AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  Galerie  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L’histoire du héros des portes de Tara [Légende Erinienne]

Aller en bas 
AuteurMessage
Mikaël Eòghan
~> Admin Polaire <~
Mikaël Eòghan

Masculin
Nombre de messages : 1901

Citations : Un démon ? C'est un ange qui a eu des malheurs ; un ange émigré.
Humeur : Cherophobe

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Maléfique
• Race: Hybride (Erewent/Humain)
• Pouvoirs:

MessageSujet: L’histoire du héros des portes de Tara [Légende Erinienne]   Dim 30 Aoû - 17:23

Par KIRIN KEYDAN.
© Copyright Kirin Keydan.
Toute copie partielle ou totale est strictement interdite.


Le texte ci-dessous s'est inscrit dans le cadre du IVème Concours d'Erin. L'histoire qu'elle relate, issue de l'inspiration et de l'imaginaire de son auteur, ne correspond pas forcément avec la version officielle.


__________

L’histoire du héros des portes de Tara


    Les guerres de religions duraient depuis plusieurs décennies, terrorisant un peu plus chaque jour une partie d’Erin. La puissance grandissante de Fall se voyait même à l’assombrissement du ciel, arborant alors une teinte pourpre lors des batailles dont Douar se retrouvait perdant. Quant à la Guilde, elle n’était plus une simple secte. A présent, c’était un véritable état à lui seul. La terreur instaurée par le dieu maléfique avaient conduit à ce que de nombreuses villes se rallient à sa cause. Le désir de survie de ces pauvres personnes menait alors le monde à sa perte, puisque ce dernier se trouvait rongé de plus en plus chaque jour, rendant la planète un peu plus dévastée, comme si son but était de devenir la représentation des limbes.

    Mais parallèlement à ces batailles multipliées, un enfant venait de naître.

    Au beau milieu de la forêt de Taur, un vieux druide aidait une femme et son mari à l’accouchement. Leur village avait été dévasté par la Guilde, et ils n’avaient eu d’autre choix que de fuir dans ces bois. Quant au vieil homme, il les avait tous simples trouvés par hasard. C’était en ermite qu’il vivait ici. Mais bien qu’exclu de la société, il fut suffisamment bon pour accepter de les aider en usant de sa connaissance des plantes et de la médecine. C’est plutôt facilement et rapidement que l’accouchement fut effectué. Cependant, cela n’était plus un évènement aussi heureux qu’il devait être. Incapables de s’occuper de l’enfant, les parents le considérèrent dès lors comme un fardeau qui les mènerait à une mort inéluctable. Il n’y avait plus qu’un espoir pour lui.

    - Théodor, je vous en conjure, occupez vous d’Harlan ! suppliait le mari. Jamais nous ne pourrons assumer notre rôle de parents avec la Guilde !

    - Vous iriez jusqu’à faire risquer sa vie à cet enfant ? En le laissant ainsi dans les bras d’un vieux fou ?

    - Si nous le gardons, il mourra… sanglotait la femme, encore épuisée par l’effort que lui avait demandé la naissance. Prenez-le et faites en un homme bon, je vous en prie !

    En faire un homme bon… Théodor regardait le nouveau né, Harlan. Il voyait maintenant en lui plus que quelqu’un de bien. S’il avait désormais la possibilité de prendre en main l’avenir d’une personne, il voyait aussi en cela une façon de se racheter pour tout le détachement qu’il avait eu pendant plus de vingt ans.

    - J’en ferais un héros.

    Dès lors, le druide s’occupa de l’enfant. Il le nourrit aux laits de certaines plantes et animaux, ainsi que d’autres bouillies. Puis, plus tard, lorsqu’il sut marcher et parler, il lui apprit tout ce qu’il y avait à savoir sur la guerre des religions, le mysticisme, la magie et même le combat. Très vite, il lui apprit comment se battre à l’épée, tout comme Théodor l’avait appris alors qu’il avait rejoint l’armée des celtes, plus jeune. Harlan devint alors un combattant hors pair à seulement quinze ans, doublé d’un très bon magicien concernant les invocations d’armes liées et de manipulation des éléments. Mais toute cette expérience n’était pas terminée. L’apprentissage de la magie et de la guerre s’approfondit encore durant plusieurs longues années, alors que le druide se rapprochait un peu plus des autres vivants, et plus particulièrement de Tara. Une décennie s’écoula, et Harlan devint un jeune homme charismatique à la longue chevelure blonde et aux yeux argentés. Pourtant inconnu au bataillon, il inspirait le respect à n’importe qui avec sa carrure taillée pour la guerre et ses tatouages runiques sur ses bras. Depuis sa naissance et durant vingt-cinq ans, donc, il fut élevé dans la préparation à une chose qu’il ne mesurait même pas. Son père adoptif, lui, devint un vieillard dont les jambes et sa canne tremblaient sous son poids et dont la vue l’abandonnait petit à petit. Et la seule chose qu’il avait dite au jeune guerrier, c’était qu’il était « l’élu ».

    Puis, alors, la vérité vint aux oreilles d’Harlan. On annonçait l’emprisonnement d’Avel, Mor et Tan… Ce jour là, Théodor lui expliqua tout à propos de ce pourquoi il l’avait entraîné. Au début, ce n’était que pour en faire un homme bon qui aiderait les autres vivants, pour que le druide puisse se racheter de son absence et de son détachement auprès des autres. Mais en voyant la puissance se dégager de plus en plus de l’enfant qu’il était alors, l’ermite le considéra comme étant l’élu. Celui qui sauverait l’humanité de Fall. Alors il l’avait entraîné ainsi, accumulant une puissance grandissante dans le corps du jeune homme. Et peu à peu, il ne voyait plus vraiment un messie à travers Harlan, mais l’arme ultime. Théodor s’engagea alors sur une pente qu’il n’allait plus jamais pouvoir remonter. Il avait tatoué des marques runiques sur les bras du héros, lui faisant croire qu’il aurait ainsi la possibilité d’amplifier la puissance de ses sorts. Mais en vérité, ce qu’il avait fait, c’était créer une serrure magique qui ferait de lui l’entité en laquelle druides et gallisenaes allaient user de leur sort ultime.

    - Ton corps deviendra la lame qui transpercera Fall et l’enverra dans une prison, quelque part entre Erin et l’Autremonde. Mais au prix de la survie de tout un peuple, tu devras y laisser la tienne…

    Ainsi donc, la vie d’Harlan s’était résumé à vivre pour mourir. Il comprenait la responsabilité qu’il avait acquise de par sa simple existence, mais il comprit aussi qu’il était passé à côté de nombreuses choses tout au long de sa vie et qu’il ne pourrait jamais plus avoir la possibilité d’en profiter. Mais malgré cette annonce funeste, il garda la tête haute. Durant vingt-cinq ans, il avait été préparé à une chose qu’il ne connaissait pas, et jamais il n’aurait pensé être l’ennemi même de la Guilde et de Fall. Il vivait désormais pour tout un peuple. Et avec la disparition de Douar, il était devenu leur seul et unique espoir. Un espoir pourtant invisible, car seuls les gallisenaes et les druides connaissaient son existence et sa puissance.
    Puis la nuit vint. L’armée de la Guilde s’était rassemblée aux portes de Tara, menée par Daveth. L’Erewent était bien plus terrifiant que ce que l’on pouvait penser. Nul ne savait si c’était Fall qui avait fait de lui ce qu’il était ou s’il avait acquis cette monstruosité de par lui-même… Mais c’était un monstre d’obscurité qui précédait l’armée. Une armure noire à pointes, une aura rouge sang tournoyant autour de l’entité, une gigantesque faux à la lame de cristal entre ses mains… Tout aurait pu laisser penser que c’était l’Ankou qui commandait l’armée. Mais Harlan ne recula pas. Les portes de Tara s’ouvrirent pour laisser passer un messie…

    Dès qu’il fut face à l’armée, les cris entre les soldats de Tara sur les murailles et ceux de la guilde avaient cessé. Seuls les pas du héros résonnaient en même temps que la pluie sur les armures. Il n’avait plus l’air seulement d’un grand guerrier, il était une véritable allégorie de la Victoire. Son armure d’or blanc brillait dans l’obscurité, faisant de lui presque une divinité. Et quand une aura argenté se créa autour de lui pour qu’il puisse invoquer deux longues épées liées, c’est l’armée entière qui recula de quelques pas. Seul Daveth était resté face à son adversaire, un sourire monstrueux sur les lèvres.

    - Un seul homme face à mon armée, constata le démon. Je peux en conclure que tu es fou. Mais que tu te dresses face à Fall, c’est définitivement du suicide.

    - Ce n’est rien de tout ça, Daveth. Ce n’est que l’espoir.

    Face à l’impudence du jeune homme, l’homme à la faux se jeta sur lui. Un combat incroyable s’en suivit, et pourtant, l’armée ne pouvait qu’être spectatrice. Non seulement parce que c’était leur maître qui était concerné et que son honneur valait tout. Mais c’était aussi parce qu’elle était ébahie devant une telle puissance. La foudre tombait sur un champ de bataille incroyable, parfois un éclair rouge, l’autre blanc… on aurait dit que c’était bel et bien deux dieux qui se battaient en duel. Mais la puissance d’Harlan fut bien plus grande, et c’est sans peine qu’il finit par trancher l’armure d’ébène de Daveth, transperçant sa poitrine. Le combat cessa alors, mais l’Ankou ne sembla pas venir. A la place, l’Erewent avait effectué quelques pas vers son armée, tendant la main en implorant l’aide de son dieu. Mais alors il disparut dans ce qui semblait être des milliers de plumes de corbeau qui s’envolèrent et se dispersèrent de toute part. C’est après cet étrange spectacle, seulement, que Fall apparut…

    Le dieu maléfique semblait descendre du ciel de par des marches invisibles pour s’opposer à Harlan. Les cris recommencèrent alors à être poussés par la Guilde qui, tout à l’heure, pleurait pourtant la mort de leur maître. Mais cette fois-ci, aucune parole ne fut échangée entre les deux opposants. Le dieu n’avait même pas demandé son reste quant à la mort de Daveth. Ce ne fut même pas un combat. Fall avait simplement usé d’un sort impliquant l’apparition d’une lame noire qui avait transpercé le cœur du dit messie… A cette vue, les cris des soldats de la muraille de Tara retentirent. Mais contrairement à ce que l’on aurait pu penser, ce n’étaient pas des cris d’outrages. En effet, derrière les portes, les neuf gallisenaes et plusieurs dizaines de druides concentraient leur magie. Et dès que la lame eut ôté la vie d’Harlan, le sort qui allait emprisonner Fall fut libéré.

    Dès que le sort fut lancé, la nuit laissa place à un ciel étrangement blanc, comme s’il était recouvert par une écume mystique. Et cette écume se déforma peu à peu pour rejoindre en un étrange filet le corps meurtri du messie. Harlan se releva alors, brillant désormais d’une aura et d’une puissance incroyable. Si le ciel avait récupéré son aspect ténébreux, le sauveur, lui, en était devenu un, annonçant tout l’espoir d’un nouveau monde. Selon les druides et les gallisenaes, c’est l’âme de tout Erin qui le possédait désormais. La création de Douar lui-même vivait à présent à travers le guerrier. Encore une fois, la Guilde recula devant la vue de cette puissance, alors que l’armée de Tara avait cessé de hurler, s’inquiétant maintenant de l’issue du combat ultime.

    - Fall ! hurla Harlan. Erin en a assez de toi ! Je m’en vais te faire quitter ce monde à tout jamais !

    Une foudre noire s’abattit trois fois de suite sur l’entité pour finalement se disperser et rejoindre le sol. A la vue d’une telle puissance, Fall lui-même avait exprimée une forme de crainte en reculant d’un pas. Ce seul pas avait ravivé la flamme de tous les soldats de Tara. Et lorsque le combat avait été engagé par Harlan, les cris s’étaient rendus d’autant plus incroyables que les coups qui résonnaient plus fort encore. Leurs auras elles-mêmes semblaient se battre dans la mêlée. Le combat avait duré toute la nuit, et pourtant, aucun des soldats, de quel camp soit-il, n’avait bougé. Ainsi donc, c’est presque tout le monde qui vit la défaite de Fall lorsqu’une lame blanche vint se planter dans sa poitrine… A ce moment là, son corps avait brillé jusqu’à aveugler les deux armées. Puis il disparut sans laisser de trace. La Guilde, définitivement vaincue, se dispersa tout simplement suite à cela… Théodor disparut lui aussi suite à cette victoire. Certains disent qu’il s’est donné la mort, se sentant responsable de celle de son fils. D’autres disent qu’il a fuit le monde à jamais, pour ne plus jamais connaître de telle crise sur Erin. Quant à Harlan, on dit que s’il y a une statue qui garde les portes de Tara, c’est parce qu’il s’est changé ainsi en emprisonnant le dieu maléfique, pour garder la ville de toute menace.

    Alors qu’il s’était changé en la statue protectrice de Tara, la nuit avait laissé place à l’aurore. Le ciel n’était plus pourpre et dans les yeux de tous, on voyait l’espoir d’une nouvelle vie.

_________________
~Seul Nath a le droit de m'appeler Misky. Les autres.... Disons que je leur ferais subir un sort qui leur ôtera l'occasion de reprononcer ce... patronyme. è-é~

~Mode Admin Méchant qui Tient à sa Fierté~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gilthoniel7.skyblog.com
 
L’histoire du héros des portes de Tara [Légende Erinienne]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HISTOIRE D'AVALON
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Page d'histoire: Mefaits de l'occupation Americaine (1914-19
» Pour l'histoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Erin :: Bienvenue :: GUIDE D'ERIN :: CA PEUT ETRE UTILE-
Sauter vers: