AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  Galerie  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Coucher de soleil paisible [Pv Nath][Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Coucher de soleil paisible [Pv Nath][Fini]   Sam 1 Mar - 14:42

Le champ baignait dans la lumière rousse de l'astre lumineux qui allait se cacher derrière l'horizon. La chaleur du soleil était douce et réchauffait tendrement la peau pâle de la semi-Bisclaveret. Lyrka avait ôté ses petites chaussures bleu foncé et les avait jetées au milieu des épis de blés, sans faire véritablement attention. Les bras croisés derrière la nuque, elle observait une fois de plus le ciel qui prenait ses jolies couleurs orangées qui lui plaisaient tant, allongée dans le champ tranquille.
En fait, Lyrka aimait cruellement le ciel. A un point inimaginable. L'étrange sensation qu'éprouvait l'hybride en observant l’immensité colorée était à la fois lancinante et perpétuelle. Ne détachant pas son regard du ciel, Lyrka arracha un épi et le mit dans sa bouche pour le mordillait de ses dents acérées. Quoi de plus beau ?
Sa passion pour le firmament n'était pas si ancienne. Vieille de quelques années seulement. Mais son amour pour la contemplation de cet océan de couleur au dessus de sa tête n'avait maintenant plus de limite. C'était aussi passionnant que d'observer les gens qu'elle avait croisé dans sa vie. Souvent, elle essayait de dessiner quelques choses avec les nuages qu'elle voyait ... Dessiner ? oui. Assembler dans sa tête cette petite masse blanche qui prenait des teintes féériques le jour comme la nuit pour former des motifs surprenants ... Juste dans l'esprit.
Elle ferma un instant les yeux. Juste pour savourer la chaleur qui lui procurait le soleil. Sa peau pâle allait bronzer si ça continuait. Et puis même ... Si elle bronzait, elle garderait cette couleur grisâtre si spéciale.
Lyrka poussa un soupir détendu. Tout allait bien. Son esprit n'était occupé par aucune pensée noire. Juste par la couleur du ciel.
Soudain, sa main glissa sur sa cuisse gauche et elle sentit d'un des fourreaux qu'elle avait volés sur le chemin qui séparait cette endroit paisible et le lac de Mor où elle avait rencontré le Triton, Tiarnan. Elle était passée par un village, Esgal, si ses souvenirs sont exacts, chez un forgeron. N'ayant pas un sou sur elle, elle avait offert son corps de jeune femme à l'homme qui n'était pas trop déplaisant. Quelque peu âgé, il n'en avait pas été horrible ... Elle avait fait ça sans réticence, sans se sentir coupable. Elle avait tout de même gagné deux fourreaux pour ranger Seinn et Geam ! Elle sourit, fière, et dégaina avec adresse, presque violence, les deux dagues. La lame de Geam prit la couleur du soleil dont les rayons s'abattaient sur elle. Lyrka la fit tourner entre ses doigts et admira la lumière changeante sur l'acier.


- Magnifique ...

Elle resongea à ses pensées près du lac, avec Tiarnan. Elle avait été terre-à-terre. Comment avait pu-t-elle renier la nature est ses beautés ? Même si elle ne s'était pas vraiment prononcée là-dessus, cela ne changeait rien au fait qu'elle y avait pensé ... Elle s'en voulut presque.

- Pardon, Mère-Nature ...

Elle afficha un sourire désolé au ciel puis reporta son attention sur Seinn. La lame de celle-ci ne recueillait pas du tout la lumière du ciel alors que ses petits dents argentées formaient un cercle de couleur brillant. Elle mit les deux dagues côte-à-côte, dans ses mains. Elle ne saurait dire laquelle était la plus belle dans l'immédiat. Toutes les deux étaient différentes. Autant dans leur façon de blesser et de fendre l'air que de refléter l'éclat du firmament. Elle rangea, après quelques minutes d'admiration, ses compagnes de voyage. Elle repassa ses bras sous la tête et remarqua que les alentours s'obscurcissaient. La nuit allait bientôt tomber. Dans une heure, grand maximum.


Dernière édition par Lyrka Siawen le Dim 13 Avr - 16:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nathaniel Mor'wan
~> Dépressif Suicidaire A Vie, Cireur de Bottes de Misky et Grand Amour de Fall <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1352

Citations : Depuis ma naissance et jusqu'au jour de ma mort je n'obéirai qu'a moi même. (ou presque !Hein misky)
Humeur : Dépressif à tendances suicidaires XD

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Neutre - Maléfique
• Race: Hybride - Bis-Fir
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Coucher de soleil paisible [Pv Nath][Fini]   Jeu 6 Mar - 19:07

(Je t'ai prévenu, c'est pas un nerveux mon Nathy xD Et je risques de pas lui faire faire grand chose :p Alors bon courage pour le supporter ! Et désolée du post un peu ... bizarre.]

C’était incroyable. Merveilleux. Indescriptible. Il se demandait d’ailleurs s’il pouvait y penser sans perdre la raison. Alors il fit taire son esprit et ne fit que ressentir.

Le contact de la terre sur ses membres le propulsait à une allure folle, tandis que le soleil, couchant déjà, lui offrait sa douceur en caressant sa peau. Il faisait bon. La lumière, apaisante à cette heure de la journée, se répandait en flaques d'or pur sur les champs qui s’étendaient à perte de vue, créant un océan infini de nuances précieuses et éphémères. Le ciel accueillait ce peintre inattendu dans un écrin de tons, tous plus merveilleux les uns que les autres ... Le jeune loup parcourait une distance dont il ne se rendait même plus compte. Plus rien ne comptait, d’ailleurs. Seul importait le spectacle qui lui était offert. Nathaniel se sentait privilégié d’assister à ce moment de quiétude absolument parfaite.

Il ne s’étonnait même plus d’être encore capable de trouver une quelconque chose belle. Sous sa forme animale, il était totalement ouvert aux manifestations de la Nature, il n’y pouvait rien. Un loup est un loup, et l’amour pour son environnement était inscrit dans ses gènes aussi profondément que ses derniers mots à sa sœur se trouvaient gravés dans la pierre. Quel idiot pourrait penser qu’un loup pourrait se passer du clair de Lune ou de la chaleur de l’astre solaire ? Aussi avait-il fini de lutter contre sa nature, n’acceptant que ce moment de bonheur pur dans sa maigre existence de repentir. Après tout, il avait perdu son cœur en même temps qu’Elle, et il avait finalement vendu son âme pour atteindre son objectif.

Il était seul, et pendant qu’il galopait dans les champs qui miroitaient les changements du ciel, réchauffant au passage son pelage d’un noir de jais, il pensait. A nouveau dehors, il n’était plus libre pour longtemps. Sa rencontre avec cette fille, Cath, avait débuté sa journée de tranquillité, et cette course seule, en solitaire, l’achèverait. Dans quelques heures, il atteindrait son but. Il le sentait. D’instinct, comme un loup, puisque sa destination exacte restait floue dans son esprit humain, alors il trouverait ce lieu à quatre pattes.

Cet instant semblait déjà toucher à sa fin. Mais demain, peut être, le revivrait il. En tout cas maintenant, il savait que, chaque soir de sa vie si possible, il le chercherait, car il lui avait ouvert le cœur et purifié l'esprit comme rien ni personne ne l'avait fait auparavant. Nathaniel Mor’wan ferma les yeux pendant un instant qui dura une éternité. C'était la fin d'un monde. Et il chercherait sa renaissance partout ailleurs dans l'espoir de profiter encore de ces parcelles de joie qui lui avaient étés offertes alors qu’il semblait être le dernier à pouvoir obtenir ce privilège.

Sa course intrépide, ne se guidant qu’aux sons et aux odeurs, prit fin quand il retroussa les babines à l’approche d’une odeur particulière. Une odeur pestilentielle ? Non, plutôt un subtil mélange entre le danger, la débauche et le crime
(J’ai failli mettre « et le sadisme ») qui flottait dans l’atmosphère de ce début de soirée. Après quelques instants d’intenses reniflements, le jeune hybride discerna une présence. Féminine, à en juger par toutes les senteur qui lui agressait les sens : musc, sucre, et un délicat mélange fruité qui caractérisait si bien le sexe, appelé « faible », à tort.

S’approchant lentement, tout en suivant le parfum qui agressait son museau, Nathaniel ne songea même pas à se rendre présentable. Humain. Il n’en avait que faire, cette rencontre ne serait sans doute pas décisive, et la vision d’un animal catalogué comme étant dangereux, suffisait à faire déguerpir les plus effrontés badauds qui le croisait. Après quelques mètres d’une progression lente et, oh combien silencieuse, Nath aperçut une forme allongée non loin de lui, ainsi qu’une paire de chaussures, jetées négligemment à côté du corps. De la personne –vivante, d’après le souffle qui s’échappait de ses lèvres.

Un sourire canin vint éclairer son faciès animal quand il remarqua le sexe de l’inconnu. Une fois de plus, il n’avait pas fait fausse route. Il allait repartir quand deux détails attirèrent son attention. Premièrement, l’inconnue était à l’aise, avec une jupe plutôt prometteuse qui offrait à la vision des hommes une cuisse et une jambe bien dessinées. Le deuxième détail, néanmoins, intéressait Nath bien plus que la courbure de sa silhouette. Elle était armée. Donc pas une simple paysanne attendant son amant dans un cadre romantique. Finalement, il n’allait peut être pas reprendre sa route dans l’immédiat. Et, tandis que la lune s’éveillait, chassant le soleil à grand renfort d’étoiles, le jeune loup au iris si étranges s’installa sur ses pattes arrières, attendant et appréciant le temps de réaction de la jeune femme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondu38.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Coucher de soleil paisible [Pv Nath][Fini]   Jeu 6 Mar - 20:07

Un bruit. Lyrka se redressa sur ses avant-bras, ses cheveux noirs glissant sur ses épaules. Quand elle repéra la source de l'interférence au milieu de ce silence, elle tourna la tête vers celle-ci. Tête qui, obscurcie par le ciel noir de la nuit qui avait achevé le règne de l'astre Solaire, prit une allure étrangement canine. Un long museau remplaça les lèvres fines et le nez de l'hybride. De longues dents pointues dépassaient. Ses pupilles bleues, humaines, prenaient une forme animale, pour voir mieux dans l'obscurité, tandis que les oreilles s'allongeaient, pointant fièrement vers le firmament sombre.
La transformation était totalement achevée quand Lyrka posa ses grands yeux bleus sur un autre lycanthrope. Elle fit quelques pas lents, laissant traîner derrière elle sa longue robe et tomber ses deux dagues qui tintèrent dans l'épais silence. Elle distinguait parmi les épis deux billes vertes comme teintées d'or ... Le regard si bleu, si froid de Lyrka se plongea littéralement dans celui de l'inconnu. C'était comme si le champ de blé arrosé par la lumière du soleil continuait de luire et de se refléter dans ces yeux si magnifiques.
La jeune fille, à présent totalement femme-louve, progressa doucement vers ces deux yeux qui la passionnaient tant. Elle avançait lentement mais sûrement et sa truffe se trouva à une petite dizaine de centimètres de celle de l'étranger.
Elle n'attendait pas réellement de réaction ... Elle souhait juste profiter de cet instant qui lui semblait n'être qua la continuité du précédent. C'était apaisant. D'habitude, sa transformation rimait avec meurtre, histoire de clore la journée sur une touche de sang. Mais là, elle se retrouvait désarmée devant quelque chose si beau, si merveilleux ... Qu'importe le reste. Qu'importe le corps qui accompagnait ces yeux. Il aurait pu être encore plus horrible que celui qui hantait sa tête après son dernier séjour aux Limbes, qu'importe. Ceux de ce monstre étaient passés inaperçus : Ils ne pouvaient qu'être moches et sans intérêt. Alors, ces yeux, ceux qui semblaient briller dans l'obscurité des alentours, ne pouvaient n'être que les représentants de quelque chose d'harmonieux ...
Avec un effort surhumain, elle laissa son regard glisser sur les alentours immédiats des merveilleux petits lacs de lumière et se heurta à un mur d'ébène. Un pelage noir. Elle rassembla les yeux éléments. Des yeux verts comme le sont les jeunes pousses sous les rayons de l'ambitieux Soleil et un pelage noir. Un contraste saisissant. Surtout pour quelqu'un comme Lyrka. Elle si ... "complètement elle", sans nuance, ni demi-mesures ... Tout n'est que pâleur et froideur. Même ses lèvres qui auraient pu rompre le règne du bleu et du blanc glacés ont une teinte pourpre qui les fait fondre littéralement dans le paysage de son visage. Son pelage avait les mêmes caractéristiques que sa peau blanchâtre. Si banales.
Lyrka n'aimait pas particulièrement son corps et son apparence en fin de compte. Elle avait conscience que sa silhouette présentait des avantages non négligeables mais à part, elle se trouvait rien. Peut-être était-ce la raison pour laquelle elle se passionne à observer les étrangers ?

Revenir en haut Aller en bas
Nathaniel Mor'wan
~> Dépressif Suicidaire A Vie, Cireur de Bottes de Misky et Grand Amour de Fall <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1352

Citations : Depuis ma naissance et jusqu'au jour de ma mort je n'obéirai qu'a moi même. (ou presque !Hein misky)
Humeur : Dépressif à tendances suicidaires XD

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Neutre - Maléfique
• Race: Hybride - Bis-Fir
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Coucher de soleil paisible [Pv Nath][Fini]   Ven 7 Mar - 14:45

Nathaniel eut a peine le temps d’apercevoir le visage de la jeune femme sous la lueur du crépuscule, que cette vision se déroba à lui, ne lui laissant qu’une vague impression de … Froid. Passé ce ressenti, le jeune loup observa avec attention, le crâne légèrement penché sur le côté, la naissance à la nuit d’un autre animal, semblable à lui et pourtant si différent. Plus sensible, et surtout plus doux sous sa forme canine, Nath chassa l’envie qui le tiraillait de se retransformer d’un coup de tête négligent. Après tout, pour l’instant, il n’en voyait pas l’utilité …

A propos de voir … Détaillant presque sans étonnement la louve en face de lui, le jeune homme eut un rictus d’appréciation. Une bis ? Après un reniflement interrogateur, l’affirmation se vit démentie. Autre chose. Elle portait sur elle l’odeur qui le guidait depuis qu’il avait quitté Tara. Une odeur de mort. Pourtant, chacune des nuances de ce subtil parfum lui suffisait à reconnaître celui à qui il avait juré allégeance des autres. Mais la jeune « femme » en face de lui dégageait bien les mêmes relents putrides qui, loin de perturber les narines délicates de l’animal, le ravissait au-delà du raisonnable.

Enfin, il prit le temps d’observer sa compagne d’un soir. Son pelage était propre, soigné et il avait cette simplicité élégante qu’on trouvait de plus en plus rarement dans les environs. La clarté de la Reine de la Nuit soulevait pourtant des nuances dans ce gris anthracite, révélant au regard perçant de Nath des nuances argentées et bleutées aux alentours d’un museau dressé et vif. Ayant gardé le meilleur pour la fin, le jeune loup ancra son regard dans celui océan de l’inconnue. Les deux bleuets qui constituaient ses iris lui rappelaient le subtil mélange que l’on obtient dans un saphir, coloration offerte par le mariage du titane et du fer. Il crut tout d’abord que la voûte céleste se reflétait sur ce bleu immaculé, mais à bien y regarder, les étoiles de ces yeux de louve n’étaient pas uniquement dues au firmament.

Bref, un spécimen élégant de la gente canine se trouvait devant lui. Le regardait. Avec insistance … Elle semblait comme happée par la perfection de ses traits, et Nath eut esquissé un rictus s’il n’avait pas eu peur de briser la magie de l’instant présent. C’était ironique de voir à quel point ses yeux lui étaient utiles au cours de ses rencontres, alors qu’il haïssait plus que tout les reflets mordorés qui se délectaient au milieu d’un océan d’émeraude. Héritage du père qu’il avait à peine connu, issus de l’union entre sa mère et cet inconnu de passage, il réfutait de toute son âme l’appartenance à cette famille qui l’avait tant déçu. Il ne considérait d’ailleurs pas la jeune femme qu’il eut jamais aimée comme sa sœur. Elle était d’une perfection telle qu’elle ne pouvait pas avoir eu un tel environnement. Souvent, le jeune homme se plaisait à se persuader que, dans d’autres circonstances, ils se seraient aimés et auraient vécus ensemble, libres de tous les a priori. Nathaniel jouirait à jamais d’une vie qu’il n’avait jamais atteinte, rêvant d’un monde où il aurait pu rendre Lisbet’h heureuse et où la mort ne ferait pas parti prenante de son quotidien.

Laissant ses remords et autres regrets aux portes de son cœur qui ne battait déjà plus que pour cesser ce pour quoi il avait été créé, le jeune loup, après examen minutieux de l’inconnue, recula lentement le museau avant de le redresser et de fermer les paupières. Un son s’envola d’entres ses babines, retroussées à moitié. Une mélopée dont seul quelqu’un de son espèce pouvait en saisir la portée. Un éloge émouvant à la Lune, à la Nuit, à l’Amour et à la Solitude. Une mélodie que chaque loup garde au fond de lui comme un secret, conservé à tout jamais dans un être de chair et de sang. Ce soir, ce chant l’emplissait et le possédait tandis qu’il hurlait pendant une eternité qui ne dura pourtant qu'un laps de temps restreint. Il se fichait de la présence étrangère. L’instant était tel qu’il se devait de mettre à exécution l’ordre que lui criait son instinct animal. D’ailleurs, il valait mieux en profiter, car une fois humain, Nathaniel redeviendrait celui qu’il avait toujours été, sans se soucier de la beauté de son entourage ou de la perfection du ciel. Froid, sans considération et vide de quelconque sentiment, comme à l’accoutumée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondu38.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Coucher de soleil paisible [Pv Nath][Fini]   Dim 9 Mar - 11:54

Le souffle de Lyrka était lent, reposé. Elle avait atteint une sérénité pleine de béatitude. Déjà, elle avait senti le regard du lycanthrope sur son corps. Canin ? Qu'importe. Lui aussi, non ?
Et cet échange de regard lui avait semblé durer une éternité et aussi intense d'un côté comme de l'autre. Peut-être était-ce une simple impression ? une illusion de sa part ? Peu importait aussi. La seule chose qui avait un minimum de valeur aux yeux de l'hybride était à ce moment le fait de partager un moment presque "magique" avec un inconnu, un soir frais doté d'un firmament illuminé par la gigantesque de Perle de Nacre luminescente.
Le silence avait pesé de longues minutes durant lesquelles les yeux de Lyrka avaient glissé le long du pelage de l'étranger. Elle n'était pas charmée, ni raide dingue amoureuse. Loin de là ... Ce n'était pas son genre. Juste captivée. Quelque chose de si différent par rapport à elle. Elle le connaissait si bien son reflet. Elle en était lasse.
Quand le loup-garou se recula, elle sentit qu'il prit longuement son souffle. Elle savoura cette délicate rupture du silence qui fut soudain déchiré violemment. C'était un cri. Mais pas un cri de douleur, ni de rage. Presque d'amour. Et il se mariait subtilement au paysage. Comme si chaque son sonnait avec un élément de ce qui les entourait. Le vent s'y mit aussi. Lui aussi voulut ajouter sa propre note à ce chant de la Nature. Il fit trembler les feuilles, claquer les branches qui chantaient d'une voix aiguë tandis que le courant d'air, de son ton grave, les accompagnait. Lyrka leva la tête vers un grand platane qui tronaît sur le champ. Il était devenu instrument du vent. C'était magnifique.
Quand le silence revint, quand son compagnon cessa son éloge à la Beauté de Mère-Nature, l'hybride ferma les yeux. Elle laissa l'air emplir ses poumons qui s'en échappait doucement quelques secondes. Puis, elle dressa son museau vers la lune et poussa le long hurlement qu'elle contenait elle aussi. Il sonnait différemment que le précédent. Il contenait plus de douleur. Et de par ce fait, il se trouvait être très représentatif de l'être qu'était Lyrka. Elle n'agissait jamais froidement. Elle n'était que sentiment. Un véritable magma, un feu qui crépitait même dans les nuits les plus froides, les plus calmes. On "lisait" dans son cri un mélange délicieusement meurtri d'amour, de plaisir et de souffrance.
Le vent semblait avoir compris le sens de ce dernier et faisait s'entrechoquer plus violemment les fines branches de la cime du grand Platane. Elle fouettait l'air dans un son sourd et profond qui envahissait les oreilles sensibles de la louve. Les feuilles tintaient doucement aussi.
Un instant, elle cessa de hurler et reprit son souffle bruyamment. Un silence fragile s'installa mais ne tarda pas à être brisé une nouvelle fois. Un souvenir ... Ce soir-là aussi ... La forêt, les deux masses d'ombres inertes et avachies sur le sol. Sans vie. Elle avait hurlé aussi. Son cri s'était fait perçant, avait fait voler quelques oiseaux dérangés dans leur sommeil. Mais elle avait eu mal à se moment-là. Terriblement mal. Elle n'avait pas rendu hommage à la Nature. Loin de là. Elle avait juste exprimé sa douleur. Elle avait perdu les êtres qui lui avaient donné la vie. Les créatures qui avaient fait d'elle ce qu'elle est aujourd'hui. Ils l'avaient fait souffrir mais qu'importe. C'étaient ses parents.
Une larme coula de ses paupières closes le long de son museau et son chant se fit fit plus intense. La complainte était meurtrière pour elle-même. Son esprit l'entendait résonner au milieu des épis de blés. Chant destiné à la Lune, Reine de la Nuit, pour un peu de réconfort ...

Revenir en haut Aller en bas
Nathaniel Mor'wan
~> Dépressif Suicidaire A Vie, Cireur de Bottes de Misky et Grand Amour de Fall <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1352

Citations : Depuis ma naissance et jusqu'au jour de ma mort je n'obéirai qu'a moi même. (ou presque !Hein misky)
Humeur : Dépressif à tendances suicidaires XD

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Neutre - Maléfique
• Race: Hybride - Bis-Fir
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Coucher de soleil paisible [Pv Nath][Fini]   Dim 9 Mar - 14:36

Autour des deux protagonistes, la Nature s’éveillait peu à peu à la douceur de cette nuit claire et paisible. Le vent, la terre, et les plantes se mariaient et se séparaient pour accompagner le ballet des étoiles sur les fourrures, et l’opéra de deux timbres animaliers qui chantaient pour eux. Le jeune loup aux yeux si singuliers se trouvait dans un état tel que la danse des éléments lui parvenait de manière diffuse, et pourtant chaque parcelle de son corps ressentait la magnificence qu’offrait cette nuit si particulière. Aussi, quand Nathaniel eut achevé son cri, il s’attendait à voir le silence régner en maître sur les champs, pourtant le spectacle continua. Il eut alors l’honneur de percevoir le son personnel de cette inconnue, de cette louve au regard si froid et au chant si poignant.

L’atmosphère changea dès les premières notes. Le vent, instrument principal de la beauté de la scène, se faisait plus dur dans l’air et son sifflement s’aiguisa jusqu’à devenir presque imperceptible pour l’oreille humaine. Les arbres aux alentours se pliaient sous la contrainte violente des éléments, tandis que les hautes herbes du champ ne pouvaient que se coucher, venant frôler la fourrure de Nath qui ne s’en rendit pourtant pas compte. Le jeune hybride était fasciné par la puissance et la gravité des notes qui franchissaient douloureusement les barrières des babines de la louve. Il y reconnaissait de la douleur refoulée, sentiment qu’il connaissait si bien à présent qu’il eut presque envie de voir cesser ce chant qui usait sur son cœur comme un poignard brûlant. La plaie béante des souvenirs des deux compagnons d’un soir suintait d’une façon semblable, faisant remonter à la surface des images, des sons et des odeurs qu’ils auraient voulu oublier à jamais.

Enfin, tout se termina. Les vibrations des voix et du vent cessèrent, ne laissant place à rien d’autre qu’à un silence qui se prolongeait parfaitement. Prolongation ultime au déversement sonore, l’absence de toute sonorité semblait conclure l’instant magique par une touche symbolique de calme. Nathaniel rabaissa enfin son regard pour chercher celui de sa compagne. Il s’attendait à y trouver de la douleur, la même qui régnait dans ses yeux. Mais il voulait également la remercier de cet instant si particulier, de cette rencontre totalement hors de toute réalité. Le jeune loup comptait en effet reprendre la route sans plus tarder, mais quelque chose qui n’était pas prévu le retint.

Une larme, puis deux, se perdirent dans une fourrure argentée dans une roulade furtive au coin d’yeux bleus comme l’océan. Et cette seule manifestation supplémentaire de la sensibilité de l’inconnue suffit à le retenir. Que savait il d’elle ? Nathaniel n’avait même pas pu estimer si elle était jolie, bien faite, ou encore si elle valait le coup qu’on s’attarde. Il ne savait pas non plus de quelle race exacte elle était, même s’il s’en doutait fortement, ni son rang ou encore si elle avait prononcé une quelconque allégeance à quelqu’un. Amie, ennemie ? Qu’en savait il ? A part sa touchante fragilité qui ressortait de sa sensibilité évidente, il n’avait pas eu le temps de se faire une opinion sur elle. Alors pourquoi rester sous prétexte qu’elle versait une larme ou deux ?

Encore une question sans réponse … Pourtant, inconsciemment et au risque de briser l’enchantement, le faciès animal se troubla peu à peu, de même que son corps de loup, pour laisser la place à un jeune adulte d’une vingtaine d’année, accroupi et vêtu uniquement d’un pantalon de toile noire. Ne s’étant même pas rendu compte de son changement d’état, Nath, dans un autre monde, tendit une main vers le visage de la louve sans qu’elle le remarque, toute plongée dans ses souvenirs qu’elle était. Finalement, sa peau entra en contact avec la fourrure, et il chassa l’eau salée du museau de l’animal, avant de murmurer quelques mots qui s’échappèrent dans la nuit, happés par l’atmosphère enivrante qui les entourait.


« Vous êtes belle quand vous pleurez … »

Il savait bien qu’il aurait du prononcer autre chose, tenter de la réconforter et lui demander de ne plus pleurer. Seulement voilà, les seuls mots vrais qui avaient franchis ses lèvres n’avaient pas étés prémédités et c’était les seuls qui lui paraissait convenir. Après tout, que pouvait on bien raconter à une jeune femme en pleurs ? Il eut envie, encore, de prendre la parole. De lui promettre que quelqu’un allait reconstruire un monde. Son monde. Et que ce n’était plus la peine de souffrir, puisque quelqu’un allait forcément combler sa peine et sa douleur. Car chaque humanoïde, qu’il soit humain ou non, pouvait prétendre à cela et au bonheur qui en découlerait. Mais les mots se coincèrent dans la gorge, et seuls ses yeux brillants tentaient de faire passer ce message d’apaisement et de réconfort.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondu38.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Coucher de soleil paisible [Pv Nath][Fini]   Sam 15 Mar - 13:43

Et ils y parvenaient. Les yeux de Lyrka, noyés à la fois de larmes et dans ceux de Nathaniel, brillaient d'une lueur triste. Le contact des doigts du Demi-Bisclaveret, sous sa forme humanoïde, avait apaisé quelque peu sa douleur. La présence-même de cet être en face d'elle avait un effet délicieux sur elle. Effet très éloigné de celui qu'elle ressentait en compagnie de beaux jeunes mâles à "dévorer", certes. Mais encore plus délicat. Sa voix était douce et ses intentions étaient nobles. Elle le savait. Comment ? Ça, elle l'ignorait. Mais elle sentait que ce garçon n'était pas un ennemi potentiel. Enfin .... pas pour le moment.

Elle ferma un instant les yeux. L'image de cette soirée se dissipa et laissa place à la celle d'une lune presque pleine et particulièrement lumineuse. Elle était tombée à genoux. Oui ... Comme si ses jambes ne pouvait plus supporter le poids de son propre être. Elle avait mis les mains sur les yeux puis avait laissé tombé sa tête sur le sol ... C'est à ce moment précis qu'elle avait senti ce souffle de désespoir l'envahir. Cette envie folle de hurler à la Lune. Elle s'était appuyé sur ses avants bras, devenant des pattes puissantes et avait redressé son cou vers le firmament. Le bruissement des ailes et des branches s'entrechoquant dans la fuite des volatiles ne semblait pas s'être effacé de la mémoire de Lyrka. Elle avait crié jusqu'à ce qu'elle n'ait plus un souffle d'air dans ses poumons, les en avait regorgé puis avait réitérer son "chant".

Elle rouvrit les yeux péniblement. Il fallait oublier cet épisode. A tout prix. Elle fixa encore un peu plus son compagnon de soirée puis pencha la tête sur le côté. Elle s'approcha doucement de lui et frotta sa tête au torse du jeune homme. La chaleur humaine lui servit une fois de plus de réconfort. Elle eut envie d'être sous sa forme humaine à ce moment-là. Juste pour savourer la peau du jeune homme avec son véritable corps. Mais la nuit l'en n'empêchait. N’était-ce pas mieux en fin de compte ? Tout ce qu'elle aurait pu faire aurait brisé l'instant magique et irréel qu'il vivait tous les deux. Elle sentait la douleur incommensurable qui habitait l'homme. Qu'avait-il vécu ? Elle l'ignorait. Néanmoins, elle ne savait pas si elle voulait réellement le savoir. Sa simple compagnie lui suffisait pour le moment. Peu importait qui il était.

La louve se frotta un peu plus puis se redressa sur ses quatre pattes pour pouvoir poser son encolure sans le cou du garçon. Au bout de quelques secondes, elle décala un peu sa tête pour déposer un coup de langue sur sa joue puis reprit sa position. Cette démonstration d'affection voulait juste dire "merci". Etant dans l'incapacité de parler, il fallait bien montrer d'une quelconque façon ses sentiments, non ?

[Désolée, j'ai mis beaucoup de temps pour pas grand chose xDD]


Dernière édition par Lyrka Siawen le Mar 18 Mar - 22:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nathaniel Mor'wan
~> Dépressif Suicidaire A Vie, Cireur de Bottes de Misky et Grand Amour de Fall <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1352

Citations : Depuis ma naissance et jusqu'au jour de ma mort je n'obéirai qu'a moi même. (ou presque !Hein misky)
Humeur : Dépressif à tendances suicidaires XD

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Neutre - Maléfique
• Race: Hybride - Bis-Fir
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Coucher de soleil paisible [Pv Nath][Fini]   Lun 17 Mar - 18:14

La louve semblait apaisée, ce qui réconforta le jeune homme. Etonné que sa présence ait pu un jour rassurer quelqu’un, il semblait improbable que cela perdure dans le temps. Mais pour l’instant seul la magie de la scène comptait, et l’avenir se profilant au loin était encore inaccessible. Le jeune homme, loin de toute remise en question, savourait au moins autant le cadre naturel et la douceur du pelage de l’animal qu’elle-même profitait du réconfort qu’il lui offrait. Rarement altruiste, Nathaniel se trouvait bizarre ces derniers temps. Selon son habitude, il n’aurait même jamais du s’arrêter ici au lieu de continuer son chemin. Oui mais … En baissant les yeux vers la jeune « femme », il savait très bien qu’il ne regrettait pas le moins du monde son geste. Et, quand elle se blottit contre lui avant de le remercier d’un coup de langue, Nathaniel accentua la pression de sa main sur le crâne de l’animal, exerçant une petite pression amicale envers elle.

Les deux compagnons, l’une louve l’autre humain, se trouvaient dans un sanctuaire hors du temps. Nath ne saurait dire combien de temps s’était écoulé depuis qu’il s’était arrêté près d’une jeune femme. Il restait là, immobile ou presque contre la louve, la serrant contre lui, son torse se soulevant au rythme régulier de sa respiration. Les yeux fermés, il ne réfléchissait qu’avec ses autres sens. Le toucher, avec lequel il réconfortait de son mieux la petite chose fragile qui tremblait dans ses bras. L’odorat, qui lui suffisait pour percevoir les changements émotifs de sa compagne d’un soir. L’ouïe, où la symphonie merveilleuse que la nature continuait même sans ses chanteurs principaux, réjouissait ses tympans de milles et uns sons tous plus significatifs les uns que les autres.

Il oubliait tout, plus rien n’avait la moindre importance. Son passé, son avenir, rien. Le présent l’était à peine plus. Convaincu que l’essentiel était invisible pour les yeux, Nathaniel laissait ses autres sens le guider et son cœur voir pour lui. Il découvrait ce soir la compassion pour un autre être humain qui avait besoin d’une épaule compréhensive. Et, même s’il ne savait rien d’elle ni de ses souffrances, le jeune homme était là, tout simplement, et ça suffisait.

S’il n’avait plus aucune notion du temps et de l’espace, le jeune hybride se rendit pourtant compte d’une chose : cela faisait longtemps qu’il était éveillé sans percevoir la moindre trace de fatigue, et pourtant le ciel se colorait en nuances de rose orangé à la base de l’horizon. Plissant les yeux, sûr de sa méprise, Nathaniel du pourtant se rendre à l’évidence : l’Aurore se levait, balayant le ciel de tout un éventail de couleurs splendides, phénomène répercuté par le miroir géant que formait les champs aux alentours. Ces images, si elles étaient contraires à la magnificence de la nuit, éveillaient également en lui des sensations inhabituelles.

Désirant partager l’indescriptible avec sa jeune compagne, il lui saisit délicatement le museau avant de le dresser vers les premiers rayons de l’astre naissant, chassant, à jamais semblait il, sa compagne la Lune. Seul le silence pouvait illustrer le tableau que leur offrait la lumière du jour.


[Désolé si j’ai fait un peu avancer tout ça, mais sinon on en serait resté sur la nuit pendant un certain temps ! Mais si tu avais d’autres projets dis le moi, j’édite ! Et pardon pour la nullité du poste, je suis vidé ce soir ! ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondu38.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Coucher de soleil paisible [Pv Nath][Fini]   Mar 18 Mar - 22:54

[Don't worry !! B) Par contre, il faudra faire passer le matin un peu plus lentement ... Ça tuerait un peu la continuité de mon autre post xDDD J'éditerai au pire !!! Vivons Postons au jour le jour !!! ]


La louve avait les yeux clos. Sa respiration s'était faite lente et douce. L'air qui passait et repassait dans ses naseaux sifflait imperceptiblement. Elle sentait comment le torse du jeune homme se soulevait contre le sien, animal. Cela créait un contact de plus entre lui et elle, contact qui ne faisait que la confortait dans son impression d’intimité.

Car oui, la sensation qui semblait parcourir le corps de Lyrka était bien celui d’une intimité profonde. Inexplicable au commun des Mortels, si cartésiens. Oui, il fallait être un animal, un ermite ou faire partie de ces gens qui avaient vu tellement de choses se dérouler sous leurs yeux que plus rien ne semblait conserver une part de mystère.

Cet instant de promiscuité s’était comme bloqué dans le temps. Lyrka ne saurait dire s’il s’était montré plus long ou plus lent qu’à l’accoutumée. Chaque minute avait duré une éternité avant d’être balayée par les aiguilles de Cadran de la Vie. Impossible de déterminer si elle avait été utile ou n’avait été qu’un de ces moments futiles qui ne construisent pas ce que nous sommes et ne sont dans notre vie qu’une fraction que l’on oublie bien vite …

La louve ouvrit ses paupières, presque violemment. Elle avait sentit quelque chose … Quelque chose d’indescriptible. Son regard, perdu dans le vague, se plongeait dans les abîmes de la réflexion. Qu’avait-elle senti ? Un sentiment, une émotion de son compagnon, oui. Mais quoi ? Était-ce une illusion de son esprit quelque peu embué ou un véritable pressentiment ?
Cette idée la quitta lorsqu’elle sentit sur son pelage une chaleur. Chaleur humaine ? Non. Elle distinguait parfaitement où étaient posées les mains du jeune hybride. Oui, c’était la chaleur que confèrent les rayons naissants à l’horizon. Presque en même temps, son compagnon lui détourna la tête vers le spectacle de la palette de couleur qui s’étalait sur le ciel encore obscur.

Ces ciels s’éclairant au fil des minutes, elle en avait observé des centaines, peut-être des milliers. Surement. Et, au fil de ses aubes passées à contempler le firmament se parant de ses plus beaux ornements, elle en était venue à la conclusion que chaque matin, la palette de couleur était différente. Elle variait selon le temps, le lieu et la saison. Elle n’était jamais au même endroit, avait subi tous les intempéries et vu défiler nombre de saisons.

Ce matin, elle put ajouter à cette conclusion que ses sentiments, aussi, influaient sur la couleur du ciel. Peut-être pas sur les couleurs elles-mêmes mais sur la façon dont on les percevait. Et ce sentiment délicat de réconfort rendait au firmament ses plus majestueuses teintes. Se mêlant aux épis et aux arbres, l’orange se lançait dans une lutte acharnée avec le rouge, à la lisière du ciel. Les deux couleurs se chevauchaient sans jamais se mélanger, créant ainsi des trainées fines et légères incrustées dans le bleu de plus en plus clair.

Soudain, un rayon plus violent frappa le champ. Délicatement tiède, il donnait à l’endroit un peu plus de magie … Alors que le ciel était encore obscur, il s’immisçait dans les ténèbres et dans ce jeu de couleurs.
Lyrka poussa alors la main de son « ami » de sa patte dont les doigts s’allongeaient. Son long museau rétrécit et laissa place à un nez fin, quelque peu pointu, tandis que les poils disparaissaient de la peau de la jeune hybride. Ceux du sommet de son crâne se prolongeaient pour rendre à Lyrka ses cheveux noirs et bleus, si inhabituels. Les courbes de son corps se dessinaient avec délicatesse. Sa peau nue était à présent à découvert. Calmement, sans pudeur, elle ramassa sa robe laissée sur le sol à sa métamorphose et l’enfila. Elle raccrocha ses fourreaux autour de ses cuisses, offrant de nouveau à son compagnon la vision de ses fines jambes blanches, puis rapprocha ses chaussures, négligées depuis son arrivée ici. Elle leva enfin un nouveau regard sur le ciel.

Le visage de Lyrka s’était fait plus froid qu’on aurait pu l’imaginer après cette nuit. Ses yeux bleus fixaient le ciel avec un air glacial, bien loin de celui passionné qu’elle avait quelques heures plus tôt. Puis elle baissa ses yeux vers Nathaniel. Elle sembla attendre une réaction pendant une seconde mais saisit un épi de blé qu’elle coinça entre ses dents pour s’amuser à le faire rouler entre ses lèvres pourpres.
Revenir en haut Aller en bas
Nathaniel Mor'wan
~> Dépressif Suicidaire A Vie, Cireur de Bottes de Misky et Grand Amour de Fall <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1352

Citations : Depuis ma naissance et jusqu'au jour de ma mort je n'obéirai qu'a moi même. (ou presque !Hein misky)
Humeur : Dépressif à tendances suicidaires XD

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Neutre - Maléfique
• Race: Hybride - Bis-Fir
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Coucher de soleil paisible [Pv Nath][Fini]   Lun 24 Mar - 15:46

[Arf ok, on va essayer :p De toute façon maintenant, je te suis pour la chronologie donc fais comme tu dois faire, ça m’ira parfaitement !]

Nathaniel sentit la louve bouger et tressaillir avant même qu’il ne lui fasse découvrir la palette de tons qui colorait le ciel de toutes les couleurs du monde, et plus encore. Souvent, il avait assisté à de pareils levers ou couchers de soleil. Mais jamais au grand jamais il n’avait été accompagné. La présence de la jeune louve le perturbait en même temps qu’elle le rassurait. Le lien indéchiffrable qui s’était tissé entre eux l’émouvait et l’exaspérait dans le même temps. Certes, ce tableau qu’ils couvaient ensemble du regard avait quelque chose d’unique. Mais le moment, si beau soit il, allait briser ce lien, cette intimité et le rapprochement qu’ils avaient vécus.

Pourtant, aussi triste que soit cette fin qui se profilait à l’horizon, Nath n’avait aucun regret. Il avait ressenti cette nuit là comme jamais il ne lui avait été donné de le faire. Et, si la rencontre qu’il avait faite devait demeurer nocturne, eh bien elle le resterait. Aussi, tandis qu’elle le repoussait, le jeune homme ne fit aucun geste qui montrait une mauvaise humeur quelconque, ou un fade et amer regret. Rien de tout cela. Au lieu de quoi, il sourit à la jeune femme qui se trouva rapidement en face de luie. Entièrement dévêtue.

La pudeur inexistante de la jeune femme ôta à Nathaniel toute bienséance, et il laissa glisser son regard sur le corps bien proportionné de Lyrka. Cependant, ce regard n’était pas de ceux qu’il lançait habituellement. Ce n’était pas une invitation, juste une appréciation d’une autre forme de beauté. Il en avait vu tellement de démonstrations, ces dernières heures, que l’apogée de celle-ci, qui se retrouvait dans ce corps de femme frémissant sous les rayons du soleil à peine chauds, ne l’emplissait pas de pensées qu’il aurait pu regretter.

Curieux, donc, et admiratif, le jeune homme suivit les moindres gestes de cette inconnue avec qui il avait tant partagé. Et, tandis qu’elle se rhabillait avec un regard glacé vers lui, Nathaniel ne fit rien pour cacher une quelconque gène, qui aurait du l’envahir devant cette femme dans son plus simple appareil. Enfin, elle ramassa ses chaussures, choses qui l’avait fait s’arrêter dans ce champ si peu singulier, et porta à sa bouche un épi qu’elle venait d’arracher de terre. Nath ne bougeait toujours pas, et resta immobile pendant tout le temps que dura ce petit manège. Il restait les bras le long du corps, fixant d’un œil neutre le visage fermé de la jeune femme debout devant lui. Cet instant contrastait tellement avec ce qu’il venait de se passer, que l’hybride en déduit tout naturellement qu’il avait rêvé.

Un beau rêve, en réalité. Tellement rempli d’émotion et de pureté que cela ne lui ressemblait pas. Les couleurs, les sons, les odeurs qu’ils avaient vus, entendus ou reniflés ensemble … Tout ceci ne semblait plus que chimère dans l’esprit embrumé de Nathaniel. Et plus rien n’avait d’importance, si ce n’était le souvenir de ces instants si doux, reflet imperceptible d’une période de sa vie qu’il croyait révolue à jamais.

Le jeune Nathaniel se releva en douceur, prenant appui sur sa main et en se hissant lentement vers le ciel, jusqu’à ce que la peau diaphane de son torse ivoire irradie de mille feux. Plissant le regard face à la brûlure, déjà vive, du soleil levant, Nath prit une longue inspiration dans l’air du matin et jeta un regard flamboyant autour de lui. L’air était encore frais, mais sa carnation était si pâle que le froid ne le troublait pas un seul instant. Naturellement glacée, sa peau avait l’air parfaite sous la chaleur naissante de cette matinée. Le jeune homme esquissa un pas vers l’inconnue au regard si dur et souffla quelques mots, distant lui aussi après les événements nocturnes.


« Mademoiselle, votre compagnie fut un plaisir. Maintenant que la mienne n’est plus la bienvenue, je vous laisse à vos occupations matinales. »

Nathaniel secoua la terre collée à son pantalon de toile et, après un bref salut, tourna le dos à la jeune femme qui continuait de le regarder, insolente. Il allait s’élancer dans l’air frais quand quelque chose l’en empêcha. Son nom. Il ne connaissait pas son nom. Et, bien que ce mystère alimente l’aspect irréel de cette rencontre si parfaite, ne pas le connaître le troublait, sans qu’il cherche à s’en enquérir. Aussi restait il là, les bras ballants, fixant les champs devant lui et tournant le dos à sa compagne d’un soir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondu38.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Coucher de soleil paisible [Pv Nath][Fini]   Lun 24 Mar - 19:29

Quand il se leva, Lyrka donna un coup de dents sec sur l'épi qui céda et balança mollement sur ses lèvres. Elle l'en retira avec ses doigts fins et le jeta avec dédain. Son regard froid sembla être traversé par un éclair de surprise. Son sourcil droit se souleva en signe d'incompréhension. Son cerveau à peine remis des précédents évènements tenta de réfléchir à cette fuite précipité. Elle songea à plusieurs possibilités qui s'effacèrent lorsqu'il s'immobilisa au milieu du champ, dos à elle.

Elle observa sa nuque en continuant ses réflexions. Les images défilèrent dans sa tête. La lune, sa main, ses yeux, son pelage noir puis sa peau pâle ... Les deux long cris sonnaient encore dans la tête de la jeune hybride. Ses mots avaient laissé comme une trace indélébile dans son esprit si torturé à ce moment précis. Elle baissa la tête et laisse échapper un soupir triste. Ces souvenirs avaient la teinte des rêves que font les petites filles quand elles songent au prince charmant. C'était totalement surréaliste. Ce n'était pas sa façon d'agir. Enfin ... Pas avec un inconnu. Et c'était un inconnu. Elle ne savait de lui que l'inflexion de sa voix et la couleur de ses beaux yeux.

Elle esquissa un pas vers lui posa sa main sur l'épaule du jeune homme. Un souffle frais parcourut alors son corps, le vent matinal s'étant encore refroidi. Sa peau devint granuleuse et les bouts de ses seins pointèrent sous sa robe fine. Elle ne s'en rendit pas compte et sa pudeur faisait qu'en fait, elle s'en coutrefoutait ...


- Votre compagnie est toujours la bienvenue.

Ces paroles semblaient s'être extirpées difficilement des lèvres et de la gorge de Lyrka. Les mots s'étaient cognés les uns aux autres, se suivant de trop près. Elle reprit son souffle avec la douce impression de faire quelque chose de mal.

- Restez si vous le souhaitez ...

Cette phrase fut plus douce à l'oreille, délicate presque ... On sentait l'envie de ne me pas faire de mal sans donner néanmoins une impression de faiblesse ...
Revenir en haut Aller en bas
Nathaniel Mor'wan
~> Dépressif Suicidaire A Vie, Cireur de Bottes de Misky et Grand Amour de Fall <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1352

Citations : Depuis ma naissance et jusqu'au jour de ma mort je n'obéirai qu'a moi même. (ou presque !Hein misky)
Humeur : Dépressif à tendances suicidaires XD

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Neutre - Maléfique
• Race: Hybride - Bis-Fir
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Coucher de soleil paisible [Pv Nath][Fini]   Dim 30 Mar - 16:24

Nathaniel se sentait observé, scruté, intensément. Oui, mais il percevait également la gène et la surprise de sa compagne. Apparemment, il avait prononcé les bonnes paroles, lui qui adorait surprendre. La plupart du temps, il ne le faisait même pas volontairement, inconscient des mots qui s’échappaient de ses lèvres, et surtout totalement ignorant de la réaction qu’ils provoquaient chez son interlocuteur. Lui qui avait tant étudié, de loin, le comportement des autres, il avait appris à savoir quoi dire pour provoquer ceci ou cela. La plupart du temps, du moins, et chez les personnes dont les réactions étaient prévisibles. Les individus dénués d’intérêt, donc. Avec les autres, comme avec cette louve si mélancolique avec ses yeux lupins, et si froide une fois humaine … Il avait nettement plus de mal. Nettement. A un point où il ne savait plus trop que faire, que dire, comment réagir.

Pendant les longues minutes où Nath resta, immobile au milieu de ce champ qui avait perdu à ses yeux toute magie et tout charme, le regard de glace de Lyrka lui brûlait les omoplates et la base de sa nuque. Puis, contre toute attente, il ressentit une vague pression sur son épaule droite. Le jeune homme y jeta un regard et aperçut la main fragile de la jeune femme. Goguenard, Nathaniel se demanda si elle ne regrettait pas ce contact gelé, du à la carnation polaire de sa peau. Pendant qu’il s’interrogeait intérieurement sur la température qu’il dégageait, Nath tourna la tête très légèrement sur le côté, l’orientant vers la jeune femme derrière lui. A voir ses … réactions, il devait effectivement ne pas être très … réchauffant. Il retint un haussement de sourcil appréciateur, et les mots qu’elle prononça lui sauva la face et le sauvegardèrent d’un regard appuyé qu’on aurait pu qualifier de déplacé.


- Votre compagnie est toujours la bienvenue. Restez si vous le souhaitez ...

Les mots volèrent jusqu’à l’oreille attentive du jeune hybride, d’abord difficiles et durs puis coulants, presque mélodieux. Nathaniel ne put, cette fois ci, retenir l’ombre du sourire qui le taraudait. Les interstices de ses lèvres remontèrent un tantinet vers l’espace de ses pommettes rosées, contraste saisissant avec la pureté d’ivoire de son visage. Cependant, si ce sourire existait bel et bien, ce n’était que l’ombre des vestiges de ceux qui avaient pu le caractériser. C’était une de ces démonstrations qui ne reflètent pas tant la joie que la satisfaction, immédiate et pas forcément de bonne augure. Alors, tandis que ce vague sourire s’affichait sur son visage sans pour autant éclaircir ses traits, Nathaniel se retourna complètement pour faire face à la jeune femme en face de lui.

« Rester ? Il est vrai que j’aurais de bonne raison pour le faire … »


Si les paroles étaient légères, le ton qu’employa Nathaniel était plein de sous-entendus, pas forcément très à leur place. Mais, après tout, pourquoi pas ? Elle était mignonne, et le jeune homme avait aimé la voir pleurer. Peut être aurait il l’occasion d’être un jour la raison de ces larmes. Il se plongea un instant dans ces pensées pas très agréables envers Lyrka, tout en se demandant si les pleurs seraient de rage, ou d’autre chose. Mais c’était sans doute un peu prématuré et surtout bien présomptueux de penser ainsi. Elle n’était sûrement pas comme les autres femmes qu’il avait déjà fait fondre en larmes, et sa fierté l’emporterait si jamais cette pensée lui venait à l’esprit. Et puis, avait-il vraiment une envie débordante de la faire souffrir comme les autres ? Peut être.

« Si vous le souhaitez, après tout … Soit. Et que proposez vous ? Peut être pourrions nous commencer par nous présenter de manière civilisée … »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondu38.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Coucher de soleil paisible [Pv Nath][Fini]   Mar 1 Avr - 16:09

Lyrka se sentit observée vivement. Sa façon habituelle d'agir lui donna cet air de désinvolture même si quelque chose au fond de lui-même lui criait de faire attention .... La voix d'une petite fille apeurée qu'on a laissée dans une clairière dans une nuit de pleine lune. Rien de bien important. Rien de bien influant. L'autre partie d'elle-même, prompte à sauter sur toutes les occasions pour séduire, souffrir, blesser, Vivre avec le un Grand V, avec la définition qu'elle appliquer à ce court mot, lui soufflait de saisir cette chance. Peut-être pas de séduire pour en arriver à une partie de jambes en l'air dans ce champs mais voilà ... Champs qui d'ailleurs venait d'être retiré de tout attrait magique et merveilleux ...

Oui, la réalité grognait pour récupérer son royaume. Le rêve, la complicité d'une nuit presque fantastique, le souvenir de celle-ci ne devaient pas être imprimé dans l'histoire de la Vie. Seule la douleur que l'on subit et que l'on fait subir a sa place dans ce satané bouquin. Evidemment, cela ne posait aucun problème à Lyrka. A la fois masochiste et sadique, chaque dispute, chaque règlement de compte, chaque cri était à la fois plaisir et souffrance. Un véritable cocktail de suavité meurtrière.

Un semblant de sourire avait imposé son règne sur les lèvres de Nathaniël. On sentait une envie d'être sincère et une franche difficulté à tenter de l'être. Il ressemblait plus à un rictus nerveux de la bouche d'un blessé vu de l'extérieur. Mais ... Il semblait cacher quelque chose ... Quoi ? Evidemment, Lyrka l'ignorait. L'envie de le savoir la taraudait. Qui était-il ? Qu'avait-il vécu ? La souffrance avait-elle chez lui aussi un impact aussi important ?

- Rester ? Il est vrai que j’aurais de bonne raison pour le faire …

Houla ! Déjà ? Son pressentiment était-il à ce point vérifié ? Et lui ... Voulait-il gâcher ça par une vulgaire aventure d'un soir ... ? D'habitude, ça ne gênait absolument pas Lyrka. Cette fois-ci, c'était différent. Ses larmes avaient été franches. Impossible de les sécher les baisers d'un "inconnu" ... Quoi que ? Depuis combien de temps n'avait-elle pas offert son corps autrement de pour payer ce dont elle avait besoin ? Presque un mois ... Pourtant ! Elle enchaînait les aventures sans honte, sans dégoût. Elle en avait vécu des horribles, des douloureuses ... Celles qui marquent l'âme à vie et que l'esprit essaie de refouler le plus loin possible dans les méandres d'un sombre subconscient ... Mais ...

- Si vous le souhaitez, après tout … Soit. Et que proposez-vous ? Peut être pourrions nous commencer par nous présenter de manière civilisée …

Elle esquissa un sourire charmeur, très poli. Son visage était resté figé dans une espèce de froideur insensible mais douce ... Toujours dans une étrange contradiction qui donnait à Lyrka tout son mystère. Ce sourire était venu éclairer ce paysage obscur, rompre ce tableau presque morbide mais assez fascinant.

- Pourquoi pas !

Rit-elle avec une élégance et une joie presque enfantine.

- Je suis Lyrka Siawen. Hybride. Mi-Erewent, Mi-Bis. Vagabonde.

Les mots sortaient sèchement, paradoxalement à ce petit sourire qui fleurissait sur ses lèvres pourpres ...

- Et vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Nathaniel Mor'wan
~> Dépressif Suicidaire A Vie, Cireur de Bottes de Misky et Grand Amour de Fall <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1352

Citations : Depuis ma naissance et jusqu'au jour de ma mort je n'obéirai qu'a moi même. (ou presque !Hein misky)
Humeur : Dépressif à tendances suicidaires XD

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Neutre - Maléfique
• Race: Hybride - Bis-Fir
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Coucher de soleil paisible [Pv Nath][Fini]   Ven 4 Avr - 15:01

Les traits de la jeune femme se déridèrent à peine sous l’effet d’un sourire. Très politiquement correct, ce sourire. Trop parfait dans une expression trop distante et froide pour qu’il soit sincère. Allons bon, avec sa chance légendaire, serait il tombé sur une fille à problèmes ? Avait elle, à son instar, la maladie du sourire ? Car à l’ordinaire il était le seul à monopoliser le rictus académique qu’il dédiait à ses rencontres. Alors quoi ? Pourquoi se retrouvait il tellement dans cette femme dure comme la pierre, par moments sensible et vulnérable, par d’autres inaccessible et nonchalamment méprisante ? Cette ressemblance qui les rapprochait le dérangeait. Il n’aimait pas être lié à quelqu’un de quelque façon que ce fut. Il lui était déjà assez difficile à supporter le poids de sa servitude et sa dévotion envers celui qui l’avait « sauvé » en le contraignant à vivre, sans rajouter un point commun, quel qu’il fut, avec une parfaite inconnue.

- Pourquoi pas ! Je suis Lyrka Siawen. Hybride. Mi-Erewent, Mi-Bis. Vagabonde. Et vous ?


Nathaniel en resta bouche bée. N’avait donc t’elle aucun mystère, aucune retenue dans sa vie privée ? Déjà, elle lui annonçait de but en blanc son appartenance à deux races, son nom, … Le jeune homme ne pouvait imaginer qu’elle se fut dévoilée ainsi. Ne savait elle pas que le charme d’une femme résidait principalement dans l’atmosphère mystérieuse qu’elle entretenait avec soin ? Nath secoua la tête, résigné d’admettre sa propre erreur. Peut être ne percevait-elle pas son sang mêlé comme lui-même le considérait. Il est vrai que, pour le jeune Mor’wan, son hybridité relevait plus du dégoût qu’il s’inspirait plutôt que d’autre chose. Il haïssait son fluide vital, souillé sans qu’il ait pu y changer quoi que ce soit, ses yeux mordorés relevant d’un croisement impur … Cependant il ne pouvait cacher à Lyrka, puisque tel était son nom, son côté Bis. Il est vrai que sa transformation à la demande ne relevait pas de l’ordinaire, et sa beauté ciselée, ses traits d’une finesse extrême, son apparente fragilité … Tout en lui criait que ses origines canines n’étaient pas les seules à l’avoir façonné.

« Enchantée, demoiselle Lyrka »
murmura t’il avant de lui saisir la main et d’y déposer un très chaste et succinct baiser. Il était ainsi fait, et il avait appris à traiter les femmes selon un protocole rigoureux. Du moins au début. Puis Nathaniel ajouta, sa voix envoûtante lui conférant un ton suave et mélodieux, presque enchanteur : « Nathaniel Mor’wan, pour vous servir. Simple voyageur avec, comme tous au fond, un but quelconque et sans réelle importance. »

Il avait de ce fait évincé les présentations réglementaires, dérangeantes mais indispensables face à une jeune femme. Mais celle-ci n’était pas spécialement représentative de la gente féminine, douce, le « sexe faible » par excellence … Au contraire, Lyrka était froide, dure, sèche … Nathaniel lui jeta un regard en coin, interrogateur. Les vibrations de la voix de sa compagne étaient changeantes et légèrement déroutantes. Le jeune homme ne put s’empêcher de le faire remarquer. C’en était presque étonnant, Nath n’avait pas pour habitude de dire ce qui lui passait par la tête ou encore ce qu’il ressentait. Mais … Il ne pouvait plus faire demi tour, sa bouche s’ouvrit et les mots sortirent d’eux-mêmes.

« Vous êtes toujours aussi paradoxale ? Douce ou froide, sensible ou distante … Serait-ce une de vos qualités, de paraître ainsi lunatique ? »


Tout cela fut dit sur un ton totalement dénué de sentiment à part une once de curiosité. La question était de savoir si cet intérêt curieux était véritablement sincère … ou non. Probablement pas si l’on prenait en compte le caractère de Nathaniel, pourtant où était le profit qu’il pouvait tirer de Lyrka ? Un quelconque amusement ? Un peu de bon temps ? Autre chose ? Qui vivra verra, c’est pourquoi le jeune hybride se tenait encore là, devant la femme qui lui faisait à présent face, stoïque à quelques centimètres à peine d’un Nath torse nu, détendu, et interrogateur bien que sur ses gardes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondu38.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Coucher de soleil paisible [Pv Nath][Fini]   Ven 11 Avr - 14:00

L'expression un peu surprise de Nathaniël face à ses présentations succinctes mais très révélatrices la fit sourire. Il y avait dans le regard de l'hybride comme une déception. Loin d'elle l'idée d'en avoir trop dit car pour Lyrka, on ne connaissait pas une personne grâce à ces simples informations. Il fallait voir celle-ci dans des situations diverses et variées, la confrontant à des problèmes autant physiques que psychologiques et observer ses réactions.

- Enchanté, demoiselle Lyrka. Nathaniel Mor’wan, pour vous servir. Simple voyageur avec, comme tous au fond, un but quelconque et sans réelle importance.

Quand il lui baisa la main, elle esquissa une sourire charmeur/charmé avec un regard pétillant d'une envie de jouer qui gardait néanmoins sa froideur et sa distance habituelle. A force de se cacher sous ce masque de mépris, Lyrka avait du mal à s'en débarrasser ... Elle avait bien du mal à supporter les autres représentatrices du sexe féminin. Leur robe avec milles coutures, leur coiffure toujours soignée ou le semblant de charme qu'elle essayait de conserver. L'hybride se démarquait d'elles de multiples façons. Sa robe n'était pas là pour charmer. Elle était là parce que Lyrka adorait être en robe et que celle-ci, de par le fait qu'elle soit fendue, lui conférait une liberté de mouvement nécessaire à sa vie de tous les jours. Sa coiffure ? Bien peu lui importait. Elle laissa lâches ses cheveux le plus souvent et les attachait que si elle se baignait ou si elle combattait durement. Elle le faisait souvent le plus simplement du monde avec un chignon retenu avec un bâton trouvé par hasard et si ce chignon était élégant, c'était plutôt grâce à l'adresse de Lyrka que par une quelconque envie de se faire belle.
Lyrka n'usait que des charmes de son propres corps. Elle profitait de ses courbes, des jambes qu'elle laissait découvertes, de sa poitrine bien souvent nue. Et encore ! Ce fut plus par confort et manque de pudeur que par envie de faire envie.

- Vous êtes toujours aussi paradoxale ? Douce ou froide, sensible ou distante … Serait-ce une de vos qualités, de paraître ainsi lunatique ?

Cette question lui ôta un instant son sourire cordial. Elle voulut de réafficher à ses lèvres puis s'aperçut que cela ne servait à rien. Elle venait d'être mise à nue. Réagir. Surtout réagir ... Comment ? Attaquer.

- Vous êtes toujours aussi curieux ? Vous éprouvez toujours ce désir détestable de cerner les gens dès que vous les rencontrez ?

La réponse se fit sèche et fut close par un large sourire. Bien éloigné du joli petit sourire poli et courtois. Oui. Cette façon qu'avaient les lèvres de la jeune fille de se tordre qui laissait découvrir des dents blanches assez pointues donnait quelque peu froid dans le dos à ce qui n'y était pas habitué. Toute l'envie de faire du mal y était inscrite avec un désir d'afficher le plaisir qu'elle en retirerait. Elle levait un sourcil faussement interrogateur en croisant les bras. Elle attendait une réponse. Mais de quel ordre ?

[Longue attente pour uen réponse ... médiocre -_-']
Revenir en haut Aller en bas
Nathaniel Mor'wan
~> Dépressif Suicidaire A Vie, Cireur de Bottes de Misky et Grand Amour de Fall <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1352

Citations : Depuis ma naissance et jusqu'au jour de ma mort je n'obéirai qu'a moi même. (ou presque !Hein misky)
Humeur : Dépressif à tendances suicidaires XD

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Neutre - Maléfique
• Race: Hybride - Bis-Fir
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Coucher de soleil paisible [Pv Nath][Fini]   Dim 13 Avr - 10:09

[Meuh non, du tout ^^’ Et la mienne n’est pas mieux T.T]

Malgré le sourire engageant de la jeune femme, Nathaniel n’était pas satisfait. Sa compagne était finalement bien plus intéressante sous sa forme canine qu’humaine, du fait de l’authenticité qu’elle lui avait laissé apercevoir. Là, froide, distante même avec un sourire charmeur sur les lèvres, Lyrka perdait de son attrait alors qu’elle gagnait en mépris. Et, plus Nath la côtoyait plus elle perdait de son charme. Affligeant. Même les charmes ravageurs de son corps parfaitement sculpté ne parvenaient plus à le détourner de sa désolation, et un soupir déçu s’échappa de ses lèvres d’albâtre. Cette marque de désolement fut contrecarrée un instant par la tension qui s’instaura dans l’atmosphère suite à sa question, incisive. Elle se sentait apparemment menacée par cette incursion dans son caractère si singulier et, alors qu’elle lui répondait sèchement, son expression distante changea pour devenir agressive. La jeune bis croisa les bras dans une attitude qu’elle voulait désinvolte, mais ses yeux lançaient des éclairs tandis que ses lèvres se retroussaient immanquablement, à la manière des babines animales sur des crocs acérés.

- Vous êtes toujours aussi curieux ? Vous éprouvez toujours ce désir détestable de cerner les gens dès que vous les rencontrez ?


Le jeune homme esquissa un geste de recul feint face à cette réaction passionnée. Enfin, elle montrait un quelconque sentiment, brutal et instinctif, qui tranchait avec la réserve calculée que la jeune femme avait adoptée jusque là. Certes Nath aimait les jolies femmes, mais il ne se satisfaisait pas de n’importe quelle donzelle, aussi magnifique qu’elle fut, si celle-ci ne montrait pas un semblant de passion, de réaction et d’authenticité. Ces traits de caractères, lui rappelant Lisbeth, étaient ainsi indispensables pour retenir l’attention du jeune Mor ‘wan. Lyrka n’en montrait pas assez, et chercher à modifier cela lui prendrait du temps, un temps précieux dont il ne disposait pas. Nathaniel sentait son départ tout proche, mais il souhaitait néanmoins vérifier ses dires une dernière fois encore.

« Certes non, demoiselle, ce n’est qu’un trait de caractère développé à votre approche. Pardonnez ma curiosité mal placée, mais elle a au moins eu le mérite de vous faire réagir, enfin. »

Il se moquait bien qu’elle comprenne ses intentions, ses paroles ou encore son comportement. Lui en avait décidément assez vu au contact de la jeune femme, qu’il ne jugeait pas assez vraie pour le retenir. Certes sa transformation l’avait embellie et avait retenue le jeune homme, comme hypnotisé. Mais, à présent que la magie avait totalement disparue dans les premiers rayons du soleil, peu importait de demeurer là, de se justifier, de chercher à nouer des liens qui n’auraient aucune signification ni aucune importance … Nathaniel haussa les épaules et inclina la tête de quelques degrés avant de s’écarter du corps de Lyrka, qui se réchauffait peu à peu au contact des filaments dorés que l’astre solaire leur offraient. La nuit était passée, emportant avec elle la rencontre de deux jeunes loups qui s’étaient retrouvés dans un chant. C’était la fin. Il allait s’en retourner.

Après un dernier regard vers Lyrka, Nath murmura quelques mots qui se perdirent dans le vent de cette matinée. Il n’en resta qu’un, qui résonna dans l’air comme une note cristalline et significative : « Au plaisir » Puis le jeune homme s’en retourna, fit quelques pas en direction du soleil levant, de la même manière qu’il était arrivée avec son coucher, Nathaniel s’en allait à sa renaissance. Et, tandis qu’il prenait une dernière impulsion, son corps se modifia et son allure augmenta d’un coup, lui conférant en un instant une vitesse impressionnante ainsi qu’une grâce qui caractérisait son appartenance au monde de la nuit.


[Tu me dis si tu voulais continuer encore, j’ai juste pensé que ça ferait une sortie plausible pour Nathy, mais si tu veux je modifie ^^’]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondu38.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Coucher de soleil paisible [Pv Nath][Fini]   Dim 13 Avr - 16:45

- Certes non, demoiselle, ce n’est qu’un trait de caractère développé à votre approche. Pardonnez ma curiosité mal placée, mais elle a au moins eu le mérite de vous faire réagir, enfin.

La jeune hybride grimaça. Son regard méprisant prit alors un air courroucé. Elle voyait comment Nathaniël se tenait face à elle et sentait bein qu'il ne tarderait pas à partir. Elle fronça les sourcils en regardant les pieds du Fir-Bis puis redressa son regard pour croiser celui de son "compagnon".

- Au plaisir.

La semi-Bis restait immobile mais son regard bouyonnait. Si Nath aimait les passions, elle avait déidé de les refouler, n'y voyant au final que des blessures. Pourtant, elle était impulsive, oui. Mais elle avait décidé de s'amuser à se la jouer distante il y avait des années. Tant d'années qu'elle ne se souvenait pas exactement depuis quanhd elle portait ce masque. Alors tandis que le jeune homme s'en allait vers l'horizon, elle restait plantée comme un piquet. Son esprit débattait sur "Agir ou ne pas agir" mais Lyrka n'avait pas réussi à se décider et il semblait vouloir partir. Alors pourquoi le retenir ?
Les chants et les larmes de cette nuit lui parurent loin. Elle poussa un long soupir en s'apercevant qu'elle ne voyait plus la silhoutte canine.

- Cette fois-ci, ma fille ... T'as été d'une débilité incomensurable.

Ces mots sortirent avec un ton de reproche, comme si elle parlait à quelqu'un en face d'elle. Comme s'il était normal de parler à soi-même. Elle ramassa ses affaires et regarda le soleil une nouvelle fois en remettant ses chaussures.

- Mhhh ... La chaleur ... Une baignade ! La plage ... !

Elle arracha un épi de blé, le coinça entre ses lèvres et prit la direction des plages de Dahut ...

==>
Revenir en haut Aller en bas
Nathaniel Mor'wan
~> Dépressif Suicidaire A Vie, Cireur de Bottes de Misky et Grand Amour de Fall <~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1352

Citations : Depuis ma naissance et jusqu'au jour de ma mort je n'obéirai qu'a moi même. (ou presque !Hein misky)
Humeur : Dépressif à tendances suicidaires XD

Pièces d'Or : 210


Votre Parchemin
• Camp: Neutre - Maléfique
• Race: Hybride - Bis-Fir
• Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Coucher de soleil paisible [Pv Nath][Fini]   Dim 13 Avr - 17:27

[ Bonne continuation en RP, et, comme l'a dit Nathy, " Au plaisir ! " Je ferme, merci pour ce moment d'écriture ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondu38.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Coucher de soleil paisible [Pv Nath][Fini]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Coucher de soleil paisible [Pv Nath][Fini]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seule au coucher de soleil (libre)
» Coucher de Soleil au bord de l'eau [Vanille et Canelle]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» Dans un coucher de soleil les explosions prennent la même couleur [Jesse]
» Un coucher de soleil qui vaut mille mots, et l'espoir parti, revint.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Erin :: Meath :: CHAMPS-
Sauter vers: