AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  Galerie  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rôles libres

Aller en bas 
AuteurMessage
Mikaël Eòghan
~> Admin Polaire <~
Mikaël Eòghan

Masculin
Nombre de messages : 1901

Citations : Un démon ? C'est un ange qui a eu des malheurs ; un ange émigré.
Humeur : Cherophobe

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Maléfique
• Race: Hybride (Erewent/Humain)
• Pouvoirs:

MessageSujet: Rôles libres   Lun 12 Oct - 14:03

¤ Rôles libres ¤

    Vous trouverez ici les personnages proposés par les membres d'Erin. Ainsi, certains sont le frère ou la soeur d'untel, le pire ennemi de machin, etc. Certaines fiches ayant été proposées et réalisées par les membres sont très longues; vous n'aurez pas grand chose à ajouter dans la fiche de présentation, sinon remplir les champs libres. Pour avoir une idée de votre niveau, il pourra vous être demandé dans le cas de ces fiches de réaliser un RP. Rappel: Pour jouer l'un de ces personnages, il vous suffit de vous inscrire avec le prénom et le nom, puis de remplir la fiche de présentation en respectant et en améliorant les biographies trouvées ici.


Liste des Rôles libres:

  • Sara Dyann.
  • **** Ahearne.
  • D'Jana Slyndë.


Dernière édition par Mikaël Eòghan le Lun 12 Oct - 14:14, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gilthoniel7.skyblog.com
Mikaël Eòghan
~> Admin Polaire <~
Mikaël Eòghan

Masculin
Nombre de messages : 1901

Citations : Un démon ? C'est un ange qui a eu des malheurs ; un ange émigré.
Humeur : Cherophobe

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Maléfique
• Race: Hybride (Erewent/Humain)
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Rôles libres   Lun 12 Oct - 14:08

RÔLE LIBRE
(Ancien inactif)

*Nom de Famille:
Dyann

*Prénom: Sara

*Sexe: Féminin

*Âge: 17 années

*Race: Humaine

*Affinité: Neutre à forte tendance Bénéfique.

*Désirs, ambitions: Depuis sa plus tendre enfance, Sara ne pense qu’à délivrer Avel, le juste Dieu du Vent dont on lui a tant parlé. C’est pour cette raison qu’elle a quitté ses racines, et elle porte avec elle la confiance de son village et des proches.

*Pouvoirs: Parchemins de guérison et d’apaisement de l’âme. (Vous savez, elle lit un bout de papier et vous vous sentez comme empli d’une grande quiétude intérieure, vos soucis ne paraissent plus importants et vous êtes tout d’un coup disposés à écouter tout ce que l’on peut vous dire.) Le globe de cristal pur qui lui permet d’exercer un certain contrôle sur le vent. J’explique : Ce globe lui permet de lever le vent, et d’en puiser une certaine force. [Peut être modifié]

*Armes: [Au choix]

*Description physique: Sara est une jolie adolescente de 17 ans, bien faite par la nature. Jolie, donc, mais pas exceptionnelle. Ainsi, aux côtés de la variété splendide des sirènes ou encore de l’attraction magnétique que la prestance des Fir-Blogs entraîne, elle paraît plutôt banale. Du haut de son mètre 68, elle regarde le monde avec de grands yeux gris vert qui reflètent une tendresse et une douceur hors du commun. D’ailleurs, et si chez elle tout semble terne au premier regard, la jeune femme est loin de l’être. Ses longs cheveux noirs sont teintés de reflets bleutés, et elle dissimule leur douceur extrême à l’aide de coiffures compliquées, plus dans l’optique de gagner en mobilité plutôt qu’en esthétique. Même si Sara se sait séduisante, elle ne fait pas étalage de ce don naturel, et préfère se sentir à l’aise avant tout. La jeune humaine aime ainsi porter de longues tenues agrémentées d’accessoires tous plus hasardeux les uns que les autres. Le tissu, souvent sombre, de ses parures, est ainsi relevé par l’argent et le reflet des autres pierreries qui ornent chaque parcelle de la peau ivoire de Sara. Ces fanfreluches sont plus là pour évoquer à Sara sa famille et ses racines que pour un quelconque souci de mode, qu’elle considère comme étant puérile et totalement inutile. De plus, son adoration pour le vent lui permet de ne pas paraître inaperçu à celui-ci. En effet, ses vêtements et autres parures sont si légers qu’ils flottent au moindre signe de la plus petite brise. Ainsi, c’est comme si Sara était portée par l’élément qu’elle affectionne tout.

*Description morale: Sara Dyann est douce. C’est l’adjectif qui lui correspond le mieux. Ainsi, elle aime porter secours aux autres si elle en a les capacités. Elle se réjouit des choses simples, et son optimisme démesuré lui confère un sourire omniprésent sur ses lèvres rosées. La jeune humaine peut paraître un peu naïve ce qu’elle est, en fin de compte. Elle a du mal à cerner la frontière imperceptible entre le mensonge et la vérité. Ainsi, elle a tendance à croire tous les gens qui l’entourent uniquement parce qu’ils ont l’air honnête. Vous l’avez compris, Sara peut sembler insipide. Mais il suffit de la connaître un tant soit peu pour démentir cette affirmation. Elle est innocente mais pas stupide, et sa bonté ne va pas jusqu’à la faire passer pour une bonne poire. La jeune femme possède malgré tout un peu de discernement qui lui permet de ne pas tomber dans les pièges les plus grossiers. Ensuite, je dirais que Sara est très amicale et lie facilement des relations avec les autres. Sociable et souriante, elle prend toujours le temps d’écouter les autres et elle a constamment une parole gentille aux lèvres. Enfin, il ne faut pas oublier de mentionner l’attachement que la jeune femme porte à sa famille, qui l’a fait découvrir Avel et qui l’a toujours encouragée dans ses choix.

*Histoire: Sara Dyann est née dans un petit village reculé, dans les contrées de Meath. Ce village, où tout le monde se connaît, a depuis toujours voué un culte respectueux envers les Dieux, notamment leur Dieu protecteur, Avel. Le point le plus haut de la région était donc naturellement offert aux vents, et dédié à ce Dieu qu’on disait Juste entre les justes. C’est dans ce temple, endroit ultime de recueillement, que Sara naquit, durant une douce soirée d’automne. Sa mère était en effet chargée d’officier dans ce temple, en dispensant l’enseignement de la religion aux plus jeunes, tandis que son père était le gardien du sanctuaire. Etain et Eliahz élevèrent Sara dans le plus grand amour et, la Nature faisant bien les choses, le couple humain donna naissance à trois autres enfants. Ils appelèrent le premier Maeloù, en référence à une comptine que Sara aimait chanter à ses heures perdues, depuis que sa mère le lui avait apprise un soir au coucher. Puis, pour combler de bonheur la joyeuse petite famille, Sara eut la joie d’accueillir Isabel et Isleen dans sa vie, à ses 4 ans.

La petite communauté vécut longtemps dans le bonheur et l’opulence qui caractérisait le petit village aux abords de la capitale de Meath. Sara semblait de plus en plus épanouie, et elle était toute désignée pour reprendre le flambeau de ses parents quand ils voudraient se retirer. En effet, elle fut élevée dans le respect dû à la Nature et aux divinités qui l’incarnaient. Naturellement, et comme toute bonne enfant du village, la jeune fille se sentait de mieux en mieux au contact du vent. En effet, Sara passait de longues heures au bord de la falaise, derrière le temple, durant lesquelles elle se plaisait à sentir le jeu de la brise entre ses membres. Avel. Ce Dieu représentait énormément pour la jeune femme, qui ne vivait que dans l’optique de le servir. Dès ses 12 ans, la fillette grandissant de jour en jour prit une grave décision : Prêcher dans un temple ne lui conviendrait pas. Isleen semblait parfaitement apte à enseigner aux enfants de la ville, elle aimait déjà, du haut de ses 8 ans, apprendre et faire apprendre à ceux qui l’entouraient. De plus, la théorie de la religion n’avait plus aucun mystère pour elle, et, aidée d’Isabel qui s’épanouissait dans la gérance de la maison, les jumelles feraient de bonnes aides pour leurs parents. Le problème de la succession n’était donc pas ce qui retenait Sara. Son frère, Maeloù, était de constitution fragile malgré son ardeur à la tâche. Lui voulait, en bon fils, partir à la recherche de leur Dieu protecteur. Mais Sara savait bien que jamais il ne pourrait parvenir au bout de sa quête, aussi décida t’elle de s’entraîner à ses côtés pour un jour le remplacer.

C’est ainsi que la jeune femme prit connaissance de ses aptitudes à l’arc et à la défense. Un jour donc, après une crise de fatigue de son frère qui le cloua au lit plusieurs jours durant, la jeune femme âgée de 17 ans réunit la famille en secret, et leur annonça sa décision de servir Avel avec autant de ferveur que son frère l’aurait fait. Elle jura de tout sacrifier à la recherche de son Dieu. Elle y mit tant de passion que ses parents furent attendris, et lui permirent de prendre la route. Après tout, elle restait seule maîtresse de son destin. Avant son départ, à l’insu de son frère, Sara fit promettre à sa mère de ne jamais laisser Maeloù partir à sa recherche. Celle-ci promit puis lui offrit la relique de leur temple qui, selon la légende locale, serait une offrande d’Avel à la première prêtresse la région. Un étrange globe en cristal que personne n’avait jamais utilisé, restant sous la protection rapprochée des habitants du temple. Depuis, Sara Dyann ne vit plus que dans le but d’accomplir sa mission.


*Famille: Ses parents, Etain et Eliahz ainsi que son petit frère de 2 ans son aîné, Maeloù et enfin ses deux petites jumelles de sœur, de 4 ans plus jeunes que Sara : Isabel et Isleen

Représentation physique [Avatar possible] https://i.servimg.com/u/f45/11/05/60/54/20420x10.jpg


Dernière édition par Mikaël Eòghan le Lun 12 Oct - 14:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gilthoniel7.skyblog.com
Mikaël Eòghan
~> Admin Polaire <~
Mikaël Eòghan

Masculin
Nombre de messages : 1901

Citations : Un démon ? C'est un ange qui a eu des malheurs ; un ange émigré.
Humeur : Cherophobe

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Maléfique
• Race: Hybride (Erewent/Humain)
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Rôles libres   Lun 12 Oct - 14:09

RÔLE LIBRE

Sachant que ce personnage est le frère de Enora Ahearne, elle a proposé d'étoffer cette présentation si nécessaire.


Avatar (le personnage ressemblera ainsi à sa soeur)


*Nom de Famille: Ahearne

*Prénom: Au choix { propositions : Deneza, Euriel, Lenore }

*Sexe: Féminin

*Âge: 15 ans

*Race: Celte

*Affinité: Au choix

*Désirs, ambitions: Au choix (dont par exemple retrouver sa soeur )

*Pouvoirs: Au choix (Enora ne sait pas que sa soeur en a donc pas trop non plus ;) )

*Armes: Au choix

*Description physique: voir avatar

*Description morale: Au choix, normalement plutôt naive et optimiste

*Histoire: [citation de l'histoire d'Enora importante pour la rédaction de l'histoire :
- "née dans une famille qui est l'image même de la famille parfaite lorsqu'on la regarde de l'extérieur."
- "élevée dans un climat d'optimisme absolu. Fall n'étendrait jamais son pouvoir nulle part, les Dieux seraient réveillés par des héros superbes venus des quatre coins du monde, et rien ne pourrait troubler leur paix."
- "sa petite soeur était crédule"
- "longtemps cru que ce monde était beau et coloré, empli de l'amour de Douar et de ses créatures."

Sa soeur à quitté la maison il y a 3-4 ans. donc la fin de l'histoire est au choix. a plutôt vêcu à la campagne ^^

*Famille: parents soeur Gallisenae (mais peu savent qu'elle est une Galli)


Dernière édition par Mikaël Eòghan le Lun 12 Oct - 14:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gilthoniel7.skyblog.com
Mikaël Eòghan
~> Admin Polaire <~
Mikaël Eòghan

Masculin
Nombre de messages : 1901

Citations : Un démon ? C'est un ange qui a eu des malheurs ; un ange émigré.
Humeur : Cherophobe

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Maléfique
• Race: Hybride (Erewent/Humain)
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Rôles libres   Lun 12 Oct - 14:09

RÔLE LIBRE

Sachant que ce personnage est la soeur de Athel Cowyn, il se propose de fournir des images. Le contacter par MP


D’Jana Slyndë



ATTENTION : ceci n’est qu’une fiche indicative, libre à celui qui jouera ce personnage d’en modifier des points !

Nom de Famille: Née Cowyn mais elle se fait appeler Slyndë (prononcer sli-n-dé)

Prénom: D’Jana

Sexe: Féminin

Âge: 34 ans, mais elle en fait à peine vingt !

Race: Celte

Affinité: Sadique, psychopathique... à vous de choisir^^.

Désirs, ambitions:
Après m’être torturé l’esprit pour tenter de m’identifier à elle (non ne vous inquiétez pas si vous lisez cette partie après les descriptions et l’histoire, je n’ai pas commis d’acte irréparables), je pense qu’elle veut tout simplement être celle qui aura le plus fait couler de sang dans une vie humaine (les dieux ont un palmarès trop étendu). Elle est aussi avide de vie. Elle cherchera peut-être à joindre Fall avec l’espoir qu’il lui offre la vie éternelle (je laisse le joueur libre de ce choix sans complexes).

Pouvoirs :
Aucuns en apparence, elle se déplace pourtant avec une vitesse et une grâce qui dépassent celles offertes aux celtes par les dieux. Pas de beaucoup mais c’est perceptible et ça tend à surprendre les gens qui lui font face.

Par ailleurs, elle vieillit apparemment moins vite que la normale (paraître vingt ans alors qu’on en a un peu moins du double est étrange, avouez…)

Armes : Une épée courte et courbe. Le dos en est dentelé et inflige des blessures atroces, inguérissables le plus souvent.

Description physique : (celle-ci n’est qu’indicative)
D’Jana est petite mais sa maigreur atténue cette impression. Sa peau a l’air d’une douceur incroyable mais rare sont ceux qui l’ont véritablement sentit et plus rare encore (inexistants de fait) ceux qui peuvent en parler. En proportion, ses jambes sont un peu trop grandes mais cela ne gâche absolument pas la répartition de ses formes. Elle porte généralement des vêtements légers qui n’entravent pas ses mouvements et quelques fois elle met trois bijoux, un bracelet en forme de serpent et deux bagues.

Ses yeux marron s’allient fort bien avec ses cheveux bruns mi-longs et totalement indisciplinés.

Description morale :
Psychopathe est un terme qui lui convient à peine… Elle se baigne dans le sang de ses victimes et le goutte à chaque fois qu’elle tue quelqu’un. En fait, il vaut mieux prier quand on la croise pour ne pas se faire remarquer. Elle ne fait généralement pas souffrir ses victimes mais ce n’est pas par bonté d’âme, seulement par indifférence. Pour faire bref finalement, je vous dirais qu’elle trouve l’extase dans le meurtre et plus précisément dans le sang. Elle possède par ailleurs une rage tenace envers tout ce qui est plus fort qu’elle et qui le fait savoir.

Histoire :

Les premières années de D’Jana ont été heureuses. Elle a grandi dans une petite ferme à l’écart de la route, entourée d’une famille aimante : un père et une mère d’une douceur infinie et deux petits frères aussi adorables que détestables par moments. Elle s’occupait de la cueillette des pommes, du ramassage des salades, de la traite des vaches de temps en temps et surtout de la vente de leurs produits dans le village voisin.

Elle eut même le temps de connaitre une première amourette avant que sa vie ne bascule dans l’horreur.

Elle garde un souvenir impérissable de cette matinée. Le soleil ne s’était pas encore levée qu’elle été déjà arrivée en ville. Elle avait retrouvé Orion sur la place du marché et l’avait entraîné à l’extérieur jusqu’à une petite colline. Là, sur le versant opposé à l’astre qui se levait, ils s’étaient allongés côte à côte, observant les nuages qui se coloraient doucement de pourpre. La vue était si enchanteresse qu’ils ne dirent rien pendant presque tout le spectacle.

C’est Orion qui brisa la féerie du moment en se rendant compte qu’il allait être en retard. Il était apprenti chez le forgeron et il fallait qu’il active les feux. D’Jana lui vola quand même un doux baiser avant qu’il ne s’en aille. Elle était restée encore un peu de temps à songer à ce baiser en se laissant bercer par le vent puis elle été rentrée à la ferme pour préparer le pain de la journée et le repas pour sa famille.

Son père était très content, l’une des vaches avait mis à bas et bien que l’opération ait été rude, il avait réussit à sauver la vache et le petit. En plus on lui avait commandé sept cochons pour une fête au village.

Trois hommes entrèrent soudainement dans la pièce et avant même que la famille réagisse, le père fut égorgé à la façon des cochons dont il parlait la minute précédente. L’un des hommes se pencha devant elle à la manière d’un homme voulant saluer une dame mais ce n’était pas vraiment ça qu’il faisait. Il attrapa la jeune fille qu’elle était par la taille et la souleva en la tenant sur son épaule comme un vulgaire sac de patates. Malgré son incompréhension devant les événements, elle tenta de se débattre frappant le dos et le ventre de l’homme de tous ses membres.

« Ce serait dommage de ne pas en profiter pour s’amuser, occupez-vous des autres, je reviens, entendit-elle. »

Il s’agissait d’une voix grave et râpeuse qui avait un accent rigolard qui la fit frissonner d’horreur. Dans le même moment, elle entendit de nouveau le bruit gargouillant d’une personne qu’on égorge. Elle cria d’horreur – du moins crut-elle se rappeler – et se débattit plus violemment. Celui qui la portait se retourna et marcha vers la porte. Le visage caché par ses cheveux et à moitié enfouit dans le dos de l’homme, elle entendit un raclement et un rire. En redressant la tête elle vit que l’ainé de ses frère avait réussit à atteindre la porte arrière et qu’il s’enfuyait. Elle se mit à sangloter. Il l’abandonnait au milieu de ces hommes et de l’horreur qu’ils représentaient. Toute sa famille avait péri en quelques instants, son père et son deuxième frère étaient encore assis dans leurs chaise, sa mère gisait ventre à terre, un poignard dans le dos, du sang s’écoulant de sa bouche entrouverte.

Sur le moment, D’Jana se prit à espérer que l’homme qui s’était lancé à la poursuite de son frère tue le dernier membre de sa famille, punition pour l’abandon dont il était l’auteur. Il aurait dû rester, la protéger, empêcher ses hommes de commettre les actes qu’ils avaient commis.

Elle n’avait plus conscience de ce qui l’entourait, son esprit dérivait dans un abime de chagrin de colère et de désespoir. Elle en voulait à tous, son père, ses frères, Orion, les habitants du village, de n’avoir pas empêché cette tragédie. Elle sombra dans l’inconscience, fuyant une réalité trop atroce : elle était entre les mains de brigands qui voulaient la violer selon toutes apparences.

--------

Quand elle se réveilla, elle était à côté d’un feu, couchée dans l’herbe et il faisait nuit. Elle se redressa pour observer ce qui l’entourait et sentit la corde qui lui entravait les pieds, alors elle se souvint de tout ce qui s’était passé. Elle chancela. Son frère s’était-il échappé ? Sans doute pas mais elle s’en voulut d’avoir souhaité sa mort.

« Réveillée, demanda une voix grave. Je te préviens qu’ils sont tous morts. Si tu es encore en vie c’est parce que tu es une fille et que tu peux me servir. »

Elle replia les jambes et courba le dos pour se faire la plus petite possible. Il était seul, le deuxième brigand survivant était parti. L’homme était entrain de manger un morceau de viande qu’il avait vraisemblablement fait cuire à l’instant. Elle l’observa en tâtant la corde qui lui attachait les pieds. Le nœud paraissait solide et bien serré.

« Viens ici, ordonna-t-il d’un ton sec après avoir fini son repas. »

D’Jana se replia sur elle-même. Il répéta son ordre d’un ton plus tranchant mais la jeune fille ne bougea pas. Il se leva alors et s’avança vers elle. Elle se recroquevilla encore plus en écarquillant les yeux de frayeur. Il la força à se lever en l’attrapant par le coude et en tirant puis il la gifla si fort qu’elle lui échappa en tombant sur le sol. Il la releva et la frappa de nouveau. Puis la jeta dans l’herbe d’un geste négligeant.

Elle se redressa s’attendant à se faire encore frappée mais une fois qu’elle fut assise, elle se rendit compte qu’il était retourné à côté du feu. Il lui ordonna à nouveau de le rejoindre et cette fois, elle obéit pour ne pas être encore frappée.

--------

Pendant près de dix ans, elle accompagna le brigand. Au début, il l’attachait en permanence puis il ne l’attacha plus que la nuit puis plus du tout. A chaque stade il dut lui prouver par la force, plusieurs fois même, qu’elle ne pouvait pas plus s’enfuir que quand elle été attachée mais elle finit par abandonner tout espoir de lui échapper. Elle flirta avec la folie en acceptant le rôle auquel elle ne parvenait pas à échapper
Au début il se servit uniquement d’elle pour son plaisir, pour lui préparer le repas et pour lui faciliter la vie en s’acquittant de petites taches. Elle les fit d’abord avec mauvaise volonté et uniquement quand il lui ordonnait de le faire, mal en plus quand il ne la surveillait pas, mais elle changea bien vite quand il multiplia les violences en se rendant compte de son comportement.

Puis, lorsqu’elle eut abandonné absolument toute trace d’espoir de lui échapper, il se servit d’elle comme d’alibi. Qui soupçonnerait un homme voyageant avec une femme d’être un brigand ?

--------

Un soir, ils étaient dans une chambre au deuxième étage d’une auberge. Le brigand commençait à se faire vieux mais il arrivait encore à trouver des cibles pour ses pillages et il pouvait donc toujours se payer l’auberge pour se laver de tous soupçons.

Un soir, donc, alors qu’ils étaient dans une chambre d’hôtel, il lui ordonna de lui faire l’amour. Elle s’était enfoncé si loin dans la folie qu’elle ne résistait plus même sur ce sujet mais alors qu’elle se tenait au-dessus de lui elle vit le poignard du brigand à côté sur une chaise, à portée de main, et quelque chose bascula en elle. D’une folie passive, elle plongea dans une folie plus active (on pourrait y voir une amélioration au sens qu’elle retrouvait l’espoir de vivre libre mais ce n’est pas vraiment ainsi que la majorité des gens voient la guérison). Elle attrapa le poignard d’un mouvement vif et le plongea tout aussi vite dans la poitrine du brigand. Elle avait mis tant de force dans son coup que la lame s’enfonça jusqu’à la garde. L’homme écarquilla les yeux de stupeur et tandis que sa bouche béait d’incrédulité, elle enfonça un morceau de tissus dans la bouche de sa première victime.

Un rire dément lui échappa tandis que l’autre gémissait de souffrance. Libre. Après tant d’années, elle se vengeait enfin de ce qu’elle avait subit. Elle lâcha l’arme et rapprocha sa main couverte de sang de son visage. Ce liquide rouge était une vraie délivrance. Le signe qu’elle pouvait faire ce qu’elle voulait à présent. Elle le goutta avec un sursaut de plaisir. Quel doux nectar à ses lèvres.

Elle se releva et alla chercher ses vêtements tandis que le brigand gémissait, apparemment encore vivant mais incapable d’esquisser le moindre geste. D’Jana l’avait déjà oublié sur son lit. Il ne tarderait pas à mourir quoi qu’il arrive. Elle se rhabillât tranquillement, remettant les vêtements que lui avait donnés son ancien tortionnaire. Elle allait les garder. Ils étaient le symbole de la fin de cette période de sa vie. De même elle remit ses bijoux puis elle se tourna vers le mort. Elle ne put résister à l’envie de goutter encore à la douce boisson qu’était ce fluide et elle en recueillit dans une petite coupe qui traînait dans la pièce. Elle dégusta cette coupe avec passion puis se lécha les lèvres effaçant toute trace de son acte. Elle sortit ensuite de la chambre, puis du village…


Famille : Athel Cowyn en est l’autre dernier représentant mais ils se croient mutuellement décédés. Cependant si lui ne la reconnaîtra pas, elle si, à la condition qu’ils se rencontrent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gilthoniel7.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rôles libres   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rôles libres
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recrutement des journalistes [0 postes libres]
» Idée pour les agents libres futur....(simple idée)
» Les agents libres - NHL
» Agents libres 2015-2016
» Agents libres 2017

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Erin :: Bienvenue :: GUIDE D'ERIN :: Orphelinat-
Sauter vers: