alors affaiblit luttait en délivrant de légers spasmes, ce qui pouvait amener à croire que la demoiselle était du genre à avoir un sommeil agité. Puis en suite, elle pensa que c'était son imagination, ou bien même pire, que cette chose provoquait ses illusions afin de l'engloutir complètement. Mais ce fut l'origine même de cette enivrante fragrance qui vint dérober la louve blanche des limbes de ses pensées - si ce n'est ses délires -. Elle sentit alors qu'on lui ôta quelque chose, et cela était son chapeau. Son visage pâle alors découvert, il ne lui suffit que de relever la fine et translucide peau qui constituait ses paupières, pour alors découvrir le visage de Declan. Dans un premier temps surprise, les yeux d'Elyon devinrent ronds, tandis que ses lèvres meurtrières s'entrouvrirent légèrement. Il en fut ainsi un long moment. Et même lorsque sa voix vint assurer son authenticité, la demoiselle n'en revenait toujours pas. Pour elle, c'était forcément une illusion ... Cela devait être une illusion. Si Declan se tenait vraiment là devant elle, tout ce qu'elle s'était efforcé de faire ne rimait absolument à rien. Alors qu'elle était prête à assumer ses choix et à en endurer les conséquences. Et tout cela était tout ce qu'il y avait de plus improbable, Declan devait la haïr. Elle était haïssable. Noyée dans l'incompréhension la plus totale, sa seule berge était l'inéluctable. Et si cela devait se passer comme cela ? Elyon devrait l'accepter, non ? * Je devrais l'accepter * Cette supposition la sauverait ... Et donnerait alors une raison aux investigations qu'elle avait mené pour aider sa lubie dans sa quête au bonheur. Bien que ces dernières n'étaient pas d'une véracité prouvée, elles avaient autant de valeur que le choix qu'avait fait Declan. Rien ne prouvait que Fall exaucerait, ou serait même en mesure d'exaucer son souhait ...

    La jeune femme aux cheveux azurés afficha enfin une expression qui lui était plus naturelle. Arborant alors sa fière indifférence, elle tourna la tête, le regard vide, tandis que le silence perdurait. Après tout, même si le destin se jouait d'elle, elle se devait de lutter, en dépit du fait qu'une part d'elle désirait être esclave de ce destin. Il fallait qu'elle éloigne Declan, définitivement, car ce n'était pas elle la belle, elle, c'était la bête. Outre les apparences, il résidait une réelle beauté dans l'intérieur du loup d'argent ...
    Mais encore une fois, l'ardent désir d'être à ses côtés empêchait la demoiselle de trancher. Subsistait encore cette question qui semait le doute et l'hésitation. Pourquoi l'avait il suivit ? Juste pour la remercier de l'avoir remboursé ? Mensonge. Après ce qu'elle lui avait fait, rien ne pouvait lui pardonner, la remercier pour une chose aussi futile était complètement irrationnelle. Elle ne méritait pas de tels remerciements. Et même sans tout cela, à la base, c'était elle qui aurait du cracher ces mots, pas Declan ... Elyon tergiversait derechef entre incompréhension, raison et même colère. Et pour on ne sait quelle raison, elle choisit franchise.

    " Je ne mérite pas tes remerciements pour maintes raisons. Pourquoi, alors, es tu ici Declan ? "

    Bien qu'elle avait prit du plaisir à prononcer le nom du loup d'argent, la voix d'Elyon n'était plus aussi cristalline qu'elle ne l'était auparavant. Là, elle était de glace. Tout comme ce qu'elle dégageait, sans bien entendu tenir compte de ses conditions physiques. Son regard, lui, n'était sensiblement plus nulle part, mais clairement fuyant. Et bien que sa fierté maitrisait sa prestance de façon remarquable, ce qu'elle contenait en elle était suffisant à faire chanceler le contrôle de son corps, devenu alors incandescent. La respiration de la jeune femme était à présent semblable à un râle animal et d'une faible intensité. Le corps d'Elyon commençait à la lâcher à petit feu, c'était certain, mais elle se devait de maintenir cette lente progression jusqu'à ce que besoin soit. Elle attendait plus que tout la réponse de Declan. Celle-ci lui apporterait peut être une raison à certains de ses maux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan Ziresh

avatar

Masculin
Nombre de messages : 77

Citations : Si l'on tue un homme, on est un meurtrier. Moi, j'en ai tué des centaines, mais j'ai été un héros.
Humeur : Un peu faim =3

Pièces d'Or : 120


Votre Parchemin
• Camp: Neutre
• Race: Bisclaveret
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: A la surface des eaux troubles |Declan|   Mer 22 Avr - 13:37

L'attente de la réponse avait été plutôt longue, mais en plus, elle était pourvue de la fuite des yeux de la louve. Declan ne comprit pas vraiment pourquoi elle l'évitait ainsi. N'avaient ils pas partagé un instant qu'ils avaient mutuellement apprécié? Ce n'est qu'après qu'il se rendit compte que cette question était idiote. Il l'avait laissée seule après avoir profité de son corps aux courbes dessinées. D'autant plus que la façon dont il l'avait quittée fut particulièrement grossière. Même pas un "au revoir". Il était parti comme il l'avait rencontrée. Vite, et presque furtivement. Presque autant que lorsqu'il lui avait offert sa cape. Mais c'est aussi en se rappelant de son attitude grotesque qu'il se rappela, encore une fois, de ce moment passé avec Ren. C'était sur ce souvenir qu'il avait décidé de laisser Elyon seule. Il ne savait pas pourquoi. Heureusement, ici, sa mémoire avait été moins intense. Aussi, bien que légèrement triste et grimaçant, il n'allait pas pleurer comme cette autre et unique fois.
C'était étrange, d'ailleurs. Depuis la mort de son ami, Declan n'avait absolument jamais pleuré. Il était toujours triste, mais jamais il n'avait dévoilé de tels sentiments en laissant couler ses larmes. Ce qui était étrange, aussi, c'était que c'était ce souvenir là qui l'avait rendu hors de lui, plutôt que l'évènement de la mort de Ren, grossière, et bien plus explicite. Enfin, malgré cela, il réussit à enfouir de nouveau ce souvenir lorsque la louve finit, enfin, par lui répondre. D'un ton glacial cette fois-ci. Chose que changeait énormément de la voix à laquelle il s'était habitué en l'ayant rencontrée.


" Je ne mérite pas tes remerciements pour maintes raisons. Pourquoi, alors, es tu ici Declan ? "


La seule que Declan trouvait pour qu'elle ne soit pas remerciée, c'était le fait que cet argent était un remboursement. Aussi, ce mot, "maintes", avait été légèrement de trop puisqu'il ne voyait absolument pas à quoi cela pouvait faire référence. Sans doute que ce ton glacial montrait aussi une certaine déception pour le moment où il s'était enfui des Ruines de l'Ancien Temps. Peut-être était-ce trop de recevoir quelque chose, même des remerciements, d'une personne qui avait osé se servir d'elle? C'était ce type de questions qui passait dans la tête du loup d'argent. Ainsi, il jetait presque la faute sur lui. Cependant, il ne s'excusa pas immédiatement. Il se contenta de répondre à la louve blanche, ne s'abandonnant pas à des réflexions aussi longues que les siennes.


Tu sais pourquoi je suis ici, à Ys. J'ai décidé de venir dans cette capitale pour trouver quelqu'un quoi soit capable de me mener à Fall. Tu sais. Le "recrutement démoniaque".

Cette fois-ci, il s'approcha un peu plus d'elle, toujours agenouillé, cherchant son regard fuyant. Il en vint jusqu'à rapprocher de plus en plus son visage, pour profiter de ce décolté plongeant sur lequel il avait tant plaisanté. Il respira le corps transpirant, mais toujours agréable de la femme... avant de venir caresser sa poitrine de bout de la griffe de son index droit, allant se promener dans les creux du cou d'Elyon, puis sur le torse, puis sur le dessus des seins. A ce moment là, il renchérit sa phrase, en plaisantant encore une fois sur l'accoutrement de la demoiselle.

Celui dans lequel tu pourrais postuler sans problème avec cette robe.

Mais il s'en rappelait. Elle savait bien qu'il allait être ici, à Ys. C'était aussi certainement la raison pour laquelle elle était aussi dans cette capitale. Elle lui avait promis. De le rembourser. La chose était faite, mais cela ne lui convenait pas. Il avait une certaine forme d'addiction pour ce corps qu'il avait tant parcouru... même si cette fois-ci, il avait une meilleure capacité de retenue. Quel était encore ce jeu qu'elle venait de commencer? Cette fois-ci, cela ne semblait pas être le jeu du "qui domine l'autre". C'était plutôt un autre genre de jeu, un peu plus dans le genre "seras-tu capable de me soutirer une réaction"? Il s'approcha alors encore un peu plus, allant jusqu'à caresser de son souffle la poitrine d'Elyon... puis il continua de parler, toujours avec une certaine pointe de provocation. Elle n'allait pas gagner!

Mais si tu veux savoir ce que je fais "ici", précisément, devant toi, dans cette auberge... je voulais te remercier d'avoir tenu ta promesse. Et aussi, j'avais envie de voir une jolie demoiselle. Tu ne croyais tout de même pas que j'allais te laisser partir comme un fantôme après m'avoir remboursé, non? Tu m'aurais suivi jusqu'à Ys pour me rembourser seulement? Sans même me laisser quelques mots?

Il se rapprocha plus brusquement, cette fois-ci, approchant sa bouche de l'oreille d'Elyon pour lui chuchoter un sulfureux "ou bien quelques caresses?" amplifié par sa voix grave. Il glissa ensuite son souffle dans le tendre cou de la louve avant de reprendre son emplacement initial, devant la poitrine, tandis que Declan cherchait encore les yeux de la dame.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reflet-pareidolie.blogspot.com/
Elyon L. Evanesca

avatar

Féminin
Nombre de messages : 35

Pièces d'Or : 100


MessageSujet: Re: A la surface des eaux troubles |Declan|   Jeu 23 Avr - 22:35

    Declan ne semblait pas, dans un premier temps, compris la question que la louve lui avait posé. Ou bien cela était volontaire de sa part ... Il commença alors par éluder ses raisons de sa présence à Ys, mais tout cela, Elyon le savait déjà. La louve sentie son comparse s'approcher davantage, ainsi que son regard se fixer sur elle. Ne donnant guère de réponse à cela, peut être essayait-il de lui soutirer une autre réaction que son semblant d'indifférence. Mais voilà un jeu bien dangereux auquel il voulait jouer. S'il persistait, il n'allait sans nul doute le gagner, ce jeu ... Cependant il se remettrait une nouvelle fois en danger, et Elyon ne souhaitait pas cela lui donner une victoire pareille. Elle était déjà bien assez fautive comme cela. Mais il était déjà trop tard, la partie avait commencé, et Declan entama alors quelques provocations. De sa voix grave et son regard lointain, la louve blanche lui demanda.

    " C'est ce que tu veux ? Que je postule à ce " recrutement démoniaque " ? "

    Ce n'était pas la première fois qu'il lui faisait cette réflexion. Son état d'esprit n'avait il donc pas changé depuis ? A cette idée, Elyon était folle de rage ... Et si c'était la raison pour laquelle il agissait comme si elle ne lui avait rien fait, cela la mettrait davantage en colère. Parce que quelque part, elle en serait satisfaite, ses désirs auraient raison d'exister ... Mais cela compromettrait tout le reste, tout les efforts qu'elle avait fournit et fournissait encore afin d'éloigner Declan du danger qu'elle représentait. Se lier aux gens représente une faiblesse, un danger, pour laquelle la chose qui sommeille en elle profiterait de la première occasion afin d'accomplir ses basses besognes.

    Mais si tu veux savoir ce que je fais "ici", précisément, devant toi, dans cette auberge... je voulais te remercier d'avoir tenu ta promesse. Et aussi, j'avais envie de voir une jolie demoiselle. Tu ne croyais tout de même pas que j'allais te laisser partir comme un fantôme après m'avoir remboursé, non? Tu m'aurais suivi jusqu'à Ys pour me rembourser seulement? Sans même me laisser quelques mots?

    C'en était de trop, Elyon était folle d'avoir vu juste. Et en même temps, elle ne comprenait pas Declan. Il avait vu ce qu'il y avait de plus hideux en elle, en avait subit les conséquences, et pourtant, il la qualifier de jolie ? Il la réprimandait même pour avoir eu l'intention de partir comme un fantôme. Le bisclaveret en posait des questions, et Elyon aurait volontier répondu à celles-ci, mais elle ne pouvait pas, ou du moins elle ne devait pas le faire. La louve blanche était partagé entre devoir et désir, et il n'était pas aisé de ne pas succomber au second.

    "ou bien quelques caresses?"

    Et Declan ne l'y aidait vraiment pas ... En se rapprochant comme il l'avait fait, la jeune femme fut submergée par le parfum du loup d'argent, celui pour lequel elle avait eu tant d'addiction et de désir. Pour cette fragrance, Elyon aurait retourné tout Erin tant elle était unique et psychédélique. Mais avait elle le droit de s'adonner à cette odeur ? Serait-elle à nouveau punie ? Quel sort réservait-on à ceux à qui faisait partit de son espèce ? ... Qu'est-ce qui pouvait être pire ? La concernant personnellement rien, assurément, mais qu'en serait-il de ce qui le peu de chose qui lui sont précieuses ? Tant de questions, peu de réponses ... Concernant celles de Declan, il n'aurait qu'en guise de réponse ... Une question.


    " Mais enfin Declan, tu n'as rien à faire ici, pas après ce que je t'ai fait ! Pourquoi tu n'éprouves aucun dédain à mon égard ? "

    S'extirpant de la tentation, la voix d'Elyon éclata vivement, et son visage se tourna pour la première fois en cette journée, vers celui du loup d'argent. Ancrées dans ses cernes, les topazes de ses yeux brillaient distinctement et malgré cela, avec ses sourcils froncés, il n'y avait aucun doute que son regard était dur ... Et pourtant si fragile. Si fragile que l'on y retrouverait la personnalité de Lémuria ...
    La louve blanche ne cessa de fixer son comparse, en attente de sa réaction, de la réponse qu'elle attendait depuis le début de la conversation. Puis, tergiversant, elle se leva brusquement, tanguant quelque peu avant de se stabiliser.

    " Tout cela n'a aucun sens ... "

    Encore une réaction due à une spontanéité sortie de nulle part. D'ailleurs, Elyon ne semblait pas assumer complètement ses actes en ces derniers moments, tant elle s'imaginait dire ce qu'elle désirait réellement. Être naïve, égoïste et sans scrupule aurait été tellement plus simple. Elle porta alors ses mains jointes sur sa bouche, signe qu'elle révélateur de quelques regrets peut-être ? Ou bien se sentait-elle complètement perdue ? L'un est l'autre était probable. Tout ne semblait que confusion, était elle en train de sombrer dans la démence ? Ce comportement exagéré ne lui ressemblait vraiment pas, et elle venait de s'en rendre compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan Ziresh

avatar

Masculin
Nombre de messages : 77

Citations : Si l'on tue un homme, on est un meurtrier. Moi, j'en ai tué des centaines, mais j'ai été un héros.
Humeur : Un peu faim =3

Pièces d'Or : 120


Votre Parchemin
• Camp: Neutre
• Race: Bisclaveret
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: A la surface des eaux troubles |Declan|   Dim 26 Avr - 15:28

Pour seule réponse à ses avances, Declan n'en reçut qu'une particulièrement froide. Mais ce ton, il ne le comprit toujours pas. Après tout, ils avaient passé quelques heures que tous deux avaient fortement apprécié. Et les caresses et avances mutuelles ne les avaient pas séparés pour autant. Aussi, comment pouvait-il prendre la réplique de la louve blanche? Que s'était-il passé entre temps? Il ne trouva qu'une seule réponse à cela. Il l'avait touchée pour ensuite s'enfuir. N'importe quelle femme l'aurait détesté pour avoir osé se servir d'elle de cette façon. D'autant plus que dans sa façon de la quitter, il n'avait absolument pas été doux.
Il était simplement parti, comme ça, sans rien dire. La raison pour laquelle il était parti, il s'en rappelait. Il se souvenait encore de ce souvenir, même s'il jaillissait de façon moins agressive dans son esprit. Mais il ne pouvait accuser ce souvenir d'avoir rompu ce moment avec la louve aux yeux azurs. Même s'il avait été dur pour lui, il restait encore un de ces souvenirs qui blessent, mais qui permettent de ne pas laisser mourir le plus beau dans notre passé.


"Mais enfin Declan, tu n'as rien à faire ici, pas après ce que je t'ai fait ! Pourquoi tu n'éprouves aucun dédain à mon égard ?"

Mais même si ce ton s'était fait froid, pourquoi se jetait-elle à elle même la faute? N'était-ce pas lui qui avait osé la quitter ainsi? Elle n'avait rien à se reprocher. C'était lui qui avait profité d'elle. Il était clair, c'était vrai, qu'elle l'avait séduit en première, respirant explicitement son odeur et dévoilant son corps. Ensuite, il avait osé être un peu plus entreprenant en allant de plus en plus loin. Mais vraiment, il ne comprenait absolument pas pourquoi Elyon se jetait la pierre. Jamais elle n'avait été fautive de quoique ce soit. Au contraire, elle lui avait offert quelques doux moments qu'il n'avait pas pu connaître autrefois. Alors, lorsqu'elle se leva, exprimant son incompréhension, il reprit sa taille en se relevant lui aussi. Puis, il commença à lui prendre ses épaules nues. Ainsi, il pouvait se délecter de la douceur de la peau de pêche de la demoiselle. Mais il n'allait pas encore recommencer ses avances maladroites. Car il s'en rendait compte. Même s'il la séduisait souvent, il ne se trouvait pas vraiment un air sérieux. Aussi, les choses qu'il allait lui dire nécessitaient une meilleure situation. Alors, en la prenant par les épaules, plongeant son œil rougeoyant dans les yeux de azurs d'Elyon, il se mit à parler avec le plus grand sérieux possible. Il ne voulait pas se retrouver séparé de la seule personne qu'il avait eue l'occasion de bien connaître tout en étant libre.

"Qu'est ce que tu te reproches, précisément? Tu m'as séduit, j'ai répondu. Pourquoi tu as l'air de le prendre si mal? Regretterais-tu? La seule chose que tu peux te reprocher, c'est de m'avoir embrassé. C'est mal?"

C'est alors que Declan vit bien plus clairement à travers les évènements passés. Ces derniers mots lui avaient fait repenser à ce qu'il s'était passé avec Elyon. Tout d'abord, il l'avait vue nue. Puis il l'avait habillée, puis déshabillée. Un peu après, il avait galbé son corps pour aller plus franchement découvrir de nouveaux horizons. Et enfin, après seulement, il l'avait embrassée. C'est à ce moment là que tout avait changé pour lui. C'est là qu'il avait souffert, qu'Elyon avait perdu toute son attraction pour l'esprit du loup d'argent aille se perdre dans les méandres de son passé. C'est à ce moment là qu'il s'était souvenu de cette seule phrase. "Nous sommes amis, après tout." Et là, maintenant, il y repensait encore, à cette phrase, à cette main meurtrie qui l'avait sauvé. Ce n'était, certes, pas aussi agressif que lorsqu'il était aux Ruines du Vieux Temps. Mais ce souvenir fut suffisamment présent, à nouveau, pour qu'une unique larme vienne couler de son œil rouge.
A ce moment là, il serra un peu plus la demoiselle en fushia pour venir caler sa tête contre son torse. C'était donc elle qui lui avait fait rappeler ce moment? Grâce à ce baiser? Était-ce la raison pour laquelle il s'était fait repousser à ce moment là? Tant de questions. Mais une persistait. Était-ce bon ou mal, en réalité? Elle l'avait fait souffrir en l'espace d'un baiser. Elle avait réussi à lui retirer un fragment de bonheur. Mais, d'un côté, grâce à ce baiser, elle lui avait permis de lui rappeler un souvenir qui s'était presque éteint. Un souvenir qui allait lui rappeler ce pourquoi il avait été ami Ren. Ce pourquoi il se battait.
Dans tous les cas, cette louve semblait navrée d'avoir créé cela. D'avoir usé d'un tel pouvoir. Aussi, Declan en conclut vite que cela n'avait pas été volontaire. Qui voudrait retirer le bonheur d'une personne? Les pires hommes, sans doute. Comme son père. Mais Elyon, il ne la percevait pas ainsi. Pour lui, même si elle avait exprimé une forme plutôt sulfureuse d'avance, elle restait de ces femmes à qui l'on ne peut reprocher d'avoir fait du mal. De ces femmes "pures", sans doute.


"Elyon... c'est donc toi qui m'a fait rappeler ce souvenir? C'est ce baiser qui a fait cela?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reflet-pareidolie.blogspot.com/
Elyon L. Evanesca

avatar

Féminin
Nombre de messages : 35

Pièces d'Or : 100


MessageSujet: Re: A la surface des eaux troubles |Declan|   Sam 9 Mai - 22:49

    Comme portée dans un tourbillon, la louve blanche avait l'impression de se faire happer par quelque chose. Sa vision semblait s'altérer tout comme sa conception des choses. Tout semblait ralentit, mené par le rythme lent des battements de son cœur qui résonnaient dans sa poitrine. Même Declan semblait lui aussi guidé par cette cadence lente et saccadée. Ce dernier s'était également relevé, et avait ensuite posé ses mains sur ses épaules. Ce contact surpris la demoiselle qui sursauta légèrement, puis la fit ensuite frissonner. Les mains du loup d'argent étaient particulièrement froides en cet instant, et pourtant, il faisait tellement chaud. Puis il s'adressa à elle d'un ton qu'elle ne lui connaissait pas, la regardant profondément de son œil flamboyant. Son regard à elle était vide, jusqu'à ce que le premier flot des questions de Declan lui parvinrent. Écarquillant les yeux, et entrouvrant légèrement la bouche, Elyon venait de comprendre. Son comparse n'avait alors jamais réalisé qu'elle était coupable de ce qui avait été infligé à Declan. Cependant, cela était en train de changer, le loup d'argent commençait lentement à comprendre lors du deuxième flots de question. Lorsqu'il mentionna le baiser, le regard azur de la demoiselle s'enfuit de nouveau. Un long silence s'installa alors, tandis que la réminiscence de ce baiser revint à faire ressurgir la haine qu'elle éprouvait à ses lèvres. Nerveusement, elle mordit de nouveau sa lèvre inférieur, une façon bien juste pour exprimer sa culpabilité. A ce moment là, Declan la serra près de lui, amenant sa tête contre son torse. Bien que ne comprenant pas, Elyon sentit un frisson parcourir son échine, et plus que cela même, son corps tout entier ne répondit plus. Elle n'était plus qu'une poupée de chiffon, mais en même temps, elle avait l'impression d'avoir été extirpée de l'eau où elle se noyait, respirant alors une bouffée d'oxygène. Une drôle de sensation en somme. Mais cela ne dura pas, car pour la première fois, Declan posait la question qu'il fallait. Pour la première fois il avait comprit. Le cœur d'Elyon se remit à battre de nouveau en une cadence fulgurante, tandis qu'elle sentit le sang affluer dans les moindres parties de son corps, ce qui la fit trembler.

    Bien qu'ayant le corps bouillant, la demoiselle avait froid. Bien qu'elle avait peur de voir vraiment la réaction de Declan lorsqu'elle lui avouerait de ses propres mots qu'elle était son bourreau, elle se devait de le faire. Elle usa alors de tout son sang froid pour se reprendre intense soit peu.

    " Souviens toi encore de ce jour là. Souviens toi de ce que je t'ai dit après que ... "

    Bien que sa voix était claire, celle-ci résonnait comme un glas. Le regard toujours aussi fuyant, Elyon éprouva le désir de fuir aussi lâchement que ses prunelles. Celle-ci tenta alors de se défaire des mains de Declan, mais bien qu'elle luttait, elle n'arrivait pas effectuer le moindre mouvement. D'une voix cette fois suppliante, elle poursuivit ses aveux.

    " ... ' Je suis un gibier trop dangereux ' "

    Elle regarda alors de nouveau Declan dans les yeux. Dans son oeil rouge elle pouvait distinguer son reflet, une ombre frêle et pathétique qui lui rappelait bien des souvenirs. Dans ce reflet elle pouvait voir cette fille si faible, si vulnérable, Lémuria. Cette vision si déstabilisante la fit hoqueter de stupeur. Elle était si pathétique qu'elle s'en mordrait littéralement les doigts. Mais elle se contenta seulement de baisser les yeux. Étrangement, cela l'avait fait retrouver son calme, cela l'avait se retrouver elle, Elyon.

    " Quelque soit le souvenir que je t'ai fait te rappeler, je t'en ai ôté un autre. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan Ziresh

avatar

Masculin
Nombre de messages : 77

Citations : Si l'on tue un homme, on est un meurtrier. Moi, j'en ai tué des centaines, mais j'ai été un héros.
Humeur : Un peu faim =3

Pièces d'Or : 120


Votre Parchemin
• Camp: Neutre
• Race: Bisclaveret
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: A la surface des eaux troubles |Declan|   Mar 30 Juin - 15:38

[ça fait un moment que j'ai pas écrit, donc on peut s'attendre à un truc pas forcément génial.]

"Un gibier trop dangereux." Malgré la situation, cette expression avait su faire sourire Declan. Elle n'avait pas paru aussi dangereuse lors de leur rencontre selon le loup d'argent. Après tout, même si elle avait été très entreprenante, jamais elle n'avait tenté quoique ce soit. Même ces vêtements qu'il lui avait achetés furent remboursés. Et pourtant... en un simple baiser, elle avait su lui rappeler ce souvenir. Un souvenir à la fois terriblement triste, et pourtant heureux, aussi, en quelques sortes. Bien entendu, il se souvenait de son ami, Ren, mais cet épisode là, en particulier, lui avait surtout rappelé cette amitié indéfectible qui nouait les deux personnages. Cette dévotion qui avait sauvé Declan. Et même s'il s'était senti particulièrement mal en voyant son ami meurtri par sa faute, il pouvait encore se féliciter d'avoir été accompagné durant une grande partie de sa vie par un homme tel que Ren.

" Quelque soit le souvenir que je t'ai fait te rappeler, je t'en ai ôté un autre. "

Bien entendu, Declan ne pouvait pas retrouver ce souvenir oublié aussi facilement. C'était peine perdue puisqu'il était disparu. Mais cela lui était égal. Il avait su se souvenir d'un épisode essentiel de sa vie avec Ren. Et si Elyon était responsable de cela, alors, même si cela lui avait fait mal un moment, il la remerciait de tout cœur. Bien entendu, il ne voulait pas ressentir encore une fois ce sentiment de tristesse qui l'avait tant percuté la première fois. Mais cela lui avait tout de même apporté quelque chose. Alors, comme un signe de reconnaissance, il desserra son étreinte pour faire glisser un peu plus ses mains sur le corps de la belle. La main droite sur les hanches, la gauche dont les griffes glissaient sur la poitrine de la louve. Et alors, il baissa un peu plus sa tête pour venir caresser le coup d'Elyon de par un souffle chaud, suivi d'un sulfureux...

"Et je t'en remercie."

S'en suivirent encore d'autres caresses pour des baisers au creux de la nuque de la louve blanche. Des baisers de plus en plus osés, avec une pointe de violence qui laissèrent place, ensuite, à de légères morsures. Les caresses aussi finirent par s'appuyer un peu plus sur les courbes généreuses de la femme.

"Tu m'as aidé, Elyon. Mais si ce pouvoir te fait mal à toi même, alors je n'en profiterais pas. Il n'y a aucune pour laquelle je puisse t'en vouloir..."


Sans aucune pudeur, Declan laissa glisser ses mains sur toutes les courbes de la louve, tout en continuant de lui mordre sensuellement le cou. Et pourtant, ils étaient dans la cour de l'auberge de la truite blanche. Malgré tout, le loup d'argent cessa ses affaires lorsqu'il vit venir un groupe de quatre femmes, d'âge mur, parlant particulièrement fort. Elles riaient, sans que le colosse ne puisse même savoir ce qu'il se passait réellement. Mais elles s'arrêtèrent immédiatement lorsqu'elles se rendirent compte de la présence du couple et, plus particulièrement, de la carrure de Declan, parsemée de cicatrices facilement visibles sur ses bras qui avaient enlacé Elyon et ainsi relevée sa cape qui découvrait son buste taillé dans le roc.
La situation se faisait bien moins intime, d'un coup. Mais le loup ne s'en inquiétait pas. Il savait qu'il ne rendait pas Elyon indifférente, et que c'était un sentiment partagé. Alors, à moins qu'elle veuille encore "jouer" comme aux Ruines du Vieux Temps, il allait pouvoir l'accompagner quelque part, sans doute...

"Nous pourrions sans doute aller quelque part...?"

[C'est court désolé. M'enfin, avec le temps je devrais m'y refaire. Et puis l'essentiel est dit.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reflet-pareidolie.blogspot.com/
Elyon L. Evanesca

avatar

Féminin
Nombre de messages : 35

Pièces d'Or : 100


MessageSujet: Re: A la surface des eaux troubles |Declan|   Dim 12 Juil - 2:24

    Ne comprenant pas vraiment ce qui était en train de lui arriver, Elyon ne pouvait de toutes façons pas beaucoup agir. Cependant, elle se sentait de plus en plus apaisée, et pour cause, la douceur de Declan y était pour quelque chose. En effet, il n'était pas un homme si brute qu'il ne paraissait. Autant meurtrit de cicactrices dans son coeur que sur son visage. Elyon l'avait vu, elle avait même pu entrevoir beaucoup de choses sur Declan, sans pour autant lui avoir également ôter ces choses, et quelle chance, ni elle ni lui ne l'aurait supporté. La louve n'avait jamais ressentit autant de tristresse dans une seule âme, et c'était certainement la raison qui faisait qu'elle avait été davantage affectée par ce qu'elle avait fait au loup d'argent. Déjà pour avoir violé son âme, ce qui lui était le plus cher et ce qui l'avait autant blessé, mais pour en plus avoir dérobé un souvenir parmi le peu de souvenir heureux qu'il possédait. Declan savait tout cela à présent et pourtant, il était en train de caresser affectueusement la louve blanche. Plus surprenant encore, mais pourtant davantage soulageant, fut lorsqu'il s'approcha de son cou lui murmurant un remerciements des plus sulfureux. Un long frisson parcouru alors l'échine de la louve, encore plus inapte à se mouvoir. Puis ce ne fut pas d'autres caresses que se permit Declan, mais des baisers sauvages dans la partie si sensible qu'était son cou. La sensibilité ne faisait que rendre ses baisers agréables.

    "Tu m'as aidé, Elyon. Mais si ce pouvoir te fait mal à toi même, alors je n'en profiterais pas. Il n'y a aucune pour laquelle je puisse t'en vouloir..."

    C'était les mots de trop. Elyon laissa tomber sa tête entre le cou et l'épaule de Declan, serrant alors de ses fébrils poignets les bras du loup d'argent. Silencieuse, elle n'exprima son soulagement que par quelques larmes chaudes qui coulèrent sur la peau du bisclaveret. Elle se sentait libre, ou plutôt délivrée d'un fardeau trop lourd à porter pour de si fragiles épaules. La louve avait beau se donner une apparence de femme fatale, sûre d'elle et prétencieuse à souhait, il n'en était rien. Se montrer ainsi faible n'avait plus d'importance, ou n'en n'avait pas, pas avec Declan. La moindre des choses était d'être honnête avec ses propres sentiments lorsqu'elle était avec Declan. Elle avait eu accès à ses peurs et ses angoisses, aux choses qu'il haïssait et aimait le plus. Mais lui, lui n'avait rien eu d'elle, et même si elle, elle avait eu injustement ces choses, elle les avait eu. Elyon ressentait le besoin d'être honnête avec Declan, ou plutôt la possibilité de l'être. Elle se sentait rassurée, en sécurité, et mieux encore, appréciée. C'était l'une des choses les plus importantes pour elle, malgré les apparences. Et Declan se montrait digne et capable de cela, ce qui différait du seul homme qu'elle avait autrefois aimé.

    "Nous pourrions sans doute aller quelque part...?"


    Encore tremblante, la louve serra de plus en plus fort son étreinte, allant jusqu'à presque enfoncer ses ongles dans la chair du loup d'argent. Cependant ce mince effort ne dura pas, l'émotion qu'elle venait de ressentir, n'avait fait que l'affaiblir davantage. Délestée de ce qui la rongeait le plus, rien ne lui permettait plus de tenir. Emportée par la fièvre, Elyon était à présent semie-consciente, mais cela ne durerait certainement pas. Lâchant prise, elle aurait pu tomber si Declan ne la portait déjà pas à moitié. Et ce fut d'une voix cassée et fébrile qu'elle lui répondit.

    " Declan ... Emmène-moi voir un médecin, s'il te plaît. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan Ziresh

avatar

Masculin
Nombre de messages : 77

Citations : Si l'on tue un homme, on est un meurtrier. Moi, j'en ai tué des centaines, mais j'ai été un héros.
Humeur : Un peu faim =3

Pièces d'Or : 120


Votre Parchemin
• Camp: Neutre
• Race: Bisclaveret
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: A la surface des eaux troubles |Declan|   Ven 4 Sep - 14:28

La réponse d'Elyon s'était d'abord traduite physiquement, à travers une étreinte un peu plus forte. Étreinte que Declan savourait allègrement, tout en respirant le parfum si particulier de sa louve blanche. Etrangement, il appréciait bien plus d'être enlacé que d'enlacer. Peut-être était-ce la chaleur de l'acte, ou alors était-ce le fait qu'il n'aie jamais été réellement étreint autrefois. Mais depuis qu'il connaissait Elyon, il s'en rapprochait de plus en plus, comme pour rattraper ce qu'il n'avait pas atteindre autrefois. Et ce, malgré son obligation autre qui ne cessait de lui revenir en tête. Sauver Ren. C'était étrange comme cette mission se montrait de plus en plus importante quand la louve était là. Declan, lui, commençait à se demander ce que cela signifiait. Serait-elle un obstacle à l'accomplissement de cette mission, représenté sous la forme de l'envie et de la tentation? Ou bien, au contraire, c'était se dire qu'elle pourrait l'aider à ressusciter son ami? Même si c'était le cas, il ne pourrait la rejoindre. Elle était contre Fall, et ce dieu, aussi maléfique soit-il, était encore pourvu de ses pouvoirs. Et bientôt, ces pouvoirs seraient accessibles au loup d'argent...

Finalement, la réponse de la louve n'avait pas été uniquement physique. C'est sous une voix cassée qu'après son étreinte, se laissant quasiment tomber dans les bras forts de Declan, qu'elle demanda à voir un médecin. A vrai dire, le héros ne pensait pas vraiment à une intimité de ce genre... Et il ne pensait pas non plus qu'elle finirait par s'affaiblir autant. Mais à vrai dire, depuis qu'il l'avait retrouvée à Ys, elle semblait changée. Plus fragile, à fleur de peau, peut-être. Elle était bien loin de ce rôle de "femme fatale" qui l'aguichait aux Ruines du Vieux Temps. Mais malgré son étonnement, bien entendu, il ne s'attarda pas. Et plutôt que de traîner péniblement la frêle demoiselle, il passa son bras droit dans son dos, le gauche sous ses cuisses, et finit par la porter jusqu'à l'intérieur de l'auberge, au frais. Bien entendu, le groupe des dames d'âge mûr ne purent s'empêcher de se chuchoter quelques interrogations et avis tandis que le loup d'argent portait sa louve à l'intérieur. Là, encore, les regards se posèrent sur eux, bien plus encore que lorsque c'était lui seul qui était arrivé. Mais il ne resta pas longtemps. Il ouvrit la porte de la Truite Blanche qui déboucha sur la rue du commerce.

Declan avait vagabondé longtemps dans les rues d'Ys, aussi, il ne peina absolument pas à retrouver le chemin d'un herboriste du coin. Il privilégia d'ailleurs cet homme là, car il avait entendu plusieurs fois son nom dans différentes tavernes, comme quoi il avait guéri plusieurs maladies et avait participé aux soins de différents villages assaillis par la Guilde. Il trouva le magasin, à moins que l'on puisse aussi appeler cela une clinique. Mais personne n'était à l'intérieur... Il y régnait une atmosphère ésotérique, avec toutes les plantes, racines et autres choses insolites pendouillant du plafond. Un peu plus loin, quelques lits étaient là, et il y avait déjà deux autres malades, tous endormis, le teint assez pâle, mais un sommeil calme, semblait-il. Sans vraiment réfléchir à l'éthique, qui aurait été d'attendre le médecin, il posa doucement Elyon, suffoquant presque, sur le lit le plus proche? Sur la table de nuit, à côté, il posa une grosse poignée de l'argent qu'il avait volé avec Ren, en fuyant son gang. Cela servirait bien assez à payer le médecin s'il revenait.

Car oui, Declan voulait s'en aller. Étrangement, le mal ressenti par Elyon, il semblait que ce soit le loup d'argent qui l'aie créé. Elle avait su se fondre dans la masse pour lui rendre l'argent qu'elle lui devait, mais il avait suffit de quelques mots pour qu'elle aille jusqu'à presque s'évanouir. Il s'en irait alors. D'une part, elle irait certainement mieux. Et d'autre part, il ne cessait de se le dire. Il avait quelque chose d'autre à faire... Mais malgré tout, il sentait qu'il la reverrait. Il ne savait quand, mais il avait presque la certitude qu'il la croiserait encore, même s'il devait rejoindre la Guilde. Aussi, en guise d'adieu, il se pencha sur le corps allongé d'Elyon, caressa du bout de ses doigts le ventre, puis la poitrine, puis les lèvres de la belle. Et enfin, il posa les siennes juste sur le coin de la bouche de la louve. Ce fut bref, car il savait à quel point cela la peinait d'avoir cet étrange don. Mais il avait toujours ce désir d'aller plus loin avec elle. Malheureusement, s'il voulait aller plus loin, il allait devoir reporter la chose à une autre fois...


Je dois partir. Nous nous retrouverons Elyon. C'est certain.

Il caressa une dernière fois les lèvres et la joue de sa compagne... puis il se dirigea vers la sortie de la clinique. Espérant accessoirement qu'elle puisse le retenir, qu'elle veuille sa présence. Malgré sa mission principale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reflet-pareidolie.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la surface des eaux troubles |Declan|   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la surface des eaux troubles |Declan|
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Perdu en eaux troubles
» La quête du Temple des Eaux Troubles.
» [Main Blade Winner : Salle du Trone] Eaux troubles et troubles faits
» Des joueurs des Olympiques de Gatineau en eaux troubles
» En Eaux Troubles ? JAMIE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Erin :: Dahut :: YS, CAPITALE DE DAHUT :: LA TRUITE BLANCHE-
Sauter vers: