AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  Galerie  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Eutémia Eslaerin

Aller en bas 
AuteurMessage
Eutémia Eslaerin

avatar

Féminin
Nombre de messages : 30

Citations : Le plus beau bijou d'une femme est le silence... mais elle le porte rarement!
Humeur : *regarde une banane en souriant* : " Viens pitit, pitit..." > Sourire de croquemitaine<

Pièces d'Or : 100


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique
• Race: Elfe
• Pouvoirs:

MessageSujet: Eutémia Eslaerin   Mar 12 Mai - 12:59

Petit message avant la lecture... ^^' Voilà, je tiens à prévenir que j'ai bidouillé un peu une histoire d'elfes ( Les Neidrags) que j'ai essayé de rendre cohérente avec le contexte du forum... Si, toutefois, vous trouvez qu'elle ne l'ai pas, je changerais tout ( plus de Neidrags)... ^^'


Votre Personnage:


*Nom de Famille: Eslaerin

*Prénom: Eutémia

*Sexe: Féminin

*Âge: 60 ans

*Race: Elfe -Neidrag-

*Affinité: Bénéfique

*Désirs, ambitions:

  • Libérer les Dieux pour en finir de Fall.
  • Retrouver Shiria et son île.


*Pouvoirs:

  • Contrôle la nature(pousser des lianes, ouvrir des gouffres, faire pousser une plante, etc.)
  • Télépathie (avec les humains comme avec les animaux).
  • Peut faire apparaître une arme elfique.
  • Peut ensorceler ses ennemis en jouant de son instrument (flute de pan)



*Armes: Arc & Epée elfique.

*Description physique:
Elle semble avoir été conçue dans du marbre. Sa peau froide, lisse et sans imperfection, sans un petit grain de beauté, est légèrement bronzée pour sa race, par contraste avec le teint laiteux de sa jumelle. Son visage ovale et ses traits fin, ensuite, lui donnent un air de statue sculptée que ses grands yeux bleus accentue. Ses oreilles pointues viennent rappeler son origine elfique. Bref, son visage est un masque sans défaut qu’un sourire vient rarement déformer : il est généralement froid et inexpressif. Seuls ses « amis » arriveront à distinguer une goutte de nostalgie dans ses yeux. Ils y devineront un rapide regret et pendant l’espace d’un instant, y verront un ou deux révélateurs sentiments. N’importe qui d’autre ne verra qu’une beauté extraordinaire, un visage dénué de sentiments, comme si le destin avait voulu l’épargner des souffrances de ce monde et lui avait, en même temps, retiré tout bonheur. Une expression qui ne fut pas toujours ainsi...
La couleur de ses cheveux varie enfin selon le temps et la lumière, passant du blond clair à l’argenté, mais la différence est imperceptible à ceux qui ne la côtoient pas souvent.
Enfin, c'est une adepte des jupes, et, surtout, des shorts qui lui permettent de se déplacer sans encombre. Elle ne prête pas réellement attention à sa garde robe: ses hauts sont moulants, chauds, argentés ou dorés. Elle porte constamment un collier étrange et de hautes bottes dorées.

*Description morale:

Honnête, Eutémia respecte toujours ses engagements et promesses. Courageuse, elle va au bout des choses et assume entièrement ce qu’elle fait ou pas. On ne lui dicte pas sa conduite : sa force de caractère la destine plutôt à donner des consignes au autres. Curieuse et compliquée, Eutémia est aussi obstinée, et, malheureusement, pas toujours dans le bon sens. Mais son adresse, sa force et sa malice la rendent supportable.
Intelligente, elle est aussi d’un orgueil extrême (qui égale presque sa discrétion). Sa égoïsme la perdra malheureusement un jour : faire passer son bonheur avant celui des autres lui a valu bien des regards détestables. Elle est aussi très maniérée et a pas mal de tics... Sa froideur et ses secrets peuvent effrayer au premier abord et elle ne s’ouvre que très difficilement... Ainsi, elle n’a que 3 personnes auxquelles elle tient : Shiria, Le vieil Hector et Hélissa. Il lui a quand même fallu 60 ans avant de considérer ces deux derniers comme ses amis. Son amitié est précieuse.
Elle est malheureusement très rancunière : Les sexistes ne sont pas pardonnés avant plusieurs dizaines d’années et ses colères font parler d’elle. Non qu’elle s’énerve et vous rabaisse un bonne fois pour toute... elle est trop bien éduquée pour cela ! Son regard vous donne simplement envie de ressembler à une fourmi pour aller vous cacher, son ignorance vous met mal à l’aise tandis que sa froideur et son sang froid vous laissent en général perplexe... Un mélange curieusement efficace. Heureusement, elle ne s’énerve pas facilement : Son sang-froid et son calme lui ont été dictés par des années de tolérance et de respect.

*Famille: La seule famille qu’elle se souvient avoir jamais eu était sa sœur, Shiria. Elles étaient jumelles et si différentes... Chacune aimait ce que l’autre détestait et c’était malheureusement dans leur nature... Malgré leurs grosses différences, elle s’entendaient étrangement bien et se partageaient tout.

*Autres: /

Autres:


*Comment jugez-vous votre niveau RPG? Je dis bon pour le principe mais il faut toujours que je m’améliore ^^’

* Questions/Remarques?Je ne sais pas si l’histoire des Neidrags passera... Suspens ^^ *mode lapin crétin*

*Code: Validé par M.E


Dernière édition par Eutémia Eslaerin le Sam 16 Mai - 13:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Eutémia Eslaerin   Mar 12 Mai - 13:54

Ouais, une elfe !! Bienvenue, chère hum... consoeur ??
Revenir en haut Aller en bas
Mikaël Eòghan
~> Admin Polaire <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1901

Citations : Un démon ? C'est un ange qui a eu des malheurs ; un ange émigré.
Humeur : Cherophobe

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Maléfique
• Race: Hybride (Erewent/Humain)
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Eutémia Eslaerin   Mer 13 Mai - 17:34

Bienvenue sur Erin consoeur Glaçon! n_n
J'attend de voir la fin de la fiche avant de voir pour ton histoire d'Elfe. C'est de quel origine? Juste un petit détail au niveau de l'âge; d'une part ton personnage à
60 ans, mais dans le caractère tu parles de 200 ans de fréquentation xD
Ensuite pour l'histoire d'apparence 18-20, je préfère en général qu'on
ne le mette pas, ça prête à confusion ensuite quand d'autres disent "60
ans" avec apparence "40 ans" etc... Mais vu qu'un Elfe a une espérance
de vie de 140 ans, c'est vrai qu'elle n'est même pas à la moitié de sa
vie xD
Sinon, beau début de fiche, je valide ton code. Bon courage pour la suite!

_________________
~Seul Nath a le droit de m'appeler Misky. Les autres.... Disons que je leur ferais subir un sort qui leur ôtera l'occasion de reprononcer ce... patronyme. è-é~

~Mode Admin Méchant qui Tient à sa Fierté~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gilthoniel7.skyblog.com
Gabriel Jeevas
~> Blondinet débauché de Tara <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 699

Citations : Partenaire particulier cher autre partenaire particulier
Humeur : En manque.

Pièces d'Or : 160


Votre Parchemin
• Camp: Fall, mais se fiche complètement de cette guilde de psychopathe
• Race: Humain
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Eutémia Eslaerin   Mer 13 Mai - 18:25

Lapin crétiiin xD

Bon, débarasse toi de Fall, on en a bien besoin *Ca c'est Gabriel*
Non ne le tue pas T.T *Ca c'est la narratrice*
Que de divergeance de points de vue xD

Brefouille, bienvenue sur Erin Melle l'elfe, j'espère que tu t'amuseras bien, ce forum est génial *.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loli-pamplo.skyrock.com/
Eutémia Eslaerin

avatar

Féminin
Nombre de messages : 30

Citations : Le plus beau bijou d'une femme est le silence... mais elle le porte rarement!
Humeur : *regarde une banane en souriant* : " Viens pitit, pitit..." > Sourire de croquemitaine<

Pièces d'Or : 100


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique
• Race: Elfe
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Eutémia Eslaerin   Sam 16 Mai - 13:05

Arya> Hello consoeur! Enchantée!

Gabriel> Viii! ^^ Vive les lapins crétins! A mort Fall!! *pas taper pas taper* ^^'

Mikaël> En fait, pour les Neidrags, c'est une espèce que j'ai inventée... En fait, en faisant des recherches sur les elfes, j'ai découvert plein d'incohérence. En général, ils étaient tous cohérents sur les elfes noirs, de lumière et les elfes des bois mais après ça divergait: j'ai trouvé des elfes de lunes, des elfes sauvages et j'ai fini pas m'y perdre... Alors j'ai repris l'idée générale ( à savoir que les elfes vivent dans la nature avec laquelle ils sont en accord et pour laquelle ils chantent et je l'ai remixé)

Synopsis:
Les Neidrags ( "Gardien" à l'envers ^^') sont les premiers elfes ( comme l'homme de néendertal pour l'homme sauf que lui il a disparu) et vivent isolés sur une île invisible depuis des millénaires voire plus... Ce qui fait que leur existence ne devrait pas gêner la cohérence dans le forum. Contrairement aux elfes 'modernes' qui font naitre des elfes entre eux, eux naissent des tornades qui viennent les déposer dans le volcan creux et mort de l'île. Mais les volcans se font rares. Les elfes meurent et ne sont pas remplaçés : les neidrags sont en voie d'extinction. Eutémia et Shiria sont les dernières elfes déposées par une tornade et les plus jeunes de l'île. Je ne vais pas raconter son histoire: je la pofines là, mais en gros, Eutémia finira par quitter l'île qui se fera massacré...

Par rapport aux autres elfes, les Neidrags sont en alliance avec le vent et la Terre et ne les traitent pas comme des armes mais un être à part qui est de leur côté. Ils chantent eux aussi des chants et les plus forts Neidrags peuvent ensorceler leurs ennemis grâce à leurs chants. Ce sont quasiment les seules différences: ils sont autant enfants de vent que de la nature...

Pour le souçis de l'âge j'ai juste fait une petite erreur: Eutémia avait 200 ans à la base mais je vais corriger ça.

Voilà j'aurais fini l'histoire ce week-end normalement =). Autre chose?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikaël Eòghan
~> Admin Polaire <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1901

Citations : Un démon ? C'est un ange qui a eu des malheurs ; un ange émigré.
Humeur : Cherophobe

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Maléfique
• Race: Hybride (Erewent/Humain)
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Eutémia Eslaerin   Sam 16 Mai - 16:36

D'accord merci pour les infos^^
A vrai dire j'hésite un peu mais je m'en voudrais de te faire réécrire une histoire x_x Je vais y réfléchir et en parler avec la staff.

_________________
~Seul Nath a le droit de m'appeler Misky. Les autres.... Disons que je leur ferais subir un sort qui leur ôtera l'occasion de reprononcer ce... patronyme. è-é~

~Mode Admin Méchant qui Tient à sa Fierté~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gilthoniel7.skyblog.com
Eutémia Eslaerin

avatar

Féminin
Nombre de messages : 30

Citations : Le plus beau bijou d'une femme est le silence... mais elle le porte rarement!
Humeur : *regarde une banane en souriant* : " Viens pitit, pitit..." > Sourire de croquemitaine<

Pièces d'Or : 100


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique
• Race: Elfe
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Eutémia Eslaerin   Dim 17 Mai - 13:09

Voilà l'histoire, mais si ça pose problème, il y a aucuns souçis je recommencerais tout. Elle sera juste un peu plus courte mais cohérente.
PS: J'ai pas dit merci dans le dernier message (quelle malpolie je sais ^^) donc merciii pour l'accueil! - Et mille pardons-


Note sur la compréhension: dans l'histoire, on passe du point de vue de Shiria à celui d'Eutémia, et vice versa.


Biographie :
Savez vous ce que sont les Neidrags ? Non... Surement pas. Les Neidrags sont les elfes premiers des elfes de vent. Fermez donc la bouche : vous ne savez pas ce que sont les elfes premiers ? Eh bien... les hommes premiers sont les singes. Les elfes premiers sont donc les créatures de base des elfes, avant que ces dernières ne mélangent leur sang à celui des autres humains... Les Neidrags : c’est ainsi que les elfes premiers des elfes du vent, les vrais enfants du vent, se sont appelés. Rares sont ceux qui connaissent leur existence : les premiers elfes connus étant les elfes nordiques et celtiques.
Il y a 60 ans, ils étaient en voie d’extinction et vivaient dans une île isolée. Ces premiers elfes du vent naissaient alors des tornades. Chaque année, une tornade apparaissait et l’île fêtait l’arrivée de la nouvelle venue. Mais ces derniers siècles, les nouveaux étaient rares et les enfants du vent n’avaient jamais été nombreux : plusieurs elfes mourraient chaque année, tombé dans une falaise... Les tornades se faisaient de plus en plus rares et leurs petits de plus en plus faibles. Les enfants des tornades désespéraient... Les hommes vécurent alors – à leurs dépens- le siècle des grandes découvertes. Les enfants du vent passaient leurs journées, anxieux, à surveiller le large, soufflant pour éloigner les bateaux qui s’approchaient.
Et, il y a 60 ans, leur mère eut pitié d’eux. La plus gigantesque des tornades apparut sur l’océan. La puissance de la tornade excita ses enfants : le nouveau venu serait le plus fort que n’ai jamais connu l’île. Plus une tornade était forte, plus son enfant était puissant. Inespéré. Dévastant une dizaine de bateaux, elle s’approcha de l’île et se fit douce... Dans le volcan éteint de l’île – le berceau- elle déposa non pas un enfant du vent mais deux. Stupéfaction. Jamais une tornade n’avait eut deux enfants. C’était il y a 300 ans que naquirent les premières et seules jumelles de l’île : Eutémia et Shiria. Les derniers enfants de l’île.

***


Shiria leva le visage vers le ciel étoilé... La lune leur en voulait ces derniers temps. Ces visites se faisaient rares... La pâle elfe n’aimait pas quand la lune partait. Elle avait besoin d’elle pour la bercer pendant son sommeil... Sinon, elle avait encore ce cauchemar. Ce cauchemar répétitif... Ses mains appuyèrent sur ses tempes comme pour en chasser ce cauchemar, qui revenait irrémédiablement. Les étoiles scintillaient et la forêt la berçait d’un doux chant pour qu’elle s’endorme... Mais rien n’y faisait, la lune n’était pas là. Son meilleur ami le vent, vint doucement lui caresser le bras pour lui rappeler de dormir... Elle soupira légèrement mais ne s’endormit pas. Au contraire, elle se leva. Le vent siffla un reproche que la forêt entière reprit et fit résonner. Mais ils ne lui feraient pas changer d’avis. La lune n’était pas là. Elle ne dormirait pas avant son arrivée. Elle commença à marcher, ses pas touchants à peine le sol, le survolant légèrement et savourant le peu de contact qu’il y avait entre la paume froide de ses pieds nus et la surface humide de la terre nue. Quelques minutes plus tard, elle s’étira légèrement et accéléra la cadence. Les branches se levèrent en signe de protestation mais rien n’y fit. Elle traversa la petite forêt pour rejoindre la mer. Comme à son habitude, Eutémia y veillait. Shiria vola silencieusement à côté de sa sœur. Même si l’île était sa famille, Eutémia était la seule qu’elle puisse réellement traitée de sœur. Elles avaient la même mère. Toutes deux filles de vent, et filles d’une même tornade. Elle posa ses yeux brillants sur le corps, roulé en boule, de sa sœur. Celle-ci releva un œil fatigué. Elle n’était même pas étonnée de la voir. Le vent , -quel traitre !-, l’avait encore prévenu de sa venue. Sans rien dire, elle s’assit aux côtés de sa sœur, qui prenait le temps de se relever, et porta son attention sur l’océan... Ses pensées vagabondèrent encore... Toutes deux filles de la même tornade...et pourtant si différentes. Elle jeta un rapide coup d’œil à Eutémia. Sa sœur avait si peu d’une elfe. Son visage était constamment bronzé, ses yeux étaient bleus comme le ciel et ses cheveux couleur blond-argentés... Chacun de ses attributs était d’une extrême rareté chez eux. Son corps était aussi bien proportionné que la normale et la seule chose qui la reliait à Eutémia était cet air sur son visage. Eutémia passait ses nuits au loin, sur la Terre de Hommes, à rêver d’une vie impossible tandis que Shiria la passait bercée par la Lune à rêver de son île. Eutémia voulait que les Neidrags se dévoilent au grand jour. Mais Shiria aimait tout le secret et le mystère qui tournait autour de leur existence... Mais elle ne comprenait pas... Comment se faisait-il que se soit la seule elfe de l’île – depuis son commencement- qui veuille la quitter ? Pourquoi était elle différente ? Les questions fusaient dans l’esprit de Shiria qui restait immobile, le regard dans le vide. Ses pieds volaient sur la surface et, à chaque fois qu’un de ses doigts de pied semblait toucher la surface lisse du sable fin, il s’en éloignait aussitôt et, jamais, elle ne touchait le sol. Le vent formait un cocon protecteur autour de son fin corps...
« J’en ai assez. »

Shiria releva des yeux choqués vers sa sœur. Elle ne parlait jamais la nuit : c’était son moment à elle. Le seul où elle puisse voyager sans se faire réprimander. On ne peut deviner où est l’esprit de l’autre. Et le sien passait ses nuits chez les hommes. Shiria sentit une boule se former dans sa gorge et le vent cessa un instant de les caresser. Interrompre le silence était une de ses habitudes ... pas celle d’Eutémia. Surtout pour dire ça. Shiria détourna bien vite son regard au loin. « J’en ai assez » très peu et très révélateur... Mais de quoi en avait-elle assez ? Elle se prépara à parler mais elle fut prise de court. Eutémia répondait déjà à la question informulée.
« Ils ne cessent de nous énerver avec cette histoire de destinée... »

Son regard plein de compassion se posa sur elle. Les habitants devenaient de plus en plus lourds avec cette histoire. Elle la comprenait. Mais Eutémia n’attendait pas de réponse... D’ailleurs, elle était déjà partie loin. Là où Shiria ne voulait pas la voir partir. Le regard envieux de sa sœur ne quittait plus l’horizon. Elle sentit son cœur se resserrer : sa sœur n’était pas heureuse ici. Et c’était dur à avaler. Ses paroles flottaient hors de sa bouche et plus rien ne pouvait les arrêter. Les mots étaient rester trop longtemps. Ils devaient sortir. Aujourd’hui ou plus tard, mais Eutémia ne pouvait plus les garder.
« ... Je veux juste être normal. Est-ce trop demander ? »

Fausse question. Non, ce n’était pas trop demander. Mais toutes deux le savaient. Shiria se contenta de reporter son regard au loin. Elle aurait voulu lui dire que oui, ils étaient agaçants, qu’ils n’arrêtaient pas de leur dire et que oui, elle aussi, elle voulait être normale quelque fois. Elle voulait lui hurler qu’elle aussi elle voulait la paix, qu’elle en avait marre que les conversations s’arrêtent à son passage parce que c’est une des deux petites filles de l’île. Elle lui en voulait de sortir ça comme ça. Parce qu’elle la comprenait. Eutémia avait raison. Mais rêver de choses impossibles faisait mal et n’avançait à rien. Elle ravala toutes ses paroles, et les larmes qui allaient avec, pour sortir de sa voix enrouée :
« Tu voudrais aller là-bas ? »

Toutes deux savaient très bien que oui. Shiria ne tourna pas la tête pour voir le hochement de tête qu’elle détestait. Ce hochement qui voulait dire « Oui je préfère t’abandonner avec eux pour mon propre bonheur ». Elle se contenta de se relever doucement et de murmurer :
« Très bien... Demain matin à l’aube. Tu partiras. »

Elle se serait attendue à une réaction mais sa sœur pâlit simplement. Alors qu’elle se levait, elle vit les lèvres de celle-ci se desserrer. Mais elle ne voulait pas savoir ce qu’elle avait à dire : elle courut à nouveau dans la forêt sombre. Elle n’aurait jamais dû aller attendre la lune avec sa sœur. Ses yeux humides ne lui furent d’aucune aide. Le vent la guida, compréhensif. Cette nuit là, la dernière, elle se coucha sans la lune.

Rien... Néant. Shiria sentait le cauchemar se préparer... Elle allait le revivre. Encore. Elle s’y plongea sans résistance se laissa tomber, aspirée dans le tourbillon de son esprit.
L’habituel chemin de pierre apparut... Elle avança, le vent lui claquait sur le visage, tentant vainement de la retenir. Mais il était trop tard. Le grand arbre, et son creux sinistre, se dressait à présent devant l’elfe. Elle s’y glissa et sa main fit un dernier adieu à son ami. Il lui fallait vivre le cauchemar puisque la lune n’était plus là pour la bercer.
Tout devint sombre. Il n’y avait plus rien. Elle restait seule à attendre dans l’obscurité humide de ses cauchemars...
Le premier rêve, comme à son habitude, lui claqua au visage. Elle s’y retrouva plongée sans qu’on lui demande son avis. Elle ne se plaignit pas : elle avait l’habitude. Bientôt, deux petites elfes apparurent, courant l’une après l’autre... La petite tignasse blonde poursuivant l’elfe pâle avec un sourire narquois...
« Je te rattraperais ! »

Mais la petite elfe aux cheveux bleus fut plus rapide. Elle rit joyeusement et sauta sur une haute branche de sapin. Elle était agile, elle le savait, et en profitait...
« Jamais ! cria t’elle dans un extase enfantin. »

Shiria était là, ombre transparente, imperceptible, son regard attendri posé sur la petite tignasse bleue... Elle était tellement maligne. Mais la petite hirondelle se figea : sa sœur avait disparu. Elle regarda partout, anxieuse. Où était-elle passée ? Elle descendit de sa branche.
« Aïe »

La petite tignasse blonde se jeta sur elle et elles se retrouvèrent à faire des galipettes dans le champ de fleurs... Le soleil les couvrait de sa chaleur protectrice et le vent caressait ses poussins... Elles s’étaient calmées. Toutes deux planaient, allongées, sur l’herbe. Eutémia se posa sur l’herbe. Shiria, choquée, la regarda. Mais sa sœur lui sourit. Un mot. Son mot.
« Essayes. »

Shiria n’était pas convaincue. Elle plongea son regard inquiet dans celui, rassurant, de sa sœur. La petite rebelle lui fit un clin d’œil. Un énorme sourire se dessina sur le visage de l’hirondelle et elle se laissa toucher par l’herbe. L’herbe était curieuse et parcourait leur peau, dégustant sa fraicheur. Toutes deux rirent : ça chatouillait ! Puis elles finirent par se calmer. Silence reposant. Curieuse, elle finit par murmurer:
« Que feras tu plus tard ? »


Dernière édition par Eutémia Eslaerin le Mer 20 Mai - 17:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eutémia Eslaerin

avatar

Féminin
Nombre de messages : 30

Citations : Le plus beau bijou d'une femme est le silence... mais elle le porte rarement!
Humeur : *regarde une banane en souriant* : " Viens pitit, pitit..." > Sourire de croquemitaine<

Pièces d'Or : 100


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique
• Race: Elfe
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Eutémia Eslaerin   Dim 17 Mai - 13:15

Cruelle question. Le regard d’Eutémia s’assombrit. La Shiria de 60 ans, le fantôme du souvenir, s’approcha de sa petite sœur, lui caressa le visage. Mais Eutémia ne sentait rien. Son esprit n’était plus là. C’est à ce moment là que commença son voyage dans l’autre monde... Son escapade intérieur et ses rêves fous. Le petite hirondelle pâle ne savait pas encore et, curieuse, elle reprit :
« Alors ? »

Rien. Silence. Elle pencha la tête, étonnée, vers sa sœur. Elle perçut cette tristesse, ce vide dans ses yeux. Elle se mordit la lèvre : qu’avait-elle dit de mal ? Elle tenta de se rattraper :
« Demain, le vieil Hector va nous raconter la suite de l’histoire! »

Mais sa tentative échoua. Ca ne servait plus à rien : Eutémia était partie. Son esprit s’était engouffré dans un lieu magique et secret dont seule elle connaissait l’existence...
Tout se retourne alors... La vision se tord en une spirale douloureuse et disparait au loin. Il ne reste que Shiria, et ce vide agaçant. Le prochain souvenir arrive... mais Shiria regrette malgré elle le premier. Le noir froid ne lui laisse pas le temps de la méditation : son deuxième rêve lui saute à la figure, plus violent encore que le premier.
C’était leur 30 ans ... Qu’elles étaient mignonnes ! Elles commençaient déjà à changer. Le visage de Shiria avait mûri et Eutémia arborait désormais une expression conquérante. Son regard n’était plus aussi doux. Elle ne se le permettait plus que quand elles étaient toutes les deux. Seules. Le conseil des anciens de l’île les avait appelées. Hector, le plus vieux Neidrag, présidait l’assemblée. Le discours était long et ennuyeux. Le souvenir était flou... Seule la voix de Hector résonnait, depuis une heure, sage et imposante. Le temps passait lentement... Ses paroles n’étaient plus qu’un bourdonnement d’abeilles jusqu’à...
« ... C’est la raison pour laquelle vous êtes désormais les gardiennes de la berceuse. »

Tout s’effondra autour d’elle. Elle ne vit plus que les yeux paniqués d’Eutémia. C’était trop tôt. Elles n’étaient pas prêtes : Elles avaient besoin de 20 ans de plus. Mais Eutémia était plus vive, elle la vit se retourner... et courir dehors : Là où elle était libre. Shiria resta là, piégée entre son destin et son envie. Eutémia avait déjà choisi.
Le souvenir disparait à nouveau... Il ne reste plus que deux souvenirs et le cauchemar du jour fatidique avant qu’elle ne se réveille en hurlant, en sueurs...
Debout dans la forêt, elle tenait son arc. L’arc était son arme favorite. Il lui suffisait de la tendre et la flèche, sa fidèle servante, volerait fébrilement et traverserait le cou de ses ennemis. Elle n’apprenait pas à utiliser un arc. Elle jouait avec. Il arrivait que le vent, taquin, vienne la détourner de sa cible. L’arbre le remerciait alors par un bas mouvement de ses branches. Eutémia, loin de s’énerver, en riait. Il ne pouvait l’énerver : ils étaient pareils. Comme tous les Neidrags.
La maîtrise de son épée fut une tout autre histoire... Le souvenir devint flou et un mélange de passages apparut, résumant l’histoire de son épée. Cette dernière était plus lourde et malgré la force extraordinaire qu’ils pouvaient déployer, les Neidrags avaient dû mal à l’utiliser. Si Eutémia l’avait choisit, c’était, à l’époque, à cause de l’excitation qui était montée en elle à la découverte de la mythique épée. Tous la prétendaient inutilisable. Elle voulait leur prouver – et se prouver- que non. Eutémia l’avait devancée. Elle l’avait soulevée sans mal et, ce jour là, la mer déchainée ne put rien contre sa sœur. Elle la transcendait sans peine et s’amusait de la voir se débattre ainsi. Les hautes vagues ne pouvaient rien contre l’antique lame. Eutémia, ennuyée, finit par la céder à Shiria. Il fallut une matinée entière à celle-ci pour traîner la lourde épée jusqu’aux souterrains de l’île. Elle était agile, Eutémia était forte. Elle n’était pas avantagée. Loin d’être déçue ou agacée, cette perspective l’excitait. Dépasser sa sœur dans son propre élément : la force. Son obstination porta, comme à son habitude, ses fruits. Après plusieurs mois enfermée dans le souterrain, isolée du monde, elle ressortit avec une maitrise parfaite de l’arme et une force accrue. Même si les deux elfes maitrisaient toutes deux parfaitement l’antique arme, Eutémia avait toujours plus de facilité à l’utiliser : Shiria ne tenait pas un journée entière à l’utiliser sans arrêt. Eutémia si.
Le dernier souvenir, le plus court, était aussi le plus long à venir... On semblait apprécier son manque de patience et son irritation grandissante...
Elles avaient 58 ans et surveillaient le large... Le soleil était masqué par des nuages et la douce brise marine les faisait patienter, rassurante. Toute deux regardaient le large. Shiria n’osait penser de peur de voir l’idée se frayer un chemin, malgré elle, dans son esprit. Cela se passerait... mais pas maintenant. Raide et stressée, elle se tenait face à la rive. Personne n’aurait remarqué... mais Eutémia n’était pas personne. Elle se contenta de soupirer une phrase :
« Non Shiria. Je ne m’excuserai pas. Nous avons le droit d’être libre... Ils n’ont pas à nous dicter notre conduite. »

Shiria releva des yeux compatissants vers sa sœur. Elles étaient libres. Là n’était pas le problème. Eutémia le savait très bien. Shiria se mordit la lèvre. Elle devait se taire. Mais elle craqua... Sa voix vacilla tandis qu’elle murmurait :
« Nous sommes libres. Si nous sommes désormais les seules gardiennes de l’île... »

Elle se figea, pesant ses mots, méditant la fin de sa phrase... Elle releva subitement les yeux vers Eutémia et finit brutalement :
« C’est parce que nous sommes les plus fortes de l’île et qu’ils comptent sur nous. » [/center
Toutes deux savaient que malgré leur longue vie, les Neidrags s’étaient considérablement affaiblis en passant ces années à éloigner les bateaux... Il était aujourd’hui temps qu’elles prennent la relève. Et même si elles effectuaient à deux le travail de plusieurs elfes, il leur en coutait la même force. Si elles ne faisaient pas ça, elles ne pourraient plus vivre du tout... Mais Eutémia conclut, d’un ton dégouté que Shiria ne lui avait pas connu jusque là :
[center] « Si nous ne vivions pas caché nous n’aurions pas à le faire. »

Et elle s’éloigna sans un regard... Eutémia resta seule sur la rive, désemparée.
Le rêve s’effaça enfin tandis qu’elle commençait à appréhender la suite...
***

Minuit. L’heure de partir. Eutémia était assise sur un haut rocher tandis que la mer frappait contre la roche. Bientôt, elle quitterait l’île. Les Neidrags ne seraient alors plus qu’un vague souvenir... Son arrivée dans le monde extérieur serait un brusque réveil qu’elle appréhendait secrètement... Des bruits de pas interrompirent le cours de ses pensées. Elle se leva lentement, s’apprêtant à accueillir sa sœur. Le visage laiteux de celle-ci se dégagea des arbres... Il semblait gravé dans du marbre : magnifique et sans émotions. Shiria n’avait pas l’air attristée du départ de sa sœur. Mais Eutémia savait qu’elle ne laissait pas paraitre ses sentiments, plus maintenant. Elle ne put retenir un inévitable soupir : bientôt, très bientôt, elle serait une traitre. Traîtresse de son rang. De son île. Silencieusement, sa sœur se rapprocha et sa voix claire et velouté déclara sèchement.
« Hier, tu m’as déclaré vouloir partir. Voilà ton bateau... tu n’auras que le vent pour te guider. »

Et elle se retourna aussitôt, prête à partir. Eutémia sentit son cœur se serrer de douleur et de honte, machinalement, elle attrapa le bras de sa sœur.
« - Shiria...
- Non Eutémia. Tu as fait ton choix. »

Leur regard se croisèrent et Eutémia découvrit tout le dégoût de sa sœur à son égard. Sa fine bouche se desserra légèrement tandis qu’elle murmurait, fugace.
« Tu as choisi de quitter notre île, d’abandonner ton rôle de gardienne. Mais laisse moi te dire que je te trouve bien égoïste...

Ses yeux s’humidifiaient légèrement et une douce perle humide coula, brillante, le long de sa joue. Le vent s’était tue, les avait abandonné un instant pour leur laisser un dernier moment d’intimité...
... moi aussi je voudrais me débarrasser de ce poids, ne plus avoir tous ces pouvoirs et ce devoir de protéger les autres Neidrags. Partir profiter de la vie à l’extérieur, ne plus vivre cachée et me reprocher tous nos malheurs est purement égoïste. »

Eutémia se taisait obstinément. Shiria avait toujours raison. Mais elle avait besoin de partir. Malgré elle, des larmes coulèrent sur son visage bronzé, alors qu’elle s’apprêtait à serrer une dernière fois sa sœur dans ses bras, celle-ci s’enfuit. Elle ne la retint pas, elle n’en avait pas la force. Elle se contenta de monter dans le bateau. Elle s’éloigna, accompagnée par le bruit lointain des pleurs de sa sœur.

C’était fini. Elle avait quitté l’île, ses habitants, sa responsabilité. Elle devait savoir. Elle devait comprendre... Pourquoi est ce que le vent ne soufflait-il plus de la même façon ? Pourquoi les tornades ne venaient-elles plus ? La terre elle-même semblait être dans une agonie silencieuse et l’eau était beaucoup trop silencieuse, comme morte. Que s’était-il passé ? Il fallait qu’elle quitte l’île pour savoir. Elle avait quitté son île isolée, quitte à révéler l’existence des Neidrags. Elle devait savoir. Elle s’endormit sur cette dernière pensée, laissant le vent porter son bateau vers le monde extérieur.
***
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eutémia Eslaerin

avatar

Féminin
Nombre de messages : 30

Citations : Le plus beau bijou d'une femme est le silence... mais elle le porte rarement!
Humeur : *regarde une banane en souriant* : " Viens pitit, pitit..." > Sourire de croquemitaine<

Pièces d'Or : 100


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique
• Race: Elfe
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Eutémia Eslaerin   Dim 17 Mai - 13:17

Elle remonta dans la forêt... Eutémia était partie. Elle avait fait son choix. Elle ignora la caresse rassurante du vent et tapa du poing contre une pierre... Ses yeux humides ne pouvaient plus retenir ses larmes. Eutémia... Elle ne la reverrait plus. Elle était partie. Son corps tremblait comme une feuille morte. Elle tituba jusqu’à un arbre et s’y effondra. L’arbre se fit doux et confortable pour l’accueillir. Il lui caressa tendrement le visage avec ses branches... Ses sanglots ne cessèrent qu’une fois le soleil levé. Vidée, elle retourna à la rive.
Il fallait qu’elle reprenne contenance. Elle serra son collier d’une main fébrile tandis que l’autre essuyait ses larmes. Il était temps qu’elle se remette au travail : elle retourna chercher ses armes. La journée allait être longue. Elle ne se doutait pas qu’à cette instant, que cette journée ne serait pas simplement longue mais interminable. Les dernières choses sont ainsi. Ce matin là, chaque bruit, chaque odeur avait un caractère unique qu’elle ne leur avait jamais remarqué. C’était comme si il devenait beaucoup plus importante... la dernière chose.
Elle passa sa matinée assise sur la rive, à penser à Eutémia. En fin de matinée, Hector, le vieil Hector en qui elle avait aveuglément confiance, vint la chercher. Il était essoufflé, ce n’était pas dans ses habitudes : il prenait toujours son temps. Mais Shiria garda son sang froid et se contenta de lever le visage vers le vieil elfe.
« Où est Shiria ? »

Le visage rouge et l’inquiétude qu’elle pouvait lire dans les yeux d’Hector ne l’inquiéta pas plus que ça... Son regard se reporta vers la rive tandis que sa voix froide répondait :
« Partie. »

Elle ne voulait pas voir la réaction d’Hector. Lui aussi se sentirait trahi. Mais sa réaction fit encore plus violente que ça. Il s’agenouilla, tremblant, attrapa Eutémia par les épaules. Sa voix tremblante demanda :
« Tu l’as aidée ? »

Hochement de tête. Oui, elle l’avait aidée. Ses yeux commencèrent à s’humidifier tandis qu’Hector la secouait comme un prunier... Oui. Elle avait trahie l’île à sa façon. Mais elle n’avait aucun regret : sa sœur était libre comme le vent. Comme ils devraient tous l’être. Le seul regret qu’elle avait, le seul et l’unique, était de ne pas avoir soutenu sa sœur, l’avoir même suivit pour appuyer ses pensées. Mais sa place était ici. Ils avaient besoin d’elle. Elle comprenait maintenant que si, jusqu’ici, remplir ses responsabilités ne l’avait pas dérangé, elle qui aimait la liberté, c’était parce que, contrairement à Eutémia, elle ne se sentait pas retenue. Elle était auprès de gens qui l’aimaient et qui comptaient pour elle. Elle était fidèle. Elle les aimait. C’étaient les seules raisons qui la retenait ici. Le vent libre peut se faire doux et fidèle envers ceux qui comptent pour lui. Le vent est complexe. Shiria et elle formaient, à toutes deux, le vent.
« Mais qu’est ce qui t’as pris ? »

Elle se libéra de son emprise et reprit contenance. Qu’est ce qui arrivait au vieil Hector serein et bienveillant qu’elle connaissait ? Quelle était cette lueur inquiète et indécise dans ses yeux ? Elle ne respira plus et ses mains rigides se plièrent sur le tissu humide de sa jupe. Ses yeux humides s’enfoncèrent dans le regard atterré du vieux sage. Il se lamenta... Elle ne comprit pas ses gloussements. Fébrile, elle demanda :
« Quoi ? »
Nous sommes attaqués ! Mon Dieu qu’allons nous devenir...

Elle n’entendit plus rien. Les Neidrags étaient trop affaiblis pour se battre... Elle était désormais la seule à pouvoir les défendre. Elle secoua l’elfe et l’assaillit de questions... Combien ? Quand ? Où ? Qui ? Des centaines d’humains et un sorcier, au sud de l’île, au levé du soleil. Elle laissa le vieillard, reprit ses armes et courut en direction du Sud. Son harpe cognait sa fine jambe musclée. Elle ne s’y attarde pas et plongea la main dans la fin sac en bandoulière pour en retirer un ruban argenté. Rapidement, elle noua, d’un geste méthodique, ses cheveux avec le ruban. Elle serra ses trois fines ceintures. Celle qui contenait la ceinture l’empêcha de bouger correctement mais elle aurait besoin de son épée... Dommage qu’elle eut cachée la lourde épée mythique dans le bateau de sa sœur, en cadeau. Bientôt, elle arriva sur le champ de guerre...
***

Eutémia se réveilla en sursaut et essuya son front en sueur : un cauchemar. Ce n’était qu’un cauchemar... Elle inspira longuement : l’île n’avait pas été attaquée, elle avait rêvée. Tout allait bien. Elle inspira longuement et se rendormit, percutant au passage l’épée mythique que sa sœur avait caché ...
FIN

Vous pouvez respirer ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikaël Eòghan
~> Admin Polaire <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1901

Citations : Un démon ? C'est un ange qui a eu des malheurs ; un ange émigré.
Humeur : Cherophobe

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Maléfique
• Race: Hybride (Erewent/Humain)
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Eutémia Eslaerin   Dim 17 Mai - 14:06

J'ai tout lu 8D
Très belle histoire, à part quelques anachronismes avec Erin ça va très bien
Je te dis si tu dois corriger quelque chose dès que possible

_________________
~Seul Nath a le droit de m'appeler Misky. Les autres.... Disons que je leur ferais subir un sort qui leur ôtera l'occasion de reprononcer ce... patronyme. è-é~

~Mode Admin Méchant qui Tient à sa Fierté~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gilthoniel7.skyblog.com
Eutémia Eslaerin

avatar

Féminin
Nombre de messages : 30

Citations : Le plus beau bijou d'une femme est le silence... mais elle le porte rarement!
Humeur : *regarde une banane en souriant* : " Viens pitit, pitit..." > Sourire de croquemitaine<

Pièces d'Or : 100


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique
• Race: Elfe
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Eutémia Eslaerin   Mar 19 Mai - 17:43

Merci et bravo pour le temps de lecture

Des anachronismes? C'est par rapport à la relation des Neidrags avec Avel? ( Comme leur divinité particulière est Douar normalement...) ou c'est par rapport à leur création? ( Que je corriges ça) ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikaël Eòghan
~> Admin Polaire <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1901

Citations : Un démon ? C'est un ange qui a eu des malheurs ; un ange émigré.
Humeur : Cherophobe

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Maléfique
• Race: Hybride (Erewent/Humain)
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Eutémia Eslaerin   Mar 19 Mai - 20:34

En fait c'est la minuscule référence aux galions espagnols un moment xD Mais sinon ça colle, donc tu peux RPG =)

_________________
~Seul Nath a le droit de m'appeler Misky. Les autres.... Disons que je leur ferais subir un sort qui leur ôtera l'occasion de reprononcer ce... patronyme. è-é~

~Mode Admin Méchant qui Tient à sa Fierté~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gilthoniel7.skyblog.com
Eutémia Eslaerin

avatar

Féminin
Nombre de messages : 30

Citations : Le plus beau bijou d'une femme est le silence... mais elle le porte rarement!
Humeur : *regarde une banane en souriant* : " Viens pitit, pitit..." > Sourire de croquemitaine<

Pièces d'Or : 100


Votre Parchemin
• Camp: Bénéfique
• Race: Elfe
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Eutémia Eslaerin   Mer 20 Mai - 17:20

Han j'avais zappé! ^^' C'est corrigé. =D
Merchi.
*S'en va RPG sur le champ*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikaël Eòghan
~> Admin Polaire <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1901

Citations : Un démon ? C'est un ange qui a eu des malheurs ; un ange émigré.
Humeur : Cherophobe

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Maléfique
• Race: Hybride (Erewent/Humain)
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Eutémia Eslaerin   Mer 20 Mai - 18:41

Amuse toi bien

_________________
~Seul Nath a le droit de m'appeler Misky. Les autres.... Disons que je leur ferais subir un sort qui leur ôtera l'occasion de reprononcer ce... patronyme. è-é~

~Mode Admin Méchant qui Tient à sa Fierté~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gilthoniel7.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eutémia Eslaerin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eutémia Eslaerin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Erin :: Bienvenue :: REGISTRE :: [PRESENTATIONS VALIDEES]-
Sauter vers: